La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3444 commentaires – Dernier ajout le 25/03/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

16 septembre 2009

La descendance de Babuji et la SRCM de Shahjahanpur

Shri Ram Chandra Babuji de Shahjahanpur (30/04/1899-19/04/1983) a eu cinq enfants, trois garçons nommés Prakash, Umesh et Sarvesh Kumar Saxena, et deux filles nommées Smt Maya Indira et Smt Chaya Saxena.

Babuji fait figurer son jeune fils aîné Prakash dans la liste des membres fondateurs de la Shri Ram Chandra Mission, quand il dépose ses statuts en 1945. En 1980, Umesh part en tournée aux Etats-Unis avec deux full précepteurs de son père, Raghavendra Rao et Ramachandra Reddy, sans aucune délégation de Babuji. Le 16 avril 1982, il désigne secrètement son fils Umesh comme son successeur dans un courrier qu'il lui adresse. Pourtant, tout le monde s'accorde à dire que les enfants de Babuji ne participaient pas aux méditations collectives hebdomadaires et n'ont jamais montré aucun signe d'intérêt pour les choses spirituelles jusqu'au début des années 80.

Babuji décède le 19 avril 1983. Au comité de travail qui se réunit dans la foulée en juillet suivant, Prakash présente son propre fils Sharad pour succéder à Babuji. Cette demande est rejetée par le comité qui accepte en revanche Umesh et sa lettre de nomination secrète en février 1984. La famille ouvre alors une bataille juridique contre Rajagopalachari qui prétend aussi à la succession, sur les thèmes de la présidence de la Shri Ram Chandra Mission et des propriétés qui lui sont rattachées.

Ils rappellent les statuts de la Shri Ram Chandra Mission qui stipulent que son siège est à Shahjahanpur et que son président hérite du poste en droite ligne de succession, ce qu'ils traduisent par "liens du sang". Ils ajoutent que la prétendue lettre de nomination de Rajagopalachari est un faux parce qu'elle est antidatée, ne fait aucune référence à Lalaji ce que jamais Babuji n'aurait pu faire, de même que la formule "président du système du Sahaj Marg" ne signifie rien et que le canadien Donald Sabourin, le soi-disant témoin de cette nomination, ne pouvait être présent à cette date.

Courant 84, l'état de l'Uttar Pradesh instaure l'obligation légale, pour les organisations déclarées comme la Shri Ram Chandra Mission, de la tenue d'élections pour désigner leurs présidents. A l'issue du vote, SP Srivastava est élu. D'après le fils d'Umesh Chandra Saxena, Srivastava a été nommé président du comité de travail et BD Mahajan son secrétaire, pour éviter une explosion du mouvement, en raison des déclarations de Kasturi favorables à Rajagopalachari. L'ashram subit une première tentative avortée de reprise par la force du fait du clan de Rajagopalachari en 88.

En 1994, Umesh Chandra est élu président à la place de SP Srivastava, et KV Reddy devient le secrétaire de la Mission. En 97, une nouvelle tentative de reprise en force de l'ashram échoue. Umesh se promène armé dans l'ashram. En 98, l'un de ses précepteurs, parti aux Etats-Unis le représenter, ouvre un website intitulé 'sahajmarg.org'. Cela donne lieu à une querelle supplémentaire avec le clan de Rajagopalachari. La Commission d'arbitrage américaine sur les noms de domaines rend un avis favorable en faveur du clan d'Umesh en 2000, mais le site est abandonné en raisons des pressions exercées par le clan de Rajagopalachari.

Umesh Chandra Saxena décède le 3 novembre 2003. Son fils Navneet Kumar Saxena est désigné président le lendemain, KV Reddy est confirmé à son poste de secrétaire. Le clan de Rajagopalachari tente sans succès de s'emparer à nouveau de l'ashram quatre jours plus tard, le 7 novembre. Du coup, on n'entre plus facilement dans l'ashram, même sur recommandation express. Jusqu'à ce qu'il soit finalement repris le 2 avril 2006 par le clan de Rajagopalachari qui place à sa tête Sarvesh, le frère d'Umesh. Le procès se poursuit toujours, d'appel en appel, mais Navneet décide alors de s'exprimer aussi sur le web en janvier 2007, d'abord sur des blogs puis en créant son propre website 'srcmshahjahanpur.org'. Cette fois, la commission d'arbitrage indienne tranche en faveur du clan de Rajagopalachari en juillet suivant.

Aujourd'hui fin 2009, Prakash et Umesh sont décédés. La femme de Prakash assiste aux satsanghs conduits par Kasturi à Lucknow. Sarvesh, qui figure sur la liste des précepteurs de Rajagopalachari, ouvre l'ashram de Shahjahanpur à tous ceux qui le souhaitent. Le frère de Navneet, Puneet, ainsi que sa mère ont enregistré leurs témoignages contre les méthodes du clan de Rajagopalachari dans des vidéos tournées par Shashwat Pandey. Et on attend toujours l'issue du procès…

Alexis

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Alexis...

