La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3447 commentaires – Dernier ajout le 10/06/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

29 septembre 2009

Chariji était-il à Shahjahanpur en février 1984 ?

Bonjour Alexis,
Bonjour à toutes et tous,

J'ai cru comprendre qu'Alexis se remettait à écrire une nouvelle présentation de la Shri Ram Chandra Mission et du Sahaj Marg. Après les nouveaux témoignages de Navneet et de Shashwat, sans compter ses interviews, il est probablement nécessaire de faire une sérieuse mise à jour. Bravo Alexis, quel courage !

En lisant "La fabuleuse épopée du Sahaj Marg", j'ai été soudain prise d'un doute sur les événements qui ont suivi le décès de Babuji. Chariji était-il présent à Shahjahanpur lorsque le comité de travail s'est réuni pour élire Umesh Chandra en février 1984 ? Alexis n'en parle pas du tout. D'après les documents fournis par Shashwat, il ne fait pas partie du comité. Mais je me suis vaguement souvenue de certaines choses que disait Michael et je suis allée vérifier sur son blog.

Babuji était décédé quand Michael est allé en Inde assister à l'anniversaire de Lalaji à Shahjahanpur avec Chariji qui n'était pas vraiment pas le bienvenu :

" (...) I made one trip to India to where Lalaji’s birthday was to be celebrated in Shahjahanpur. Chari choose to be there, although he was clearly not invited. A large group of Chari supporters arrived with Chari a week before the celebrations. Chari stayed in Babuji’s cottage, and kept Babuji’s Chair empty and visible as a symbol. I had married an Indian and spent my time with the Indian contingent and was asked to help with nighttime security, walking the compound. On the third night, an Indian friend told me that my help was not needed and that I should do and sleep. A jeep had pulled up and there was lots of talking going on. Clearly some sort of incident was about to happen, and the Indians were trying to protect me from it. That morning, I awoke to find gates locking the entrances to the dormitory. The water shut off, and all the staff who ran the Ashram were gone or hiding.

People were able exit from small doors from the dormitory, and eventually it was decided that we were to all move to the farm next door run by the Tandon family, who were loyal to Chari. We stayed in tents and camped there in view of the Ashram. I was delegated as the Western Representative as I had recently had a suit tailored in India and had it with me. Chari seemed to like my innocent, and sincere way of explaining things. I was asked to have my account typed up by a typist, but in fact Chari dictated the entire account himself while I was present. I was sent to speak with the local magistrate and gave interviews to the press about the “international incident” that had occurred in Shahjahanpur. I took a letter signed by US abhyasis to the US embassy to file a formal complaint about our treatment there. This gained me lots of favor from Chari and allowed me a peek into his Inner Circle. The next year I was made Preceptor."

Références : LESSONS IN POWER Part 2: Death Of The Master - Chari's Early Days
http://innercircleofsrcm.blogspot.com/2006/06/lessons-in-power-introduction-after-my.html
Je ne sais pas si c'est utile, mais cela me semble important si l'on veut en faire une présentation historique complète et objective.

Bien affectueusement,


Elodie

5 commentaires:

Alexis a dit…

@ Elodie
Tu as peut-être bien raison, mais j'avais demandé des précisions sur la date à Michael et il ne se souvenait plus, c'est trop vieux (25 ans).
Alors dans le doute...

4d-Don a dit…

Elodie...

Merci de ton article...

Un index des articles qui se trouvent sur ton blog, les renderait plus visibles et accesibles a tes lecteurs.

Tu pourrais les mettre dans la marge avec les blogs et les liens...

Merci...

Don...

