La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3447 commentaires – Dernier ajout le 10/06/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

23 février 2011

Même l'Amour n'y peut rien !

Martin nous l'avait promis, il l'a fait, voici son témoignage, émouvant et éprouvant. Merci Martin, je sais à quel point cela a dû être difficile.


ENGLISH TRANSLATION


Quand l'Amour n'y peut rien
C’est l’histoire de retrouvailles inattendues de deux amoureux que les évènements de la vie avaient brusquement séparés trente ans auparavant.
Le coup de foudre est total, imparable, sublime...
Elle m’informe qu’elle fait du yoga.
Intéressé par cette démarche, je m’en réjouis, la félicite même.
Je me rends compte rapidement que ce « yoga » a pour elle une importance anormale qui, premiers signes, nous prive de weekends et moments très attendus pour cause de séminaires et autres rituels…
Nous sommes en 2000 et les informations sur ce soit disant yoga dont je ne connais pas encore le nom sont inaccessibles.
Cette même année, je lui offre son voyage à Vrads, mais constate à son retour des changements bizarres de comportement.
Mais l’amour est aveugle, et malgré des moments d’inquiétude, je supporte patiemment les contraintes de cette pratique.
Elle me proposera ensuite, sans arrière pensée, de lire « Mon Maître » de chari.
Incapable de venir à bout de ce chef d’œuvre d’immondices, je découvre, terrifié, les tenants et aboutissants de ce « yoga ».
Je me mets alors en quête d’informations, rares à cette époque, mais suffisantes pour confirmer que la piste est dangereuse.
Je découvre donc que ma chère amie est bien dans une vraie secte et j’entreprends de laborieuses recherches.

Les méandres de la srcmTM sont difficilement pénétrables.
C’est un cocktail d’arnaques et de mensonges très bien assemblé que ne peut appréhender le commun des adeptes attiré dans ses filets.
Les arnaques les plus évidentes ont déjà été dénoncées sur ce blog, mais résumons les principales.

Arnaque n°1 : la filiation spirituelle des 3 gourous
Laissons en paix Lalaji, qui, sur des principes inoffensifs, a tenté de réconcilier deux cultes ennemis : l’hindouisme et le soufisme.
Quant à Babuji, il est établi qu’il n’a rencontré Lalaji que 3 fois et que ce dernier a refusé de le nommer percepteur.
Il faut donc déjà avaler l’idée que Babuji a été investi dans un rêve par Lalaji, après sa mort…(bon appétit !).
Enfin, la soi-disant passation des pouvoirs de Babuji à Chari fait l’objet d’une procédure à son encontre devant la Cour Suprême de Justice en Inde pour des exactions commises contre Babuji et sa descendance.
La filiation officielle n’est manifestement qu’un montage fallacieux pour tenter d’accréditer le gourou actuel de racines historiques et valides.

Arnaque n°2 : srcmTM comme Trade Mark (marque déposée)
Anodin pour les non initiés, il faut savoir que déposer une marque commerciale a pour but de se protéger et d’obtenir l’exclusivité de la propriété juridique et commerciale et donc du chiffre d’affaire que ça peut générer.
Le gourou actuel, ancien homme d’affaire venu à la spiritualité sur le tard, s’est donc adjugé ce fonds de commerce prometteur et très juteux. Il est impossible d’entrevoir dans cette initiative, bien extravagante dans ce domaine, la moindre intention ou connotation spirituelle, mais bien au contraire, la preuve irréfutable d’un projet de business pur et dur !

Arnaque n°3 : Les bienfaits de la méditation
Il existe d’innombrables façons de méditer et elles ont majoritairement des effets bienfaisants sur les méditant.
Le simple fait de se poser, calmer son mental, se recentrer dans le moment présent… génère des sensations positives et énergisantes comme en témoigne la littérature très abondante actuelles sur le sujet, et ce, quelque soit le mode de méditation pratiquée.
L’arnaque majeure et centrale de la srcmTM est de donner un sens particulier et très original à ce bien être naturel.
Elle explique à ses adeptes que les bienfaits ressentis de la méditation, façon srcmTM, ne sont ni plus ni moins que les effets de la transmission en provenance du gourou, via son percepteur, de la présence divine dans le cœur de l’adepte.
Le gourou est donc l’émetteur universel d’une énergie divine, qu’il est bien sûr le seul à générer (™), et qui promet aux adeptes qui viendront s’abreuver à sa source une élévation spirituelle garantie qui les mettra à l’abri du cycle des réincarnations douloureuses…

Et le tour est joué… ou presque, encore faut-il appliquer strictement la méthode.

