La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3445 commentaires – Dernier ajout le 14/05/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

25 septembre 2009

Lalaji, sa famille & leurs disciples

Ram Chandra Lalaji de Fatehgarh (4/02/1873-(14/08/1931) a rencontré son maître Hujur en 1891 et passé 16 années en sa compagnie. Hujur lui a donné les pleins pouvoirs le 11 octobre 1896 mais Lalaji n'a débuté son enseignement qu'en 1911, nous relate son petit-fils. Ses ouvrages sont compilés en deux volumes dans "The complete works of Ram Chandra Lalaji Maharaj". Le second volume, édité en juillet 2001 et tiré à 7000 exemplaires, concerne ses expériences soufies et santmat. Passionnant mais quasi introuvable, le sujet serait-il tabou à la SRCM ?

La liste des mouvements issus de son enseignement est assez longue. Son petit-fils en liste cinq : NaqshMuMra, Ramashram Satsang, Akhil Bhartiya Santmat Satsang, le Golden Sufi Center et bien évidemment le Sahaj Marg. A cette liste, on pourra aussi ajouter le mouvement Saral Hari Marg du Docteur Harnarayan Saxena (1908-2003) ou le Docteur Chandra Gupta, qui revendiquent aussi l'héritage de Lalaji. Leur lien avec le Sahaj Marg est indirect, uniquement parce que Babuji a dit que c'est Lalaji qui lui a donné l'ordre de créer ce mouvement.

Lalaji a eu cent à deux cent disciples. Parmi ceux qui ont atteint la région centrale ou s'en sont approchés au plus près du point de vue spirituel, certains ont diffusé son enseignement au sein du courant des Ramashram Satsang, essentiellement dans le nord de l'Inde, à Sikandrabad, Gazhiabad, Shyam Nagar, Jaipur ou bien encore à Mathura. Issu de Lalaji, leur courant prend ses racines dans l'ordre soufi de la Naqshbandiya, mais il a réintégré le courant Santmat (ou bhaktimat).

Ainsi, le disciple de Lalaji, Ranaji Saheb, opérait depuis Shyam Nagar et Thakur Ram Singhji (1898-1971), qui a aussi beaucoup fréquenté l'un des neveux de Lalaji (Radha Mohan), depuis Jaipur. Le Docteur Chaturbhuj (3/11/1883-24/09/1957), le plus connu d'entre eux, a été chargé par Lalaji de contribuer à diffuser son enseignement dès 1919, d'abord depuis Etah en 1923 puis de Mathura à partir de 1951. Le Docteur Krishna Lalji (15/10/1894-18/05/1970), depuis Sikandrabad quant à lui aurait été désigné par Lalaji comme son successeur dès 1921. On notera en passant que Babuji a fréquenté les Ramashram Satsang de Mathura et de Sikandrabad entre 1931 et 1944, où il s'est probablement fait des concurrents et des ennemis.

Aujourd'hui, le Ramashram Satsang de Jaipur est dirigé par le fils de Thakur Ram Singhji, Narayan Singh, qui a fait le choix d'utiliser la méthode du grand yogi Aurobindo. Le Ramashram Satsang de Mathura est dirigé par le fils du Docteur Chaturbhuj, Hemendra Kumar. Il est de puis longtemps présent sur le web (http://www.ramashramsatsang.org/), comme l'est le Ramashram Satsang de Sikandrabad depuis seulement février 2008 (http://www.spiritual-meditation.org/).

Le père de Lalaji, Chaudhary Harbaksh Rai, a eu un deuxième fils, tout aussi célèbre. Raghubal Dayal Chachaji (7/10/1875-7/06/1947) a lui aussi suivi l'enseignement du maître soufi Hujur. Sa famille est implantée à Kanpur (Uttar Pradesh) et il a eu trois fils : Brij Mohanlal Dadaji (1898-1955), Radha Mohanlal Guruji ( ? - 1966) et Jyotendra Mohanlal. Brij Mohan était le favori d'Hujur, qui le voyait succéder à Lalaji à la tête de la confrérie soufie de la Mazhariya, même si Lalaji lui a finalement préféré son propre fils.

Un disciple de Brij Mohan, Yashpal (5/12/1918-3/04/2000), a créé le mouvement Akhil Bhartiya Santmat Satsang en 1969 à Anangpur (ABSS, sur www.abssatsang.org ). De son côté, Radha Mohan est à l'origine du Golden Sufi Center californien d'Irina Tweedie et Llewellyn Vaughan-Lee (http://www.goldensufi.org/). Radha Mohan figure à la 35ème place dans la lignée de cet ordre soufi. Avec sa femme Sushila Devi, ils ont eu trois fils : Virendra, Satendra et "Baboo" Narendra Nath Saxena. Elle aurait nommé son 2��me fils Satendra pour succéder à son père.

