La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3444 commentaires – Dernier ajout le 25/03/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

10 novembre 2013

Eric B., un abhyasi français réagit…


Les deux commentaires qui suivent ont été postés hier et sont probablement de la même personne, ne serait-ce que par les thèmes qu’ils abordent :

Anonyme a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "La face cachée du Sahaj Marg" :
Pratiquant la méditation au Sahaj Marg depuis 1985, je suis ébahi de voir l'animosité de ses détracteurs, comme s'ils voulaient se venger de quelque chose qui les a déçu..
Je ne paye que la cotisation annuelle depuis toujours, je n'ai fait qu'un seul voyage en Inde, je fais ma pratique (méditation régulièrement) et je ne suis pas devenu un "Zombi", j'ai ma famille, mon travail, mes vacances,ma vie, mes loisirs etc..
je paye mes impôts et taxes à l'état français,je ne fais pas de propagande, car le cheminement spirituel reste du domaine personnel et intime.
Chariji est le guide de la mission mais je ne l'idôlatre pas, c'est un guide en qui j'ai confiance spirituellement, je ne donne pas l'argent que je gagne, je paye plus en impôts, en loyer, en frais de scolarité pour mes gosses, en assurance, et factures ... comme tous les gens qui s'assument...
je sais toutefois que beaucoup de personnes sont venues au Sahaj Marg et reparties librement après 2 mois, 6 mois, 1 an, 5 ans etc..
Les pratiquants sont libres, peuvent s'arrêter plusieurs années, revenir ou ne jamais revenir. Toutefois je pense que beaucoup de personnes mal dans leurs peaux, ou fragiles psychologiquement, ou dans la confusion rejoignent ce mouvement pour fuir une réalité de vie difficile, or si le sahaj marg apporte un soutien intérieur (je le confirme) il n'empêche aucun aléa de la vie, bons ou mauvais, et ce n'est pas son but.
Le plus difficile pour les gens qui commencent et poursuivent ce genre de pratique, est bien de trouver un équilibre entre toutes les dimensions de la vie, sans rompre avec la réalité quotidienne, sans la nier, sans se cacher, et sans raconter de conneries. Des pratiquants se sont donnés eux mêmes des obligations (se marier devant le maître par exemple) en projetant des fantasmes que si le maître les a béni, leur mariage sera une réussite, comme ceux qui vont à l'église d'ailleurs.. je pense d'ailleurs que ces traditions sont plus indiennes,et la mission et Chariji n'auraient jamais du l'accepter pour les occidentaux, mais ceux sont des occidentaux eux-mêmes qui ont insisté...

