La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3447 commentaires – Dernier ajout le 10/06/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

23 mars 2006

Je viens de quitter la Mission aujourd'hui...

Dans notre Centre, voici en gros le résumé de la visite du responsable de zone venu répondre à notre lettre collective:
- Vous ne connaissez pas les plans divins (donc du Maître), genre "pauvres hères", les raisons vous échappent...


- C'est l'expression de votre ego

- Celui qui n'est pas d'accord, peut partir mais c'est à lui-même qu'il fera du mal (peut-être l'expression de : "hors l'église, point de salut"?!)

- Faut pas exagérer, on ne vous demande pas encore 75% de votre salaire!(sans rire?!...)

- Il y a toujours possibilité de négocier (ah bon?!...)

- C'est pour le bien-être de la Mission...

- Enfin, l'essentiel n'a pas été un dialogue mais un monologue, genre: vous n'avez rien compris...



Je vais dire comme Christian, que c'est bientôt la fin de mes interventions, puisque je viens de quitter la Mission aujourd'hui...

On ne peut pas faire le grand écart très longtemps... après toutes ces années d'abbhyas, ça n'est pas rien mais j'assume enfin!

Inès

Quelques mots sur ce que je sais d'Imperience, par Alexis

Imperience est le Centre de recherche et d'entraînement de l'Institute of Sri Ramchandra Consciousness (ISRC).

L'ISRC a été créé par Sri K.C. Narayana en août 1991.

Narayana est le fils du très célèbre et remarquable Docteur en philosophie K.C. Varadachari (1902-71). Ce dernier était un véritable abhyasi et un ami fidèle parmi les fidèles de Babuji qu'il avait rencontré en 1953. Il avait créé le Sahaj Marg Research Institute (SMRI) en 1967, vague ancêtre de l'actuel SMRTI de Chari.
Narayana a d'ailleurs occupé le poste de directeur du SMRI en 1989, juste avant de quitter la Shri Ram Chandra Mission.
La grande spécificité de l'ISRC et de Narayana par rapport à la Shri Ram Chandra Mission est de ne se reconnaître qu'un seul Maître éternellement présent, à savoir Babuji.
Chari n'y a donc pas sa place.

Subsidiairement, le Sahaj Marg y est remplacé par le Satyapad Marg (true path ou vrai chemin). Mais je ne pense pas que cela change grand-chose. Et la méthode d'enseignement est appelée PAM (Pranahuti Aided Meditation). Toutes choses de peu d'importance puisqu'ils disent véhiculer l'enseignement de Babuji.

A ma connaissance, ils ne sont actifs qu'en Inde et aux Etats-Unis. Ils ne doivent pas être bien nombreux.
Depuis, je sais qu'il y a des abhyasis qui ont recherché la même méthode débarrassée des scories du business; voir: http://www.imperience.org/ , où il semble possible (comble d'impertinence!) de poser toutes les questions et il paraîtrait même, (incroyable ) qu'on obtient des réponses...

9 commentaires:

4d-Don a dit…

Courage Ines..

C'est une relation avec le Divin qu'on cherche dans la spiritualite et pas une relations avec les etres humains ou les groupes.

J'espere que tu continueras a donner l'alerte a tes compatriotes avec tes experiences, ta devotion et ton courage, pour qu'ils ne se laissent pas prendre par les religions et les groupes de spiritualites materiels avec leurs rituels, et leurs demarches financieres. Tout ca fait parti du monde exterieur.

Le Divin et a l'exterieur et a l'interieur. Mais,pour ne pas se faire prendre par les distractions attrayantes des pouvoirs exterieures, on cherche le Divin dans une experience interieure, soit avec notre esprit, qui est une goutte du Divin et en fait partie. Il n'y a pas de "hors de Dieu".

La spiritualite, c'est a l'interieur.

Bonne chance!

