La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

439 articles – 3449 commentaires – Dernier ajout le 9/09/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

10 mars 2006

La transmission du Sahaj Marg ne s'opère plus en Occident !

Christian se joint à notre discussion. Il considère que l'enseignement lui même a dérapé en Europe. Je ne sais pas ce que vous en pensez, n'hésitez donc pas à réagir. Voici ci-dessous l'intégralité de ses 2 messages qu'il nous a envoyé. Seuls les titres et sous titres ont été rajoutés (j'espère ne pas avoir détourné son propos).
Un dernier mot sur Alexis puisque vous êtes déjà deux à nous reprocher de le censurer. Je tiens donc à redire ici que nous voulons donner totale liberté d'expression aux abhyasis, quels que soient leurs points de vue. Mais nous voulons éviter d'y mêler des gens qui ne connaissent pas le Sahaj Marg et l'aéttaquent d'emblée comme une secte. Je ne connais pas ce monsieur et ne sait pas ce qu'il a à dire, j'ai juste vu son site web et lu qu'il y disait que nous étions une secte, d'où ma réaction, peut-être un peu trop rapide... S'il a des choses intéressantes à dire, nous les accepterons.
Je laisse la parole à Christian.
Elodie
Une dérive plus fondamentale que celle de l'avidité financière
d'après Christian...
Les problèmes que vous soulevez sont les plus visibles. Il ne s’agit pourtant que des conséquences d’une dérive plus fondamentale qui touche la transmission de l’enseignement lui-même. J’affirme que celui-ci est incompris en occident, qu’il se perd, et donc qu’il ne peut se transmettre au futur.

Essayons de recentrer le Sahaj Marg sur l’essentiel pour qu’il donne de nouveau faim et soif, plutôt que la nausée, pour qu’il redevienne un cadre qui permet la croissance spirituelle, plutôt que l’égarement, les certitudes et le doute. Nettoyons-le de toutes ces interférences humaines, de cet imaginaire délirant, afin que le futur reçoive autre chose qu’une église de plus.

Pour cela, n’ayons pas peur d’affirmer au Maître : le Sahaj Marg, c’est aussi nous, tout en sachant que malgré son blabla, il se fout certainement de notre point de vue. En effet, soyez assurés que son business tournera sans nous, car 10 de perdus c’est 100 de gagnés, ce qui paraît-il lui fend le cœur.

Nous sommes tous d’accord pour dire que la forme du Sahaj Marg devrait être telle qu’elle n’exclue personne a priori, conformément à la volonté de Babuji. Il y a donc un énorme travail d’analyse à réaliser avant même de penser à acheter de nouveaux ashrams, ce qui, aucun doute, conduirait à revenir à la simplicité que prônait le fondateur de la mission. Mais qui oserait le dire, et comment se faire entendre ?

Je souhaite contribuer à alimenter de manière substantielle à travers ce blog une réflexion de fond sur les dérives du Sahaj Marg, qui ne concernent hélas pas seulement les aspects financiers dont vous avez débattu, et si vous m’en donnez l’autorisation.

Défaillances de l'enseignement du Sahaj Marg
Un exemple

Concernant les défaillances de l’enseignement du SM que j’ai évoqué, voici un exemple très concret relatif au respect.

Dans certaines voies spirituelles, on apprend à l’élève à respecter le lieu dans lequel il pratique, ainsi que son enseignant et les autres étudiants. Par exemple, dans les budo Japonais (voies), on s’agenouille et on salue obligatoirement le lieu en entrant (symboliquement la voie), puis le guide sur la voie, en inclinant son buste vers le sol. C’est un geste très fort, qui génère un état d’esprit particulier et qui prépare l’élève à recevoir.

Il y avait une affichette à l’entrée du hall de méditation à Augerans, incitant les abhyasis à respecter le lieu et l’enseignant, signée Chariji. Bien sûr, la manière de présenter les choses était, comme toujours, tellement rebutante, que ces bases ont été comprises comme une atteinte à la liberté individuelle. On n’insiste donc plus sur la question, si bien que les nouveaux arrivants, mais aussi les anciens pratiquants, par défaut de structure et de repères, ne développeront peut-être jamais les attitudes nécessaires au progrès spirituel. Celui-ci ne peut découler d’un gavage à la transmission, que les abhyasis s’en convainquent pour éviter de perdre leur temps.

L’institution, en occident, aurait donc été rendue défaillante, car le respect évolue spontanément vers la gratitude, et la gratitude est une voie royale et facile vers l’amour, qui donne lui-même la direction vers la spiritualité.