Quant à Lalaji, il a eu deux fils et huit filles. Son fils aîné, Harish Chandra, est décédé à deux ou trois mois. Seul le second, Jagmohan Narain (2/11/01-28/08/44) nous est connu, Lalaji l'ayant préféré à son neveu Brij Mohan pour lui succéder à la tête du nouvel ordre de la Mazhariya Ramchandriya (NaqshMuMRa). Trop jeune pour lui succéder immédiatement, c'est son oncle Chachaji qui aurait pris les rennes de NaqshMuMRa avant de les lui rendre. Jagmohan a lui-même eu deux fils, Akilesh (28/06/41-15/05/74) et Dinesh ou Dinaysh Kumar Saxena (né le 28/10/44), qui se sont à leur tour succédés dans l'ordre de la NaqshMuMRa. Akilesh Kumar n'avait pas trois ans au décès de son père et il est décédé avant 33 ans, mais cela ne l'a pas empêché de créer un périodique intitulé "adhyaatma dhaara".

Dinaysh Kumar Saxena, retraité des chemins de fer depuis 2002 et âgé de bientôt 65 ans, est donc le maître actuel de NaqshMuMRa, toujours domicilié à Fatehgarh. Avec son fils, Himanshu Vikram, il a créé "NaqshMuMRa Nexus", un website sur lequel il cite les mouvements qui, selon lui, sont liés à l'enseignement de son grand-père (http://www.laalaajinilayam.googlepages.com/). Figure dans cette liste le Sahaj Marg, de la même manière que Dinaysh figure dans la liste des précepteurs du Sahaj Marg. Et un blog créé par Himanshu Vikram nous montre des photos de Parthasarathi Rajagopalachari et Dinaysh réunis ensemble en 2006 (http://www.laalaajinilayam.blogspot.com/).

Dans un dernier website créé le 26 février 2009 (http://www.adhyaatmadhaaraa.org/), Dinaysh nous apprend qu'il a créé une organisation charitable, la Laalaaji Nilayam Charitable Trust (LNCT). Son objectif est de collecter des fonds pour réhabiliter les "lieux saints" qui ont marqué la vie de Lalaji et y organiser des pèlerinages touristiques. Il est ainsi prévu de rénover la maison de Lalaji (laalaaji nilayam) et d'augmenter ses capacités d'accueil, d'ériger une statue grandeur nature de Lalaji et d'acquérir quantité d'autres lieux de recueillement.

Autant les mouvements précédents ne semblent avoir aucun lien direct avec le Sahaj Marg, autant la collusion entre le petit-fils de Lalaji et Rajagopalachari est grande. Et Dinaysh précise bien qu'il s'agit de la Shri Ram Chandra Mission de Manapakkam (Chennai) et non plus celle de Shahjahanpur. Le lien est donc bien établi entre Dinaysh et Rajagopalachari, et en aucun cas avec les descendants de Babuji, Umesh puis Navneet Kumar Saxena, qu'il ignore.

Pourtant en 2009, Dinaysh publie une lettre de Babuji datée du 14 février 1963 où ce dernier exprime clairement son sentiment que le soufisme indien est totalement obsolète et remplacé par le Sahaj Marg. Une manière de mettre en évidence la fracture imposée par Babuji entre les mouvements issus de Lalaji et le Sahaj Marg. Alors quel est donc le lien qui unit Rajagopalachari et Dinaysh ? Dans quel but ce dernier a-t-il sciemment choisit de publier cette lettre ?

Et qui sera demain à la tête de NaqshMuMRa et de la LNCT ? Apparemment, les descendants du frère de Lalaji en sont exclus. Alors, selon le principe des liens du sang instauré par Lalaji, s'agira-t-il des fils d'Akilesh, Vinay (né le 17/07/65) ou Samir Kumar (né le 30/07/70) ? Ou bien est-ce du ressort du fils de Dinaysh, Himanshu Vikram (né le 30/06/80), ou de l'une de ses deux s��urs, encore que les femmes en soient a priori exclues ?

D'après Shashwat Pandey, qui l'a interviewé en 2009, Dinaysh aurait peur. Son fils, Himanshu Vikram, travaille à Chennai pour la HTC Global Services, dirigée par l'un des proches de Rajagopalachari. La Shri Ram Chandra Mission a probablement investit des fonds dans la LNCT pour avoir des parts dans la maison de Lalaji et l'ashram de Fatehgarh. Dinaysh est-il devenu une marionnette dans les mains de Rajagopalachari ? Il affirmait pourtant son indépendance en 2008 devant de vieux disciples de Babuji…

Finalement, c'est peut-être Rajagopalachari qui compte s'emparer de l'héritage officiel de Lalaji pour que son Sahaj Marg prenne la tête de NaqshMuMRa.

Alexis

Aucun commentaire: