La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3447 commentaires – Dernier ajout le 10/06/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

15 décembre 2014

Les enfants de Chari

à la recherche de l’image rassurante du Père


ENGLISH TRANSLATION

Le 15 août 2012, un Chari vieilli, malade et fatigué apparaît aux abhyasis du monde entier en visioconférence sur internet pour annoncer en direct sa démission, dans un gigantesque bhandara organisé spécialement pour cette occasion. Son départ est organisée, son successeur est présent, prêt à prendre la relève.
La stupéfaction immédiate fait place à l’effarement puis à l’accablement. Presque aussitôt, la réaction des abhyasis présents dans la salle fuse : ils refusent sa démission. Conséquence : ce refus des abhyasis condamne Chari à mourir à l’ouvrage.
Un peu plus de deux ans après, Chari est toujours aux commandes. Dans l’ombre, son successeur attend patiemment son heure. Pourtant, les abhyasis n’ont jamais été aussi inquiets quant à l’avenir de la Mission. Dans leur imaginaire, Chari est irremplaçable.

Balayons devant notre porte. Moi-même en 2005, je critiquais la Mission mais défendais bec et ongles la figure du maître, d’où le titre initial de ce blog. J’attribuais les dérives du Sahaj Marg à des problèmes internes à l’organisation et aux Hommes, j’étais encore incapable d’accepter l’idée que Chari porte une part de responsabilité dans cet échec. Et même après avoir tout quitté, il m’a fallu du temps pour l’admettre, au moins deux ans ont été nécessaires avant que je commence à lui faire des reproches.

Quel est le rêve de tous les abhyasis ? Approcher, rencontrer, toucher Chari. On est loin de la soi-disant quête spirituelle qui amène théoriquement tous les abhyasis vers le Sahaj Marg.
Le charisme de Chari explique à la rigueur son ascension dans les années septante, huitante voire nonante, mais certainement plus son indéniable succès actuel. Les raisons sont ailleurs, ni spirituelles ni charismatiques, elles sont d’ordre psychologique.
Il n’y a pas 36 explications possibles. Les abhyasis ont besoin de ce maître vivant qu’est Chari. Ils ont besoin d’un leader, de la figure du chef, de l’image rassurante d’un Père autoritaire.
Les Hommes ont tué les religions (Dieu est symboliquement mort). Orphelins, les Hommes recherchent un autre Maître pour le remplacer. Les chercheurs spirituels sont obsédés par le besoin d’un maître, un chef suprême et incontestable. Ils ont besoin du pouvoir infaillible du chef, celui qui sait mieux que les autres et qui les guide. Les abhyasis l’ont trouvé, c’est Chari, l’imposteur le plus doué pour se faire passer pour Dieu.
L’adhésion à la SRCM et au Sahaj Marg repose sur un malentendu, une méprise, un fourvoiement, une imposture : les abhyasis ne recherchent pas vraiment la lumière divine qui est en eux, inconsciemment ils sont comme des enfants à la recherche d’une protection paternelle.
Et comme l’enfant met en danger sa famille s’il ne se soumet pas à l’autorité parentale, l’abhyasi qui doute met en danger la Mission parce qu’il n’obéit plus aveuglément à Chari.

La Mission n’est pas un mouvement spirituel, c’est la famille de Chari, figure rassurante à la fois autoritaire et paternelle. Demain, quand les enfants de Chari seront en deuil, à nouveau orphelins du Père, quel accueil réserveront-ils à Kamlesh Patel ?


Elodie

12 commentaires:

Alexis a dit…

@ Elodie,
voilà qui me convient bcp mieux… j’aurais pu écrire cela !

SuperChari a dit…

vous voulez que je sois votre Pater familias, pas de problème, devenez mes enfants obéissants et serviles

LéA a dit…

« L’homme n’est pas du tout passionné par la liberté, comme il le prétend. La liberté n’est pas chez lui un besoin inhérent. Beaucoup plus constants et profonds sont les besoins de sécurité, de conformité, d’adaptation, de bonheur, d’économie des efforts… et il est prêt à sacrifier sa liberté pour satisfaire ces besoins. Certes, il ne peut pas supporter une oppression directe, mais qu’est-ce que cela signifie ? Qu’être gouverné de façon autoritaire lui est intolérable non pas parce qu’il est un homme libre, mais parce qu’il désire commander et exercer son autorité sur autrui. L’homme a bien plus peur de la liberté authentique qu’il ne la désire.» (Jacques Ellul)

Elodie a dit…

Bonjour à toutes et tous,
Je vous renvoie de nouveau à un article d'Alexis sur la Psychologie sociale, psychologie des foules.
http://lagrandemutationspirituelle.blogspot.fr/2011/03/groupes-sectaires-et-gourous.html
Gustave Lebon et d'autres auteurs y expliquent à merveille le comportement des leaders et des gens qui les suivent aveuglément.
Bien affectueusement,
Elodie

Anonyme a dit…

En définitive tu dis que c'est la faute des abhiasys ce qui leur arrive, c'est pas un peu dangereux comme discours ? Charismatique Charivari n'y est pour rien ???