Arnaque n°4 : La méthode srcmTM
Mon amie est percepteur depuis 25 ans environ, rapidement nommée après quelques mois de pratique sans formation particulière, probablement grâce à sa bonne tête rassurante et à son sourire avenant.
Rappelons les rituels de bases dont la seule énumération en dit long sur le niveau d’investissement personnel nécessaire :
- 3 sitings d’initiation rapprochés, séance particulière, pris auprès d’un percepteur
- méditation quotidienne au réveil sur la présence divine dans le cœur
- cleaning du soir, autre rituel de nettoyage méditatif
- prière à 21 heures précises de vénération du maître
- 2 méditations de groupes par semaine le mercredi soir et le dimanche matin (satsangs)
- 1 à 2 sittings hebdomadaires avec un percepteur (qui lui-même doit en donner et en recevoir…)
- des séminaires locaux, régionaux, nationaux ou internationaux, 3 à 5 fois par an
- un voyage en Inde annuel si vous n’avez pas eu la chance de croiser le regard du gourou en direct, c’est la règle, lors de ses pérégrinations qui se font plus rares aujourd’hui.
Tout ceci étant bien entendu présenté comme facile et totalement compatible avec une vie familiale et professionnelle normale, y compris quand dans un couple l’un joue et l’autre pas…je vous garantis que, sauf pour les amateurs de ménages à trois, dans la durée, c’est impossible !

Arnaque n°5 : du Raja Yoga, en veux-tu… en voilà !
A l’entrée de la salle de méditation de mon amie est scellée une belle plaque dorée sur laquelle sont gravées les mentions « SRCM – Centre de Raja Yoga ».
Le Raja Yoga est une évolution supérieure du yoga accessible aux yogis confirmés après des années, voire des décennies, de pratiques.
A la srcmTM, il suffit de s’asseoir en tailleur pour accéder en deux temps trois mouvements à ce que des maîtres yogis mettent des vies entières à approcher.
Mais il y a un hic, le professeur qui vous initiera, en l’occurrence mon amie, n’a pourtant jamais fait de yoga, dont acte !
Pire, des ouvrages de référence du yoga mettent en garde sur les dangers d’aborder le raja yoga sans passer par les phases préalables.

Arnaque n°6 : Comment le piège se referme
Un nouvel adepte éprouvant les bienfaits de la méditation, rassuré par l’effet de groupe, ne peut se poser, ou poser, des questions sur les tenants et aboutissants de cette organisation.
La pratique et les rituels l’apprivoiseront insensiblement, le conditionneront, pour le rendre ensuite totalement perméable aux messages du maître.
Quelques morceaux choisis sur l’obéissance et la soumission qui sont à la base du processus d’emprise ( et bizarrement manquant dans les mots clés de ton blog, Elodie) :
" Tout ce qui est maintenant nécessaire c'est une obéissance aveugle aux instructions du Maître. Ceci seul, garantira l'heureux aboutissement de la quête spirituelle, rapidement et sans danger."
" Tout ce dont nous avons besoin maintenant, c'est de volonté ; la volonté d'agir et d'obéir au Maître dans le moindre détail de son instruction."
" Pour ceux qui ont eu assez de chance pour parvenir à cet état élevé, le Maître n'est plus un guide pour la spiritualité seule. Il est maintenant devenu le Maître de notre vie dans tous les aspects de l'existence. Il devient le père, la mère, le fils, le professeur, le docteur, en fait il n'y a pas de rôle qu'Il ne joue pas dans la vie de l'abhyasi. Il a pris l'abhyasi totalement en charge. Ainsi, nous voyons que seulement notre abandon à Lui, peut déterminer la condition où il peut nous prendre en charge complètement ! "
" Quelle devrait être l'attitude idéale de l'abhyasi ? Selon les propres mots de Master : "il doit être tel un homme mort entre les mains d'un habilleur funéraire". C'est-à-dire que l'abhyasi doit être tel un corps mort, exempt de désir personnel, d'opinions personnelles et complètement dénué de toute résistance. Un tel abhyasi est un matériau idéal car il n'offre aucune résistance d'aucune sorte, pas plus physique que mentale, aux pouvoirs spirituels du Maître. "

Et j’en passe et des meilleures !!!
Ici, cher visiteur, de deux choses l’une : soit vous ressentez un frisson de frayeur et/ou de dégout à la simple lecture des extraits ci-dessus et, tout va bien, vous pouvez tranquillement reprendre votre vie normale, soit vous y trouvez du sens et de l’intérêt et vous êtes déjà contaminé.
Votre esprit critique est altéré et votre liberté individuelle, votre intégrité, votre identité sont en grand danger !
En admettant ces propos vous refermez vous-même, et sur vous-même, le piège puisque toute critique de l’organisation, du gourou, du percepteur, vous est définitivement impossible. Vous serez encouragé et gratifié d’avoir fait ce travail par vous-même et vous auto-maintiendrez dans cette emprise par ce simple effort.
La manipulation mentale est habile, l’emprise efficace et l’asservissement garanti : « tel un homme mort entre les mains d'un habilleur funéraire !"
Avec le temps l’addiction et l’auto suggestion vous muteront en véritable zombi et votre entourage assistera impuissant à votre perdition.

La liste des arnaques seraient encore longue à énumérer et vous pouvez les découvrir sur ce blog, mais revenons à notre histoire.