Bien que le respect soit un point central du Sahaj Marg, on en trouve très peu dans l’attitude générale des abhyasis parce que son importance capitale est très peu mise en lumière. Pour ma part, j’ai découvert ces aspects récemment, et par l’intermédiaire d’une autre voie, alors que 7 maximes sur 10 !, les maximes 2, 5, 6, 7, 8, 9, et 10, que j’avais lu et relu, en traitent plus ou moins directement !

J’en ai conclu que l’enseignement que j’avais reçu et extrait par moi-même était fortement lacunaire, et je me suis interrogé sur les mécanismes qui conduisent à une pensée unique de laquelle il est difficile d’abstraire sa perception. Or, à force de baigner dedans, nous ne voyons plus rien d’autre, ce qui est extrêmement dangereux. Dommage que l’enseignement de Babuji tel qu’il nous est transmis et tel que nous sommes capables de le recevoir, souvent de manière dogmatique, voire fanatique, soit incompris dans l’importance essentielle de ses quelques bases.
Je ne peux donc qu’inviter chacun à réfléchir à ce cas concret. Il a des implications fondamentales pour un recentrage du SM sur l’essentiel.
Christian

8 commentaires:

Krys a dit…

Bonjour Christian
J'ai lu et relu tes messages, j'y ai même réfléchi cette nuit (!), mais je ne suis pas sure d'avoir bien compris.
Est-ce que tu veux dire qu'en occident nous manquons de respect pour Chariji ?
Peux-tu préciser ta pensée ?
Merci beaucoup
Krys

Inès a dit…

Salut Christian!

Je suis d'accord sur l'essence de ton mail, car je m'aperçois au fil des jours que mon malaise au sujet des pbs financiers en cache un plus profond, qui est lié à l'éthique même du Sahaj Marg. La spiritualité est pour moi qch de global qui doit imprégner tous nos actes pour qu'à l'extérieur, nous puissions apporter un souffle d'amour et de pureté à ce monde de brutes.(!!!)
Comme quoi, cet espace de paroles est très intéressant car j'ai l'impression que ça me permet de cheminer encore et encore!!!

A bientôt de te lire

Alexis a dit…

Bonjour Elodie, bonjour à tous,
Merci de tolérer ma présence sur votre blog. Certes, je connais beaucoup moins bien que vs la méthode du Sahaj Marg parce que je ne la pratique pas. Mais je porte un autre regard, depuis l'extérieur, sur l'"institution" Shri Ram Chandra Mission qui peut vous intéresser, me semble-t-il. Et je ne prétends pas "à tout bout de champ" que c'est une secte, je m'inquiète seulement de certaines dérives. Et après tout, vs pourrez me censurer quand vs le souhaiterez...
Je vais essayer de vs résumer rapidement mon sentiment sur ces dérives, sans revenir sur celle que vs ressentez tous ici sur le plan financier, mais que je ressens aussi comme vs.
Comme Christian, je crois qu'il existe une autre dérive beaucoup plus fondamentale. De mon point de vue, elle est aussi liée à l'ouverture sur l'Occident, mais elle trouve son origine ds le comportement de Chari.
Je m'explique : le Sahaj Marg et la SRCM ont constitué une entité parfaitement respectable tant qu'elle est restée sous l'autorité de Babuji, entre 1945 et le début des années 70. Et puis votre gourou Chari est arrivé, d'abord comme secrétaire puis ensuite comme président. Et il a tout bouleversé !
Là où Babuji enseignait, Chari s'est fait prosélyte. Il a entraîné Babuji en Occident pour accroître le nombre d'abhyasis. Quand Babuji recherchait la qualité, Chari voulait la quantité. L'enseignement spirituel était l'objectif de Babuji et Chari l'a dévoyé en recherchant le plus grand nombre d'adeptes, quite à perdre la spiritualité en chemin.
Cela s'est d'abord traduit par une croissance exponentielle de la Mission en Occident, de très fortes pressions sur les précepteurs pour ramener tjs plus d'abhyasis. Et puis les choses se sont tassées. Chari s'est de nouveau retourné vers son pays où il a cherché à multiplier les réalisations (ashrams, écoles, etc.), tout cela financé par les généreuses donations des abhyasis occidentaux.
En clair, à mon sens, Chari se sert aujourd'hui de vs comme d'une vache à lait pour financer ses ambitions ds son pays.
Ce qui distingue ainsi ces 2 hommes, Babuji et Chari, est énorme. Le premier était un véritable guru ds le sens hindouiste et spirituel, et pour lequel la qualité de l'enseignement était fondamentale. L'autre est un opportuniste formé à l'école occidentale, et pour lequel la spiritualité est un simple moyen pour arriver à ses fins qui sont purement individualistes : la soif du pouvoir. Voilà pouquoi il a développé le culte de la personnalité ds le Sahaj Marg...
Je vs choque peut-être, mais il y a un momment où il faut accepter de regarder la réalité en face. Et c'est plus facile pour qq'un qui, comme moi, est à l'extérieur.
Cordialement
Alexis
http://membres.lycos.fr/mielk/
mielk@voila.fr