4d-Don

Krys a dit…

Merci Christian
Du fond du cœur merci vraiment de rester dialoguer avec nous. Je sais que je ne suis surement pas la meilleure des abhyasis, loin de là, mais pouvoir échanger avec toi et Inès qui êtes beaucoup plus avancé que moi sur la pratique et dans la réflexion me fait énormément de bien.
Je ne suis pas un modèle, je le sais bien, mais je pense que tu es dur avec les abhyasis occidentaux quand tu les décris comme arrogants, égoïstes ou nombrilistes… J'ai beaucoup d'amis très ouverts et beaucoup plus avancés que moi sur le plan spirituel, même s'ils n'osent pas comme nous critiquer ouvertement Chari.
Je ne comprend pas bien non plus tes critiques sur l'enseignement du Sahaj Marg. D'accord pour remplacer le caractère par les attitudes, mais à part ça qu'est ce qui ne va pas bien ?
Autrement, je souhaite comme vous que Inès nous tienne informé de ses contacts avec Impérience, c'est peut-être notre solution à tous.
Fraternellement
Krys

Krys a dit…

Bonjour Inès
J'espère de tout cœur qu'en quittant la Shri Ram Chandra Mission tu n'a pas quitté complètement ce blog et que tu nous lis encore.
Nous aimerions vraiment que tu nous tienne au courant de tes contacts avec Impérience et ce Monsieur Narayana. C'est vrai que j'hésite à claquer la porte de la Mission mais si tes informations sont intéréssantes, c'est peut-être ce qui nous permettra de repartir dans la bonne direction.
Sais tu si il y a des groupes en France ? Comment peut on faire pour se renseigner ? Est-ce que c'est quelque chose de sérieux ? Ou bien c'est encore une autre arnaque…
Merci de nous tenir au courant
Fraternellement
Krys

Christian a dit…

Babuji au sujet de Chariji : “I can’t deny Him.” Je me demande si cette phrase ressemble aux messages officiels qui descendent de l’au-delà dans “Whispers” ? En tous cas, tout le monde a apprécié la sincérité de Chariji d’avouer, par la publication de ces messages, qu’il n’intercommuniquait pas avec Babuji. Si c’est vrai, cela signifie que Chariji ne prends pas ses décisions à partir d’ordres divins, qu’il recevrait de son Maître, mais à partir d’intuitions, donc de son propre chef, sous l’influence de sa propre nature ou de ses proches conseillers, et on comprend mieux l’origine du désastre. Ou bien, s’agirait-il d’une intox pour pomper du fric ? Il pouvait tout aussi bien s’agir d’une bonne occasion maladroite.

J’ai repensé aux réponses qu’a données le responsable de zone aux préoccupations des abhyasis du groupe d’Inès. Ce n’est pas la première fois que j’entends ce genre de discours. Inès, ce personnage devrait être purgé. Il utilise son statut au sein de la mission, et le crédit qui en découle, pour avoir une ascendance délirante sur autrui.
On ne se bat pas contre des gens, mais contre des idées. Les idées sont comme des graines. Il est facile de les semer. Ensuite, il suffit d’attendre qu’elles se développent et fassent leur œuvre dans les esprits qui les ont reçus. Je pense avoir suffisamment montré comment les idées qui circulent au SM entraînent les gens dans la mauvaise direction. Plusieurs années d’un travail psychologique intensif seront nécessaires aux personnes qui veulent s’en sortir, comme le faisait remarquer Inès. Pourtant, le SM n’a pas à adopter une forme aussi néfaste s’il se limite à l’essentiel de l’enseignement.

Inès, puis-je t’inviter à publier le nom de ce responsable de zone sur ce Blog, et donner plus de détails sur les questions que vous lui aviez posées et les réponses qu’il a fournies. Ce que tu dis est très succinct. Ceci permettrait de faire un premier exemple, afin que ces gens sachent qu’ils ne peuvent pas agir impunément dans l’ombre et influencer des individus fragiles pour les rendre aussi malades qu’eux. J’invite d’ailleurs tous les abhyasis qui subissent ce type de problème à en parler ouvertement sur ce Blog, à citer des noms, et à documenter leurs dires par des faits. Bien sûr, certains trouveront cela diffamatoire et inadmissible à cause de toutes les dérives qui peuvent en découler. Néanmoins, il faut bien que les gens se rendent compte que ce qui dirige le SM et qui détourne l’organisation de son but premier n’est pas d’inspiration divine, mais reflète tous les plus bas aspects de l’humanité. Je ne vois pas comment faire autrement qu’en disant les choses à pleines bouchées pour les mettre en lumière.

Autre point, ce Blog devrait avoir un frère jumeau en anglais. Je ne sais pas si parmi vous quelqu’un a les compétences pour effectuer les traductions et accepterait d’aider dans ce sens (pour ma part, je dispose de trop peu de temps à cause de mes activités professionnelles). Le public non francophone pourrait ainsi bénéficier de la réflexion et participer aux discussions. Je crois que le projet était lancé par Jennifer mais il ne s’est rien passé. Elle a pris peur de la tournure des choses ou bien ?