Anonyme a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "Qui suis-je ?" :
Je ne suis pas étonné de ce que je lis sur votre Blog, pourtant je suis pratiquant constant au Sahaj Marg depuis 1985, après une quête commencée en Polynésie, en 1981.
J'ai rencontré et écouté Chariji des dizaines de fois entre 1986 et 2005,j'ai lu tous les livres de la Mission, mais aussi d'autres de Desjardins, Sri Aurobindo, Vivekananda, livre des morts tibétains, écrits de philosophes occidentaux, recherches sur les religions, mouvements et croyances diverses.
Etre pratiquant n'a jamais empêché d'être le plus objectif possible, de s'informer et de ne pas adhérer aux divagations de certaines personnes qui rentrent dans la mission, pour de mauvaises raisons.
En effet j'ai vu trop de personnes fragiles, très névrosées, avec des déséquilibres affectifs importants, commencer cette pratique, lui prêtant à tort sur du court terme ou moyen terme des vertus thérapeutiques qui régleraient leurs angoisses, vides affectifs, psycho-névroses, et fantasmes d'une vie sans conflits, sans soucis, sans stress, sans souffrance....
J'ai eu moi même une période difficile pendant 2 ou 3 ans, sans jamais arrêter ma pratique personnelle et quotidienne (plus ou moins régulièrement).
Ces difficultés sont les mêmes pour tous, liées à notre enfance, névroses familiales, tendances et dépendances liées aux habitudes, et désirs.
Je ne me suis pas contenté du Sahaj Marg pour les affronter, j'ai fait une psychothérapie, en parallèle, puis des formations spécifiques à mon métier, et j'ai continué à lire (notamment Stanislas Groff) psychiatre qui a abordé ces questions mystiques, religieuses et expériences particulières.
Toute ces années j'ai poursuivi ma pratique personnelle (méditation, cleaning, et satsanghs (méditations en groupe), et je ne me suis jamais senti obligé d'adhérer à tous les "délires" (la plupart du temps véhiculés par des abhyasis eux mêmes) et qui ont d'ailleurs souvent été causes de rupture pour des personnes.
Egalement, ne pas payer sa cotisation annuelle n'a jamais empêché la pratique, et cette cotisation sert pour payer les loyers, frais et charges des salles louées.
La question des dons reste subjective, j'en ai moi même fait quelques fois, mais pas systématiquement et parfois pas pendant plusieurs années (en fonction de mon budget).
Par ailleurs je suis marié depuis 19 ans, j'ai un enfant des animaux, je pars en vacance, je travaille (avec toutes les contraintes qui y sont liées.
Pour info je me suis marié à la mairie, (ni à l'église, ni dans la mission), et j'ai toujours trouvé cela effectivement folklorique et exagéré, mais je crois que ce sont les pratiquants occidentaux qui ont demandés cela. Ceci n'aurait effectivement jamais du se faire, pour la confusion engendrée, comme si le maître spirituel pouvait garantir la durée, l'équilibre d'un couple, et d'une famille, dont les difficultés sont les mêmes pour tous, dépendants directement de nos histoires psychologiques et affectives.
A mon sens la pratique spirituelle reste intime et personnelle, il n'y a pas à la cacher, et pas à sacrifier la vie de famille, (ni mon épouse, ni mon fils de 18 ans ne sont dans le Sahaj Marg, ils savent pourquoi j'y suis mais ne sont pas intéressés et je l'accepte) cela m'appartient, au même titre que si je faisais un sport ou une activité artistique, sauf qu'en l'occurrence c'est une pratique spirituelle.
Après 28 ans de pratique, ma vie s'est équilibrée avec des hauts et des bas, des difficultés abordées plus sereinement, une vision du sens de la vie plus universelle.
et affectives énormes...
Je suis désolé de voir que des personnes n'ont pu aborder le chemin spirituel sereinement, et qu'au contraire ils n'ont retenu que les exagérations, et débordements auxquelles je ne me suis jamais senti obligé.

Eric B

Bonjour Eric,
Nous sommes parfaitement d’accord sur une chose : la pratique spirituelle reste intime et personnelle.
Vous exercez votre pratique spirituelle au sein d’un groupe (la Mission) et sous la houlette d’un maître (Chari). C’est votre libre choix mais je crois que votre quête serait plus heureuse sans eux.
Vous accusez certains abhyasis d’être responsables des « délires » de la Mission, notamment parmi les Occidentaux. Ici nous disons que ce que vous appelez délires (que je nomme dérives) sont sous la double responsabilité de Chari et des abhyasis, car l’idolâtrie de ces derniers entretient la démesure du gourou, et réciproquement. L’exemple des mariages que vous citez vous-même illustre à merveille ce constat.
Dans son dernier message, Alexis essayait d’expliquer que cette démesure est inévitable, inhérente aux mouvements spirituels modernes.
Je ne peux que me réjouir si vous n’avez pas succombé à cette idolâtrie ambiante, si vous ne faîtes pas de propagande, si vous n’êtes allé en Inde qu’une seule fois et si votre famille n’a pas à se plaindre de votre appartenance à la Mission. Mais reconnaissez avec moi que vous êtes un cas très particulier, c’est le contraire qui se produit la plupart du temps : prosélytisme et séparations familiales sont dominants.
Monsieur Hollande doit se réjouir de savoir que vous payez vos impôts et taxes comme tout le monde. Nous n’avons jamais écrit ici que les abhyasis se ruinaient au profit de la SRCM (ni non plus que vous êtes des zombis). Si vous l’avez compris ainsi, c’est qu’il y a quelque chose dans votre inconscient qui vous le fait interpréter de cette façon, à moins que vous ne l’ayez entendu ailleurs, peut-être dans votre famille ?
Ne polémiquons pas. La pratique spirituelle a pour essence de parvenir à l’équilibre entre toutes ses dimensions intérieures. Elle ne nécessite pas un maître unique et son organisation.
Mon conseil : poursuivez votre quête en conservant la distance que vous semblez avoir su conserver, ou  bien quittez la Mission si la pression se fait plus forte.
Puisque vous dites être équilibré et ne croyant pas que le Sahaj Marg règlera les problèmes du monde, j’aimerais bien savoir comment vous interprétez les messages de Whispers ?
Bien affectueusement,

Elodie

2 commentaires:

Alexis a dit…

@ Eric,
Chari est bien trop intelligent pour ruiner ses adeptes. Vu que c’est moi qui ait écrit tous les papiers à propos de l’argent de la SRCM sur le blog d‘Elodie, j’en conclue que je n’ai pas dû être assez clair.
Reprenons.
Tu peux méditer sans rien payer, nous sommes d’accord.
Cela n’empêche pas la SRCM France de demander une cotisation à ses membres, même si tu restes libre de ne pas la payer.
Je vais prendre l’exemple de l’année 2008, année où je disposais d’un maximum de détails, à la veille du doublement de la cotisation décidée unilatéralement par Chari.
La cotisation normale était de 75 euros. Sur ces 75 euros que tu as payés, 60 sont partis au siège à Paris, il n’en restait plus que 15 pour la gestion de ton centre. Je ne sais où tu étais, mais pour un centre moyen d’une vingtaine d’abhyasis avec un précepteur en charge, le budget local était donc de 300 euros pour louer une salle, en payer le chauffage et l’électricité, etc. Pendant ce temps, Paris avait récupéré 80% de vos cotisations. Pour quels services ?
En réalité, en 2008, la SRCM France a récupéré plus de 190 000 euros de cotisations auprès de 1262 cotisants (de nombreux cotisants payant plus de 75 euros). Le siège a donc récupéré au moins 75 000 euros dont tu n’as jamais vu la couleur. Mais elle a aussi engrangé plus de 26 000 euros sur ses ventes de publications et 32 000 euros de donations diverses. Soit au moins 133 000 euros pour le siège, quand ton centre tentait de tourner avec 300 petits euros.
A cette époque déjà, quand tu voulais faire une donation il était recommandé de l’effectuer auprès des fondations SMSF et si tu voulais acheter le livre Whispers il en allait de même (aujourd’hui c’est la SHPT qui encaisse pour les publications).
Bref, pendant que vous vivotiez avec 300 euros dans votre centre, le siège parisien avait 133 000 euros, tandis que SRCM et SMSF en Inde recevaient plus de 100 000 euros de la part des abhyasis français (donations et ventes de livres et autres publications).
Tu es loin de t’être ruiné : 75 euros de cotisations, ajoutons pour faire bonne mesure300 euros pour Whispers en français et une éventuelle donation de 75 euros. 450 euros, une paille pour toi, mais multiplié par X adeptes, ça faisait pas mal d’argent pour Paris et Manapakkam au final. Qu’en ont-ils fait ? Le sais-tu ? T’ont-ils rendu des comptes sur l’utilisation de ces fonds ?
En théorie, si tu veux acheter un ashram pour ton centre, tu peux espérer une aide de la SMSF. En pratique, Kamlesh & Chari te diront de collecter l’argent localement.
Si tu vas à une célébration à Manapakkam, tu dois acheter ta carte internationale d’identité de la SRCM sinon tu n’entreras pas dans l’enceinte du Babuji Memorial Ashram. Aujourd’hui, ta participation est libre (à votre bon cœur M’sieurs Dames), mais rappelle-toi 2005 et 2006, il fallait payer cher, si cher que cela a soulevé une fronde qui a obligé Chari à faire machine arrière.
Maintenant, ils se payent sur les collectors que publie la SHPT et qu’elle revend à prix d’or lors des célébrations…
Comprends-tu ?

4d-Don a dit…

Eric...

Et la partie "Spiritiste" du Sahaj Marg, la pratiquez-vous?

Priez-vous pour un Égrégore favorable, comme le dit votre Saint guide, Chari?

Croyez-vous que l'esprit de Babuji, mort en 1983, fait parvenir des messages à la Médiume anonyme Française, de sa perche au "Brighter World", messages que vous achetez ensuite à un prix d'or?

Et qu'en dites-vous du fait que Chari n'a pas été accepté comme successeur de Babuji, par la Société de Babuji, le fondateur de la SRCM (Shahjahanpur-1945)?

Et Lalaji, est-il votre Maitre aussi? Pratiquez-vous le Sufisme selon le groupe Naqshbandiya Sufi Brotherhood? Lalaji a-t-il inventé le Sahaj Marg selon vous??
Pourquoi Babuji et Chair ne suivent pas les directives et les leçcons de Lalaji??

Croyez-vous que vous pouvez apprendre la tolérance dans les leçons des "intolérants", des racistes, des homophobes, des sexistes, etc ...

Si vos maitres ne sont pas "la perfection même", en "spiritualité", mais s'ils pratiquent un SPIRITISME, (avec une Médiume, un égrégore, des messages des "esprits des morts", pouvez-vous devenir "plus spirituel" en suivant les rituels des Matérialistes spiritistes?

Vos réponses SVP

Don ...