La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3445 commentaires – Dernier ajout le 14/05/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

17 février 2011

Aurions-nous des préjugés à propos des gourous indiens ?

LéA a dit...

 
le sujet des mediums ne m'a pas emballée non plus, je vous en propose un autre, plus généraliste que la srcm mais volontairement polémique sur les gourous indiens.
c'est un article de francois gautier qui date de mars 2001. désolée, c'est en anglais, même si c'est un français qui l'a écrit.

http://www.vnn.org/world/WD0103/WD30-6678.html

il reproche aux journalistes indiens d'être trop critiques sur leurs gourous.
il faut savoir que f gautier a écrit un bouquin sur ravi shankar, il n'est pas neutre, on peut en savoir plus sur lui sur son site http://www.francoisgautier.com/

PS : je ne partage pas son avis, faut-il le dire ? c'est dans mes recherches biblio que je suis tombée sur son article, ma thèse contredira son point de vue, l'élément central en étant que les gourous modernes sont les héritiers du passé mais aussi le fruit de la globalisation, ce qui les a rendus très différents et beaucoup plus dangereux.

Léa


Why The Cynicism About Indian Gurus?
INDIA, Mar 30, 2001 (VNN VaishNava News) — By Francois Gautier
Westerners have often a deep suspicion of 'gurus' and are wary of anything which has a 'Hindu' flavor. It is true that some of the gurus teaching in the West might have brought a bad name to Hinduism; but is this a reason to clamp them all together under the same 'fake' label?
Indian journalists unfortunately share often the same resistance to gurus as their Western counterparts. And one can also understand their misgivings, given the problems there has been in India with certain gurus having political connections. But these are the exception to the rule. Why then brand all gurus as 'godmen,' a negative and slightly cynical term, as many Indian journalists do? Or why always ask gurus the same pointed and devious questions about their opinions on Ayodhya and 'Hindutva?'
Isn't it also strange that Indian journalists do not display the same aggressiveness towards Christian bishops or priests, whom they never call godmen, but 'holy father?' They also like to question the 'miraculous' powers of Indian gurus, as it was done a few months ago in an issue of India Today targeting Sai Baba. But is it less rational or Cartesian to think, as the Christians do, that Jesus Christ multiplied breads, or resurrected the dead?
Running down Hindu culture and Hindu gurus is fine -- but a huge majority of the Indian population -- which, let us remember, is 85 per cent Hindu -- sees nothing wrong in this culture: ordinary Indians meditate, do pujas, perform asanas, chant bhajans, or practice pranayama.
There is no sectarism here, no fake mysticism, no pagan obscure rites. The irony is that this very spirituality on which Indian intellectuals tend to look down, is taking root in the West: more and more sportsmen, for instance, are using pranayama to enhance their performances; ordinary Americans are meditating by the millions (see this week's Time magazine showing American children learning meditation); hata-yoga has long taken Europe by storm and has been copied by all kinds of gymnastics or aerobics.
Does India need the West to realise what an inconceivable spiritual inheritance it has in its hands? A knowledge which once roamed the shores of the world, from Mesopotamia to Egypt, from Greece to Babylon, but which today has disappeared in a world peopled by intolerant churches? Do Indian schools have to wait for the United States, before they start teaching Indian children their own culture?
Sri Sri Ravi Shankar, for example, the founder of the Art of Living has also been catalogued as a 'godman' by The Deccan Herald. Yet, he too is helping to spread both in India and abroad this wonderful spiritual inheritance, promoting as much the revival of Sanskrit and Vedic knowledge, as an ecological concern for plastic disposal, or trying to save the centenary trees which are in danger of being chopped down on the Bangalore-Kanakapura road, as it is being widened.
His numerous associations prove that he is not only a "guru of the rich," as he has been accused by The Indian Express: his village schools, for instance, do so well, that children have a 95 per cent rate of success in exams; his youth training programs bring to India's remotest hamlets in Karnataka or even in Naxalite infested Bihar, Housing, Hygiene, and Human values. His volunteers work with their own hands in villages to clear the garbage, clean the sewage infested roads and generally renovate the place. Finally, the medically- tested Sudarshan Krya technique is today taught in Tihar jail, or in corporate offices in California.
The Kumbh Mela has just concluded. It was an extraordinary event: probably the biggest spiritual gathering in the history of the human race. At a time where the West has lost its spiritual moorings and when, even Eastern countries such as China or Japan are submerged by Western culture -- MTV, Coca-Cola and McDonald's -- India has shown that in spite of tremendous odds, she has succeeded in keeping her spirituality alive. But once again during the Kumbh Mela, the Indian media coverage showed the same Western slant against gurus, saints and sadhus.
Instead of highlighting the remarkable degree of cleanliness, orderliness and efficiency demonstrated by the organizers, the UP Government and the police, it chose to focus on naga sadhus smoking ganja, or the VHP "hijacking the mela," or on Western "hippies" in search of enlightenment.
Indian journalists could have shown a little more pride in their own culture by saying, for instance, that it is miraculous that there are still men in the world who are ready to give-up everything, including their clothes, for the love of God; or that as long as Indian villagers were smoking ganja, they did not beat their wives, gobble-up their salaries and drink themselves to death, as they are doing today, now that (foreign owned) alcohol has invaded India; or that any religion worth its name tries to protect its own interests, as the VHP is doing (the VHP is not trying to convert other religions, yet they are subjected to a much greater bashing by the Indian press than Christian priests or Muslim mullahs); or that it is to India's credit that Westerners come here searching for the spirituality they can't get any more in the West.
It is part of the freedom of the Press to be able to criticize anything and anybody. And we must acknowledge that Indian journalists have often played a positive role by highlighting injustice or corruption in public life.
But the spitefulness that they sometimes display towards the saints, sadhus and gurus of India seems a little bit unfair. For however much poverty there is in this country, however many problems it is facing, India's gift to the world in the 21st century will be its spirituality, this eternal knowledge which alone She has preserved.