Durant les cinq premières années, j’ai tout tenté pour réveiller mon amie, convaincu qu’un facteur externe et intrus ne pouvait durablement interférer dans notre relation sentimentale et qu’un déclic finirait bien par se produire.
Le sujet n’était pas tabou mais nos discussions le plus souvent stériles, parfois même conflictuelles.
Nous vivions pourtant une vraie relation, intime, complice et très harmonieuse, sauf sur ce plan où aucune communication ne pouvait s’établir.
Dans les meilleurs moments j’avais parfois le sentiment qu’elle essayait, qu’elle aurait bien aimé, mais qu’elle n’y arrivait pas, ne le pouvait pas…
J’ai ensuite abandonné l’idée de la sortir de là, lui suggérant d’essayer de prendre un peu de recul ; d’alléger sa pratique sans y renoncer, mais sans aucun résultat.
Nous avons commencé à ne plus en parler, éviter le sujet qui fâche, et un silence pénible et contraint s’est installé sur ce sujet.
Des ruptures de courtes durées ont commencé à se succéder lorsque ses obligations de percepteur s’enchainaient à une cadence, pour moi, insupportable.
Sans la moindre amélioration, je constatais, impuissant, qu’au contraire, dans le temps, le processus d’addiction s’aggravait.
Une dépendance excessive s’installe conduisant à un comportement soumis, idolâtre, et à des angoisses de séparation ; c’est très inquiétant, sinistre, mortifère…

De même que la liberté de chacun finit où commence celle des autres ; la liberté de croire de chacun finit où commence l’abus de confiance des autres.
Je me suis beaucoup interrogé, torturé même, sur mon incapacité à respecter sa liberté de choisir, de croire, et à l’accepter en fait « telle qu’elle est ».
Elle me rappelait parfois : « je suis ce que je fais » et je lui répondais avec insistance : «Non, tu n’es heureusement pas ce que tu fais, tu t’efforces de devenir celle qu’ils veulent que tu sois ».
Mais je n’ai jamais pu douter de son statut de victime abusée, pas plus que des sentiments, assurément réciproques, qui m’inspiraient le devoir de l’aider.
C’est comme si constatant qu’un être cher est sous l’emprise de l’alcool ou d’une drogue dure, vous assistiez à son autodestruction sans tenter de le secourir !
Mais les dégâts de l’addiction à l’alcool ou à la drogue sont notoires et les solutions de sevrages disponibles et possibles.
Les dégâts de l’addiction à la srcmTM sont diffus, insidieux, sournois, méconnus et sans solutions de sevrages.
C’est le trou noir…à chacun de revenir de l’autre côté du miroir; par ses propres moyens, c’est une gageure, impossible sans une main tendue, et encore…

« Il n’y a pas d’humanité sans raison » ; les victimes de la srcmTM sont inéluctablement amenées à la perdre pour muter vers un état de zombi totalement à la merci de leur gourou et de son organisation.
Cette mutation est fatale pour un couple; condamnés désormais à se regarder l’un l’autre, comme des chiens de faïence, définitivement incapables de regarder ensemble dans une même direction.
La confiance s’étiole, le bonheur d’aimer se transforme en désespérance et rancœur douloureuse de pas avoir pu trouver de solution.
C’est une situation contre nature où les mots n’ont plus de sens, la raison et le bon sens plus d’emprise.
La réalité vacille, la vérité se voile et un insupportable sentiment d’échec ensevelit la belle histoire.
Quand je lui rappelais que « seule la srcmTM pourrait nous séparer », elle me répondait avec assurance : « si tu me quittais à cause de ça, je ne comprendrais pas… »

Puisse-t-elle comprendre un jour…

Malgré les sentiments, deux amoureux se séparent dans une intrigante douleur ; deux êtres malheureux, atterrés et désespérés de constater que même l’Amour n’y peut rien !

Martin

Post scriptum : Elodie, j'ai un peu galéré pour t'envoyer mon texte, mais je n'ai pas pu, ou su,mettre en caractère gras les sous titres arnaque n°1 2 3...
ainsi que certains passages citation de "mon maître" tels que:
"obéissance aveugle aux instructions du Maître"
"dans le moindre détail de son instruction"
"Il est maintenant devenu le Maître de notre vie dans tous les aspects de l'existence. Il devient le père, la mère, le fils, le professeur, le docteur, en fait il n'y a pas de rôle qu'Il ne joue pas dans la vie de l'abhyasi"
"il doit être tel un homme mort entre les mains d'un habilleur funéraire"
"que l'abhyasi doit être tel un corps mort, exempt de désir personnel, d'opinions personnelles et complètement dénué de toute résistance. Un tel abhyasi est un matériau idéal car il n'offre aucune résistance d'aucune sorte, pas plus physique que mentale, aux pouvoirs spirituels du Maître. "

Si tu peux l'intégrer, c'est mieux!

Affectueusement,

Martin

Les compléments de Martin :

Merci de votre compassion.
Vous me demandez plus de détails… en voilà donc, dans la limite de mes possibilités actuelles.

C’est, (ou c’était …) une personne de nature particulièrement douce, posée, délicate, et attentionnée
Elle est revenue de Vrads nerveuse, agressive et parfois même vulgaire.
Quelque temps plus tard elle me confiait que le départ de Vrads lui avait été très difficile : « je ne pouvais pas quitter chari, je pleurais… »

Je souligne l’omniprésence de la pratique en termes de temps et d’énergie : l’énergie se développe là où on la met et en demande toujours plus, c’est un facteur d’accélération de l’addiction qui s’auto génère sans fin.
Au début il lui arrivait de s’abstenir ponctuellement de quelques réunions, puis elle en a été de moins en moins capable.
Notre vie était donc marquée par les rituels de la mission ; il y avait les jours avec et les jours sans et ce n’étaient pas les mêmes. Entre nous grandissait résolument ce qui nous opposait, ce qui nous séparait.
Les fonctions de précepteur c’est encore plus de temps que pour un simple adepte, c’est aussi plus d’argent : location de la salle, bouquins, voyages et séminaires…
Son statut rajoutait au malaise et je lui reprochais aussi son insouciante responsabilité d’attirer des innocents dans ce piège.

