La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

439 articles – 3449 commentaires – Dernier ajout le 9/09/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

15 septembre 2008

André Poray, Sister Kastury, ...

Témoignage de Cyrille

J’ai effectivement commencé dans la pratique du Sahaj Marg en 1977 et j’ai rencontré, pour la première fois, Babuji en 1979 juste avant le Basant.

J’ai été, très tôt, intéressé par l’ésotérisme, la spiritualité et les religions et quand on m’a parlé d’une conférence à Nice sur la spiritualité je m’y suis rendu. Un grand bonhomme ( André Poray) déjà d’un certain age donnait cette conférence, avec comme support un film en 16mm de qualité moyenne mais le discourt était clair ; juste avant l’entracte il nous proposa d’écouter des chants de moines Tibétains et de rester ensuite quelques minutes dans le silence afin d’observer notre « état » intérieur, le temps de l’écoute me paru long et pour tout dire « barbant » (c’était ma première expérience de ces chants) quelques secondes après j’entendit : « vous pouvez ouvrir les yeux ! » j’interpellai mes amis, avec qui j’étais venu, en leur disant qu’il n’y avait pas eu de temps passé entre la fin de la musique et maintenant ! mais il m’affirmèrent le contraire en riant et que j’avais du dormir ( j’étais pas convaincu ). La conférence se termina sur des images de son maître ( Babuji ), un petit vieillard tout à fait ordinaire dans une maison tout à fait banale, et le conférencier proposa pour ceux qui le désirait de rester et d’expérimenter cette technique de méditation. Même expérience que précédemment : la perte de la notion du temps, même rire amusé des copains, mais au fond de moi une espèce d’excitation, agitation intérieure difficile à définire, j’avisais la personne ( Roger Voué ) qui nous avait parlé de la conférence et qui avait l’air de bien connaître le conférencier, je lui parlait de cette sensation bizarre, il me répondit rien de concluant et j’allais me faire dédicacer le livre qu’avait écrit ce conférencier ( un recueil des petites histoires « Yang et la recherche spirituelle » ). L’homme était calme avec une voix à la fois forte, posée et douce, je lui expliquait mon ressenti, il me fit asseoir a ses cotés, le temps de la dédicace ( avec tous mes vœux de progrès spirituel ) et me mit qq. seconde la main sur l’épaule et le calme revint avec en prime ??? je ne saurait quoi dire de plus mais qui ne m’a jamais quitté ; à ma demande d’en savoir plus sur cette technique, il me demanda qui m’avait invité à cette soirée et lorsque je lui disait qui, il me répondit que cette personne était capable de m’en dire plus.

Pendant plusieurs semaines je croisais Roger qui n’avait jamais de temps à me consacrer et je restais donc avec mes questionnements, mais à force de persévérance il finit par me dire : « ok si tu veut en savoir plus dans une quinzaine de jours une personne doit venir dans le Var à Sanary mais tu devras venir me voir qq. fois avant pour que je t’explique »

J’eu mes trois premiers sittings et peut être même quatre, durant lesquels je ne ressenti rien de rien …

( mais j’étais très jeune avec une soif d’expériences extra sensorielle hihihi je fut bien déçu. ) quant aux explications sur la technique, ce fut très succinct. Mais cette impatience et cette curiosité était tjrs là.

Je décidais donc de me rendre à Sanary dans le « centre azur » lieu où se déroulait des stages de toutes sortes. Une pension complète était proposé à des prix tout à fait correct et ni inscription ni rien d’autre ne me fût demandé, je précise cela car je peut vous dire que je venais là sur la pointe des pieds, me demandant où est-ce que je mettais les pieds étant d’un naturel prudent et me méfiant des sectes et autres religions.

Une petite centaine de personnes se trouvaient là, première impression : ils avaient l’air « normaux » et pas plus « allumés » que cela, d’horizons, d’age et de milieu sociaux différents, mais rien d’anormal jusque là. Pas non plus de décorum ni de rituel ostentatoire ; la personne Indienne attendue était là, en fait c’était une femme d’une cinquantaine d’année, accompagnée par un autre Indien homme assez cultivé, ( Sister Kastury fût la première personne envoyé en Europe par Babuji ), les gens la saluaient respectueusement sans plus, mais là non plus rien de bizarre. Les méditations en silence me parurent presque toutes interminable, j’entrouvrais de temps en temps un oeil curieux pour voir tous ces gens assis sérieusement en silence, j’avoue avoir, plusieurs fois, eu envie de rire étant d’un naturel joyeux voir espiègle et un peu iconoclaste sur les bord (c’est long 30mn de silence) ; mais toujours aucune sensations ni agréable ni désagréable. Des discutions étaient organisés et plusieurs fois cette Indienne a chanté en s’accompagnant d’un tt petit harmonium des chants dévotionnels, ( je n’étais, ni ne suis, féru de ces musiques mais il émanait d’elle et de ces mélodie une telle dose d’amour pour son maître que même encore à ce jours j’évoque ce souvenir avec émotion.

Au cours de ces 3 ou 4 jours je sympathisais avec plusieurs personnes et au moment de se quitter je fût surpris de me sentir comme un membre d’une famille auquel il dit au revoir (rien de bien logique à tt cela ! ). Ce n’est que sur la route du retour que je ressenti qq. chose de différent : j’avais l’impression de découvrir le paysage, ou plutôt les couleurs, les formes avec un nouveau regard, comme si un voile avait été enlevé ou de nouvelles lunettes, ??? (rien de bien logique là non plus à tt cela ! et encore moins de scientifiquement explicable).

Néanmoins qq. chose c’était produit, rien de bien quantifiable ni de bien qualifiable et qui m’a poussé à persévérer dans cette démarche et ce jusqu'à ce jours.



NB : André Poray à été un des tout premier européen à rencontrer Babuji en Inde, il n’a, au cours de sa vie, eu de cesse de parler de Lui et de Le faire connaître, refusant toute sorte de prosélytisme et de dérive commerciale, il a très tôt mis en garde contre la prise de pouvoir de Chari et c’est vu lui aussi recevoir une lettre lui indiquant qu’il n’était plus précepteur de la mission, ce qui nous a bien fait rire.

PS : Je n’ai jamais eu d’autre Maître que Babuji, et je considère tous ces frères aînés comme des instruments au service de l’avancée vers … ! ( « là où fini la religion commence la spiritualité, là où fini la spiritualité commence la réalité, là où fini la réalité commence la réelle béatitude, ce qui survient au delà est inexprimable » Babuji )

Bon ben voilà pour aujourd’hui, je reviendrai plus tard sur « des dérives dues à la commercialisation de la mission, qui avaient alors déjà lieu au tout début des années 70. »
Cyrille

31 commentaires:

4d-Don a dit…

Salut Cyrille

Merci de tes commentaires sur le Sahaj Marg, le SRCM, et aussi Kasturi et Andre Poray. Le seul temoignage que nous avions de cette periode etait celui de Michael, qui etait precepteur dans la region de Boston, USA, et qui a connue Andre Poray en France...

Tu peux lire son temoignage sur son blog (voire le lien ci-haut), ou sur son blog personnel "Skai Journey"...(dans cet article, il parle de son marriage tragique qui etait un marriage avec une "Indienne", arrange par Chari)

http://skaijourney.blogspot.com/2007/07/guadalupe-fragments.html

J'attends avec impatience tes temoignages a venir...

4d-don

Alexis a dit…

Demain, un nouvel ashram suisse ?

"Comment construire un Ashram - grâce à l'amour du Maître", tel est le thème du séminaire suisse qui se déroulera du 19 au 21 septembre à Vaumarcus (Neuchatel).

En effet, alors que les travaux de rénovation de l'ashram de Lausanne sont à peu près terminés, alors qu'il est devenu un lieu de vie de plus en plus actif, Chari a décidé de le revendre pour en construire un autre ailleurs. Les abhyasis ont beau ne pas être convaincus, Chari passe outre quitte à dynamiter la dynamique romande et c'est donc "grâce à son amour" que devra se construire ce nouvel ashram.

Alexis a dit…

@ Cyrille,

On attend avec impatience tes exemples de dérives commerciales observées au début des années 70. C'est un constat que dressait aussi le docteur KC Varadachari. Aviez vous des relations, vous ou Poray, avec lui ou son fils KC Narayana ?

Que s'est-il passé en France à la mort de Babuji ? Est-ce à ce moment là que Poray a reçu sa lettre de destitution ou bien auparavant ?

Je trouve assez surprenant que votre groupe de méditants existe toujours 30 ans plus tard, sans aucun lien avec la SRCM de Chari, notamment dans le Var où les précepteurs de Chari sont en force. Je pense notamment à un "vieux" full precepteur de Sanary, copain comme cochon avec Chari...

André Poray n'a-t-il pas versé dans le bouddhisme ? C'est l'impression que donnent ses conférences. Où est passé babuji là-dedans ?

Cyrille a dit…

Merci Elodie de faire suivre, désolé de te donner du travail !



Bonjour à tous je vais tenter de répondre à chacun et dans l’ordre.



