La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3445 commentaires – Dernier ajout le 14/05/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

4 mars 2009

Solidarité ou oppositions ?

Cotisations françaises

Alors que la cotisation française augmente de 100% en 2009 à la demande de Chari, les dirigeants français s’efforcent vainement de faire cotiser le plus grand nombre d’abhyasis. Selon leur propre aveu, le nombre d’abhyasis non cotisants en 2008 tourne déjà autour de 25%. Cela promet de belles difficultés à venir…

A l’heure où les dirigeants ont déjà appelé les cotisations 2009, prenons un petit échantillon de 250 abhyasis issus de trois centres du sud de la France et encadrés par 12 précepteurs (environ 17% des effectifs nationaux) pour y voir plus clair.
Qu’ont-ils fait en 2008 ?
Trois quarts d’entre eux ont cotisé en 2008 : un tiers a versé le montant de la cotisation de base (75 €), un tiers a versé plus (214 € en moyenne), quelques uns n’ont versé que 30 à 40 €. Et donc un quart n’a rien versé…
Les abhyasis ne sont pas tous logés à la même enseigne, leur revenu et/ou leur implication financière est déjà disparate. Mais le montant moyen de leur cotisation s'élève à 100 €, tous abhyasis confondus, entre ceux qui cotisent et ceux qui ne cotisent pas. Et globalement l'objectif est donc atteint. Jusque là, avec 25% de non cotisants, la solidarité financière a pleinement joué son rôle.

Le doublement de la cotisation en 2009 vient déranger ce bel équilibre. Gageons que cela ne va pas motiver les plus pauvres et/ou les moins impliqués à faire un effort ? On s’achemine probablement vers une situation où près de la moitié des abhyasis ne cotisera plus alors qu’on n’en a aujourd’hui qu’un tiers qui ne paie pas ou pas assez.
A 50% de cotisants et 50% de non cotisants, la solidarité financière risque d’en prendre un sérieux coup et de se transformer en opposition. Bref, une population clairement scindée en deux : les cotisants contre les autres, les riches contre les pauvres ou bien les très impliqués contre les moins…
Et quel sera leur traitement par la Mission demain ? Différencié ou uniforme ?

Une rumeur lancée par les dirigeants laisse entendre que la part du national passerait de 60 à 65 € seulement, tandis que celle des centres progresserait de 15 à 85 €. Si cela devait se confirmer un jour, la part du national augmenterait de 8% quand la part des centres serait presque multipliée par cinq !
Un message fort à l’intention des centres ?
Rien n’est moins sûr !
A 50% de cotisants et 50% de non cotisants, le budget global risque de ne pratiquement pas augmenter, voire de légèrement régresser.
Et si les cotisations rentrent difficilement, ce qui est probable, on imagine mal que le national puisse accepter une baisse de son budget, d’où le fait que les parts respectives du national et des centres n’ont pas été arrêtées définitivement. Elles sont probablement mises en attente de la remontée des cotisations 2009.
Bref, les cotisants n’auront plus qu’à se retourner contre les non cotisants si le budget des centres ne progresse pas…
De quoi provoquer les querelles plutôt que de renforcer les solidarités !

Quoi qu'il en soit, ne rêvez pas ! L’autonomie financière n’est pas pour demain. Même si les cotisations rentraient bien, n’oubliez pas que pour investir 500 €, un centre doit en référer au national, à la SMSF et à Chari. Lequel a prononcé un gel des dépenses de la SRCM pour longtemps…

Alexis

2 commentaires:

Alexis a dit…

Comme de bien entendu, Ajay a prolongé le délai de souscription du 25 février au 15 mars. Pendant ce temps, Kasturi dit de "Whispers" : "(…) I know, that these things are going to be very harmful for the mission in future, this will not convey the correct message (…)".
Retrouvez Whispers et l'interview de Kasturi.

Alexis a dit…

Effectifs : c’était de l’intox…

Depuis l’an 2000, on entend tout et n’importe quoi de la part de Chari, de la SRCM et d’autres aussi d’ailleurs. Chari avait ouvert le bal en prétendant avoir multiplié par trois les effectifs indiens en trois ans. La SRCM a continué en annonçant des effectifs de 200 à 300 000 abhyasis, d’autres ont même évoqué le nombre de 600 000. Après tout, quand on est dans la démesure, à quoi bon se limiter…

En fait, personne ne sait exactement ce qu’il en est. Pas même Chari qui, quand il est honnête avec ses lieutenants, doit se résoudre à dire seulement que la mission est présente dans une centaine de pays, qu’elle compte autour de 2 600 précepteurs et réunit plus de 50 000 personnes pour les grandes cérémonies (bandharas) qu’elle organise. Voilà qui ne peut être démenti, mais ne nous renseigne pas vraiment !