Voici des extraits du site de ISRC de Narayana. Tu remarqueras que le dernier extrait semble contredire ton article... le suicide et les intrigues semble faire parti de la vie de Babuji


Don ...


His family life continued satisfactorily. He was blessed with 6 sons and 3 daughters. However 2 sons and one daughter died during infancy. His wife Smt. Bhagwati passed away in the year 1949. His second son Sri Dinesh, however, committed suicide in the year 1958. He bore all these afflictions and grief with a state of balance and settledness and accepted every event as gifts from the Divine for his good.


http://www.sriramchandra.org/Master/BabujiMaharajStory.htm


During his school days he had a friend who with mesmerism used to treat people suffering from diseases. He started thinking about this process and came to the basic point that it is concentration and movement of energy for some work pregnant with that thought. Some time later a relative of his also claimed himself to be a mesmerist. But he did not want to teach Sri Ramchandra unless he did some personal service as per the old ways generally adopted by gurus.




During that period Sri Idris Ahmed, the Head Master of Govt. High School, Shahjahanpur where he was studying suffered from severe pain of colic. He was totally restless and groaning due to pain and requested Sri Ramchandraji to help him if he can. He caught hold of his thumbs with his hands putting his thumb over his and passed the suggestion that "you are alright now" for a minute. The head master felt relief from pain immediately and he went to sleep. Thereafter the head master referred all the cases of suffering students in the school to him for relief that they were getting. Such was his will even by then.

Anonyme a dit…

suite...

He was married at the age of 19 (1918) at Mathura the birthplace of Lord Sri Krishna. His wife Smt. Bhagwati, however, was short tempered. But his attitude to accept every thing as a divine gift enabled him who is also equally short tempered to tone down his irritable nature and learned tolerance in her company. This helped him enormously in his spiritual life.



born: 30th April 1899, on 3rd June 1922 he reached the feet of his Master (at 23 yrs old) (unlike in Babuji's journals)



he joined the service in the Judge's Court at Shahjahanpur on the 12th January 1925.




He felt so bad that he even told his respected father that he would resign from the office or else commit suicide. His father told him to resign immediately if he felt so. However, he continued the service and with the help of the Munsif was able to learn the work fast in a few months and was comfortable. Despite this attitude of his colleague which had driven him to such an extent as to make him think of suicide also, his treatment towards him was as cordial as ever.




Mean while his married life was one of constant irritation to him. His wife who was short tempered was worsening his short temper. He reported the matter to his Master who asked whether he was losing senses while being angry. He observed that while the ill temper continued and while he was angry many times, never did the rage made him lose control over the senses. This Master told him that senses do not have any control over him and he has moderated them to the required extent.




After his father's demise one of his uncles distantly related wanted to be in-charge of the management of his estate, so that he may have a chance of deriving all possible advantage by fair or foul means. He and his brother did not agree and thus the uncle became an opponent. For years together he remained so, creating difficulties to Sri Ramchandraji at every step by underhand means till his death in 1956. He went on with his activities setting up causes for worry, harassment and loss to him. He provoked persons against the Master and tried to drag him to court on many issues. He even resorted to gangsterism in order to harm him in every possible way. Though Master had means and resources to pay his uncle in his own coin, he bore everything patiently and calmly remaining ever on the defensive side with no intention to retaliate. These things should have made any one feel miserable at the loss. But the spiritual genius in him withstood all these for the Divine work ahead, waiting for him.



This was much appreciated by Lord Krishna who blessed him and his family with spiritual and material prosperity for generations to come.




His family life continued satisfactorily. He was blessed with 6 sons and 3 daughters. However 2 sons and one daughter died during infancy. His wife Smt. Bhagwati passed away in the year 1949. His second son Sri Dinesh, however, committed suicide in the year 1958. He bore all these afflictions and grief with a state of balance and settledness and accepted every event as gifts from the Divine for his good.

Anonyme a dit…

There is one minor correction in this summary, K.V Reddy was made overseas secretory of the mission in 1980, and Chari was removed from the post of secretory of Indian affairs in 1982 and replaced by B.D Mahajan.

S.P Shrivastava now runs a parallel organization from lakheempur khiri, a small town near lucknow U.P. and refuses to give any interview on record.

First two points are relevant enough to be put in the summary.

Regards
Shashwat

Alexis a dit…

@Don & Shashwat,
Merci pour vos judicieuses remarques. Je n'avais pas pris le temps de relire le document de l'ISRC, mais je vais le faire maintenant...
@Shashwat,
Chari était secrétaire général de la SRCM ou secrétaire aux affaires indiennes ou les 2 ? Le sais tu ?

Alexis a dit…

Austérité ou expansion ?