Elodie : « Vous dites déjà que vous aviez observé des dérives commerciales dans les années 70 »

Je comprend la confusion, je me préparais à répondre également à Alexis et par la même au Dr KC Varadachari ; Je n’ai a aucun moment observé de dérives financière ni en Inde ni en Europe ;

- Pour ce qui concerne l’Inde mon avis (parcellaire) ne comporte que mes deux voyages 79 et 81 où je suis allé à Shahjahanpur ainsi qu’à Udaipur et Bombay ; durant ces périodes rien ni personne ne nous demandais quoique ce soit, une somme à titre indicatif était donnée pour un prix de journée mais cela était plus que modique, les livres de Babuji étais imprimé dans la cour de sa maison à ces frais et là aussi étaient vendu à prix coûtant, Babuji refusait que l’argent ne soit dépensé inutilement et durant ces nombreux voyages à travers l’Inde il voyageait en train en 3ieme classe (qui n’existe plus d’ailleurs), au début de la mission plusieurs fois on lui a demandé d’accepter une participation au frais de nourriture, il répliquait « comment pourrai je faire payer des membres de ma famille ou mes propres enfants ! » il c’est résigné a accepter lorsque les abhyasis lors des célébrations se firent de plus en plus nombreux. Pour info lors de ces célébrations la majorité des légumes, riz, lentilles étaient cultivé sur ces terres ; l’ashram à également été construit sur ces terres au détriment de sa propre famille ; Maintenant je n’ai vu que peu de chose des autres régions et de ce qui s’y déroulait mais tous mes amis indiens (qui eux aussi se sont bien gardé de rejoindre Chari) ne m’ont jamais évoqué de dérives financières avant son départ en 83 (ce qui ne veut pas dire qu’il ni ai pas pu y en avoir) mais tous les groupes qui ont continué et continuent encore à se rassembler en son nom en brassent ni fortunes ni biens… de nombreuses fois des vieux précepteurs sont venus en France et aucun d’entre eux n’en a jamais tiré avantage ni ici ni chez eux en Inde. Je suis régulièrement retourné en Inde rencontrer Ragavendra Rao de Raïchur, Ramachandra Reddy de Cuddapah, Narayan Rao de Gulbarga, Kastury de Lucknow, Vital Rao de Bangalore, tous full précepteur fait par Babuji et fidèle à lui seul, aucun ne vit ou n’a vécu en tirant parti de leur statut ou notoriété, ne mettant en avant que leur Maître Babuji. Juste une anecdote a propos de la voiture de Babuji (encore visible à Shahjahanpur), un Abhyasi du sud voulu un jour offrir une voiture à Babuji qui avais tjrs refusé d’en acheter une, mais son age avançant chacun lui conseillait d’accepter, il restait inflexible, la personne demanda alors a Babuji la permission de garer « par commodité » cette voiture à l’ashram et qu’il pourrait l’utiliser si nécessaire, Babuji fini par accepter. Cerise sur le gâteau la plaque minéralogique qui comporte trois lettres et quatre chiffres est GAG 8078. (photo à dispo)



Pour ce qui concerne la France, de 77 à 83 je n’ai jamais cotisé à aucun « parti », aucune quête pour d’éventuel cadeaux à Babuji (qu’il se serait empressé de refuser j’imagine), les premières traductions des livres de Babuji se sont faites bénévolement et les tirages se sont tjrs vendu quasiment à prix coûtant. Je peut affirmer que durant toutes ces années je n’ai jamais assisté a une quelconque dérive financière.



Elodie : « Pour ma part, j'aimerais bien savoir si vous êtes encore nombreux dans ces groupes qui n'ont pas suivi Chariji, s'il vous arrive encore de rencontrer Sister Kastury ou André Poray et si vous faites des grands rassemblements, même si ce n'est pas à l'échelle de ce qu'organise la Shri Ram Chandra Mission de Chariji. »

Oui et non cela dépend des régions et comparé à l’avant 83 et l’après y a pas photo ! Lyon (j'y habite) à un groupe important et des précepteurs, Tours où je monte ce vendredi pour un w.end médit. , les alpes maritimes avec des anciens et des nouveaux que je vois régulièrement une fois par mois (ma famille y est encore), Paris, le sud ouest, la Suisse et un groupe fidèle de Barcelone que nous retrouvons régulièrement 3 fois par an notamment à Sanary en octobre où nous avons gard�� l’habitude de nous réunir.

Je continue a voir Sister Kasturi (qui ne se fait plus très jeune) j’y serai ce mois de Février après le Basant , André Poray nous a quitté il y a de cela qqs années (il aurai eu cent ans cet année je crois) et une compilation de ces lettres avec Babuji est en train d’être réalisé.



4d-Don « Le seul témoignage que nous avions de cette période était celui de Michael, qui était précepteur dans la région de Boston, USA, et qui a connue André Poray en France... »

Je dois probablement l’avoir rencontré mais je ne peut mettre un visage sur le nom, je me souviens bien par contre de Jim un américain rouquin dont je n’ai plus de nouvelles.



Alexis : « Que s'est-il passé en France à la mort de Babuji ? Est-ce à ce moment là que Poray a reçu sa lettre de destitution ou bien auparavant ? »

Après la mort de Babuji tous les précepteurs ont reçu une lettre de Chari leur intimant l’ordre de le reconnaître comme le président de la mission faute de quoi ils ne seraient plus précepteur de la mission (et ne pourraient plus transmettre (cela à suivi plus tard)). Ce n’est que plus tard qu’il s’est proclamé successeur de Babuji ! Quelle hérésie ! Babuji disait « si je me vivait ne serai-ce que minute comme le Maître je chuterai immédiatement ! » Babuji n’a jamais, même à la demande de certain, devant les égarements d’un précepteur destitué qui que ce soit : « je suis là pour faire des précepteur pas pour les défaire, mais si un précepteur devais s’égarer, la transmission s’arrêterai d’elle même. »



« Je trouve assez surprenant que votre groupe de méditants existe toujours 30 ans plus tard, sans aucun lien avec la SRCM de Chari, notamment dans le Var où les précepteurs de Chari sont en force. »

Je ne vois rien de surprenant à cela, j’ai rencontré l’année dernière à Fatehgarh le petit fils de Lalaji avec lequel nous avons médité, des groupes ont continué a suivre Lalaji sans se mêler au Sahaj Marg, il n’existe pas qu’une seule voie pour parvenir au sommet de la montagne. Maintenant pour moi ce que prône Chari n’a radicalement plus rien à voir avec la « voie simple, naturelle » de Babuji.



« Je pense notamment à un "vieux" full précepteur de Sanary, copain comme cochon avec Chari... »

??? Je ne vois guère que André Poray comme full précepteur à Sanary, il était c’est vrai ami avec Chari, mais plusieurs échanges de courrier après le départ physique de Babuji attestent des mises en garde concernant la tournure que prenait la mission et très vite il a pris du recul et c’est désolidarisé de la mission. Il en a été de même pour quasiment tous les full précepteurs fait par Babuji.



« André Poray n'a-t-il pas versé dans le bouddhisme ? C'est l'impression que donnent ses conférences. Où est passé Babuji là-dedans ? »

André à toujours eu un faible pour la cause Tibétaine et a parrainé nombre de centre, il nous a même permis de rencontrer Kalourimpoché à Nice où nous avons fait une méditation avec lui, conduite par André, à la fin de cette médit le Lama à demandé à voir la photo de Babuji et dis à la grande surprise de certains moinillons outré à ces côtés « c’est une grande personnalité, c’est une très bonne voie, continuez! » Ils étaient aussi ouvert l’un que l’autre ; mais si dans certaines de ces conférences il parlait des Tibétains ou comparait les différentes techniques ou religions il est toujours resté fidèle à Son Maître qu’il plaçait devant toute chose. Babuji n’a jamais demandé de renoncer à quoique ce soit, ni intérêt, ni passion, ni religion. André était tout simplement humain et même si a la fin de sa vie nous n’avions plus très envie de l’entendre parler des temples de Borobudur ou des Egyptiens ou des Tibétains je peut vous assurer que lorsqu’il se tenait devant vous à plus de 90 ans vous aviez l’impression d’être au pied de Babuji (une fois faite abstraction de la forme physique bien sur). Il a pour ma part tjrs été un fidèle outil entre les mains de son Maître, ni plus ni moins.



Merci à tous pour votre intéret

Cyrille

Alexis a dit…

@Cyrille
Merci d'avoir répondu à nos questions. Cela en suggère de nouvelles... notamment sur ces full précepteurs indiens. Qui sont-ils ? combien sont-ils encore en vie ? ont-ils créé des mouvements en Inde ? ont-ils subi des attaques de la part des sbires de Chari comme les enfants de babuji ? pourquoi le petit fils de lalaji et kasturi ont ils malgré tout des liens avec chari (ils sont précepteurs de la SRCM) ? et en Europe, combien avez vs de précepteurs ? tous des vieux formés par babuji ?

Anonyme a dit…

Hello Cyrille,

Tu dis "dérive financière" mais Varadachari ne parle pas de ça. Il parle de "commercialisation de la mission", ce qui ne se restreint pas à l'aspect financier, mais concerne la transformation de la mission et de l'enseignement en un produit servant de fond de commerce. Son analyse est plus subtile et fait probablement référence aux idées mégalo de certains.

Tu es entré en 77 dans la mission lorsque tu as commencé ta pratique sous la guidance de Babuji. Tu as donc pu observer ou entendre les autres en parler pendant les 6 ans qui ont précédé la mort de Babuji, puis ensuite.

Déjà, les quelques informations que tu nous apportes donnent beaucoup de lumière sur l'histoire, très peu claire pour ceux qui sont à la SRCMtm. Par exemple, que Babuji ait utilisé ses propres terres pour construire l'ashram de Shahjahanpur ou pour cultiver la nourriture qu'il donnait à ses abhyasis en dit long sur son attitude, et révèle probablement pourquoi Chari a dû s'emparer de l'ashram de façon criminelle. Après cet acte, il a démontré de manière indiscutable qu'il était une racaille de la pire espèce.

En France, on connaît bien la racaille, mais les karshers kashers, hélas, ça ne fonctionne pas aux sommets des pyramides gangrenées.



"ne mettant en avant que leur Maître Babuji"
Des idolâtres. Aiment-ils dieu autant?



"Babuji fini par accepter"
Ou comment un maître, humain, se laisse manipuler par ses adorateurs.



A mes débuts à la mission fin 80s début 90s, l'esprit était resté le même: Ventes à prix modique (plutôt que coutant, on y mettait déjà les pieds timidement et pour tâter le terrain, pour voir jusqu'où on pourrait pousser le bouchon), coût des séjours à prix extrêmement raisonnable, peu d'administration et pour ce qui est des cotisations et cartes de parti ou numéro de membre... je ne me souviens pas. Puis la machine infernale mazie s'est mise en marche et aujourd'hui c'est n'importe quoi. Il n'y a aucune raison que cela ne continue pas encore plus loin, car le Chari a tellement manipulé ses adeptes qu'il les a rendus tous fêlés. La SRCMtm, c'est un délire collectif.



"la Shri Ram Chandra Mission de Chariji"
Élodie, tu peux dire la Sri Rajagopala Chari Mission :-) parce que c'est ce que c'est.



"une compilation de ces lettres avec Babuji est en train d'être réalisé"
Cyrille, je ne sais pas si dans ton groupe vous avez fait comme le groupe de Narayana. Toute leur littérature est mise gratuitement online. Si vous disposez d'un tel site, peut-être voudras-tu nous communiquer l'adresse. Grâce à internet, les ouvrages peuvent être divulgués gratuitement, sans frais d'imprimerie.