Elodie a dit…

Bonjour à toutes et tous,
4d-Don, j'ai tellement de messages sur mon blog (174 exactement depuis janvier 2006) que je ne vois pas comment faire un index, mais si tu as de bonnes idées sur la question, je suis preneuse de tes suggestions.
Alexis, le message de Michael me semble daté par les précisions qu'il apporte : cela se passe après la mort de Babuji, c'est en février pour l'anniversaire de Lalaji et c'est à Shahjahanpur. Cela ne peut donc être qu'en février 84, l'anniversaire est le 4 et le comité de travail se réunit les 6 et 7. Je ne peux pas croire que ce soit en 85 ou plus tard encore, Chariji n'y mettait plus les pieds de puis longtemps.
Bien affectueusement,
Elodie

Alexis a dit…

Le petit-fils de Lalaji dit ce qu'il pense du Sahaj Marg

J'étais entrain d'écrire mes interrogations sur les liens bizarres (d'amour et de haine ?) qui unissent Chari et Dinaysh Kumar Saxena. Quelle est donc la motivation qui a poussé Dinaysh à publier la lettre de Babuji de 1963 où il annonce que le soufisme est dépassé, alors que Chari fait figurer Dinaysh dans sa liste de précepteurs ?
Et voilà que Dinaysh, répondant à mes désirs, décide de s'exprimer.

Dinaysh Kumar Saxena, petit-fils de Lalaji et 44ème maître dans l'ordre de la lignée soufie Naqshbandiya Mazhariya Ramchandriya (NaqshMuMRa) précise les liens entre le Sahaj Marg de Babuji et son grand-père Lalaji, le 29 septembre 2009 dans un texte intitulé "Epitome of Sahajmarg".

Que dit-il en substance ?

Il rappelle que l'"Ecole de spiritualité de Ramchandra" (Lalaji) qui a pris le nom de NaqshMuMRa par la suite est le fruit de l'enseignement de Hazrat Maulana Fazl Ahemad Khan Saahib, maître soufi naqshbandi qui enseignait à tous indépendamment de toute caste ou religion, et de son élève hindou Lalaji. Ce dernier est donc un maître spirituel de la confrérie soufie de la Naqhsbandiya, le premier maître hindou admis sans conversion formelle à l'Islam.

Babuji a créé le Sahaj Marg et déclaré que Lalaji était son aadiguru (maître originel). Mais jusque dans son dernier testament enregistré le 23 octobre 1930, Lalaji n'a jamais employé le terme "Sahaj Marg". Le Sahaj Marg constitue donc un schisme de l'école NaqshMuMRa de Lalaji comme il y en a tant d'autres. En fait, tous les disciples de Lalaji ont respecté la philosophie et les principes de son enseignement, sauf la SRCM de Babuji où l'accent est mis sur le guru vivant, ce qui a dégénéré en un culte de la personnalité. Parmi les dévots de Lalaji, il y avait 2 catégories : celle de l'ésotérisme qui recoupe en grande partie la connaissance cachée et fait d'eux des gurus, et celle du mysticisme qui vise plutôt à attirer l'attention du croyant et fait des d'eux des enseignants. Babuji était de cette deuxième catégorie, les mystiques.

Dans son journal, Babuji raconte comment il a rêvé de Lalaji dans son sommeil juste après sa mort, ce que l'éditeur du livre a cru bon d'interpréter comme une complète immersion de Babuji dans son guru. Mais le Sahaj Marg est tout à fait différent des enseignements de Lalaji. Et de citer Chari qui déclare que l'objet de la méditation est la lumière divine dans le cœur et rien d'autre. Les choses sont plus complexes que cela dans le soufisme. Et pourquoi Chari déclare que son maître Babuji a toujours maintenu que Lalaji n'a pas eu de guru ? La cause profonde de toutes ces manipulations, c'est leur étroitesse d'esprit religieux.

Dinaysh ne mâche pas ses mots. Reste qu'il ne dit rien sur sa présence dans la liste des précepteurs de Chari…

Alexis a dit…

@ Elodie
Exact, tu dois avoir raison pour michael, je n'avais pas suffisamment fait attention...
Ce qui montrerait à quel point Chari était rejeté par tous les seniors précepteurs
Est-ce après cela qu'il a convoqué son propre comité à hyderabad pour se faire élire ? probablement aussi...