Elle supportait mal ces discussions, elle se sentait agressée et se caparaçonnait derrière des réponses soit négatives : « tu ne peux pas savoir…tu ne sais pas de quoi tu parles…il faut pratiquer pour comprendre… », soit extravagantes sur l’origine de l’homme, l’énergie divine, la « rienté », les dogmes de la mission, etc.…
J’ai testé les sittings à 2 ou 3 reprises, mais malheureusement pour elle il ne s’est rien passé.
J’en savais beaucoup plus qu’elle sur cette secte ; bien que précepteur, elle s’est toujours contentée du seul ressenti et ne s’est jamais posée la moindre question sur la réalité de cette organisation, ses origines, ses buts et ses pratiques…Elle achetait les bouquins qu’elle ne lisait même pas. Ce questionnement la dérangeait ; en fait elle s’interdisait toute remise en cause, mais je pense surtout qu’elle en était psychologiquement incapable, victime d’un conditionnement et d’une emprise qu’elle ne pouvait pas soupçonner.

Cette situation était désagréable pour tous les deux car notre communication était remarquablement bonne sur tout autre sujet. Quand je dis « qu’elle essayait » c’est que je percevais par moments des efforts manifestes pour essayer d’entendre ce que je lui disais. Parfois ce malaise se voyait même physiquement. Sur son initiative, nous avons rencontré ensemble une amie à elle qui méditait occasionnellement à la srcmTM, pour une discussion sur ce thème. Pendant que mes réserves et critiques trouvaient une oreille plutôt attentive auprès de cette personne, mon amie se défigurait littéralement; j’ai été très choqué de voir son visage physiquement transformé, méconnaissable, pendant quelques minutes, expression probable d’une douleur insurmontable.
Nous avons arrêté les débats et elle est repartie sur le conseil de son amie d’aller consulter un psy…

Les dégâts de cette addiction ne sont pas flagrants vus de l’extérieur. Mais dans mon cas, l’avoir connue avant qu’elle ne rencontre cette organisation et après, pendant 10 ans, intimement, m’a permis d’observer les mutations de ses comportements dans la durée.
Au début peu, puis de plus en plus de changements d’humeur, de fébrilités, d’attitudes parfois infantiles, d’hypersensibilité.
Apparition des mensonges pour justifier des départs ou déclaration quelques jours avant des voyages en Inde réservés depuis plusieurs mois.
Investie d’une « mission » divine, le devoir de service du gourou, expression d’une obéissance totale et idolâtre, détruit peu à peu tout ce qu’il y a autour sans discernement.
Je sais bien que l’on ne peut pas changer les gens, à plus forte raison ceux que l’on aime.
Mais c’est bien parce que je m’opposais aux changements programmés de la srcmTM que j’essayais de l’aider.

Martin

19 commentaires:

Anonyme a dit…

le lapsus precepteur/percepteur de martin est geant; les precepteurs du SM sont les percepteurs de chari, comme les percepteurs de l'impot...
claude

Alexis a dit…

@ Martin,
Un très grand merci pour ton témoignage. Comme Elodie, j’apprécie vraiment beaucoup d’autant que je sais à quel point l’effort est difficile. Au fil des années, j’ai été contacté par pas mal de personnes qui côtoyaient de très très près des abhyasis, mais pratiquement aucune n’a accepté de témoigner comme tu viens de le faire (même Elodie s’y est refusée). Alors oui chapeau et merci !
Sache aussi que ça ne sera pas inutile, loin de là. Les témoignages sont les pages qui ont le plus de succès de lecture sur nos blogs.
Si tu le veux bien, je pense qu’il serait utile de compléter ton témoignage. Laissons de côté les arnaques, c’est fait et ça le sera de nouveau au fil du temps.
Ce qui fait toute la force de ton témoignage et lui donne tant de valeur, c’est la proximité que tu as eu durant de nombreuses années avec ta compagne abhyasi. C’est tout le mécanisme de l’emprise du SM (de la srcmTM et de Chari) sur elle que l’on veut mieux connaître, appréhender et décrypter. Et tu es l’une des rares personnes qui a le triste « privilège » de pouvoir en rendre compte dans les moindres détails.
Ce qui intéresse le lecteur, je crois, c’est deux choses essentielles :
- quel a été l’impact du SM sur ta compagne ? (en quoi a-t-elle changé, qu’as-tu observé au fil du temps, dans son caractère, son comportement, etc.)
- l’incidence quotidienne et à long terme sur votre couple de ces changements.
Je sais à quel point c’est intrusif, mais il me semble que c’est ce qui va intéresser, et pour cela il faut aller dans les détails, si possible encore plus que ce que tu as déjà fais.
Au cas où tu serais d’accord de t’y essayer, je pense que tu peux compter sur Elodie, Don ou moi pour t’aider à aller extirper ces détails si nécessaire.
Mais quelle que soit ta réponse, encore merci pour ce que tu as déjà fait, c’est génial…