"tous les précepteurs ont reçu une lettre de Chari leur intimant l'ordre de le reconnaître comme le président de la mission faute de quoi ils ne seraient plus précepteur de la mission"
Le petit tyran à l'oeuvre. Mais quel escroc, plus j'en apprends sur ce type plus je suis révulsé par cette ordure. Pour qui travaille-t-il ?

"et ne pourraient plus transmettre (cela à suivi plus tard)"
Bien sûr, c'est du terrorisme. N'oubliez pas qu'il a admis que lorsque Babuji est décédé, il croyait que la transmission ne marcherait plus :-) C'est dire s'il avait une quelconque compréhension de la dimension spirituelle. C'est dire s'il doutait de son niveau de réalisation, et c'est dire s'il avait des choses inavouables sur la conscience. Bref, un petit aveu qui en dit long.

"Ce n'est que plus tard qu'il s'est proclamé successeur de Babuji"
Et aujourd'hui, Babuji est relégué au second plan, et de plus en plus. Lalaji, aux oubliettes. Naissance miraculeuse, il est descendu du ciel pour apporter la transmission à l'humanité puis ciao. Je simplifie à peine.

« je suis là pour faire des précepteur pas pour les défaire, mais si un précepteur devais s'égarer, la transmission s'arrêterai d'elle même. »
Possible, c'est assez mécanique, mais ignorants que nous sommes, nous en faisons quelque chose de magique. Si nous savions, nous ne tomberions probablement plus sous la coupe d'escrocs. Honte à eux d'exploiter l'ignorance humaine.



"Il en a été de même pour quasiment tous les full précepteurs fait par Babuji."
Mais, Cyrille, vous ne comprenez rien !! Vous, comme moi, comme tous ces gens, nous avons eu une crise d'ego et avons chuté, que dis-je, été exclus par super-ego :-) En plus d'être un imposteur, un manipulateur et un voleur, c'est un menteur. Que de qualités divines dans cet être remarquable.



"Babuji n'a jamais demandé de renoncer à quoique ce soit, ni intérêt, ni passion, ni religion."
De même que Lalaji, et ce contrairement à Chari. Les premiers ont pratiqué du soufisme, dont le but n'est pas de couper l'individu de sa vie et de son environnement, mais de l'intégrer totalement et de plus en plus ouvertement, jusqu'à l'infini. La voie spirituelle n'est pas la voie sectaire du pouvoir et de la peur que suit Chari.


En espérant vous lire encore.

Cricri

Elodie a dit…

Bonjour Cyrille,
Merci de votre prompte réponse qui a déjà suscité des réactions. Aux remarques de Cricri et d'Alexis j'ajoute les miennes.
Il me semble que le docteur Varadachari s'inquiétait auprès de Babuji d'une recherche de la quantité au détriment de la qualité, il pensait surtout au nombre de pratiquants et peut-être aussi au risque que la spiritualité se noie dans les aspects matériels qui prenaient de plus en plus d'importance avec le nombre d'adeptes. je ne me rappelle pas avoir entendu parler de dérives commerciales ni de commercialisation de la Mission (sauf s'il s'agit du nombre de personnes).
Je suis étonnée de découvrir autant de groupes fidèles à Babuji dont je n'avais jamais entendu parler. Tous les lieux que vous citez abritent aussi d'importantes communutés fidèles à Chariji. N'y aurait-il pas mélange des deux, les uns cotisant et les autres non ?
Votre groupe s'est-il formalisé, a-t-il des "leaders" ou des personnalités plus charismatiques que d'autres depuis le décés de Monsieur Poray ? Et en prolongation de la remarque d'Alexis sur vos précepteurs, s'ils ne sont pas tous âgés parce que nommés par Babuji, qui désigne les nouveaux ?
Enfin, où pourra-t-on se procurer la compilation des lettres échangées entre André Poray et Babuji ?
Bien affectueusement,
Elodie

martin a dit…

Bonsoir à tous et à Cyrille.
Ton témoignage est pertinent de clarté et de simplicité.
Il nous renvoie à une question importante ; qu’est-ce qui fait la différence entre les « transmissions » ? Est-ce l’émetteur ou le récepteur ? Est-ce quantitatif et/ou qualitatif ?
J’ai pu entendre un témoignage d’une méditante expérimentée, non adepte de la SCRM, confiant qu’elle reconnaissait que la qualité de la transmission y était exceptionnelle !

Quand Babuji dit « je suis là pour faire des précepteurs pas pour les défaire, mais si un précepteur devais s’égarer, la transmission s’arrêterai d’elle même. », doit-on comprendre que l’Emetteur a réellement la main sur cette transmission ?
Si oui comment les adeptes de Chari peuvent-ils ressentir une transmission « HD » si l’antagonisme entre Babuji et Chari est bien avéré? La qualité de la transmission pourrait donc être indépendante du niveau de réalisation spirituelle du Maître !
Vu de dehors ce processus parait de plus en plus loufoque.
Le témoignage de Cyrille souligne bien la césure entre Babouji et Chari, hors ce dernier ne cesse de revendiquer sa filiation spirituelle de Babouji, et une telle imposture n’entraverait pas la qualité de « sa » transmission ?
Ou ne suffit-il pas tout simplement de créer le «mythe » pour pouvoir ouvrir sa propre fréquence, et les abyasis font le reste….
Il serait très intéressant de connaître le point de vue d’abyasis qui aurait pu connaître et pratiquer avec les deux, est-ce encore possible ?
La première clé d’un éveil éventuel par rapport à toutes ces dérives se situe certainement dans la compréhension de ces mystérieuses transmissions.
La seconde est aussi dans la mise en clarté de l’absence de lien « spirituel » entre Babouji et Chari, souvent évoquée mais pas suffisamment synthétisé.
Sans « AOC » ce dernier s’en trouverait probablement bien affaibli…

Anonyme a dit…

Hello Elodie,

Tu n'as jamais entendu Varada parler de commercialisation de la mission mais ce sont les termes qu'il emploie dans sa lettre à Babuji datée du 18.06.70.

18.06.70 - pp. 449-450
"I am unhappy over the growing developments (...). I must utter a word of warning if I ought not be misunderstood. Let us not commercialise our Mission, and in embarking upon works which are not immediately helpful to spiritual development of our abhyasis. We have to imbue the sense of Mission-spiritual, and not mix it up with other ends."

Narayana, dans ses échanges avec Peter, écrivait sur ce sujet:
"le problème ["mon Révéré Père voulait qu'on donne plus d'importance à la spiritualité et que le système de formation ne soit pas négligé (...) Notre Révéré Babuji a essayé de le convaincre qu'aucune dérive ne se développait comme il le craignait"] s'est amplifié lorsqu'on a commencé à commercialiser la SRCM"

Les dérives proviennent d'une volonté malsaine de commercialiser la Mission et l'Enseignement dans le but de faire du chiffre, l'aspect financier n'en étant qu'une des multiples conséquences. C'est la logique mazie qui ravage le monde, appliquée par le mazi Chari au domaine de la spiritualité.
Ecosystèmes humains et naturels font les frais de cette logique en se faisant progressivement dévorer, ou si tu préfères, exterminer...

Car tout le système mazi est un cancer qui se développe dans son hôte en le tuant peu à peu.

Qui sont les mazis ?

Cricri

Cyrille a dit…

Whaouu… ! moi qui d’habitude n’aime pas écrire !!! et tape à 2 doigts, enfin ! re bonjour à tous

je vais tenter de répondre à chacun !



Alexis : full précepteurs ! fait par Babuji et fidèle à lui seul :



- Ragavendra Rao de Raïchur est décédé il y a 3ans de cela, il a été une des personnes phare de tous ceux qui en Inde et en Europe sont resté fidèle à Babuji et à lui seul (même si les marques de déférence et de respect en Inde sont bien différente de chez nous voir même choquante (Babuji n’aimais pas cette coutume de toucher ses pieds et repoussait toutes velléité de ceux voulant les embrasser.) L’ashram (le bâtiment) de Raïchur à été le dernier lieu investi par les gens de Chari et cela avec armes et complicité de la police.

- Ramachandra Reddy de Cuddapah est lui aussi dcd l’année dernière.

- Narayan Rao de Gulbarga est tjr bon pied bon oeil et parcours tjrs différents centres en Inde mais son age (87ans)ne lui a pas permis de venir nous voir cet année.

Vital Rao de Bangalore est tjrs parmi nous et je dois aller le voir en début d’année.

- Sister Kastury de Lucknow s’est retiré depuis belle lurette de la mission Chari et ce avec un discourt public qui lui a valu bien des ennuis ; le petit fils de Lalaji s’est lui aussi retiré et nous l’a clairement expliqué l’année dernière. Mais là ou Chari la joue fine, c’est en les gardant sur ces liste de précepteur de la mission malgré les nombreuses demandes de Kasturi de ne plus figurer sur les tablettes de la SRC… en Inde elle à un eu et a tjr un tel impact (vu ce que Bj à écrit et dit d’elle) qu’il ne peut se couper d’une telle image de marque (la défection de Ragavendra Rao, d’André Poray et de ts ces full précepteur avait suscité bien des questionnement à l’époque)

- Dr Shiam Rao de Gulbarga a lui, pris un peu de recul, je dois également le rencontrer bientôt.

- Vital Rao de Bangalore surnommé affectueusement Judge (c’est un ancien magistrat de la haute cours de justice de Bangalore) il est lui tjrs de ce monde même si le poids des années (+-85) se fait durement sentir, il préside tjrs des satsangs ainsi que les grandes réunions annuelles.

- Dr Srivatava a lui pris une voie légèrement à part voulant « mixer » science et spiritualité, nous lui avons avec respect expliqué notre désaccord mais je garde de l’amitié pour lui. Il a un temps assumé la charge administrative et la présidence de la mission dissidente de celle de Chari, (avant que celui ci ne s’approprie le nom et en face une tm) durant cette période « il a fait » de nouveaux précepteurs. Hormis Sister Kastury qui a été la seule a ma connaissance a « faire » des précepteurs sous la responsabilité et la conduite de Babuji (des lettres et ne nombreux témoignages corroborent cela) et continue a en faire très rarement, aucun des full précepteur ci-dessus cités n’en ont fait.



Aucun d’entre eux, à mon avis, n’a au sens propre (ou sale) du terme véritablement créé de « véritable mouvement ». Les réunions notamment pour le Basant ou l’anniversaire de la mission réunissent toujours plusieurs centaines de personnes dans les grand centres (hyderabad, bangalore, lucknow, etc …)et une collégiale plus ou moins informelle organise les célébrations.



Pour les enfants de Babuji c’est encore une autre affaire ; il ne reste plus que Servech le plus jeune, (les deux autres ne sont plus de ce monde) il vit à Shahjahanpur, il a +- rejoint Chari ( qui l’a fait précepteur lui et sa femme !!!) malgré sa prise de position contre lui au début, mais autorise ts les abhyasis venants au nom de son père a venir à Shahjahanpur Chariiste ou non (j’y suis allé l’année dernière pour le mariage de son fils que j’ai connu tt petit, et y suis retourné avec un petit groupe un mois plus tard). Il m’a également demandé de conduire des satsangs sur place dans la maison de son père.



Ahhh ! les PRECEPTEURS !!!! que d’erreurs commise……et d’idées reçue.

Je vais tenter de vous donner mon point de vue tout en tentant de respecter ce que disait Babuji. Il disait : « être précepteur c’est une charge et non un titre honorifique ou une quelconque indication de niveau spirituel » « Je pourrais obtenir le travail d’un âne (gag) !» (je rechercherai des textes précis la dessus).

Mais pour vous donner une idée : si vous avez soif, vous allez au robinet vous désaltérer, mais qui vous enlève la soif, le robinet ou l’eau ??? même en l’absence de robinet l’eau trouve tjrs le moyen de passer.

Le précepteur est un outil et plus l’outil est oublieux de sa « petite » personne, plus la transmission est efficace. Bj : « le précepteur est avant tout un abhyasi, il n’est précepteur que durant le temps de la transmission, il se doit de donner l’exemple. » le robinet se doit d’être le plus propre possible. J’ai eu cette réponse un jour : « be His instrument and keep the instrument cleen » un robinet rouillé teinte l’eau, l’eau est tjrs de l’eau mais ce qui y est rajouté consciemment ou inconsciemment la rend difficilement assimilable voire impropre à la consommation.

Beaucoup de gens et cela dès le début briguaient ce titre !!! allant jusqu'à lui écrire à ce sujet et tous ceux qui étaient dans cette attente ne sont jamais devenus précepteur, Babuji les préservant d’une poussée d’ego fatale. J’ai appris après son départ qu’ils avaient presque tous été fait précepteur par Chari (quel manque de discernement !!!). Et même des précepteur fait par Babuji sont tombé dans le piège de l’ego ; mais faut t’il leur jeter la pierre : qui est responsable (il n’y a pas de coupable) l’abhyasi précepteur dont l’orgueil gonfle ou L’abhyasi qui adule et glorifie le précepteur lui donnant par là le sentiment d’être important.

Il en va de même pour Chari, je ressent, chez certain (j’en ai eu aussi), beaucoup de colère envers lui, lui en veulent t’il de les avoir berné ou s’en veulent t’il a eu même de s’être laissé berné ?



Anonyme :

"ne mettant en avant que leur Maître Babuji"
Des idolâtres. Aiment-ils dieu autant?

Si l’on considère Babuji sous son aspect physique et que l’on met cela en avant alors là oui, il peut y avoir, et il y a eu, idolâtrie ! Mais si tu vois et « t’attache »à la part du Divin en Lui, alors là tu place le Divin en avant ; un jour un abhyasi dit a Babuji : « Maître ! vous devez être contant, plusieurs milliers de personnes seront là pour le Basant » Bj : « oui mais combien sont de véritables abhyasis » « ils viennent me voir mais repartent sans m’avoir vu ! » il ne parlait pas de sa forme physique, mais de la perception de cette dimension divine que les gens ne voyaient pas, recréant une nouvelle image pieuse, et ritualisant la technique.

Posez vous la question : pourquoi autant de gens ont suivi Chari à la mort de Babuji ?

Tous étaient dans une forme de dépendance affective envers le Maître, pris alors comme le père idéalisé. Ils ont trouvé ce qu’il cherchaient : un gourou (goure où ?) vivant ! D’où la création du mythe, nécessaire à un avancement spirituel, du Living Master (le Maître vivant) mais Babuji n’est pas « mort » la transmission est tjrs là disponible à quiconque veut en faire l’expérience et ts les nouveaux que je côtoient peuvent vous le dire, même ceux qui comme moi ne ressentent rien ils en voient les effets dans leur quotidien sans être déconnectés de la réalité, bien au contraire.



"Babuji fini par accepter"
Ou comment un maître, humain, se laisse manipuler par ses adorateurs.

Je ne suis pas sur que quiconque ai pu manipuler Babuji, mais dans le cas de cette voiture, il n’a jamais voulu accepter qq chose pour lui même, c’est devenu la voiture de la mission qui servait non seulement à ces déplacements de la maison à la gare ou à l’ashram mais à toutes les personnes âgées impotente qu’il fallait aller chercher à la gare (il n’y avait pas de taxis à l’époque, rien que des vélo rikshaw).



Cyrille, je ne sais pas si dans ton groupe

Attention aux mots que l’on emploie : TON : adjectif Possessif. Babuji n’a jamais dit Mes abhyasis et les précepteur qui utilisent allègrement des : « mon groupe, mon travail, mon centre » courent à une mégalomanie chronique et patologique.





lettres avec Babuji littérature mise gratuitement online

L’idée est non seulement écologique mais tt à fait juste, mais nous n’avons jamais eu de site, les déboires avec les groupes de Chari nous ont fait faire discret. Maintenant je suis loin d’être un virtuose de l’informatique et toute aide serait la bien venue.





Elodie :

Tous les lieux que vous citez abritent aussi d'importantes communautés fidèles à Chariji. N'y aurait-il pas mélange des deux, les uns cotisant et les autres non ?

C’a hihihi, il n’y a jamais eu mélange, les gens de Chari nous fuyant comme la peste, peut être plane t’il une « interdiction » de nous rencontrer de peur d’apprendre des vérité pas tjr très bonnes a dire, tt comme « l’interdiction » de visiter vos sites dissidents. De plus n’ayant jamais fait de la retape, je n’ai moi même jamais cherché à rencontrer des abhyasis Chari.



Votre groupe s'est-il formalisé, a-t-il des "leaders" ou des personnalités plus charismatiques que d'autres depuis le décès de Monsieur Poray ?

Pas de leaders mais quelques anciens, et pas de formalisme du tout.



sur vos précepteurs, s'ils ne sont pas tous âgés parce que nommés par Babuji, qui désigne les nouveaux ?

Vous avez une partie de la réponse plus haut, mais en avril 77 j’avais 19 ans ½ et beaucoup de précepteur fait à cette époque étaient jeune, ne nous enterrez pas trop vite ;-)



Bon je vous laisse, amicalement votre ! (curtis et moore) les vieux comprendront ;-)

Cyrille

Alexis a dit…

@Cyrille
Passionnant !

Tu parles très peu des descendants de Babuji, pourtant navneet kumar saxena est en procés avec Chari, et son père umesh chandra Saxena l'était aussi avant lui… Prakash aussi s'est opposé à Chari, comme son fils Charad : que sont-ils devenus ?

Tu ne dis pas un mot de KC narayana, le fils du Dr Varadachari, qui a créé son propre mouvement. Etes vous en contact ? d'après Narayana, Kasturi s'est d'abord prononcée en faveur de Chari contre umesh chandra Saxena. SA Sarnad a retourné sa veste en qq semaines.

Le fils de Dinesh Kumar Saxena (petit-fils de Lalaji) suit fidèlement Chari, il est vrai qu'il bosse ds une entreprise dirigée par un des proches de Chari…

Le Dr Srivastava a créé une association en Belgique : Shri Ram Chandra Memorial International Society Promoting Spirituality As A Science (INSPSAAS), en sais-tu plus ?

Suresh Kumar Makam, un disciple de raghavendra rao, a créé un blog, le connais-tu ?

"Pandit ji", un disciple de Kasturi a lui aussi créé un blog. As-tu le discours où elle incendie Chari ?

André poray a fait des tournées avec le Dr Hans gangloff. Tu connais ?

Y a-t-il encore d'autres grandes personnalités (full precepteurs) en France, Europe et en Inde ? donald sabourin en a-t-il fait partie ?

Cricri a dit…

Hello Martin !

Lorsque cette méditante expérimentée dit que la qualité de la transmission à la SRCMtm est exceptionnelle, je m'interroge forcément sur son expertise et je t'explique tout de suite ce que je veux dire.

D'abord, être un expert, donc être à même d'évaluer parce que connaissant un domaine, implique une expérience théorique et pratique, mais aussi, dès qu'on en arrive au domaine de la spiritualité, des capacités de perception et de discrimination.

Elle peut être experte en méditation, est-elle experte en transmission? Si oui, pourquoi ne transmet-elle pas?

Qu'est-ce qui est exceptionnel dans la transmission de la SRCMtm?
Sa puissance? Sa subtilité?

J'ai testé longuement la transmission à la SRCMtm, et aucun abhyasi de la secte ne pourra prétendre le contraire sauf à mentir: En parallèle à des transmissions exceptionnelles (qui ne sont donc pas monnaie courante), les transmissions nazes, ça existe aussi.
Certaines te mettent même dans une condition tellement lourde et dérangée qu'il te faut plusieurs jours pour retrouver un équilibre. Je doute que ceux qui ont jamais approché Babuji n'aient de tels témoignages négatifs à apporter sur la qualité de sa transmission.

Par ailleurs, tous, même à la SRCMtm, te diront que plus la transmission est subtile, moins on la sent.
Parait-il, ce qui serait ressenti est l'interaction entre ton propre système et la transmission, ce qui en amène d'autres à prétendre que ce que tu ressens, ce n'est jamais la transmission, trop subtile pour titiller les sens, mais ce que tu es.

Je pense que les deux se mêlent, car ayant quitté la SRCMtm pour aller méditer avec d'autres disciples de Babuji, j'ai pu observer une différence fondamentale dans la qualité de la transmission: c'est donc que ceci ne vient pas que de moi.

Par ailleurs, et les abhyasis de la SRCMtm ne pourront pas me contredire non plus sauf à être de fieffés menteurs, nous avons tous pu remarquer que la qualité de la transmission variait aussi en fonction du niveau de développement du précepteur qui transmet et de sa condition, mais que pour contourner ce petit détail fondamental, un ramassis de mensonges contradictoires étaient donnés aux abhyasis trop éveillés...

Le problème de l'objectivation par une mesure se pose, ainsi que celui de l'honnêteté intellectuelle du groupe qui va mener l'investigation.
Venant d'idolâtres, on ne s'attend pas à un quelconque résultat objectif, mais il est bon de soulever le débat.

Donc, la situation est plus complexe.
Il faut probablement éviter de faire de la transmission quelque chose d'homogène: La transmission est une technique, et qu'est-ce qui est transmis est la question, la technique étant appliquée sur un individu dans un but qui varie sous l'influence de multiples facteurs.

Ton amie est pratiquement piégée par son expérience, car le système est ainsi fait qu'il nous subjugue avec la transmission au tout début.
L'expérience est tellement profonde, tellement forte, tellement vraie, qu'elle ne laisse plus de place à aucune question.
Ainsi tombé dans la conviction, le nouvel introduit ne cherche plus à tester le système et ses 3 M, mais à comprendre et à adhérer.
Il est convaincu, pourquoi testerait-il?

Comme c'est bien fait, n'est-ce pas?


Tu poses d'excellentes questions.

Ce sont des idolâtres délirants.
Une investigation scientifique du phénomène démontrerait certainement que ce sont des imposteurs ignorants qui ont fait de leur ignorance quelque chose de magique, donnant un sens à leur expérience comme ils le peuvent avec un système de croyance délirant et boiteux.
Il y a dans l'univers des forces anciennes, dont cet océan de béatitude qui est partout et qui s'oppose à la force d'entropie.
Tout dans la création est assez mécanique, et la Nature est une gigantesque machine.
Mais il y a plus que la matière.

Ceux qui prétendent avoir autorité sur dieu ne sont que des bouffons, vous devez leur cracher au visage car ils ne méritent rien d'autre.
Ils ne font que retarder le progrès de l'humanité en l'engluant dans des mythes.

"Vu de dehors ce processus parait de plus en plus loufoque."
Ce sont ces gens qui sont loufoques, ne t'arrête pas de chercher en cours de route.

"une telle imposture n'entraverait pas la qualité de « sa » transmission ?"
Elle le fait probablement.
Encore une fois, qu'est-ce qui est transmis?
Qui est expert pour juger une transmission?
Même les prez ne savent pas, ils ne comprennent pas vraiment comment ça marche.
Quand à Chari qui au premier sitting après le décès de Babuji doutait que la transmission allait couler...
Tu vois donc qu'il n'y a personne qui contrôle le flux de l'univers.

Prends mon exemple: Chari dit à ses adorateurs qu'il m'a exclu pour faire bonne figure (pauvre type).
On penserait donc que je suis privé de transmission???
Elle est toujours là.
C'est donc bien que ce n'est pas ce bouffon qui la contrôle.

"Ou ne suffit-il pas tout simplement de créer le «mythe » pour pouvoir ouvrir sa propre fréquence, et les abyasis font le reste…"
Héhéhé...
Guru, un bon job.

"Sans « AOC » ce dernier s'en trouverait probablement bien affaibli…"
Faux: Repense à l'expérience de ton amie.
Pense aussi au phénomène de turnover de la population d'abhyasis à la SRCMtm.
Ce qui compte, c'est une masse, une structure, et un mythe, pour créer de la fascination.
Voilà pourquoi la SRCMtm est un système fasciste.
Tout y est, Chari pourrait se défaire totalement de sa filiation à Babuji.
Et spirituellement parlant, ne l'a-t-il pas déjà fait?
Son affaire continuera de tourner, c'est du show-business.

________________________
"Whaouu… ! moi qui d'habitude n'aime pas écrire !!! et tape à 2 doigts"
Super-entraînement en perspective, tu devrais arriver à taper des 10 doigts d'ici la fin du mois :-)

"L'ashram (le bâtiment) de Raïchur à été le dernier lieu investi par les gens de Chari et cela avec armes et complicité de la police."
On n'insistera jamais assez sur le fait que la SRCMtm de Chari est une organisation criminelle: Pour qui travaille Chari?
Vous pensiez vraiment qu'ils allaient laisser l'enseignement de Babuji et l'enseignement des Sufis percoler dans le système, courir le risque qu'une telle influence subversive ne vienne altérer la domination mazie?
Ils devaient trouver les moyens de contrôler cette dangereuse source de conscience et la neutraliser: Pour qui travaille Chari?
Quid des développements géopolitiques dans l'arc Himalayen?
Pour détruire quelque chose?

"Hormis Sister Kastury qui a été la seule a ma connaissance a « faire » des précepteurs sous la responsabilité et la conduite de Babuji (des lettres et ne nombreux témoignages corroborent cela) et continue a en faire très rarement, aucun des full précepteur ci-dessus cités n'en ont fait."
Donc leur filiation va s'éteindre avec eux.
Donc nous ne sommes pas dans la perspective spirituelle qui est un flux allant de l'avant, mais dans les vestiges du passé.
C'est figé, mourant.
Ces mouvements sont-ils destinés à se scléroser en religions avec adoration d'une personnalité décédée ou d'un fantôme?

"il ne reste plus que Servech le plus jeune, (les deux autres ne sont plus de ce monde) il vit à Shahjahanpur, il a +- rejoint Chari ( qui l'a fait précepteur lui et sa femme !!!)"
C'est son assurance-vie ! Grand bien lui en a pris.

"« Je pourrais obtenir le travail d'un âne (gag) !»"
Et il serait probablement mieux fait qu'il ne l'est la plupart du temps :-)

"un robinet rouillé teinte l'eau, l'eau est tjrs de l'eau mais ce qui y est rajouté consciemment ou inconsciemment la rend difficilement assimilable voire impropre à la consommation."

"Babuji les préservant d'une poussée d'ego fatale"
M'est d'avis qu'une ronce ne produira jamais des roses.

"J'ai appris après son départ qu'ils avaient presque tous été fait précepteur par Chari (quel manque de discernement !!!)"
FAUX: Il a un excellent discernement puisqu'il les sélectionne comme ça.
Dans son système de pouvoir, plus les gens ont d'ego, et plus ils sont utiles à sa cause putride.

"mais faut t'il leur jeter la pierre : qui est responsable (il n'y a pas de coupable) l'abhyasi précepteur dont l'orgueil gonfle ou L'abhyasi qui adule et glorifie le précepteur lui donnant par là le sentiment d'être important"
C'est de la faute aux systèmes de croyance, que certains manipulent pour en tirer un bénéfice quelconque, qui devrait être analysé en profondeur et épuré au maximum.
Des purges sont nécessaires à tous les niveaux: Un jardin se désherbe régulièrement, et on ne verse pas d'engrais sur les orties en s'attendant à obtenir un bouquet de lys.
Babuji ne pouvait pas savoir quelles seraient les conséquences de ce qu'il a créé, car il ne savait pas dans quel contexte son système serait transplanté. Aujourd'hui, nous le voyons et c'est à nous de travailler à comprendre ce qui s'est passé et comment rectifier ce qui doit l'être pour que le flux se poursuive dans sa plus grande pureté.
D'autres viennent après nous, cessons de ne penser qu'à notre évolution personnelle.

"je ressent, chez certain (j'en ai eu aussi), beaucoup de colère envers lui, lui en veulent t'il de les avoir berné ou s'en veulent t'il a eu même de s'être laissé berné ?"
Pour ma part les deux.
La colère est un moyen divin de brûler ce qui doit l'être, laissons-là faire son oeuvre plutôt que de porter un jugement.
Dut-elle me consumer.

Au sujet de ton explication sur ma remarque / adoration de Babuji:
A l'ISRC, la "Sri Ram Chandra Consciousness", un nouveau concept, est le guide suprême.
Je simplifie à peine pour aller vite, toute la littérature est online sur leur site.
Je leur ai demandé ce que c'était que cette SRCC: Babuji oeuvrant depuis le niveau astral.
Ah, ais-je dit, alors Babuji est un fantôme?
Le problème, ici, est que si Babuji a atteint la fusion avec l'ultime de son vivant, alors à sa mort il ne reste plus rien de Babuji.
S'il reste quelque chose dans l'astral ou je ne sais où, c'est qu'il n'avait pas atteint le stade ultime comme ses adorateurs le prétendent.
Narayana a fini par me dire cet été, agacé car je les ai emmerdé avec cette question depuis 2 ans, qu'eux, Indiens, étaient des gens affectifs, alors que nous, occidentaux, leur apparaissions plutôt comme rationnels.
Pour cette raison, ils ont en quelque sorte personnifié dieu dans la personne de Babuji parce qu'ils ont aimé Babuji au-delà du raisonnable, mais la SRCC n'est autre que le divin.
Nous sommes donc dans un dévoiement total: Pourquoi appeler dieu Babuji?
Je comprends parfaitement que ceux qui ont connu Babuji et l'ont tant aimé en gardent le souvenir dans leur coeur.
J'ai beaucoup de respect pour leur sentiment car il est très noble et il élève la condition humaine.
Cependant, leur responsabilité, lorsqu'ils transmettent l'enseignement aux générations suivantes, est de préserver la liberté d'aller à dieu, et non d'emprisonner dans une image.
Voici le sens de ma petite remarque caustique.
Elle a aussi une utilité pour qui veux prendre la peine d'y penser.
Je n'ai aucun respect pour les adorateurs.
Ce ne sont que des choses: Les choses de leur objet d'adoration, qui n'est lui-même qu'un objet.
Est-ce tout ce que les "disciples" de Babuji ont saisi de son enseignement?
Voulait-il faire des gens qui venaient à lui des objets?
Voulait-il lui-même devenir un objet pour les gens?
Si je respecte un sentiment, pourquoi respecterais-je un processus mortifère pour préserver les uns et les autres, alors que je sais qu'ils s'engagent dans une voie qui ne conduit qu'aux ténèbres?
Ici, chacun doit s'interroger sur cet autre type de dérive qui est en cours dès la première génération.

"dépendance affective envers le Maître, pris alors comme le père idéalisé"
OUI

"Ils ont trouvé ce qu'il cherchaient : un gourou"
DONC ILS NE SONT PAS DES CHERCHEURS DE SPIRITUALITÉ.
Donc tout ceci est une vaste fumisterie.

"Babuji n'est pas « mort » la transmission est tjrs là disponible à quiconque veut en faire l'expérience"
Babuji est mort en 1983, probablement assassiné par la racaille.
La transmission existait avant Babuji et existerait aujourd'hui, même s'il n'avait jamais vécu.
Nous devons clarifier tous ces mythes, qui fleurissent sur le terreau fertile de l'ignorance.