Inès, je sais que dans ton groupe existait un précepteur qui a quitté la mission, et que nous n’avons pas eu l’occasion de lire. J’espère qu’il existe toujours. Pourrais-tu le contacter et lui proposer de nous expliquer comment se déroulent les réunions de précepteurs, ce qui est officiellement demandé de faire aux précepteurs pour le développement de la mission, et de parler des dérives diverses qui l’ont poussé à fuir. Il pourrait aussi parler des techniques diverses utilisées pour guider les pratiquants (donc aussi…). Je sais que ce n’est pas triste, et il faudrait bien que cela sorte du secret. C’est important que les gens sachent où va leur confiance aveugle.

J’ai retrouvé dans mes archives 3 lettres que j’avais envoyées à Chariji, où je lui parlais déjà des problèmes dont on discute ici. Je n’ai jamais eu de réponse, mais vous livre quand même quelques passages qui sont en anglais :

Lettre A (à propos du projet d’ashram pour remplacer Augerans qui venait d’être vendu)
“It seems there is no more need of an ashram here, so I do not understand the logics behind this project of ashram near Valence. Perhaps someone insisted upon you to plan a more convenient replacement solution. People will not use it if you don't come, like for Augerans. We are not spontaneously looking for being together because this is difficult, and so long as we are not people of good will paying attention to others, but people looking for egoistic achievements. You have seen with Fiesch we can just rent existing structures that perfectly fit our purpose, and this releases the mission of material preoccupations.”

Lettre B
“I’m quite surprised of the evolution of Sahaj Marg. Since the last years, Sahaj Marg seems to have become more and more a business under the very efficient care of Your people. I know many European abhyasis have been shocked about that and left. For my part, I’ve never officially said anything, considering that You certainly know what has to be done. Nevertheless, I’m a bit anxious about the turn things go, for an obvious direction has been given that slowly through spirituality at the periphery of our concerns. (…) Very symbolic of this curious orientation people have engaged Sahaj Marg into is the replacement of a satsangh by an auction to collect money for the building of an ashram. Does this general situation mean that tolerance, which brings decay and mediocrity, is Your way to let the Occident on its own because it is a bit impossible to make things change here now? We’ve all been enclosed in the promise You gave to Your Master to make the Mission shine throughout the world. You have succeeded in spreading it everywhere, but I wander how it could shine durably if it’s just a business about bookselling and ashram building, either in facts or in the mind of people. Sahaj Marg is a great teaching and a great chance for humanity. (…) I know we must preserve at all cost the spirit which is at its very core, and transmit it in its original purity to the next generations. I fear it should be lost as generations go. I sincerely hope a way will be found to make the human interferences which now mask it and prevail, vanish soon. I do hope You will receive this letter and read it (…).”

Lettre C
“Concerning the criticisms people had during the Vraads Sande seminar about money and business in Sahaj Marg, I feel the same exasperation, but I do not analyze it the same way as you did in your talk. For me, it is like people not knowing what to ask, but expressing their discomfort. Discomfort rises from spiritual training to appear more and more as a secondary objective, the first emergency being developing the material structure of the mission. If people feel as I do, they probably do not want less materialism, but more simplicity and more spirituality, the same way as they do not want a president but a Master. We are spiritual seekers and as such we come to you, not as church builders. Maybe there is a confusion between what you have personally promised to Babuji and the goal of the mission, I don’t know.”

Voilà, Chariji voulait des lions, pas des moutons. À part les statues de Manappakkam, il semble que les lions soient restés dans ses rêves de grandeur. Au Sahaj Marg, on trouve plutôt des gens cassés par la vie et des lèches-cul assez en forme : encore un invertendo ? Il s’agit donc d’individus en quête d’espoir, prédisposés à croire n’importe quoi pour les premiers, et capables de faire n’importe quoi pour s’attirer des grâces et de la reconnaissance pour les seconds. Les abhyasis trouvent auprès de Chariji un ersatz de l’amour qui leur fait défaut. Ils s’imagineraient donc des choses à partir des expériences spirituelles fortes qu’ils vivent au SM. Une expérience spirituelle inexplicable + une couche d’imaginaire pour l’expliquer = un délire, ça semble presque mathématique.
Mais quelle tête feraient les abhyasis si un jour ils s’apercevaient que dieu est le machin le plus impersonnel qui soit, et aussi le plus semblable au néant ? Peuvent-ils comprendre que toute représentation mentale de dieu n’est pas dieu ? Dieu n’a probablement rien à voir avec l’amour, cette expérience humaine, ce sentiment. Quid du pouvoir de la combinaison ignorance/imaginaire. On en rêverait : une humanité débarrassée de ce fléau, et les religions tomberaient…