11 commentaires:

Alexis a dit…

Intéressant même si c'est de la provoc. Ca complète bien le dossier de 5 articles que j'avais réalisé en décembre : Dossier sur les gourous.
T'es étudiante ? Tu bosses sur quoi exactement? le sujet des gourous indiens me branche beaucoup en ce moment, histoire de voir ce qu'ils ont de commun ou non avec chari...

4d-Don a dit…

Salut a tous et toutes)...

Je peux seulement parler pour moi-même. J'ai des préjugés envers n'importe individu(e)s qui prétendent être plus que les autres. (Messie, Hommes-Dieu, choisi, le(a) préferé(e) du UN ou du TOUT, experts, Maitres, Saints, etc ...

Quand un "journaliste" fini son article avec:

...this eternal knowledge which alone She has preserved.

...alors là, je vais vérifier son curriculum vitae, et je remarque que ce monsieur français, demeure aux Indes avec un épouse Indienne. Je comprends maintenant sa tendence de défendre tout Indien ... Alors, son article ne répresente pas la vérité mais une opinion avec un certain biais ou penchant. Il y a beaucoup plus de "spiritualité" dans le monde que la spiritualité Indienne. Dieu de Dieu, ce n'est pas seulement "pas vraie", mais c'est même insultant envers plusieurs véritables spiritualités.

Merci pour ton opinion Mr. F, mais dans un population d'un milliard, il y a beaucoup de charlatans dans un domaine (la religion) ou la preuve ne vient apparamment que du Divin ou dans L'Éternité (au ciel? ou au "Brighter World").

Un petit pourcentage d'un milliard, nous donne plutôt beaucoup d'individus que la population entière de beaucoup de pays ... Il faut se méfier et d'avertir notre monde des millions de charlatans Indiens qui s'acharnent sur notre population et qui font cible sur nos femmes et nos enfants.

Nous avons assez d'évidence et même de preuves (leurs paroles) du manque d'honnèteté des leaders businessmen et industrialistes du Sahaj Marg(tm).

Et si Dieu est nationaliste, raciste et homophobe commes ces "Maitres" ... alors j'en veux rien!!

Lisez nos blogs ... et décidez pour vous-mêmes!

Don

Alexis a dit…

SRCM Copyright
Attention attention ! Les photos vidéos et documents audios de la SRCM sont l'une des principales ressources de la mission, alors ils luttent contre les contrefaçons (voir sahaj sandesh 2011-5)
"Any photograph, audio or video recording made at a venue organized by the Mission or during an audience with Shri P. Rajagopalachari is the copyright of Shri Ram Chandra Mission. The material may only be used for personal use, and may not be reproduced or transmitted to third parties, including postings on blogs or the internet, without the express written approval of the Mission. Commercial use of any material in any manner is strictly prohibited. All recordings and content material will be surrendered to the Mission at its request."

Alexis a dit…

Plus drôle !
Whisper a day n'arrive plus chez les abhyasis...
On savait déjà que Babuji avait besoin d'un médium pour parler depuis son brighter world, mais cela ne suffit pas, ses murmures sont considérés comme des Spams par gmail et yahoo.
Décidément rien ne va plus...

Anonyme a dit…

Not all guru's are fake, but those who claim themselves to be a guru are indeed fake.

India is amazing country, i realized it the moment i stepped out of it. Things which we see today in india has remained as such even under foreign rule or more then a 1000 yrs.. if some stupids journalistes think they can change and overrun something which brutal rule of muslims could not, there cannot be anyone more foolish then them.

We tolerate even those things which we oppose to the core, this quality can be found only in Indians.

Regards
Shashwat

Alexis a dit…

Une autre réponse à Léa, article web du 22/03/2010 : Quand les gourous indiens dérapent

Anonyme a dit…

Quand l'Amour n'y peut rien (1/4)
’est l’histoire de retrouvailles inattendues de deux amoureux que les évènements de la vie avaient brusquement séparés trente ans auparavant.
Le coup de foudre est total, imparable, sublime...
Elle m’informe qu’elle fait du yoga.
Intéressé par cette démarche, je m’en réjouis, la félicite même.
Je me rends compte rapidement que ce « yoga » a pour elle une importance anormale qui, premiers signes, nous prive de weekends et moments très attendus pour cause de séminaires et autres rituels…
Nous sommes en 2000 et les informations sur ce soit disant yoga dont je ne connais pas encore le nom sont inaccessibles.
Cette même année, je lui offre son voyage à Vrads, mais constate à son retour des changements bizarres de comportement.
Mais l’amour est aveugle, et malgré des moments d’inquiétude, je supporte patiemment les contraintes de cette pratique.
Elle me proposera ensuite, sans arrière pensée, de lire « Mon Maître » de chari.
Incapable de venir à bout de ce chef d’œuvre d’immondices, je découvre, terrifié, les tenants et aboutissants de ce « yoga ».
Je me mets alors en quête d’informations, rares à cette époque, mais suffisantes pour confirmer que la piste est dangereuse.
Je découvre donc que ma chère amie est bien dans une vraie secte et j’entreprends de laborieuses recherches.

Les méandres de la srcmTM sont difficilement pénétrables.
C’est un cocktail d’arnaques et de mensonges très bien assemblé que ne peut appréhender le commun des adeptes attiré dans ses filets.
Les arnaques les plus évidentes ont déjà été dénoncées sur ce blog, mais résumons les principales.

Arnaque n°1 : la filiation spirituelle des 3 gourous
Laissons en paix Lalaji, qui, sur des principes inoffensifs, a tenté de réconcilier deux cultes ennemis : l’hindouisme et le soufisme.
Quant à Babuji, il est établi qu’il n’a rencontré Lalaji que 3 fois et que ce dernier a refusé de le nommer percepteur.
Il faut donc déjà avaler l’idée que Babuji a été investi dans un rêve par Lalaji, après sa mort…(bon appétit !).
Enfin, la soi-disant passation des pouvoirs de Babuji à Chari fait l’objet d’une procédure à son encontre devant la Cour Suprême de Justice en Inde pour des exactions commises contre Babuji et sa descendance.
La filiation officielle n’est manifestement qu’un montage fallacieux pour tenter d’accréditer le gourou actuel de racines historiques et valides.

Arnaque n°2 : srcmTM comme Trade Mark (marque déposée)
Anodin pour les non initiés, il faut savoir que déposer une marque commerciale a pour but de se protéger et d’obtenir l’exclusivité de la propriété juridique et commerciale et donc du chiffre d’affaire que ça peut générer.
Le gourou actuel, ancien homme d’affaire venu à la spiritualité sur le tard, s’est donc adjugé ce fonds de commerce prometteur et très juteux. Il est impossible d’entrevoir dans cette initiative, bien extravagante dans ce domaine, la moindre intention ou connotation spirituelle, mais bien au contraire, la preuve irréfutable d’un projet de business pur et dur !

Anonyme a dit…

(2/4)
Arnaque n°3 : Les bienfaits de la méditation
Il existe d’innombrables façons de méditer et elles ont majoritairement des effets bienfaisants sur les méditant.
Le simple fait de se poser, calmer son mental, se recentrer dans le moment présent… génère des sensations positives et énergisantes comme en témoigne la littérature très abondante actuelles sur le sujet, et ce, quelque soit le mode de méditation pratiquée.
L’arnaque majeure et centrale de la srcmTM est de donner un sens particulier et très original à ce bien être naturel.
Elle explique à ses adeptes que les bienfaits ressentis de la méditation, façon srcmTM, ne sont ni plus ni moins que les effets de la transmission en provenance du gourou, via son percepteur, de la présence divine dans le cœur de l’adepte.
Le gourou est donc l’émetteur universel d’une énergie divine, qu’il est bien sûr le seul à générer (™), et qui promet aux adeptes qui viendront s’abreuver à sa source une élévation spirituelle garantie qui les mettra à l’abri du cycle des réincarnations douloureuses…

Et le tour est joué… ou presque, encore faut-il appliquer strictement la méthode.

Arnaque n°4 : La méthode srcmTM
Mon amie est percepteur depuis 25 ans environ, rapidement nommée après quelques mois de pratique sans formation particulière, probablement grâce à sa bonne tête rassurante et à son sourire avenant.
Rappelons les rituels de bases dont la seule énumération en dit long sur le niveau d’investissement personnel nécessaire :
- 3 sitings d’initiation rapprochés, séance particulière, pris auprès d’un percepteur
- méditation quotidienne au réveil sur la présence divine dans le cœur
- cleaning du soir, autre rituel de nettoyage méditatif
- prière à 21 heures précises de vénération du maître
- 2 méditations de groupes par semaine le mercredi soir et le dimanche matin (satsangs)
- 1 à 2 sittings hebdomadaires avec un percepteur (qui lui-même doit en donner et en recevoir…)
- des séminaires locaux, régionaux, nationaux ou internationaux, 3 à 5 fois par an
- un voyage en Inde annuel si vous n’avez pas eu la chance de croiser le regard du gourou en direct, c’est la règle, lors de ses pérégrinations qui se font plus rares aujourd’hui.
Tout ceci étant bien entendu présenté comme facile et totalement compatible avec une vie familiale et professionnelle normale, y compris quand dans un couple l’un joue et l’autre pas…je vous garantis que, sauf pour les amateurs de ménages à trois, dans la durée, c’est impossible !

Arnaque n°5 : du Raja Yoga, en veux-tu… en voilà !
A l’entrée de la salle de méditation de mon amie est scellée une belle plaque dorée sur laquelle sont gravées les mentions « SRCM – Centre de Raja Yoga ».
Le Raja Yoga est une évolution supérieure du yoga accessible aux yogis confirmés après des années, voire des décennies, de pratiques.
A la srcmTM, il suffit de s’asseoir en tailleur pour accéder en deux temps trois mouvements à ce que des maîtres yogis mettent des vies entières à approcher.
Mais il y a un hic, le professeur qui vous initiera, en l’occurrence mon amie, n’a pourtant jamais fait de yoga, dont acte !
Pire, des ouvrages de référence du yoga mettent en garde sur les dangers d’aborder le raja yoga sans passer par les phases préalables.

