La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3447 commentaires – Dernier ajout le 10/06/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

20 décembre 2006

Vous avez dit solidarité financière ?

La Journée des Droits de l'Homme est maintenant derrière nous, donc on ne parle plus à la Shri Ram Chandra Mission que de la célébration des 80 ans du Maître. Les inscriptions n'ont pas encore commencé mais elles s'effectueront seulement sur le web à l'ordre de la Sahaj Marg Spirituality Foundation.

Le coût du billet d'avion le moins cher en groupe est estimé par nos responsables nationaux à 1350 CHF (1116 US$). Ils proposent que chaque (riche) abhyasi soit "attentif à ses frères et sœurs et essaie de sentir lesquels ne viennent pas pour des raisons financières. Par ailleurs, il est important que ceux qui sont en difficulté osent en parler autour d'eux."

En effet, la solidarité financière ne s'appliquera que pour les frais d'inscription, via nos secrétaires nationaux. "Ajay [Kumar Bhatter] a précisé qu'il ne peut y avoir de fond de solidarité pour financer les billets d'avion des abhyasis dans le besoin. Ce type d'aide doit se faire de manière personnelle d'abhyasi à abhyasi sans passer par la Mission."

Pour résumer la situation, la solidarité de la Mission s'exercera sur ce qui coûte le moins cher pour nous européens, c'est-à-dire l'inscription. Pour le reste, il faut que ceux qui sont pauvres fassent fi de leur fierté pour oser le dire. Les riches doivent choisir entre un don à la SMSF de 1200 US$ pour accéder prioritairement au cadeau de Chariji, ce qui est fortement recommandé, ou bien au contraire une aide individuelle absolument pas encouragée par la Mission pour les pauvres qui oseraient quémander.

Voilà donc ce qu'il en est réellement de ce que l'on appelle la solidarité financière à la Shri Ram Chandra Mission.

Heureusement tout n'est pas perdu, il reste de très riches abhyasis qui accepteront peut-être de faire les deux à la fois. Il n'est pas interdit de rêver.

Elodie

13 commentaires:

Alexis a dit…

Bel exemple de solidarité en effet.
Puisqu'on parle d'argent, allons y ! La cotisation française 2007 est maintenant fixée à 75 €, dont 60 qui partent au niveau national et seulement 15 € qui restent aux centres locaux. Les 3 ashrams régionaux de Paris, Montpellier et Nice sont pris en charge aux 2 tiers par le national. Tant pis pour vous si vous êtes un groupe d'abhyasis de Triffouillis les Oies ou de Toulouse qui décide de louer un local, c'est à vous de vous débrouiller pour le financer.
Le principe de la gratuité du Sahaj Marg est réaffirmé. Mais si vous ne cotisez pas, vous ne pouvez pas participer aux rencontres et séminaires organisés en France. Pour aller suivre des séminaires européens ou en Inde, il vous faudra encore vous acquitter d'une "carte d'identité internationale" qui vous coûtera 5,35 € de plus. La machine SRCM s'est bien habituée à l'administration. Vous ne serez plus alors le frère ou la sœur Intel, mais l'adhérent français n°X et vous porterez l'identifiant international n°Y.
Ainsi, grâce à toutes ses bévues, la SRCM a déjà perdu 10% de ses adhérents français en 2006. Cherchez l'erreur…

Christian a dit…

Alexis, fournis-nous les chiffres de participation aux journées ONU, je suis curieux.

Elodie a dit…

Bonjour à tous,

Face à l'arrivée sur nos différents blogs "historiques" (Mickael, Christian, 4d-don, Alexis) de messages plus haineux que critiques, je vous informe qu'à partir de maintenant j'exercerai un arbitrage sur ce que je considère digne ou non d'être publié sur ce blog.

La cause que j'essaie de défendre avec ce blog (débarasser le Sahaj Marg de ses mauvaises dérives) n'a rien à gagner dans la publication de l'expression de la haine et d'une espèce de nihilisme imbécile, bien au contraire.

Jusqu'à présent, les participants aux discussions s'auto-régulaient plutôt bien d'eux-mêmes. Les insultes n'ont pas leur place ici, leurs auteurs non plus s'ils ne changent pas leur attitude.

Je suis désolée d'en arriver à ce stade, mais je n'hésiterai pas un instant.