"même ceux qui comme moi ne ressentent rien"
Habituation?
Progrès spirituel?
Un processus qui a des caractéristiques parfois très psychologiques et très biologiques.
Encore une autre source de questions.

"Je ne suis pas sur que quiconque ai pu manipuler Babuji"
Je pense le contraire.
D'après Narayana, il était tellement faible après son coma (premier empoisonnement?) de 1974 que la voie était ouverte à toutes les magouilles politiques.

"TON"
OUI, c'était un raccourci. Bon de le préciser.

"les déboires avec les groupes de Chari nous ont fait faire discret"
Alors mettez-les sur la toile via le peer-to-peer.
Même les racailles qui pullulent dans les gouvernements occidentaux ne parviennent pas à contrôler le peer-to-peer -- ça viendra sûrement puisqu'on s'achemine à grand pas vers un totalitarisme mondial.
Si vous souhaitez monter un site, soyez prudent avec les Copyrights et les TM.
Mais c'est une idée à encourager très vivement.
Nombre d'isolés formant ce groupe fantôme dont vous nous avez parlé, que la SRCMtm de Chari a rejeté dans l'ombre par divers procédés que nous commençons à connaître, doit trouver le moyen d'échanger plus librement et facilement.
Je peux aider dans une certaine mesure.

"plane t'il une « interdiction » de nous rencontrer de peur d'apprendre des vérité pas tjr très bonnes a dire, tt comme « l'interdiction » de visiter vos sites dissidents"
La voie de l'amour fraternel :-)
Il vous montre comment faire: Exclure et interdire.
Dans le même temps, il a le culot de dire dans ses speechs que "l'amour ne demande pas".
Peut-être ordonne-t-il?

"De plus n'ayant jamais fait de la retape, je n'ai moi même jamais cherché à rencontrer des abhyasis Chari"
Vous ne perdez rien, au contraire ils risqueraient de vous contaminer avec les poisons mentaux que Chari distille dans leur esprit.

"sur vos précepteurs, s'ils ne sont pas tous âgés parce que nommés par Babuji, qui désigne les nouveaux ?
Vous avez une partie de la réponse plus haut, mais en avril 77 j'avais 19 ans ½ et beaucoup de précepteur fait à cette époque étaient jeune, ne nous enterrez pas trop vite ;-)"
Pensez à l'avenir.
C'est aussi votre responsabilité, sinon vis-à-vis du maître et de son travail, vis-à-vis de l'humanité.

Cricri

Elodie a dit…

Bonjour Cyrille,
Voici la livraison des réactions du jour. Les deux premières ont été postées avant votre dernier envoi. J'ajoute que si vous souhaitez de l'aide pour la mise en ligne de la correspondance entre Babuji et Monsieur Poray, il n'y a pas de problème. Je suis une béotienne et j'arrive à m'en débrouiller. Il vous est très facile de créer un blog vous-même. Je peux aussi en publier des extraits si cela vous intéresse. Quant à Alexis pour le français et 4d-Don pour l'anglais, ils ont créé des blogs pour diffuser toute la matière disponible sur le Sahaj Marg et je pense qu'ils seront intéressés pour publier cette correspondance si vous le leur demandez.
Bien affectueusement,
Elodie

4d-Don a dit…

Salut a tous...

SVP...

Puis-je vous demander, les Francais de France, de ne pas vous servir d'abreviations sans les "expliquer"..EX... "AOC"..C'est quoi? Et les expressions locales et familieres ne se traduisent pas sans savoir leurs significations...

SVP, pour les lecteurs d'autres pays, cultures, et languages, "expliquez les expressions familieres" (colloquialisms?) et les "idiomes", et evitez les "abbreviations" sans explications.

Je traduit les commentaires interessants que je trouve sur ce site, en anglais pour mon blog et pour le site de discussion sur ORKUT "FREEDOM FROM SAHAJ MARG-SRCM, de Shashwat Pandey, des Indes. Shashwat est le ex-marie d'une abhyasi. Il est un engenieur en "informatique" et peut nous aider. Il est presentement au Mexique. (Monterrey)

http://www.orkut.com/Community.aspx?cmm=24873318

http://4d-don.blogspot.com/

Merci...

4d-don

4d-Don a dit…

Cyrille...

Merci pour tes reponses a nos questions...

Le fils de Babuji, Servech le plus jeune, que dit-il des accusations de son neveux, Navneet Kumar.

Selon Navneet Kumar: son pere, Umesh, le frere de Servech a ete empoisonne par ??... Navneet a subi un attentat d'emposinnement par ???et son frere a subi un attentat par un autobus qui a failli le tuer.

Que dit-il des accusation d'empoisonnement de Babuji?

Et que fait-il du proces de Navneet contre Chari pour le controle du Patrimoine de son Pere?

C'est tres interessant mais vraiement triste...C'est ca la SPIRITUALITE qui sort des Indes? On rejette le Christianisme pour ca?

4d-don

Cyrille a dit…

bonsoir Elodie voici une courte bafouille, (Oui pour un coup de main informatique! on se rappelle à mon retour!)





Cyrille : réponse à Alexis :

Umesh s’était lui aussi auto proclamé le successeur de son père, interdisant à quiconque l’accès de l’ashram y compris à son frère Servech !!!!!!!!,

L’épouse de Prakash vit à Lucknow et vas régulièrement aux satsangs chez Kasturi.

Je ne connais pas le fils du Dr Varadachari mais si tu me communique ces coordonnées je serai en Inde février mars !

Pour Dinesh Kumar et le Dr Shrivastava tu as ma réponse.

Je n’ai pas vu encore le blog de Suresh, si c’est le même auquel je pense il est de Bangalore, c’est un biznessman ! et je dois le voir durant ce prochain voyage.

J’ai, je pense, croisé Pandit ji à Lucknow, Kasturi m’a expliqué ce qui c’était passé et m’a parlé de ce discourt.

Le Dr Hans Gangloff à rejoint Chari, il était sympa et j’avais eu de bon contact avec lui à Munich lors de la venue de Babuji ; mais bon voilà !

Donald Sabourin : inconnu au bataillon !!!



Cyrille : réponse à Martin :

Qu’est-ce qui fait la différence entre les « transmissions » ? Est-ce l’émetteur ou le récepteur ? Est-ce quantitatif et/ou qualitatif ?

Les deux mon capitaine !!!

Partons d’un postulat qu’une personne serait bien remonté à la source, origine, bouma….! Il transmettrai de là une énergie X, relayée par des précepteurs. Je garde ma métaphore de l’eau et du robinet. Si le récepteur (abhyasi) considère ou ne voit que la part humaine du transmetteur, il limite lui même le débit et la qualité de l’eau. Il en vas de même s’il le déifie, « l’idolâtrise », le « supermanise »… il y ajoute sa propre couleur !!!

« mais si un précepteur devait s’égarer, la transmission s’arrêterai d’elle même. », doit-on comprendre que l’émetteur a réellement la main sur cette transmission ?

Maintenant idem pour l’abhyasi précepteur, si le robinet rouille et s’entartre l’eau s’arrêtera naturellement d’elle même.

Analyse qui ne vaut que ce qu’elle vaut.

J’y reviendrai plus en détail notamment sur les différents ressentis des différentes transmissions si vous le voulez bien, mais je part demain pour un grand week-end, et je ne pourrai correspondre avant lundi soir ; Bon week-end à vous tous.



PS : Mazi ??? jamais entendu parlé qui peut éclairer ma lanterne ?



Cyrille

martin a dit…

Pardon 4d-don, tu as raison, les abréviations c'est pas une bonne idée,
AOC signifie Appellation d'Origine Contrôlée utilisée pour identifier les bons vins français

Anonyme a dit…

mazi = mondial-socialiste.

neologisme en parallele au nazi ou national-socialiste.

Le meme genre de pegre mais en pire parce que celle-la est partout.

Et je m'arrete la parce que ce blog a un autre propos.

Cricri

Alexis a dit…

@ Cyrille
Tu sembles bien connaître la famille de babuji, peux tu nous faire un topo sur ses descendants et leurs liens avec Chari, Kasturi et les autres ?
A propos de Kasturi, tu dis qu'elle s'est écarté de Chari, qu'elle a fait un discours à ce sujet et que tu en as parlé avec elle. Peux tu nous dire quels étaient ses arguments où mieux encore nous passer copie de son discours ?

Alexis a dit…

En attendant le retour de cyrille de son week end, pour le plaisir :

- Prosélytisme toujours
"He [a prefect] also cited Master's recent speech at Goa that if every abhyasi brought one new abhyasi in a year, then a centre would grow easily." Echoes India vol 1 issue 5 (septembre 2008)

- Argent
Pour financer Lucknow 2008, la SRCM effectue toujours des relances pour vendre "Hubble Bubble" ainsi qu'un DVD "July 2008".
Les prix sont devenus plus raisonnables certes car ils ont tout de même remarqué que des 1000 € ça faisait raler certains.
Mais comme les habitudes ont la vie dure, la SRCM France ajoute que quand son petit stock sera épuisé, "le seul moyen pour vous les procurer sera de les acheter à la SRCM inde sur le site internet et de les récupérer en Inde." Histoire de pousser les abhyasis à se dépècher d'acheter leur propre exemplaire.
Comme s'ils ne pouvaient pas s'organiser entre eux pour aller les chercher là-bas alors qu'ils y sont toujours fourrés...
Leur administration ne marche que quand elle le veut bien !

Elodie a dit…

Bonjour à toutes et tous,
Merci de poster toutes vos questions à Cyrille pendant le week-end, je vais les lui envoyer par mail lundi midi.
Bien affectueusement,
Elodie
PS : Merci Cricri, j'apprécie beaucoup.

Anonyme a dit…

Hello Cyrille,

Je décris maintenant une expérience que je fais depuis des années sans avoir trouvé de réponse satisfaisante auprès de mes interlocuteurs, maître de l'univers Chari y inclus. Je tente avec toi car tu as peut-être, du fait de tes contacts diversifiés et de ton expérience, la possibilité de me répondre de façon appropriée.

Il s'agit d'une perte totale de conscience sous l'influence d'une force très puissante, qui survient en-dehors de sittings et de l'influence (connue) d'un précepteur, parfois pendant des méditations individuelles, parfois pendant que je lis, mais aussi parfois après un repas :-). Cette force est ressentie comme comparable à une transmission dans le cœur, avec une sensation électrique dans le cœur, une pression dans la tête, et un ressenti général de flux.