Octobre 2008, le Centre de Chicago acquière un nouveau local. Avril 2009, Chari donne son feu vert pour un nouvel ashram dans le New Jersey. Juillet, ouverture du Centre de Cleveland et feu vert de Chari pour la reprise des travaux d'expansion des ashrams nord-américains.
Visiblement, l'austérité financière instaurée par Chari il y a moins d'un an connaît quelques entorses. Si vos projets sont encore bloqués, sachez qu'il n'en va pas de même pour tous. Certains ont plus de chances que d'autres ! A moins que la manne financière provoquée par la vente de Whispers N°2 n'ait tout débloqué. L'austérité à la SRCM ne serait-elle déjà plus qu'un vieux souvenir ?

L'ashram de Molena est le Quartier général de la SRCM aux USA (à 80 km au sud d'Atlanta, GA), il s'étend sur 13 hectares (32 acres). Son extension était déjà programmée en septembre 2008 avant le discours d'austérité de Chari depuis Dubaï. Ce Comité d'expansion prévoyait 2 phases de travaux. La première devait commencer en octobre 2008 pour s'achever le 30 avril 2009. Elle comportait la création d'une 2ème aile supplémentaire avec un hall de méditation de près de 300 m² (3000 sq ft), une extension du réfectoire, des chambres et toilettes ainsi qu'un nouveau cottage. La deuxième phase consistait à créer un très grand hall de méditation dehors, à la place de la tente qui accueillait les grands rassemblements.
Tout cela a été bloqué fin 2008 !
Ce n'était pas le seul projet, l'extension de l'ashram de Sunderland-Pioneer Valley (MA) était aussi dans les cartons, tout comme l'acquisition d'un centre pour le New Jersey et l'achat de terres en Californie. Rappelons que chaque ashram est géré par un Comité de management (AMC) et celui de Beavercreek-Dayton (OH) ne semblait pas avoir de besoins particuliers.
Outre ses 3 ashrams, l'Amérique du nord disposait de locaux à temps plein (en location ou en propriété) pour les 3 Centres canadiens de Toronto, Vancouver et Nelson. Ainsi, depuis juillet 2006, le Centre de Toronto loue un local pour 60 à 90 personnes qui viennent y méditer, pour près de 1500 € (2300 CAD), loyer totalement supporté par une centaine d'abhyasis actifs puisque les groupes locaux doivent supporter l'intégralité de leurs dépenses. Auparavant, un conseiller municipal leur avait prêté un local gratuitement depuis juillet 2004, la SRCM étant une "non-profit organization".

Alexis a dit…

(suite...)

Tous les projets étaient bloqués… sauf que le 5 octobre 2008, le Centre de Chicago (IL) devenait acquéreur d'un local de plus de 200 m² (2400 sq ft) à Warrenville pour un groupe d'environ 60 abhyasis et une quinzaine d'enfants.
En avril 2009, Chari donnait son autorisation pour la future acquisition d'un local par le Centre du New Jersey à Cranbury. Le 5 juillet 2009, le Centre de Cleveland (OH) tenait son tout premier satsangh dans ses nouveaux locaux, portant à 5 le nombre de locaux nord-américains détenus à temps complet par la SRCM. Ce Centre organisait un rassemblement régional du 11 au 13 septembre pour inaugurer ses nouveaux locaux. C'est l'un des deux centres historiques ouverts par Babuji aux Etats-Unis en 1972, avec Stonington au Massachusetts.
Toujours en juillet, Chari a donné l'autorisation d'entamer la première phase des travaux à Molena. La recherche d'un terrain pour étendre la surface de l'ashram de Sunderland a repris. En effet, cet ashram sert aussi bien aux abhyasis du nord des Etats-Unis qu'à ceux du sud du Canada. Une vaste campagne de collecte de fonds pour les ashrams a donc débuté en septembre.
Cranbury n'est pas que le projet d'acquisition d'un simple local, c'est en fait un projet d'ashram pour le New Jersey, à 80 km au sud-est de Manhattan. Le permis de construire devrait être obtenu fin septembre début octobre, avant son achat définitif. Il s'agit d'un terrain d'un hectare (2,7 acres) dans le comté de Middlesex à Monroe. Il pourrait accueillir 150 personnes, avec un parking pour plus de 50 véhicules, une cuisine, une pièce de stockage et un cottage pour son gardien. L'inauguration est d'ores et déjà prévue pour la fin de l'hiver.
Bref, la SRCM nord américaine possédait 3 ashrams et 3 centres permanents avant le discours d'austérité de Chari il y a un an. Elle dispose déjà de 5 centres, bientôt 4 ashrams et des projets d'agrandissement sont en cours de réalisation dans deux d'entre eux.

Sacrée austérité…

Anonyme a dit…

Alexis,

CHari was secretory of indian affairs, K.V Reddy was his counterpart for international affairs, Chari was removed from his post in 1981-82 timeframe, this is confirmed by everyone from Shahjahanpur SRCM, and neutral entity, Manbhawati Devi.

Regards
Shashwat