Elodie

Alexis a dit…

Après diverses vérifications auprès d'interlocuteurs objectifs et spécialistes du sujet, voici la dernière version de l'histoire du Sahaj Marg, certainement toujours incomplète.
Vous pouvez aussi la retrouver sur http://shriramchandramission.blogspot.com/2006/12/une-ligne-spirituelle-en-forme-de.html

Une lignée spirituelle en forme de taillis buissonnant

Plus le temps passe, plus la soi-disant ligne directe "Lalaji Babuji Chariji" ressemble à un taillis spirituel buissonnant.

Le lignage soufi de Lalaji n'est pas éteint
Lalaji Maharaj (1873-1931) a succédé à Hujur Maharaj comme 36ème maître de la chaîne généalogique "Shizra Sharif" dans l'Ordre soufi de la Naqshbandiya. Il en fut le 1er maître non musulman. Son fils, Mahatma Jagmohan Narain (1901-44) a poursuivi son œuvre au sein de la Naqshbandiya Mujaddadia Mazahariya Ramchandriya, Naqsh MuMRa en abrégé. Actuellement, ce mouvement est dirigé par le petit fils de Lalaji, Shri Dinesh Kumar Saxena né en 1944, depuis son quartier général, le "Lalaji Nilayam", à Fatehgarh (UP, Inde). Ce lieu est aussi le rendez vous de tous les pèlerins qui viennent se recueillir sur la tombe de Lalaji.
Le Ramashram Satsang Mathura du Dr. Chaturbuj Sahay Ji, mais aussi Thakur Ram Singhji se réfèrent aussi à cet héritage soufi. Seul Babuji l'omet volontairement pour créer le Sahaj Marg. Parmi tous ces successeurs de Lalaji, au moins 2 d'entre eux prétendent être son représentant spirituel, Babuji et le Dr. Chaturbuj. Qu'en est-il pour son fils et son petit-fils ? Mystère…

L'Uttar pradesh, un état spirituel
Babuji fonde le Sahaj Marg et la SRCM en 1945 sans la moindre référence au soufisme. A sa mort en 1983, les seniors précepteurs de l'Uttar Pradesh rassemblés autour de l'ashram de Shajahanpur déclarent que la lettre de nomination de Chari est un faux.
De son côté, Kum. Kasturi Chaturvedi "la seule sainte du Sahaj Marg" semble avoir refusé les débats autour de sa succession. D'après ses partisans, Babuji était unique, sous entendu il ne pouvait donc avoir de représentant spirituel. Aujourd'hui, elle enseigne toujours seule le Sahaj Marg de Babuji à Lucknow (UP, Inde).
Les seniors précepteurs ont donc créé un comité de travail et nommé S.P. Srivastava président du comité. En 1994, Umeshchandra Saxena, fils de Babuji, en a repris la présidence et fut nommé représentant spirituel. Son comportement ne plaisant pas à tous les seniors précepteurs, l'ashram de Shajahanpur a pris ses distances avec le fils de Babuji.

Les fumeurs occidentalisés du sud
Pendant ce temps et suite à son exclusion de la SRCM historique, Chari a créé une autre organisation en Californie et s'est retiré dans le Tamil Nadu, à l'ashram de Manappakam, près de Chennai. Il a développé son mouvement grâce aux occidentaux et aux indiens expatriés. En 1991, K.C. Narayana, fils du Dr. Varadachari, a créé l'ISRC, un mouvement dissident qui reconnaît la nomination de Chari à la présidence de la SRCM mais lui refuse le titre de représentant spirituel.

Bilan et prospective
Si l'on essaie de récapituler, Lalaji aurait eu au moins 4 successeurs directs, dont 2 ou 3 représentants spirituels et 3 qui ne reniaient pas l'héritage soufi. Quant à Babuji, il aurait aujourd'hui au moins 5 successeurs, dont 2 représentants spirituels.
Dans ces conditions, on peut s'interroger sur la succession de Chari, malgré les précautions qu'il a prises. Les signes de désaccord sont déjà visibles. Il est donc plus que probable que son organisation se déchire.
Faisons un pronostic : d'un côté son fils P.R. Krishna à la tête de la fortune familiale, d'un autre Ajay Kumar Bhatter le successeur désigné à la tête de la SRCM et enfin Santosh Khanjee l'éminence grise qui dirige la Fondation SMSF… mais il pourrait bien y en avoir quelques autres encore !