A la SRCMtm, ce type de phénomène était la grande inconnue, finalement ils ne savent pas grand chose et te disent de le noter dans ton journal et d'en informer le maître sans plus t'en soucier.

A l'ISRC, c'était peut-être dû à un problème de nature médicale, ou une forme de sommeil profond, de lourdeur spirituelle, et en tous cas ce n'était pas d'une valeur spirituelle quelconque, au contraire.

Chez les Sufis, c'était la Grâce divine.

Je ne sais toujours pas de quoi il s'agit et ça continue.

Selon la conception de la SRCMtm, il ne peut s'agir de la Grâce contrairement à ce qu'a prétendu mon interlocuteur Sufi, puisque la Grâce ne peut survenir qu'en la présence du maître vivant (= Chari).
Je suis convaincu que la Grâce peut couler en l'absence du maître physique et heureusement, mais toujours selon les représentants de la SRCMtm, c'est dans ce cas seulement une excitation émotionnelle ou de l'imagination (recréation par l'abhyasi d'une ancienne condition pour flatter ses sens).

Étant aujourd'hui "exclu" du Royaume par une fatwa de sa majesté impériale, il ne peut s'agir d'une influence issue de la SRCMtm, et je pourrais donc être victime de moi-même ou de ma digestion.

Concernant l'explication de l'ISRC, j'avais initialement éliminé l'idée d'un trouble organique parce qu'un changement de l'atmosphère du lieu s'ensuit et qui perdure dans les heures qui suivent, l'atmosphère étant comme chargée par la même force, indiquant que le phénomène serait plutôt de nature spirituelle.

Cependant, plus je connais Narayana, non seulement plus je l'apprécie, mais aussi moins je doute de sa perception.
En effet, l'effet produit par cette force sur le mental est celui d'un alourdissement, d'une anesthésie, d'un abrutissement, et si la cause est "spirituelle", la condition qui suit ne semble pas l'être.

Comment comprends-tu cette expérience, quelle est sa signification et sa valeur spirituelle dans ton système de pensée ou d'après ton expérience, si tu connais ce type de phénomène?

Cricri

Anonyme a dit…

Hello Elodie,

C'est en train de tourner au délire.
Voici l'extrait d'un email qui m'a été envoyé ce week-end, peut-être par un abhyasi ou en tous cas par quelqu'un ayant un lien rapproché avec la SRCMtm -- pour publication sur ton blog.

Bye !


"On m'a informé que les responsables srcm français sont désespérés du succès des blogs. Ils ne savent pas quoi faire, ni Ajay d'ailleurs. Etant donné que des abhyasis reçoivent la liste des blogs et que cela les déstabilise énormément, ils sont à la recherche des abhyasis qui transfèrent ces infos vers les adresses mails. Ils planifient donc tracer les mails reçus pour arriver aux responsables. Ils sont fous, mais je suis sûr qu'il doit y avoir pas mal d'experts en informatique donc fait attention avec ton blog et même avec tes mails privés car ils ne se gêneront pas."

Anonyme a dit…

Salut a tous et toutes...

Depuis le debut des "blogs", j'ai eu toute sortes de menaces, de proces (legal),et meme de mort. Et ca continue, sur Orkut et un peu moins sur mes blogs.

Alors, les braves, on les a "exposes" ces "spiritualistes" pour ce qu'ils sont en REALITE. Il faut seulement avertir les "justes" et les innocents et pas s'en faire de toutes ces MENACES...

S'ils peuvent se menacer entre eux, ils peuvent menacer les "bloggeurs" et il n'y a rien a faire parce que c'est "anonyme". Je les lis et je les effacent, parce ces menaces n'ont aucune valeur dans tous nos systemes. La police ne les prends pas serieusement et on ne peut pas commencer un proces contre eux, on ne les connait pas.

Il faut etre brave pour etre LIBRE.

4d-don

Anonyme a dit…

Cyrille a dit...:
Bonjour à tous

Après un superbe week-end de médit à Tours me voici plus en forme que jamais !
Je vais essayer de vous répondre !!!

4d-Don et Alexis :
- Questions sur la famille de Babuji….
De son vivant je n’ai jamais vu aucun de ses enfants assister à un satsang (et tous les vieux indiens vous le confirmeront), ce qui surprenais beaucoup les Européens, ils ne semblaient pas concernés par les choses spirituelles, à la mort de leur père les choses on bien changées surtout pour Umesh auto proclamé le Maître et le successeur spirituel de son père. (Le roi est mort vive le roi !) Allant jusqu'à créer et construire une école et un dispensaire dans la cour de l’ashram !!!! et en refusant l’accès à quiconque ne le reconnaissant pas comme tel !!!! (Cela ne vous rappelle rien !!!) (J’ai été moi-même refoulé il y a trois ans avec une abhyasi Indienne, amie d’enfance des fils et filles de Babuji, par le fils d’Umesh qui était là et n’a même pas daigné nous recevoir, malgré une lettre d’introduction d’un très très vieux précepteur bien connu de son propre père !)
Maintenant au moins quiconque veut accéder à la maison de Babuji, sa chambre…etc. y compris l’ahram, peut venir sans faire acte d’obédience à qui ou à quoi que ce soit (aux dernières nouvelles).

- Attentats, empoisonnements…
Je ne voudrai pas rentrer dans un interminable questionnement ni donner corps à des choses du passé pour lesquelles je n’ai pas de réponse et n’en aurai peut être jamais : « Qui a tué qui ? Qui a tenté quoi ? Pour moi et je le répète Babuji est toujours présent et quiconque veut en faire l’expérience est le bienvenu !
Je m’explique :
Ce qui m’importe, c’est le ici et maintenant, comment être… le plus en adéquation avec ce que je ressens et ce à quoi je crois, tout en restant ouvert (et les désirant) à toute nouvelle expérience qui viendrait corroborer, confirmer, ces ressentis et croyances ou démentir ou les modifier. Je peux vous parler de Lui, vous parler de mon expérience mais je n’ai pas envie d’alimenter la polémique et de faire ainsi le jeux de Chari. Babuji ne critiquai personne, je me contente de suivre son exemple, il était d’une telle simplicité et humilité.

Elodie
Il me semble que le docteur Varadachari s'inquiétait auprès de Babuji d'une recherche de la quantité au détriment de la qualité…
Alexis
Prosélytisme….

Je confirme et comprend mieux les « inquiétudes » du Dr Varadachari :
Le prosélytisme est un processus naturel issu de l’envie de faire partager et dont il est difficile de faire fi. Si cela s’applique à faire des adeptes de la tarte aux pommes chaude, cela ne porte guère à conséquence hormis un indigestion ;-) ! Mais appliqué à une croyance, dogme, religion… nous en connaissons les « égarements au cours des siècles !!!».
Babuji à tjrs dit « je ne suis pas là pour faire des abhyasis mais pour faire des Maîtres. » « Le sahaj marg n’est pas fait pour tous » mais il a également dit que le sahaj marg était fait pour l’humanité. Il n’y a pas là, à mon sens, de contradiction !
Si je prend la métaphore de la montagne que les humains cherchent à gravir, le sommet représentant Dieu.
Les religions sont l’apanage de tous et se trouvent dans les plaines.
Les sectes et « Gourous » de tous poils seraient sur les premiers contreforts.
Les différents courants de Spiritualité se situeraient un peut plus haut encore.
La Réalité et la Réelle Béatitude seraient respectivement de plus en plus proche du But.
Durant toute l’ascension des « camps de base » se trouvent sur le chemin avec des gardiens de refuge ainsi que guides et sherpas pour vous emmener ou vous tracer la voie vers le campement suivant. Tous et à tous les niveaux ont leur utilité dans le grand Jeux de la Vie ! et l’instituteur de maternelle n’a ni moins ni plus d’utilité ou de mérite que le maître de conférence à l’université. Par contre la maternelle, primaire, collège, lycée etc. sont des passage quasi obligé.
Le sahaj marg n’est pas La seule méthode ni Le meilleur moyen de s’élever spirituellement ! (il l’est pour moi et j’en fait l’expérience avec le plus de discernement et d’objectivité que possible, mais je ne suis qu’un individu parmi des milliards d’autres.)
Le chercheur, marcheur, peut s’arrêter en chemin, accélérer, ralentir, il est libre même de rester empêtré dans le con-fort de tel ou tel camps de base. Nous ne pouvons que lui sourire et lui montrer que nous continuons le chemin que nous nous sommes fixé.
A mon avis (Bj et bcp d’autres ont dit la même chose) la seule responsabilité que nous avons est envers nous même, de continuer à progresser et plus nous nous élèverons plus la flamme divine dans notre cœur rayonnera et (sans appliquer aucune volonté humaine) entraînera inexorablement vers elle d’autres chercheurs, créant un courant de plus en plus puissant.
Je vous disais que beaucoup de vieux abhyasis ont après le départ physique de Babuji ressenti encore plus nettement la transmission, j’ajouterai que de plus en plus ces dernières années au fur et a mesure que nos frères et sœurs abhyasis s’élèvent, le rejoignent ou s’en rapprochent, nous faisons l’expérience de la puissance de cette énergie omniprésente.
La transmission de cette énergie n’est pas non plus une exclusivité TM du sahaj marg !
Un randonneur, après une marche épuisante, qui arrive devant un lac de haute montagne, fait l’expérience de recevoir cette énergie de la nature. Deux personnes qui se rencontrent et pour qui c’est le coup de « foudre » font également une expérience de transfert, échange d’énergie.
Rencontrer mère Térésa ou sœur Emmanuelle on permit ou permette de faire cette expérience.
S’adosser à un arbre centenaire peux procurer des énergies de la terre.
Maintenant vient la question de déterminer, qualifier, quantifier le niveaux vibratoire de ces différentes énergies et là en l’absence d’appareil suffisamment fin et à ma connaissance non disponible à ce jours il y a problème.
Voici mon opinion :
Déjà, toute plante, animal ou personne rayonne sa propre énergie, cela se photographie (effet kirlian). Tout être humain pour autant qu’il en prend conscience peut « transmettre » sa propre énergie (magnétiseurs, guérisseurs, reïki, vaudou, j’en passe et des meilleures…). Plus l’individu « s’élève »et donc augmente sa capacité plus le courant paraîtra ou sera ressenti comme fort. Mais là encore, un courant de transmission fort n’est pas nécessairement un gage de qualité. Alors comment faire la part des choses ?
La personne sensée transmettre devrait être en adéquation avec ce quelle est sensée être (rapport entre paroles et actes) et donner envie d’être mieux connue.
Plus la transmission vient d’un niveau élevé plus elle devrait être ressentie comme subtile, légère et même si elle semble puissante, l’état qu’il en résulte devrait être subtil et léger. Babuji demandait après une méditation de rester quelques minutes dans le silence pour « ruminer » notre état, ressentir la différence de l’avant et l’après. Si cela était fait, cela éviterai que des états de lourdeur, maux de tête… soient pris pour une normalité ou ne soit expliqué par un mauvais travail de l’abhyasi (culpabilisation).
Progressivement le pratiquant devrait percevoir des changements en lui, sans renoncements drastique, sans mortification, sans auto culpabilisation. Babuji n’a jamais rien interdit, il conseillait, suggérait, souvent il racontait une « petite » histoire, la métaphore tombait à pic pour celui à qui elle était destinée.
Jamais le discernement, l’esprit critique, l’attention ne devrait disparaître de l’esprit de l’abhyasi, Babuji : « je ne veut pas faire des moutons mais des lions ! » « je ne suis pas là pour faire des abhyasis mais pour faire des Maîtres ! ».
Dernière chose : l’état ressenti, ruminé (subtil, léger, calme)après la méditation devrait pouvoir être un état ressource, a garder le plus longtemps possible ou retrouver cette vibration d’amour Divin et s’y ressourcer à tous moments de la journée, ce n’est que cela le souvenir constant (véritable but ou sens de la pratique). Tout en sachant, en gardant à l’esprit que cet état est transitoire (ne pas s’y attacher) et que bien d’autres états restent à découvrir.