Exemples :
après vrads, tu dis que tu constates des « changements bizarres de comportement », peux tu préciser ?
tu parles « des contraintes de cette pratique » (sur votre vie de couple je suppose), peux tu dire ce que cela donne au cours d’une semaine ou d’un mois ou même d’une période particulière et en quoi cela affecte votre vie commune.
« aucune communication ne pouvait s’établir » : quelles étaient ses réactions quand tu abordais le sujet ? que répondait-elle ?
« elle essayait, elle aurait bien aimé, elle n’y arrivait pas, elle ne le pouvait pas » qu’a-t-elle essayé de faire (réduire sa participation ? qu’est ce que cela a produit en elle ? …)
« le processus d’addiction s’aggravait » peux-tu le préciser ? quels éléments de soumission as-tu observé ? d’idolatrie ? quelles « angoisses de séparation » ? etc etc
Bref ce sont ces dégâts de l’addiction que tu dis « diffus, insidieux, sournois » dont on aurait besoin que tu les explicites avec un maximum de détails.

LéA a dit…

les arnaques que liste martin sont celles qe l’on retrouve malheureusement partout chez les nouveaux gourous médiatiques indiens. contrairement aux philosophies traditionnelles orientales, ces pratiquess spirituelles sont toutes basées sur un élément émotionnel fort et rapidement accessible (méditation, mantra, etc) soi-disant unique et inégalé qui fait l’objet d’une marque commerciale déposée. on joue sur l’immédiateté d’une émotion violente pour réclamer une obeissance et une soumission totales dans le temps au gourou imposteur et commercial hors pairs.

Elodie a dit…

Bonjour Martin,
Je crois bien que les remarques d’Alexis sont justes.
Je n’ai pas osé te le dire, me sentant moi-même dans l’incapacité de faire un tel travail, trop introspectif ou trop impliquée pour y parvenir, et admirative de ce que tu acceptes déjà de nous dévoiler de ton intimité.
Très affectueusement à toi,
Elodie

Anonyme a dit…

End of the day, it is victim of sahaj marg which suffers the most, because life of a lie is too short, in my case, i bounced back with a bang :) and am now living happily with my family which has nothing to do any cult.

but sometimes i do feel sad of my ex, she was totally trapped in this cult and everyone in her family who is not involved in this cult has moved on, she has been left where she was when she left me...

Its bad karma i guess,paying for your bad deeds.

Regards
Shashwat

Anonyme a dit…

Salut Martin ...

Un grand merci ...

J'ai traduit et posté sur mon blog anglais pour les abhyasis anglais.

Je ressent ta douleur, une souffrance que j'ai aussi ressenti quand moi et mon épouse de 35 ans se sont sérarés il y a déja plusieurs années... Le temps en a réduit l'impacte mais ma détermination d'exposer ce group et autres groups SPIRITUALISTES, pas spirituels ne se réduit pas.

Merci et courage ...

Quand j'ai commencé mes recherches, il y avait seulement Alexis et son blog qui existait sur le NET. Mintenant, il y en a plusieurs.

Don ...

K.R.S.Rajan a dit…

Elodie,

You comment"Raja Yoga is a higher evolution of yoga accessible to yogis confirmed after years or even decades of practice ".

The above is true but what Babuji says under modified Raja Yoga" Shahaj Marg", an individual can Realize the Ultimate Reality with in a life time or in a part of life under the guidance from a capable Spiritual Mater. The Realization is not only for Yogis but also for common people like us because the so called Yogis were also common people before practicing Raja Yoga.

Please try to comment on Shahaj Marg of Babuji after practicing meditation throughly and not before.

Kind Regards.

Rajan.

Elodie a dit…

Bonjour Rajan,
Ce que dit Martin, c'est que son ex compagne n'a JAMAIS fait de yoga, même si elle se déclare professeur de raja yoga. Et si j'ai bien compris, il ajoute que les anciens disaient qu'il fallait passer par toutes les étapes (huit) pour aller vers la réalisation sinon cela pouvait s'avérer dangereux. Babuji a dit autre chose, on peut décider de lui faire confiance ou bien non.
Quant à moi, j'ai pratiqué la méditation selon la méthode SrcmTM de Chari et j'en suis revenue. Donc je m'autorise à critiquer le Sahaj Marg TM.
Affectueusement,
Elodie

K.R.S.Rajan a dit…

Hi, Elodie,

What is Raja Yoga., it was a research project of some spiritual-scientist like Patanjali or Yagnavalka, that's all.What one Scientist says, the other Scientist either dismisses it or modifies it. The same thing what Babuji did. He was Spiritual Genius and he found out a better and quick method for God-Realization.

Mr.Martin's professor of Raja Yoga-Philosophy seems to be still living in Treta-Yuga. She has to Practice Shahaj Marg of Babuji to understand the modified version of Raja Yoga. she is still dwells in theoretical world and not in practical to be wise enough.