Alexis a dit…

Appel aux bonnes volontés :
Christian, je n'ai pas (encore) les chiffres et suis aussi curieux que toi...
Si quelqu'un veux bien nous renseigner sur la participation à cette fameuse journée mondiale des droits de l'homme organisée par la SRCM, merci !

Anonyme a dit…

Vous n’allez pas avoir les chiffres si facilement que ça. Les chiffres sont actuellement centralisés par le responsable de cette journée en Europe. Rien ne sortira si les résultats sont négatifs ou pas satisfaisants. Un rapport sera préparé est soumis à Chari avant toute publication.
L’appel répétitif aux dons (Sahaj Sandesh 81) s’est entre temps poursuivi. Le malaise est général et a surpris un nombre important d’abhyasis en France. Nous avions été informés, soi disant par Chari, que ce type de pratique n’allait plus se produire en Europe. Cependant nous venons de recevoir encore un rappel pour contribuer avec US 1200 pour l’anniversaire de Chari. A Marseille la secrétaire du centre vient de démissionner. On fera tout pour cacher l’insatisfaction croissante des adeptes. D’autres démissions se préparent. On nous a dit de contacter directement Chari, mais il ne veut plus se positionner sur ce sujet.

Anonyme a dit…

Bonjour.

Je suis tombé par hasard sur ce blog, c’est assez rigolo en fait. Je suis ancien abhyasi. J’ai commencé la méditation en 1985, et j’ai arrêté, il y a cinq ou six ans, je ne me souviens plus exactement.

J’écris ceci seulement pour laisser un témoignage en tant « qu’ancien », comme certaines personne l’ont demandé.

Mon parcours spirituel s’est plutôt basé sur le Karma Yoga, et j’ai servi la mission avec ma présence, mon travail. Je dois dire que cela à bien comblé ma vie à cette époque et j’avais une deuxième famille, avec de vraies relations que je ne retrouvais pas dans ma famille.

A cette époque, la Mission avait une structure beaucoup plus légère, et comme il y avait moins d’abhyasis, le Maître était beaucoup plus disponible. Je me souviens de certaines soirées où nous étions une vingtaine autour de lui, et je reconnais que ce furent des moment privilégiés. Je me souviens également qu’une personne très haut placée dans la Mission disait en parlant de la Mission qui croissait « Si il y a plus d’ahyasis, au lieu de payer 100F par an, on en paiera 50 seulement car les frais sont peu importants … »

Comme tout nouvel abhyasi qui se respecte, (dans ma visions des choses) commencer à méditer c’est aussi changer radicalement de vie. Ne plus manger de viande, mine de rien, c’est pas grand-chose mais dans certains cas cela peut couper des liens avec des copains. Et puis l’enthousiasme aidant, on essaie de convaincre ses copains et bon, le résultat n’est jamais là et c’est normal. Donc je me suis coupé un peu de mes anciens amis, et maintenant je le regrette.

Puis la Mission à commencé à croître avec Augerans, et d’autres ashrams un peu partout dans le Monde, ce qui m’a permis de m’impliquer un peu plus dans la Mission.

Côté méditation, comme les expériences étant quelque chose de personnel, personne n’en parle dans votre blog. Mais je pense qu’il serait intéressant d’explorer cette voie pour voir si la méthode apporte réellement quelque de différent par rapport aux autres méthodes.

Revenons à mon expérience, ma vie en tant qu’abhyasi. Je crois que parallèlement il y a deux points qui ont fait que je me suis éloigné de la mission. Premièrement, ma vie de couple, un enfant, beaucoup de choses à faire, des intérêts autres qui s’ouvrent à moi. Mais avec ma compagne de l’époque, abhyasi elle aussi, nous aurions pu élever notre enfant dans le cadre de la mission. Autre chose, dont vous avez parlé abondamment dans vos posts, à fait que la rupture à pu être possible.

J’avoue avoir très mal vécu les dérives de la mission. Je n’ai pas compris pourquoi certaines personnes que jugeais malhonnêtes qui ont été mises à la tête de la Mission en France. Beaucoup de choses m’ont choqué, et notamment les augmentations de prix, et certaines petites choses vues ou entendues ça et là. Je me souviens par exemple qu’une fois avoir entendu un expert comptable qui était venu contrôler les comptes dire : « Pour les livres, vous faites une marge énorme, c’est limite. » Je vois qu’il n’a pas été écouté.