Bon je vous laisse, au plaisir de vous lire.
Cyrille

Anonyme a dit…

Cyrille suite…
Juste quelques anecdotes concernant le libre arbitre et l’ouverture de Babuji.

En 1980 Babuji est venu à Munich et un jours deux groupes s’opposaient : les végétariens et les non végétariens. L’on demanda à Bj, il sourit comme à son habitude et dit : « Ici vous êtes dans un pays froid et la viande aide à lutter contre le froid, on ne peut pas demander à un esquimau d’être végétarien, par contre avec la pratique votre désir de viande deviendra moindre et progressivement votre alimentation changera ; Ne faites pas de la nourriture une religion ! » Je ne peux citer que mon exemple : mais il m’a fallu bien 25ans pour que mon désir de viande s’atténue (j’avais été élevé à la viande) maintenant je ne mange de la viande pratiquement que si je suis invité, mais avec aucun sentiment de culpabilité ou de contrainte, je reste simplement observateur de ce que cela change en moi, je me nourris en conscience.

Il y a deux ans je retrouvais Jogarao un très très vieux précepteur (94ans) à Hyderabad
Qui me raconta ceci : « Je me trouvais à Shahjahanpur auprès de Babuji, et un problème depuis longtemps me préoccupais : la colère qui survenais en moi par moment ; J’étais là déjà depuis un moment et je n’osais lui en parler, me sentant coupable d’éprouver ce sentiment. Nous étions là tous deux silencieux, quand soudain comme mu par un ressort invisible, il se levât et alla apostropher violemment une vielle servante (qu’il aimait bien, mais qui devait n’en faire qu’a sa tête) et tout tranquillement revins s’asseoir comme si de rien n’était. Bj : « vous voyez, la colère peut être nécessaire mais à l’intérieur (désignant la région du cœur) cela peut rester calme ». Voilà comment Babuji très souvent enseignait : par l’exemple ou par métaphore.
Babuji : « Si je demandais à un abhyasi de faire (ou de ne pas faire) quelque chose, il se créerai un sentiment de dépendance (ou de culpabilité) créant un samskara encore plus fort. »

Fraternellement votre
Cyrille

Alexis a dit…

@Cyrille
Sans vouloir faire des conjectures à n'en plus finir, il me semble qu'il y a des points qui méritent des réponses :
-Chari est nommé successeur de Babuji en 1974 (lettre de Babuji)
-Vers 1980, Chari est destitué par babuji
-1982 : babuji est empoisonné pendantr son voyage en Europe
-1984 : Kasturi se range aux côtés de Chari contre Umesh chandra, Srivastava est nommé président
Qu'en est-il de tous ces faits ?
Tu ne veux pas alimenter la polémique d'accord, mais elle est déjà largement ouverte. D'ailleurs tes propos sur le clan de Chari sont un parti pris, tes propos sur Umesh chandra et son fils aussi…
Personne n'est neutre dans cette histoire. Connaître vos impressions et/ou certitudes sur ces histoires permet d'éclairer le passé. Refuser de le regarder, c'est se voiler la face et laissser le champ libre aux rumeurs les plus "acabradabrantesques", comme disait …

Alexis a dit…

"De nombreux précepteurs ont des problèmes de dépression, pourquoi ?"
De qui donc est cette phrase à votre avis ?
Je vous laisse y réfléchir, nous y reviendrons…

Dans le manuel de formation des précepteurs, les circonstances dans lesquelles il est interdit d'introduire quelqu'un au Sahaj Marg sont précisées. Ainsi les personnes suivantes ne devraient pas être admises à pratiquer (le conditionnel n'est pas de moi, mais de la SRCM) :
- les lépreux,
- les alcooliques et les drogués,
- les gens qui ont mauvais caractère (sic) et ne veulent pas changer,
- les gens mentalement dérangés
Bien qu'intéressantes, laissons de côté les 3 premières catégories, pour nous focaliser sur la dernière (comme le fait aussi la SRCM). Je cite "(…) la transmission peut aggraver les problèmes mentaux de telles personnes et même dans certains cas entraîner des tendances suicidaires. En particulier, une personne qui a reçu des électrochocs ne doit jamais être introduite dans la Mission. Le Maître a déclaré que de tels traitements altèrent le cerveau de manière irréversible. Pas de problème en ce qui concerne les cas de dépression bénignes. Il faut éviter de transmettre à une personne qui est déjà abhyasi et souffre de dépression mentale (…)."

En clair, le précepteur doit refuser d'introduire les personnes atteintes de dépressions non bénignes ainsi que d'effectuer la transmission aux abhyasis qui en souffrent tant que dure leur affection.
Combien de précepteurs demandent aux multiples personnes qu'ils approchent pour les recruter si elles ont subi des électrochocs ou quelle est leur santé mentale ? Combien interrogent les abhyasis sur leur état psychique actuel avant de débuter un sitting individuel ou un satsangh ?
A ma connaissance, les précepteurs ne sont pas formés par la SRCM pour repérer les dépressifs. J'ai même cru comprendre qu'ils s'acharnaient plus souvent sur les personnes psychologiquement fragiles pour les introduire. C'est plus facile et les résultats sont meilleurs. Quant aux précepteurs qui font profession de "psy", ils font le contraire de ce qui est indiqué dans le manuel, puisqu'ils introduisent une partie de leur clientèle. Un précepteur psychothérapeute suisse a suivi 54 de ses patients pendant 8 ans, tous introduits à la SRCM, "environ 30%, sont des personnes dites "peu structurées" : si je prends la classification psychiatrique usuelle on y inclura des personnalités borderline, borderline-névrotiques et borderline pré-psychotiques (...)". Des dépressions bénignes ? Je ne suis pas psy…

D'ailleurs Chari s'en inquiète de temps à autres en tirant la sonnette d'alarme :
Dans un discours le 31/12/1992, il dit "(...) nos précepteurs doivent être très prudents quand ils admettent de nouveaux abhyasis, afin de veiller à ne pas avoir ici des gens qui ne peuvent être aidés. Je fais tout spécialement allusion aux personnes qui ont des problèmes mentaux, et qui ont subi une thérapie dans des hôpitaux ou cabinets psychiatriques. Les cas de ce genre sont de plus en plus fréquents (...)."
L'explication suit dans "Whispers", en date du 10 avril 2001. Babuji aurait prononcé ces paroles d'outre-tombe : "Be wary of the confusion that is being made between the workings of our spiritual method and all psychoanalytical practices that are currently springing up. It is not desirable to make connections between them. Criticisms currently made by the media against Sahaj Marg in France, allude to leaders who manipulate our candidates by involving them in both disciplines. It would be necessary to stop mixing it all up by considering abhyasis as potential clients and vice versa. Therapist preceptors are not serious enough on this point, hence numerous problems are already caused by this lack of vigilance."

Bon ! vous avez eu le temps d'y réfléchir. Alors de qui donc est cette sentence : "De nombreux précepteurs ont des problèmes de dépression, pourquoi ?"
Chari ? non, quand même pas… Elle est d'Ajay Kumar Bhatter, son dauphin, à propos des précepteurs européens, suite à sa reprise en main de la région depuis le début de l'année.
Cet étonnement ne peut que nous étonner.
Chari demande à ses troupes de ne pas introduire de dépressifs non bénins dans la Mission, mais il a lui-même choisi des précepteurs dépressifs. Faut le faire ! Dans le manuel du précepteur, à défaut de formation des précepteurs, il est juste précisé que si le précepteur hésite, il lui suffit d'envoyer la photo du candidat à Chari pour avis…
Bref, soit Chari et Ajay sont eux aussi incapables de détecter les dépressifs, soit au contraire ils les recherchent vivement et font semblant de s'en étonner (mais à quelle fin ? pour mieux les tenir ?), soit même le fait de devenir précepteur rend les gens dépressifs et Ajay s'en aperçoit seulement aujourd'hui…
Dans tous les cas, c'est effarant !

Anonyme a dit…

@Cyrille,

C'est un vrai plaisir de te lire - J'ai connu Babuji en 1979 aussi -
et je ressens tes commentaires trés justes - j'aimerai beaucoup connaître le groupe de méditation de Paris avec Babuji,comment faire?
Je suis isolée, m'étant retirée depuis son départ- Merci de ta réponse - En Lui -

Annette a dit…

Bonsoir,

Comme Cyrille, j'a connu Babuji en 1979 et je confirme ses dires sur ce qui concerne sa personne -
@Cyrille,comme beaucoup d'anciens, je ne suis pas restée aprés le départ de Babuji, je suis isolée et j'aimerais tellement trouver le groupe de méditation dont u parles sur Paris,comment faire ?Merci -

Anonyme a dit…

@Cyrille:

Comme qq autres, j'aimerais savoir plus sur les groupes isolés (Paris, Tours etc). Comment y arriver? J'aime bien la meditation, mais sans idolation....

Theo