What is practiced at SRCM(Cal)is not Raja-Yoga but Raja-Bhoga
materialality).

Kind Regards.

Rajan.

Alexis a dit…

L’histoire de Rose était-elle un canular ? celle des médiums du web en est un beau !
Poonam Thaper (ou tout autre alias) = Rose = Erin = Babujis messenger (voir le dernier échange de mails entre elle et Don le 29 janvier dernier).
Il y a un an, en février-mars, nous avons cru à l’histoire que nous racontait Rose sur son fiancé et la médium française de Manapakkam. Lorsqu'elle a lancé un premier blog sous le nom d’Erin en novembre, on n’a pas bien compris, puis un second comme Babujis messenger, on s’est demandé à quel jeu elle pouvait bien jouer. On se le demande encore.
Faut-il tout réfuter en bloc depuis son tout premier témoignage et se dire qu’on a été abusé de A à Z ? Faut-il y voir des relations plus complexes où « Rose » serait aujourd’hui instrumentalisée par son ex-fiancé et par Chari après avoir tenté de s’amuser à leurs dépens ?
Va savoir

Alexis a dit…

Une élite pour régénérer l’humanité

Extrait de Whispers en français, voici un Murmure de Babuji depuis le Monde lumineux en date du 30 juin 2004 à 10h :
« LES MESSAGES reçus par ailleurs constituent à eux seuls un enseignement convenant à une élite d’âmes émergeant en ces temps d’avènement d’une ère nouvelle. Ils seront compris, appréciés, et ils deviendront, dans notre voie, un point de référence. Les esprits, de plus en plus, s’ouvriront à une réalité dépassant encore quelque peu nos frères actuellement. Les temps futurs se préparent et nous ne serons pas en reste.
Les âmes qui s’incarnent dans cette optique, chercheront un enseignement leur correspondant en tous points. Ceux que vous appelez les enfants indigo ne s’accommoderont pas des concepts dépassés. Ils chercheront un créneau vibratoire approprié à la subtilité de leurs corps éthérés. Beaucoup de ces êtres vivent déjà en ce monde. Ils peinent à s’intégrer dans les systèmes existants, dénués pour eux d’intérêt la plupart du temps. Ils arrivent à une époque charnière de l’histoire du monde et sont différents, donc souvent mal compris, comme tout ce qui peut se distinguer de la multitude. Ces êtres se retrouveront et s’uniront pour recréer un environnement leur donnant satisfaction. Ils seront pacifistes, évolués spirituellement ; ils iront à l’essentiel, naturellement, sans hésitation, la sagesse, pour la plupart, étant innée. Un temps viendra où le nombre de ces êtres grandira, pour former une élite régénérant l’humanité et guidant les moins favorisés.
Tout est écrit et voulu ainsi. Que tous soient bénis ! »
Babuji

Le message est limpide : notre monde est pourri, une élite spirituelle va bientôt venir le renverser pour nous guider sur la bonne voie.
Relents populistes, philosophie new age et apocalyptique, tout y est, rien ne manque. Peu importe le ou la médium à l’origine de ce message, le sectarisme de la SRCM ne s’est jamais affiché aussi ouvertement. C’est peut-être la raison qui explique que ce message n’a pas été diffusé (pas encore ?) sur ‘a whisper a day’.
A tel point qu’on se demande si Chari n’est pas manipulé à son tour par le ou la médium. Il a voulu faire de l’argent avec Whispers, c’est incontestable, mais cautionne-t-il aujourd’hui ce soi-disant message de Babuji, c’est à voir ?

4d-Don a dit…

Salut tous et toutes...

Dire que la modification du Raja Yoga par Babuji, qui débute à l'étape #7, la méditation, et se termine ensuite au #8, Samadhi (la mort), est comme dire que je suis Chrétien parce que je prie.
.
http://en.wikipedia.org/wiki/Samadhi
.

In Hinduism, samādhi can also refer to videha mukti or the complete absorption of the individual consciousness in the self at the time of death - usually referred to as mahasamādhi.

Mais il faut prier proprement ou comme les catholiques pour être appelé(e)catholique.

La modification du Raja Yoga par Babuji est plus qu'une modification. Le Sahaj Marg(tm) n'est pas du Raja Yoga du tout. C'est de la Méditation avec de l'obéissance à un Maitre qu'ils disent représente le "divin". Ce n'est pas un systême comme le Raja Yoga, mais ça demande de la FOI ... que la transmission du Maitre saura sauver (Libérer) les abhyasis avant le moment de leur mort physique.

Le Sahaj Marg(tm) de Chari est très semblable a plusieurs RELIGIONS. Ils vont même au: Brighter World... Le Brighter world ne figure pas au Raja Yoga.

Don

Anonyme a dit…

Dear Don,

Your msg. is unique.

What is Brighter world according to SRCM(tm) is Darker world to all humanity.Why these Char latents misuse power of Nature and pollute the minds of innocent abyasis and make their lives miserable and break their families into pieces. Catherine is an another medium like Saturn who was a destroyer between God and Man. These kinds of mediators should be deleted from the minds of each and every Abyasi of Shahaj Marg. Babuji was like Jesus( the All-forgiver) made mistake in appointing these sorts of leach-leaders to suck the innocent beings and making them unfit for any Spiritual-awareness.