Anonyme a dit…

(3/4)
Arnaque n°6 : Comment le piège se referme
Un nouvel adepte éprouvant les bienfaits de la méditation, rassuré par l’effet de groupe, ne peut se poser, ou poser, des questions sur les tenants et aboutissants de cette organisation.
La pratique et les rituels l’apprivoiseront insensiblement, le conditionneront, pour le rendre ensuite totalement perméable aux messages du maître.
Quelques morceaux choisis sur l’obéissance et la soumission qui sont à la base du processus d’emprise ( et bizarrement manquant dans les mots clés de ton blog, Elodie) :
" Tout ce qui est maintenant nécessaire c'est une obéissance aveugle aux instructions du Maître. Ceci seul, garantira l'heureux aboutissement de la quête spirituelle, rapidement et sans danger."
" Tout ce dont nous avons besoin maintenant, c'est de volonté ; la volonté d'agir et d'obéir au Maître dans le moindre détail de son instruction."
" Pour ceux qui ont eu assez de chance pour parvenir à cet état élevé, le Maître n'est plus un guide pour la spiritualité seule. Il est maintenant devenu le Maître de notre vie dans tous les aspects de l'existence. Il devient le père, la mère, le fils, le professeur, le docteur, en fait il n'y a pas de rôle qu'Il ne joue pas dans la vie de l'abhyasi. Il a pris l'abhyasi totalement en charge. Ainsi, nous voyons que seulement notre abandon à Lui, peut déterminer la condition où il peut nous prendre en charge complètement ! "
" Quelle devrait être l'attitude idéale de l'abhyasi ? Selon les propres mots de Master : "il doit être tel un homme mort entre les mains d'un habilleur funéraire". C'est-à-dire que l'abhyasi doit être tel un corps mort, exempt de désir personnel, d'opinions personnelles et complètement dénué de toute résistance. Un tel abhyasi est un matériau idéal car il n'offre aucune résistance d'aucune sorte, pas plus physique que mentale, aux pouvoirs spirituels du Maître. "
Et j’en passe et des meilleures !!!
Ici, cher visiteur, de deux choses l’une : soit vous ressentez un frisson de frayeur et/ou de dégout à la simple lecture des extraits ci-dessus et, tout va bien, vous pouvez tranquillement reprendre votre vie normale, soit vous y trouvez du sens et de l’intérêt et vous êtes déjà contaminé.
Votre esprit critique est altéré et votre liberté individuelle, votre intégrité, votre identité sont en grand danger !
En admettant ces propos vous refermez vous-même, et sur vous-même, le piège puisque toute critique de l’organisation, du gourou, du percepteur, vous est définitivement impossible. Vous serez encouragé et gratifié d’avoir fait ce travail par vous-même et vous auto-maintiendrez dans cette emprise par ce simple effort.
La manipulation mentale est habile, l’emprise efficace et l’asservissement garanti : « tel un homme mort entre les mains d'un habilleur funéraire !"
Avec le temps l’addiction et l’auto suggestion vous muteront en véritable zombi et votre entourage assistera impuissant à votre perdition.

La liste des arnaques seraient encore longue à énumérer et vous pouvez les découvrir sur ce blog, mais revenons à notre histoire.

Anonyme a dit…

(4/4)
Durant les cinq premières années, j’ai tout tenté pour réveiller mon amie, convaincu qu’un facteur externe et intrus ne pouvait durablement interférer dans notre relation sentimentale et qu’un déclic finirait bien par se produire.
Le sujet n’était pas tabou mais nos discussions le plus souvent stériles, parfois même conflictuelles.
Nous vivions pourtant une vraie relation, intime, complice et très harmonieuse, sauf sur ce plan où aucune communication ne pouvait s’établir.
Dans les meilleurs moments j’avais parfois le sentiment qu’elle essayait, qu’elle aurait bien aimé, mais qu’elle n’y arrivait pas, ne le pouvait pas…
J’ai ensuite abandonné l’idée de la sortir de là, lui suggérant d’essayer de prendre un peu de recul ; d’alléger sa pratique sans y renoncer, mais sans aucun résultat.
Nous avons commencé à ne plus en parler, éviter le sujet qui fâche, et un silence pénible et contraint s’est installé sur ce sujet.
Des ruptures de courtes durées ont commencé à se succéder lorsque ses obligations de percepteur s’enchainaient à une cadence, pour moi, insupportable.
Sans la moindre amélioration, je constatais, impuissant, qu’au contraire, dans le temps, le processus d’addiction s’aggravait.
Une dépendance excessive s’installe conduisant à un comportement soumis, idolâtre, et à des angoisses de séparation ; c’est très inquiétant, sinistre, mortifère…