Christian

Christian a dit…

Bonjour Kryss,

oui je suis dur, avec une partie des abhyasis, et pas seulement occidentaux. comme tu dis il existe aussi des gens biens. mais ceux-là s'en vont un jour ou l'autre, pas les autres. par expérience, les emmerdeurs doivent être contenus.

je ne sais pas ce que tu ne comprends pas dans mes critiques. tu es peut-être dans un groupe protégé, mais quand tu vas en séminaire, tu vois bien comment sont les choses.

observe et pose-toi des questions. c'est une voie en soi.

Christian

Christian a dit…

Savez-vous qu’au Sahaj Marg, on vous ment par omission ?

Savez-vous qu’en Europe, le pourcentage d’abhyasis n’ayant pas encore commencé leur yatra ou voyage spirituel est la règle, et non l’exception ? Il y aurait plus de 9 chances sur 10 pour que vous soyez vous-mêmes au même niveau spirituel que le reste de l’humanité, malgré tous vos efforts et toute votre sincérité. Selon vous, combien d’abhyasis, parmi le pourcentage restant, ont franchi le 1er point ? Et combien, parmi ceux qui ont franchi le 1er point, ont aussi franchi le 2ème ?

Vous croyez que vous ne progressez pas parce que vous ne faites pas ce qu’il faut ? Ne savez-vous pas que le progrès spirituel n’est que pour certains, et qu’il n’est donc pas nécessaire d’avoir une structure grandiose telle que la mission, avec autant d’adeptes, excepté pour faire du business ?

Savez-vous qu’un précepteur est au 2ème point et qu’il ne peut guère vous propulser plus loin, contrairement à un précepteur avancé ? Savez-vous que sous la guidance d’un individu suffisamment développé, il ne vous faudrait pas plus d’1 an pour commencer votre yatra et passer du 1er point au 2ème point ?

Savez-vous lire votre approche, vous a-t-on appris ? Savez-vous où vous en êtes ? Savez-vous finalement si tout ce que vous faites vous sert à quelque chose ? Savez-vous pourquoi on ne vous apprend pas à ne pas confondre les résonances qui peuvent être ressenties aux différents points, avec le point auquel vous êtes réellement ? Savez-vous pourquoi on vous détourne de ces questions fondamentales, pourquoi on vous focalise sur votre nombril, et pourquoi on vous affirme que tout cela est l’affaire du Maître, pas la votre ? Savez-vous pourquoi on vous dit que seule la condition compte ? Vous pensez que c’est trop énorme, que c’est moi qui vous mens ? Demandez-vous plutôt pourquoi le flou le plus total est entretenu sur ces questions au SM. Que cache-t-on de si tabou ? Est-ce vraiment pour vous protéger d’une crise d’ego, dont par ailleurs personne n’a rien à faire ? Est-ce vraiment pour éviter que vous ne chutiez, alors que votre ascension n’a pas eu lieu ? Est-ce vraiment pour éviter de vous divertir du but, alors que l’enseignement lui-même s’en charge ?

Ceux qui ont suffisamment d’années de boîte savent, pour l’avoir expérimenté, qu’un sitting avec un « précepteur classique » n’a rien à voir avec un sitting donné par un précepteur plus développé. Ainsi, les sittings avec de vieux Indiens qui ont été disciples de Babuji sont quasiment « stellaires ». Comment cela se peut-il, puisque c’est toujours le Maître qui est à la place du précepteur et qui donne le sitting, puisque le précepteur n’est qu’un canal ? Que répondent les précepteurs ? Vous devriez remettre en question votre propre lecture ? Et vous acceptez de le faire ?

Savez-vous que beaucoup de précepteurs sont incapables de lire votre approche ? Savez-vous que la plupart du temps, leur lecture de votre condition est parasitée par leur propre condition ? Savez-vous que la plupart d’entre eux ne comprennent rien à ce qui se passe réellement, et n’ont aucune vision du sitting ? Savez-vous que la plupart des précepteurs sont des perroquets qui ne font que répéter bêtement ce qu’ils ont lu et ce qui leur a été dit – les « consignes » ? Et savez-vous pourquoi il en est ainsi ? N’avez-vous donc jamais su comment les précepteurs sont sélectionnés et « faits » ?