Anonyme a dit…

Bonjour,
Bravo pour l’initiative ! J’espère vraiment que les abyasis pourront avec ces échanges avoir la possibilité de douter un peu… Depuis un certain temps j’écoute et suis avec préoccupation l’étrange et inconditionnel amour que ma sœur accorde à son maître (Chari). Après m’avoir renseigné sur les mouvements de ce type j’ai pris la décision de l’écouter, de m’intéresser à ses activités liées à la SRCM avec le but de ne pas perdre le contact. Elle m’a parlé du « bonheur » de se sentir aimée par Chari et de pouvoir le sentir à tout moment, et du bonheur de pouvoir le servir. Facile à se rendre compte que toute sa pensée était centré sur le maître (selon elle tout est possible grâce à lui..), comme semble aussi être le cas d’un bon nombre d’abyasis « très attachés» à Chari. Dernièrement elle me parlait très enthousiasmée que les abyasis de l’ashram de Lausanne souhaitent déménager pour un endroit plus adapté pour recevoir le maître (un ashram digne de ce nom avec un appartement à mettre à sa disposition et plus d’espace pour la demande grandissante des européens pour la srcm…). Je pense que Christian a raison, s’agit-t-il de spiritualité ou d’imaginaire délirant ? Où se trouve finalement la frontière entre spiritualité et amour inconditionnel à une personne pas si sage que ça ? Je pense que les dérapages à ce niveau sont possibles et qu’un mouvement sérieux ne peut pas alimenter le dogmatique qui rime avec fanatisme comme le dit Christian. Ma sœur a pris connaissance de ce blog, mais sa réaction fut de rejet total. Il me semble elle est bien entourée et protégée pour continuer à développer de l’amour inconditionnel à son maître. Voilà que je ne comprends pas trop la srcm…
Johan

Christian a dit…

Bonjour Krys,
non, je ne parle pas d'une attitude envers un objet, mais du manque de l'attitude tout court. Je sais que c'est un peu abstrait, mais pensez-y encore.
Amicalement - Christian

Christian a dit…

Bonjour Johan,

La réaction de ta soeur révèle une attitude générale au sein des troupes. Quand on se ment à soi-même, voir la réalité en face est impossible. Peut-être que ta soeur s'imagine des choses en mésinterprétant les expériences spirituelles fortes qu'elle vit dans la mission? Je lui souhaite de trouver le courage de regarder les choses comme elles sont.

Christian

Anonyme a dit…

honnetement mes freres... (je ne sais pas qui parle et qui a envoyé ce mail... vu que je ne suis pas tres bon avec les noms... je retiens les visages..)

"L'enseignement magnifique que nous ont transmis Lalaji, Babuji et Chariji est en crise"

=>ha bon? je pense que dans le monde (et c'est Chariji qui l'a dit...) Master a dit qu'il peut compter les véritables abhyasis sur les doigts d'une mains...
ainsi je ne pense pas que qui que se soit puisse dire avec légitimité que l'enseignement de babuji et de lalaji soit en crise...
peut etre est ce tout simplement notre comprehension limitée qui nous fait dire cela...car le Sahaj marg enseigne que ce sont nos samskaras qui limitent notre entendement et que par la meditation et le cleaning...une ouverture se fait...
Chariji à dit une fois que la distance qu'il y avait entre "l'amibe" et l'etre humain est la meme distance qu'il y a entre l'etre humain et le Maitre....
a mediter...

je trouve que vous avez peu de foi en votre Maitre chariji...
si Lui decide que c'est ce qui est a faire.... alors je trouve que de penser qu'il puisse avoir tort et que certains Detiennent la Verité...au lieu de Lui... et bien je vous laisserai vous exprimer ensemble...

"Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, mais cela suscite beaucoup d'interrogations et de nombreux départs."
=>honnetement vous devriez poser.. encore une fois la question a votre Maitre et voir ce qu'il vous repond.... (meme si il s'est expliqué à Vrads)

Notre methode possede un maitre vivant pour eviter ces derives ci... Il est celui qui recadre les choses....

De plus dans Whisper, il est clairement exprimer par babuji les forces obscures en france... peut etre que ce livre dit des sottises...

encore une fois cela nous renvoi a la Foi et n'ecoutez que votre maitre .. pas ce que disent les autre...


Dans son souvenir,

mathias

Anonyme a dit…

elodie... j'espere que tu ne censurera pas ceci... remarque si tu le fais.. ton blog perd son utilité si il n'y a plus q'une pensée unique...

Fraternellement
mathais