Elodie a dit…

Bonjour Anonyme,
Les responsabilités sont partagées. Reconnaître que les abhyasis ont leur part de responsabilité dans leur aliénation à la SRCM, ce n’est pas absoudre Chari.
« Les groupies fans de la star », c’est le titre d’un message d’Alexis qui établissait une comparaison de ce qui se passe dans la Mission avec le showbiz. Qui est responsable ? La star ou bien ses fans ? Chari ou ses adeptes ? Tout le monde participe de cette aliénation.
Les responsabilités sont partagées.
Bien affectueusement,
Elodie

Alexis a dit…

Gare à une victimisation excessive des adeptes de Chari ! Ce serait bien trop réducteur. Expliquer son succès, c’est aussi prendre en compte la démission des abhyasis à choisir et décider de leur vie, pour l’abandonner au profit de leur gourou.
Ne cédons pas au fatalisme, s’apitoyer sur leur sort ne les aiderait aucunement à s’en sortir…

LéA a dit…

Les fans sont d’autant plus fascinants qu’ils révèlent, à des degrés souvent extrêmes, l’emprise de nos passions ordinaires sur le cours de nos vies. Le mot anglais «fan» est un dérivé de «fanatic». Les stars n'existeraient pas sans le public qui les admire. Mais les vrais fanatiques sont un cauchemar pour les stars et pour eux-mêmes. Ils n'existent que par et pour l'amour qu'ils vouent à une personnalité célèbre.

Alexis a dit…

Petit exemple du phénomène d’abhyasis devenus des groupies fanatiques :
11 octobre 2014, Patibulaire Patel doit s’exprimer en visioconférence devant les adeptes nord-américains réunis en grand séminaire, mais à la surprise générale c’est Chari qui apparaît et leur parle. Le son est très mauvais et personne ne comprend rien…
Florilège de réactions (relatées dans Echoes of North America de décembre) : “Wonderful surprise”, “Suddenly the total atmosphere changed magically”, “It was so magical that it cannot be expressed in words”, “Tears almost came to the eyes”, “It was truly marvelous and exciting”, etc.
Rappelons qu’en raison de problèmes techniques, Chari était inaudible. Qu’est-ce donc alors qui a provoqué ce phénomène de « groupisation » des abhyasis face à leur star trop idolâtrée ?

SRCM a dit…

Sahaj Sandesh No: 2014.56 détourné

Nightmares of Spiritual Discovery

Dear sisters and brothers,
This is a call to all ex-abhyasis. Please put pen to paper and record the story of the events, circumstances and inner changes that led you to leave Sahaj Marg and refuse the Master. We are compiling a book of these stories for publication, with the working title Nightmares of Spiritual Discovery.

Please shareyourstorywithus @ this blog

Anonyme a dit…

Bonjour!
Je vous raconte ma rencontre avec Chari: Devenue abhyasi en 1975, j'ai aussi fait la connaissance de Chari, la même année, au Danmark. Un magnifique livre ésotérique traînait sur la table du salon, et j'avais envie d'en photocopier une page, alors je suis partie à la recherche du propriétaire du livre pour lui demander la permission; j'ai abouti auprès de Chari: "5 dollars, please, if you want to copy anything out of this book!" était sa réponse ... je n'ai rien copié du tout, ressentant une antipathie violente contre cet homme imposant et moqueur qui ne me regardait même pas dans les yeux ...
Il ma fallu quelques années de plus (Paris, 1982 je crois) pour prendre mes distances aussi avec Ram Chandra, mais ceci est une autre histoire: vous la voulez aussi?! ... J'ai suivi l'histoire du Sahaj Marg de loin car je suis restée amie avec quelques abhyasis dissidentes de Chari et parce que mon frère est devenu disciple et précepteur sous Chari ... Hahaha, que le monde est petit!
Barbara

Madame Irma a dit…

Pensez qu'Elodie à publié ce message seulement 5 jours avant le mahasamadhi de Chari : "les enfants de Chari à la recherche de l'image rassurante du Père".
Quelle clairvoyance ! Relisez ce message et interrogez vous sur votre pratique...