Posez-vous des questions. Posez des questions et demandez des réponses. Vous verrez bien ce qu’on vous raconte comme conneries, car ce sont toujours les mêmes. Observez attentivement et prenez conscience des contradictions qui cachent le mensonge.
La vérité, demandez la vérité ! Et si on ne vous la donne pas, souvenez-vous que la spiritualité est l’héritage de l’humanité. Cet héritage ne peut vous être refusé. Ceux qui font barrage au courant de la vie seront inévitablement emportés ou taris par leurs mensonges et leur malhonnêteté. Ils sont eux-mêmes les artisans de leur perte à venir. Ce n’est maintenant qu’une question de temps, car la Nature est une machine implacable : elle a ses lois, et aucun homme, quoiqu’il prétende ou laisse croire, n’est au-dessus.

Christian

Inès a dit…

Bonjour Krys, Bonjour Christian et tous les autres lecteurs de ce blog,

J'ai lu tous vos messages et je suis émue par cette communication franche et directe qui aurait été complètement impossible il y a ... si peu!!!

Pour répondre sur Imperience, je n'ai pas grand chose à ajouter aux commentaires d'Alexis; je vous invite vivement tous à FAIRE L'EXPERIENCE que j'ai pu faire... Je ne peux pas vous rassurer sur toutes les questions que vous vous posez par rapport à Imperience et à KC Narayana.
Ce que je propose.... c'est de faire un mail à ce monsieur et ensuite peut-être pourrions-nous confronter nos expériences!

En bref, OSEZ! ( encore!!!)
Car je peux vous dire qu'il répond à toute demande spirituelle sincère et sérieuse (et ce, en 24h...)et que depuis ces échanges, QCH D'IMPORTANT SE PASSE qui me dépasse...

Pour info, à méditer, un extrait d'un mail de Narayana où il cite son père, le Dr Varadachari, écrivant à Babuji en 1970 ( 18/06), tiré de: "Letters of the Master", vol.1 et 2, p.412-413:

"I fully realize that you require freedom from organizational work for the sake of spiritual work. I trust everyone will cooperate with you. But I must utter a word of warning if I ought not to be misunderstood. Let us not commercialize our Mission in our haste to secure financial stability for the Mission and in embarking upon works which are not immediately helpful to spiritual development for the abhyasis. We have to imbue the sense of Mission - spiritual and not mixed with other ends. If I am not misunderstood, I believe something can be thrashed out with other seekers who also know about the deviations that take place in spiritual works. I trust you will not misunderstand me".

Pour répondre à Christian dont les interventions me "scotchent" totalement par leur clarté, leur précision et leur pertinence (!!!), je suis encore d'accord avec lui et je me suis renseignée auprès de mon précepteur qui, effectivement, a quitté la Mission depuis peu. Ce dernier affiche un silence radio complet et est bien trop occupé à se diriger vers une spiritualité authentique, éthique, et qui le fasse réellement progresser... pour entrer ds une polémique qui est peut-être nécessaire comme méthode cathartique mais qui ne fait progresser personne sur le chemin de la spiritualité. (dixit)

A vrai dire, j'aimerais ajouter que je retrouve depuis ces grandes décisions l'élan, l'aspiration, la foi et l'impression d'être "actrice" de ma propre vie spirituelle, chose qui avait complètement disparue ces dernières années où je m'étais "endormie" à l'ombre du troupeau.
Je sais que je vais en laisser quelques uns sur leur faim... mais j'ai envie de dire que (et je le découvre enfin, donc pas d'affolement!) être chercheur implique de... chercher, de risquer, de mettre en doute, de "questionner" comme le dit Christian.

Enfin, pour répondre à Krys, il n'y a pas (encore!...) à ma connaissance de structures en France de l'ISRC; il existe un instructeur à Londres, et l'essentiel de ses memebres se trouve à Hyderabad.
Mais pas d'inquiétude, (voir livres de Babuji) il y a bcp de choses qui peuvent se passer à distance; il n'est donc pas nécessaire d'être londonien pour en bénéficier.( et puis Londres n'est pas loin!)
En effet, c'est depuis peu ( 15 ans?...)que les sittings à distance ont été supprimés ( au sein de la SRCM).
J'espère que ces infos t'auront un peu rassurée, Krys; la Nature ayant horreur du vide, don't worry, something is going to happen!)