Heureusement, plus le temps passe, plus on en apprend sur la Mission et moins les rumeurs d’intoxication lancées par Chari ne peuvent tenir bien longtemps. Dernier exemple en date : le Centre de la SRCM à Chennai, fief de la Mission de Chari. En 1998-99, il comptait 1 500 cotisants et, après un gros effort de réorganisation, on est passé à 2 500 l’année suivante avec 65 précepteurs. Aujourd’hui, on atteint 8 500 personnes enregistrées et 92 précepteurs, soit une progression record de 30% par an du nombre de cotisants. Sauf que, de l’aveu même de la Mission, les abhyasis qui participent régulièrement au satsangh du dimanche à Manapakkam ne sont plus que 2 500, soit moins de 30% des cotisants et qu’il faut introduire trois personnes pour obtenir une seule adhésion…

Entendons nous bien sur les définitions. Pour la SRCM, le nombre de pratiquants réguliers du Sahaj Marg a été estimé lors d’un recensement mondial ordonné par Chari qui voulait mieux connaître l’état de ses troupes. Il correspond au nombre de personnes qui ont assisté au satsangh du dimanche 30 avril 2008. Les abhyasis enregistrés sont ceux qui ont cotisé à la SRCM durant l’année, sachant que c’est une démarche obligatoire pour toute personne qui souhaite assister aux grandes cérémonies de la Mission. Enfin, les personnes qui ont été introduites sont toutes celles qui ont eu droit aux trois premiers sittings d’introduction, sans qu’on sache si elles ont poursuivi leur pratique ensuite. En gros, elles savent à peu près en quoi consiste la méthode du Sahaj Marg et constituent la nébuleuse qui gravite autour de la Mission, et donc ce que j’appelle un peu rapidement les "sympathisants".

Extrapolons à l’Inde les données du Centre de Chennai. Avec environ 1 500 précepteurs et à raison d’un précepteur pour près de 30 pratiquants réguliers, on aurait donc 40 à 45 000 réguliers, qui ne représentent eux-mêmes pas tout à fait 30% des cotisants. Ce qui signifierait 140 à 160 000 abhyasis enregistrés, eux-mêmes trois fois moins nombreux que les introduits. La nébuleuse du Sahaj Marg compterait donc 417 à 477 000 personnes en Inde.

Dans le reste du monde, les choses sont quelque peu différentes. Cotisants et pratiquants réguliers sont plus proches en nombre. Quant aux sympathisants, ils représenteraient 25% des cotisants en France. Extrapolons à nouveau. Cela nous donne 10 à 12 000 réguliers, 12 à 15 000 cotisants et donc 15 à 19 000 personnes, sympathisants compris.

Récapitulons ! Globalement, on aurait donc une nébuleuse d’un peu moins de 500 000 personnes introduites au Sahaj Marg dans le monde (de 430 à 500 000), un peu plus de 150 000 cotisants (150 à 175 000) et 55 000 pratiquants réguliers (50 à 60 000). Mais qu’est ce donc qu’un abhyasi ? Sûrement pas tous ceux qui ont été introduits au Sahaj Marg, sinon j’en ferais moi-même partie. Sûrement pas non plus la totalité des cotisants, notamment indiens, sinon il faudrait compter parmi eux ceux qui s’acquittent de leur cotisation uniquement pour venir assister à l’anniversaire de Chari. Mais sûrement pas non plus les seuls recensés au satsangh du dimanche. La réalité est donc quelque part entre ces deux derniers chiffres, entre 50 et 175 000 abhyasis. La fourchette est grande, mais ces extrapolations sont malgré tout beaucoup plus fines et précises que tous les effets d’annonce de Chari. On n’est donc sans doute pas très éloigné des 100 000 abhyasis. Ce qui n’est déjà pas si mal, mais tout de même très en deça de ce qu’on a voulu nous faire croire…

Reste la question du pourquoi de cette intox ? Et à destination de qui ? A priori pas de ses détracteurs ! Plutôt sans doute à destination de ses troupes pour mieux les galvaniser. Peut-être aussi à destination de ses concurrents, notamment en Inde, pour mieux faire croire à sa suprématie sans partage sur la nébuleuse du Sahaj Marg…

Mais parmi cette nébuleuse de près de 500 000 personnes, combien ont définitivement abandonné cette voie spirituelle et combien sont proches de Kasturi, Navneet, Narayana ou d’autres ? Chari n’en compte véritablement pas le quart ! Mais tous les autres ?