A time will definitely dawn and that day is not far-off and the Nature will take its course to destroy these unscrupulous elements
from the face of the Spiritual world.

May the Divine make the world a spiritual one by eliminating these white-ants from the earth.

rythier a dit…

bonjour a tous je suis abhyasi depuis 23 ans entré a la srcm en 1988 et cette pratique spirituelle a révolutionné ma vie en la bonifiant au plus haut niveau de compréhension intellectuelle de coeur et d’émotion, je peux comprendre que pour certains cette pratique ne convient pas, levé avant l'aube, cleaning avant de se coucher, souvenir constant, cette pratique requière un engagement de haut niveau comme les sportifs de haut niveau doivent acquérir, je comprend aussi que pour certains ce besoin d’évolution spirituelle semble étrange dans ce monde ou l'avoir reste plus important que l’être ou celui qui possède est plus respecté que celui qui devient, mais personne ne peux arrêter la marche de l’évolution et c'est tant mieux, je pense que ce message a peu de chance d’être visible, peut être que dans un élan de lucidité le modérateur laissera la chance a ceux pour qui le saharj marg a été une telle bénédiction mais je suis ravi que de tel site existe car grâce a de tels échanges seul ceux qui sont réellement prêt a recevoir L'enseignement traverse l’épreuve de la peur et comme morpheus le dit si bien "je n'ai jamais dit que ce serait facile j'ai juste dit que ce serait la vérité" merci

fab a dit…

J'ai beaucoup de compassion pour ces gens qui ont souffert. Mais, il faut bien comprendre que le sahaj marg est une voie spirituelle non pas pour "faire" et y consacrer de plus en plus de temps comme une entreprise qui dévorerait le temps de ses ouvriers au détriment de la vie de famille et des activités nécessaires à l'épanouissement de l'humain. C'est la mauvaise compréhension du Sahaj marg qui génère toutes ces dérives et ces souffrances pour les adeptes, leur conjoints et les familles. Bien compris, le Sahaj marg est une pratique de devenir. commnet me déprogrammer de mes conditionnements, mes croyances, préjugés, etc, etc .. pour devenir un vrai être humain de plus en plus conscient de ses fonctionnements, de ses choix, en mettant au coeur de ses préoccupation l'Amour des autres, l'attention pour les autres que cet Amour requiert, le respect de toutes vie, la patience, et (très important) le respect de ses limites et de celles des autres. Il est dommage que le Sahaj marg soit si mal compris et souvent mal pratiqué dans sa philosophie et les implications dans la relation à l'autre. autrement dit, à quoi me sert le sahaj Marg si je ne devient pas meilleur chaque jours. je pratique cette voie depuis maintenant 15 ans. je sais de quoi je parle. le chemin peut être plaisant par moment, mais jamais au détriment de l’honnêteté de s'observer pour voir réellement, avec lucidité et sens critique, ce que nous sommes avec notre part d'ombre et de lumière. C'est là que nous sommes attendu, au rendez-vous avec nous même. Il est facile de rejeter le système et de le condamner sans se regarder soi-même avec rigueur et compassion.

Anonyme a dit…

L'amour lui-même n'y pourrait rien, paraît-il...

Je suis très « neuf » à éprouver désormais ce qui vous fit partager ici votre réponse commune face à vous-même, à vos propres évidences relatives à la présence du Sahaj-Marg dans votre existence... avec ou sans votre agrément.
Pour moi, ce fut sans.

Ce n’est pas pour autant que je m’en reconnaîtrais une absence d’intérêt (...) pour ma propre spiritualité, dont il serait simple au lecteur Convaincu-d’Avance de considérer que, si évidemment absente qu’elle ne saurait en discerner la moindre lueur misérable de ce Foyer Rayonnant d’Amour Pur que constitue, d’évidence, monsieur Gopalachari (dont rien en moi, décidément, ne valide le « Raja »...), je ne serais en rien non plus « légitimement fondé » à juger de l’éventuelle validité des pratiques dont il se revendique.

Il est à craindre, vu d’ici – paisiblement, et sans vouloir en rien froisser qui que ce soit –, que l’argument ne fasse pas écho à grand-chose : il y a longtemps que je ne sais plus me dénier mon « droit divin » à m’éprouver tel que je suis.
Et il est, plaidant pour moi sans « faute » pour personne, peu probable qu’un marcheur douloureusement assoiffé qui poursuit sa Quête Vitale vers le Fleuve espéré, les yeux rivés au Chemin dans ce sentiment d’urgence si âpre qu’engendre la Soif, sache comprendre en quoi l’invite de l’homme assis auprès de « son » propre ruisseau n’est pas un « cruel appel à la dispersion » destiné à l’égarer, quand bien même la précaution du marcheur à cet égard l’empêcherait de seulement VOIR le ruisseau, puis d’en humer l’eau simple avant de décider s’il y reconnaît de quoi étancher sa propre soif...
(...suite ensuite...)