Bref un jour je me suis retrouvé un mercredi soir, à la salle de méditation, je me suis assis puis je me suis dit : « Qu’est ce que je fous là ? » et je suis parti. J’ai du revenir cinq ou six fois à la salle et puis je ne suis jamais revenu. Personne ne m’a recontacté depuis. J’ai coupé les contacts du jour au lendemain (je suis comme ça) et depuis j’ai une autre vie et je ne m’en porte pas plus mal.

C

Anonyme a dit…

Salut Elodie ,

Je suis pratiquant depuis 1992 . j ai adhéré a l association en France a l age de 24 ans ( 14 ans ).Je suis allé faire plusieurs séjours en Inde et j ai habité un ashram 1 ans et demi .
J ai vu des pratiquants honnetes, rien ne m 'a été caché . Suite a cette experience qui m a radicalement aidé a changer je peux affirmer que ce n est pas une organisation sectaire .Je me suis senti enierement libre et le sahaj marg m a aidé a refléchir par moi meme . Je mets en pratique du mieux possible . J ai participé a plusieurs préparations en Inde et en europe de séminaires . J ai pu constater la complexitée de la tache La SRCM respecte les lois du pays En France l adhésion a l association est obligatoire comme losque l on pratique le judo . Plusieurs personnes ont demandé un tarif spécial . A chaque fois il a été accordé . J 'en ai été le témoin . A chaque séminaire des personnes demandent de baisser le tarif et c 'est accordé par les responsables. Le repas a l ashram d Augerans était a 10 francs la nuit a 40 F Je paye 10 euros la nuit dans une auberge de jeunesse lorsque maintenant je me rends a paris pour pouvoir profiter des services de la srcm.
Mon dernier voyage en Inde date de septembre 2006 . En Inde le mission semble s'agrandir les besoins financiers aussi .Je n ai jamais fait de Dons pendant 10 ans et lorsque la mission propose des bouquins ou des projets j apprécie car je n arrive pas a donner sans rien en échange ! je serais heureux de pouvoir contribuer maintenant d avantage financierement au developpement materiel de la mission. je suis tres heureux de pouvoir partager ca avec vous car je pense qu il est bon de dire ce que l on pense et ce que l on ressent . Si ce genre d'espace n existe pas dans l association pourquoi ne pas le créer ? plutot qu anonymement vous ecriviez vos mécontentements ecrivez plutot au président de l association ou a la vice presidente en France ou pourquoi ne pas réunir un groupe de pratiquant qui ne peuvent pas payer le voyage en Inde et le soumettre aux président et membres de l association . Enfin tout ca pour dire que les idées ne manquent pas plutot que de se plaindre soyons créatif...
Au revoir Elodie et a vous tous
amicalement
joyeuses fetes
frederic

Alexis a dit…

Revenons à Lalaji, sa famille et ses disciples. Il suit l'oeuvre de Hujur Maharaj comme 36ème maître Naqshbandi.
D'après des disciples de la NaqshMuMRa, il aurait eu 212 disciples et nommé parmi eux 9 "précepteurs", dont son fils Jagmohan Narain, son frère Raghubar Dayal et son neveu Radha Brijmohan Lal.
Pour la NaqshMuMRa, la lignée se poursuit avec son fils Jagmohan Narain (1901-44), puis ses petits-fils : Akhilesh Kumar d'abord, Dinesh Kumar Saxena actuellement 39ème maître (4ème non musulman).
Pour l'ABSS (Akhil Bhartiya Santmat Satsang), Hujur Maharaj lui même aurait donné pour consigne à Lalaji d'élever son neveu Mohan Lalji comme son futur successeur.
Raghubar Dayal (1875-1947), surnommé Chachcha Ji, est le père de Mohan Lalji (1898-1955). Celui ci forme Yashpal Ji (1918-2000), encore appelé Bhai Sahab Ji, qui fonde l'ABSS (www.abssatsang.org).
Parmi les "précepteurs" de Lalaji figurent aussi les fondateurs des Ramashram Satsang : Dr Chaturbhuj Sahai ou Dr Shrikrishna Lal, d'où les Ramashram de Mathura, Sikandrabad, Ghaziabad, Shyam Nagar ou Sansthan.
Décidément la lignée spirituelle ne cesse de se ramifier ! Et Babuji ne faisait pas partie des "précepteurs" de Lalaji...