Voilà, j'étais contente de partager un moment avec vous.

A bientôt de vous lire ( même si j'avais dit que je ne répondrai plus...mais c'est impossible de vous laisser!)

Christian a dit…

Je suis allé visiter le site web « Imperience » que nous a indiqué Inès.

Ma première impression a été négative à cause du nom du site, qui évoque encore des idées de grandeur (impérieux, impérial, empire). On se demande bien pourquoi un « m » plutôt qu’un « n », vu qu’il s’agit d’un mot créé à l’origine pour véhiculer le concept opposé à expérience. Donc « inpérience » (« inperience » en anglais) serait exact.

Passé ce détail important, j’étais séduit de voir que les ouvrages sont gratuits et en ligne, peut-être parce qu'ils n'ont pas les droits d'auteur? On est loin du business du SM où tout est payant. Chez nous, à quand les sittings et les satsangs payants ? Heureusement, c'est probablement la seule chose à laquelle ils ne peuvent pas toucher. Pourquoi, au SM, ne mettrait-on pas gratuitement les publications sur le web ? Je vois déjà le panier de crabes s’agiter à cette idée…

De plus, on trouve peu d’ouvrages, par opposition à la foison dont on dispose au SM. C’est pourtant bien le fondateur qui a écrit les « Œuvres complètes » : complètes, c’est-à dire que tout ce qu’on y ajoute est superflu. Ce superflu, d’ailleurs, ne nous aide pas beaucoups à nous développer.

Le texte de Narayana, le fils de Varadachari, que j’ai commencé à lire ce week-end, apporte beaucoup de réponses aux questions qu’on peut se poser. Il y a en particulier toute une connaissance, cachée aux abhyasis chez nous, qui est révélée d’emblée à tout pratiquant chez eux. Ainsi, nul besoin d’être un précepteur pour être initié à ces "secrets".

Or, la connaissance, c’est le pouvoir, et une connaissance qu’on vous refuse est une marque du pouvoir qu’on exerce sur vous.

Ainsi, mon impression générale a été de retrouver la fraîcheur originelle de la mission, avec un mouvement fondé sur des principes spirituels et sur le souci de préserver le mouvement des dérives possibles. Prenons-en de la graine.

Un seul hic, mais je n’ai pas terminé la lecture du livre de Narayana (et je m’en vais lui poser qq. questions dès que possible), c’est que selon lui, Babuji ayant fusionné avec l’infini, c’est nous qui fusionnons avec le Maître, et non le Maître qui fusionne avec l’un de nous. C’est la raison du schisme qui existe entre les suivants de Chariji et cet autre mouvement. Je me demande toutefois quelle différence cela fait, que l’on fusionne avec le Maître ou que ce soit lui qui fusionne avec nous, le résultat d’une fusion étant le même quelle que soit sa direction.

Mis à part ce point théorique, au SM, le problème n’est pas spirituel mais humain. Toute la structure est pervertie par le pouvoir, de A à Z, au point que les principes spirituels fondamentaux y sont bafoués, n’y sont pas correctement enseignés ni mis en pratique. Et c’est cette organisation qui prétend nous conduire à la réalisation ? J’invite tout le monde à secouer le cocotier, voire à le déraciner et à en replanter un. Il serait temps que les gens se réveillent et s’y mettent. Il serait temps aussi que tous ceux qui ont fui le SM, pour constituer au fil des années une véritable mission d’exclus, reviennent faire ce qu’il faut.

Christian

Christian a dit…

Salut Elodie,

je sens que le débat sur les problèmes de la mission à pris une tournure à laquelle tu ne voulais pas arriver. Probablement que tu te sens totalement dépassée et écoeurée, autant par mes propos que par le SM.

l'évolution des choses a suivi un cours que je n'attendais pas moi-même. au fur et à mesure que je réfléchissais à tous ces problèmes et que j'ordonnais mes idées pour rédiger ces textes, de nouveaux insights avaient lieu qui m'entrainaient plus loin.

pour te libérer du poids que je t'ai imposé, j'ai décidé de préserver la discussion en créant un autre blog http://srcmverolee.blogspot.com/

les gens savent que je n'ai absolument aucun tabou au sujet du SM, et peuvent venir y publier tout ce qu'ils en pensent sans que je n'en sois choqué.

voilà Elodie, j'espère que tu m'excuses de t'avoir causé tous ce trouble.

Je te souhaite bonne route.
Amicalement - Christian