De même que la liberté de chacun finit où commence celle des autres ; la liberté de croire de chacun finit où commence l’abus de confiance des autres.
Je me suis beaucoup interrogé, torturé même, sur mon incapacité à respecter sa liberté de choisir, de croire, et à l’accepter en fait « telle qu’elle est ».
Elle me rappelait parfois : « je suis ce que je fais » et je lui répondais avec insistance : «Non, tu n’es heureusement pas ce que tu fais, tu t’efforces de devenir celle qu’ils veulent que tu sois ».
Mais je n’ai jamais pu douter de son statut de victime abusée, pas plus que des sentiments, assurément réciproques, qui m’inspiraient le devoir de l’aider.
C’est comme si constatant qu’un être cher est sous l’emprise de l’alcool ou d’une drogue dure, vous assistiez à son autodestruction sans tenter de le secourir !
Mais les dégâts de l’addiction à l’alcool ou à la drogue sont notoires et les solutions de sevrages disponibles et possibles.
Les dégâts de l’addiction à la srcmTM sont diffus, insidieux, sournois, méconnus et sans solutions de sevrages.
C’est le trou noir…à chacun de revenir de l’autre côté du miroir; par ses propres moyens, c’est une gageure, impossible sans une main tendue, et encore…

« Il n’y a pas d’humanité sans raison » ; les victimes de la srcmTM sont inéluctablement amenées à la perdre pour muter vers un état de zombi totalement à la merci de leur gourou et de son organisation.
Cette mutation est fatale pour un couple; condamnés désormais à se regarder l’un l’autre, comme des chiens de faïence, définitivement incapables de regarder ensemble dans une même direction.
La confiance s’étiole, le bonheur d’aimer se transforme en désespérance et rancœur douloureuse de pas avoir pu trouver de solution.
C’est une situation contre nature où les mots n’ont plus de sens, la raison et le bon sens plus d’emprise.
La réalité vacille, la vérité se voile et un insupportable sentiment d’échec ensevelit la belle histoire.
Quand je lui rappelais que « seule la srcmTM pourrait nous séparer », elle me répondait avec assurance : « si tu me quittais à cause de ça, je ne comprendrais pas… »

Puisse-t-elle comprendre un jour…

Malgré les sentiments, deux amoureux se séparent dans une intrigante douleur ; deux êtres malheureux, atterrés et désespérés de constater que même l’Amour n’y peut rien !
Martin

Anonyme a dit…

Bonsoir Élodie,

j'ai un peu galéré pour t'envoyer mon texte, mais je n'ai pas pu, ou su,mettre en caractère gras les sous titres arnaque n°1 2 3...
ainsi que certains passages citation de "mon maître" tels que:
"obéissance aveugle aux instructions du Maître"
"dans le moindre détail de son instruction"
"Il est maintenant devenu le Maître de notre vie dans tous les aspects de l'existence. Il devient le père, la mère, le fils, le professeur, le docteur, en fait il n'y a pas de rôle qu'Il ne joue pas dans la vie de l'abhyasi"
"il doit être tel un homme mort entre les mains d'un habilleur funéraire"
"que l'abhyasi doit être tel un corps mort, exempt de désir personnel, d'opinions personnelles et complètement dénué de toute résistance. Un tel abhyasi est un matériau idéal car il n'offre aucune résistance d'aucune sorte, pas plus physique que mentale, aux pouvoirs spirituels du Maître. "

Si tu peux l'intégrer, c'est mieux!

Affectueusement,

Martin