Christian a dit…

Salut Elodie,

Je te souhaite une bonne année 2007, pleine de santé, d'amour, d'argent, de joie, de spiritualité, ainsi qu'un esprit clair et une vision perçante.

Tu peux publier ce post ou partie de ce post si tu le souhaites.

J'ai vu que tu n'avais pas publié mon message relatif à l'ONU.
J'ai également lu ton post où tu te désoles de la coloration de certains messages et te proposes de filtrer plus sévèrement.

La SRCM s'étant engagée auprès de l'ONU pour retirer un quelconque prestige de plus, il me semblait nécessaire et important que les abhyasis sachent ce qu'il en va réellement de cette administration. Tu as peut-être été gênée par des implications racistes sous-jacentes, mais qui t'en voudrait d'être prise dans un système de manipulation mentale... Je suis désolé que tu acceptes mon jugement dans certains cas, et le refuse dans d'autres. L'ONU est l'organisme qui a proposé une immigration de remplacement en Europe, et il est bon que les gens comprennent ce qui est en train de se passer. L'ONU est aussi l'administration qui a avaliser les interventions militaires américaines dans les balkans, ingérence sous prétexte humanitaire ayant pour but de déstabiliser l'Europe. Je ne sais pas si tu disposes de cette information, mais sache que le résultat de cette guerre "anti-nazis" résulte aujourd'hui en un véritable désastre humanitaire. Des milices islamiques font la guerre aux européens de souche dans cette région. Des gens se font massacrer, un génocide d'une autre sorte au nom de la Sharia a lieu, mais aucun média ne s'en soucie. Par ailleurs, la Macédoine est à présent divisée avec des territoires aux mains des isalamistes, et la Grèce voisine s'inquiète des conséquences sur le moyen terme. L'ONU est un des organes de pouvoir engagé dans une déstabilisation sociale et économique de l'Europe, dans la mesure où l'Europe représentait une menace économique future certaine pour les USA au début des années 90.

Concernant la manipulation de l'information dans les blogs, certains des nouveaux intervenants ont pour seule volonté d'alimenter la polémique en jetant de l'huile sur le feu. D'où mon message où je mettais les pieds dans le plat.

J'espère qu'à présent tu comprends.
Bye!

Elodie a dit…

Bonjour Christian, bonjour à toutes et tous, bonne année 2007 dans la Shri Ram Chandra Mission ou en dehors,

Christian, je n'ai pas publié ton message précédent parce que je pense que discuter des bienfaits et des méfaits de l'ONU n'a pas vraiment sa place sur ce blog. Il doit en exister par ailleurs ou bien ils sont à inventer.
Si nous commençons ici à discuter de l'ONU, ce n'est pas près d'être fini.
Je publie donc ton message pour rappeler comme tu le dis que l'ONU n'est pas si belle qu'on voudrait le croire, et que donc l'alliance de la SRCM à l'ONU n'est pas bien jolie non plus.
Mais je te demande d'arrêter là tes commentaires sur cette institution pour les recentrer maintenant sur l'objet central de ce blog, à savoir le Sahaj Marg et la SRCM.
Encore tous mes meilleurs voeux à toutes et tous

4d-Don a dit…

Bonne et heureuse annee a tous et toutes...

Un grand MERCI a toi Elodie pour ton blog, tes commentaires et ton bouleaux au service des citoyens du MONDE...

4d-Don...

Christian a dit…

Salut Elodie,

Je n'ai plus d'inputs directs concernant la SRCMtm, donc je ne peux travailler qu'indirectement.

Je te fais remarquer qu'ayant à peine annoncé mon désengagement de ce blog, des intervenants nouveaux ont fait leur apparition.

Il y a une bonne raison à ça et j'espère que tout le monde la comprend.

Un message en particulier a retenu mon attention à cause de son contenu propagandiste, et je vois qu'il est passé comme une lettre à la poste puisqu'aucune analyse critique ne lui a été opposée.

Il s'agit du message de Frédéric.

Si vous ne réagissez pas à de tels messages, particulièrement insidieux sous des apparences sympathiques et naturelles, en les analysant, je prédis que d'ici peu vous vous mettrez à douter du bien fondé de votre critique.