Anonyme a dit…

...Voire, éventuellement et après s’être désaltéré, décider en paix de savoir si la seule Promesse d’Étanchement Éternel et Définitif de Sa Soif, au nom de laquelle il se vouait au Fleuve avec tant de foi préalable exclusive, vaut encore, assis près d’une source certaine, d’y consacrer l’intégralité de ses disponibilités sociales, culturelles, affectives, intellectuelles, émotionnelles et amoureuses en reprenant le chemin du Fleuve-du-Chemin.

S’il n’a pas encore croisé, sur ce Chemin supposé, une vraie certitude quant à la réalité du Fleuve-du-Chemin en y croisant l’un(e) ou l’autre EX-assoiffé satisfait en ses attentes, dont tout ce qu’il exprime de lui-même témoigne sans détour de ce qu’aucune Soif douloureuse ne peut désormais l’habiter, ça peut passer pour un parti sincèrement raisonnable, « spirituellement » inattaquable.




Je suis, en ce moment-même et au travers de ce qu’il reste de compréhension entre l’abhyasi qu’est désormais mon épouse et moi, confronté aux « précautions d’usage » popularisées parmi les abhyasis Fidèles concernant la « malveillance » de ceux qui animent ce site, anciens abhyasis présumés aigris par leur « échec spirituel » supposé, et sottement revanchards par étroitesse d’âme.

Je ne suis pas un ancien abhyasi, je ne me ressens en rien aigri - pas même après ce si triste épisode, c’est dire -, je n’ai pas d’énergie à consacrer aux vanités stériles d’une quelconque « revanche », et j’ai bien l’intention de participer désormais à cette initiative altruiste, du mieux que je pourrai.
(...)

Anonyme a dit…

(...) Je ne parviens pas à « justifier » raisonnablement, concernant les intervenants locaux, que de si nuisibles malveillants, mus par les gluants, mouvants paradoxes personnels où ils se débattraient sans espoir, passent autant de temps et d’indulgence à se faire engueuler par l’un(e) ou l’autre Bienveillant Détenteur de l’Ultime Vérité qui n’hésite pourtant pas, parfois et afin de soutenir sa si lumineuse Conviction, à prétendre à plusieurs « personnalités » afin d’intervenir au débat local dans le même sens depuis plusieurs sources, voire à tendre des « pièges » (grossiers, et visiblement vains...) dans l’espoir de décrédibiliser cette gênante initiative à l’encontre de ladite lumineuse Conviction.

Parce que - quand même... - on peut trouver que ça « vibre bas » et que ce n’est pas exactement ce qu’on pourrait attendre d’une personne « installée » sur une paisible certitude spirituelle : « Au delà du bien et du mal », je veux bien. Il me semble même, dans ma crasse pénombre, savoir comprendre comment et pourquoi, moi que votre Foi ne saurait concerner.
Mais rappelez-vous la Parole du Maître, humbles abhyasis : « Au delà du bien et du mal »... pour le Maître, seulement pour le Maître. S’afficher à l’égal du Maître en revendiquant ce que vous ne sauriez soutenir seul, c’est de l’orgueil myope.

De quelle Foi témoigne-t-on ainsi ?!
(...)

Anonyme a dit…

La Foi ressentie, qu’il s’agisse d’un Maître ou d’une source, se doit d’être un constat, pas une « condition » sans laquelle la Promesse ne se tient pas..
Si je n’ai plus soif, je Sais – avec une Foi certaine, qui ne se satisfait plus d’en présumer - que l’eau de la source a aboli le « souci » d’un chemin en me désaltérant simplement.

Je sais aussi qu’il me suffit désormais de vivre auprès de la source pour ne plus craindre ma soif, et de suivre le cours des ruisseaux qui en débordent pour trouver rivière et fleuve sans manquer de ce qui me nourrit et m’abreuve.

Les fruits, les fleurs et les êtres animés préfèrent l’eau à sa promesse : je préfère méditer ce constat en m’allongeant dans l’herbe à l’ombre d’un arbre élu pour son agrément plutôt qu’en parcourant seul-à-plusieurs, sous un soleil accablant qui n’a plus de la lumière que le feu, plus de la clarté que les reflets de l’astre sur les cailloux aigus qui le parsèment, un chemin si visiblement desséchant, fut-ce en chantant à tue-tête des chants légers.
Surtout lorsque le parcourir m’interdit parce qu’il les contourne consciencieusement, soucieux de sa propre Intégrité, les sources, les mares, les ruisseaux, les flaques, les rivières et les fleuves étrangers jusqu’à la Mer Promise – dont je Sais pourtant, malgré la Vie qu’elle héberge et l’agrément éprouvé à ses Générosités à mon égard, l’eau IMBUVABLE pour moi, et la rapide « dispersion » qui s’entamerait à coup sûr s’il me prenait l’étrange désir de m’y immerger plus longtemps que sa nature et la mienne m’y invitent.

L’eau a toujours raison dans son parcours : avez-vous, comme moi, remarqué combien les chemins âpres et exigeants exhalent une caractéristique odeur de poussière, lorsque descend la pluie ?

Avez-vous remarqué que ces chemins ne savent, pas plus qu’autre chose, éviter la pluie qui les disperse là où elle emplit flaques et mares, faisant chanter sources et ruisseaux, gonflant les rivières et les fleuves jusqu’à leur autoriser leur si sûres épousailles à la Mer, neuves à chaque instant ?

Nobello