La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3447 commentaires – Dernier ajout le 10/06/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

7 décembre 2014

Spiritualités orientales et Sahaj Marg

Ne vous méprenez surtout pas, je ne rejette pas les enseignements spirituels orientaux, bien au contraire.

J’ai quitté la Mission et les enseignements du Sahaj Marg mais je crois plus que jamais en la présence intérieure d’une lumière divine. La recherche de l’harmonie intérieure, de l’unité de l’âme et du corps sont pour moi des enseignements essentiels qui me guident au quotidien. J’essaie, avec les moyens du bord, de faire de ma vie tout entière une quête spirituelle dont je sais qu’elle ne finira jamais. Et je ne rejette pas non plus les bienfaits du yoga ou de la méditation, quoi que vous en pensiez.

Pendant que nous Occidentaux découvrions les spiritualités orientales, les Orientaux ont été rattrapés par les valeurs occidentales, du fait de la mondialisation. Chari avait adopté les valeurs du profit et du temps qui passe dès avant le début de sa carrière dans l’industrie. Côté occidental, le New-age s’est considérablement nourri des expériences orientales. Mais ce fut aussi la porte ouverte pour de nombreux pseudo-gourous qui en ont largement profité pour abuser les simples gens en quête spirituelle.

Cela choquera le plus grand nombre, mais le Sahaj Marg en est un très bon exemple. C’est un produit marketing mis au point par Chari et son équipe à leur profit exclusif, sous couvert d’un vernis philosophique oriental pour des techniques new-age occidentales.

Ils ont détourné le sens traditionnel de la quête ou du voyage spirituels en lui affectant un but précis et en insistant sur la nécessité de l’atteindre le plus vite possible. Ils nous ont détourné de la quête intérieure du divin en nous imposant un intermédiaire (le Maître) qui la concentrerait toute, alors qu’il ne nous en resterait que des miettes. Ils sont prêts à tous les sacrifices pour convaincre et emporter l’adhésion du plus grand nombre. Ils nous parlent expérience, mais ils en profitent pour nous vendre un dogme et ses mythes associés sans qu’on en prenne conscience.

Le Sahaj Marg repose sur les seules expériences de la méditation et de l’égrégore. Son gourou vivant nous détourne du divin en nous pour s’imposer à sa place, mettre un terme à toute quête spirituelle et la remplacer par la quête de l’approbation du Maître qui nous manipule.

Quand, dans une quête spirituelle, on aborde le Sahaj Marg, c’est la promesse d’un voyage spirituel interrompu. Le Sahaj Marg impose le maître vivant en lieu et place de notre voyage intérieur vers la lumière divine. Le Sahaj Marg n’est pas une spiritualité, il détourne le chercheur spirituel de la spiritualité au profit d’un homme et d’une organisation. Pour revenir sur les chemins de la vraie spiritualité, il n’y a qu’une solution : oublier Chari, sa Mission et le Sahaj Marg.

Le Sahaj Marg, pour la spiritualité, est une voie de garage, une voie sans issues.

Elodie


11 commentaires:

Anonyme a dit…

Du coup la bonne question c'est de savoir qu'est ce qui pousse quelqu'un vers cette pseudo spiritualité qu'est la Sriram du charismatique Charivari ?

LéA a dit…

Aujourd’hui, nous nous sommes libérés du contrôle social qu’exerçaient des institutions fortes comme les religions, mais nous sommes plus seuls que jamais face aux questions existentielles. L’abandon de la religion s’est accompagné d’une montée de la souffrance psychique.
Quête de sens et quête spirituelle sont indissociables et elles nous renvoient à nos interrogations sur notre condition humaine.
Voilà pourquoi le sujet contemporain est en recherche de sens et en quête de soi. A défaut des anciennes religions, la spiritualité devient un lieu de construction personnelle.

Don Juan a dit…

Avant la manipulation mentale, la dépendance commence par la séduction, car la séduction est une prise de pouvoir sur l'autre, une violation de la conscience et, finalement, une perte de liberté.
« Séduire, c'est avant tout plaire, mais c'est aussi détourner de la vérité. Tout le travail des sectes vise à proposer une utopie chatoyante en lieu et place de la grisaille quotidienne. Le recruteur-séducteur met en scène l'illusion sectaire ; il agit comme un bateleur pour attirer les adeptes potentiels ; il propose des réponses simples à des interrogations complexes ; il charme l'interlocuteur pour créer l'illusion de l'échange affectif ; il joue en permanence sur le rôle des émotions, effaçant de ses propos toute logique ; il oppose la morbidité du réel à la perspective d'un amour idyllique, celui qui règne au sein de la communauté » Jean-Marie Abgrall (médecin psychiatre), cité sur http://www.lueur.org/textes/dependance-pouvoir-seduction.html

Alexis a dit…

Ah, encore ces questions existentielles ! Qui suis-je, où cours-je, dans quel état j’erre ? Je vais encore passer pour l’athée/agnostique de service, mais à quoi bon se masturber l’esprit à vouloir donner 1 sens à quelque chose qui n’en a pas et n’en a jamais eu ? Ce sont des sujets de réflexion pour adolescents… n’importe quel adulte normalement constitué devrait avoir répondu à cette question depuis longtemps !
Pour paraphraser 1 maxime envoyée récemment par 1 anonyme : La vie n’a d’autre sens que celui qu’on veut bien lui donner. Dans sa version initiale, c’était dieu à la place de la vie. L’un et l’autre marchent aussi bien…

LéA a dit…

Effectivement, la séduction est une arme des nouveaux mouvements religieux. Le meilleur séducteur du nouvel arrivant, c’est le groupe qui l’accueille et l’entoure. Pour l’être en quête de sens, le groupe est rassurant, une sorte de famille. Il offre une communauté d’intérêt, un but et un sens commun.

Elodie a dit…

Bonjour Alexis,
Tout le monde n’est pas obligé de croire que la vie n’a pas de sens. Dieu ou pas Dieu, chacun a le droit de vouloir donner un sens à sa vie.
Bien affectueusement,
Elodie

4d-Don a dit…

Salut à toutes et tous...

Joyeux Noel (Mythe Juif? ou Chrétien?) et Bonne Heureuse Année (Judeo-Chrétien?)

Pour les juifs, Dieu est Juif (ou le Divin préfere les juifs)... Pour les Hindoux, la réalisation du Divin leurs vient des Prophètes ou des Saints Hindoux.

A nous de donner un sens au Divin (ou à la vie) qui inclu notre espèce (ou notre lignée, notre tribu) en une place importante, sinon favorable et-ou favorite.

Donner un sens à la vie qui favorise une autre tribu est vraiement se courber volontairement à l'esclavage ...

Notre sense du Divin (ou de la vie) doit inclure notre tribu, si elle est encore vivante et vibrante intellectuellement.

Dieu (le Divin, la vie) ne parle-t-ils pas Français pour les français?

Don..

Anonyme a dit…

Alors, les groupes d’abhiasys sont les armes de séduction massive du charismatique Charivari ?

Alexis a dit…

@ Elodie,
Donner un sens à sa vie est même fondamental, mais aller chercher le sens de sa vie en dehors de soi (dieu, religion, spiritualité, …), c’est là que ça devient complètement idiot !

Alexis a dit…

Des gens en recherche, des abhyasis pour les accueillir chaleureusement (à l’instar d’une famille), offrir des expériences fortes (effets des médit renforcés par l’effet groupe = égrégore) + l’attrait d’un gourou bien vivant et qui a (ou a eu) du charisme… voilà de quoi attirer bien des gens à l’équilibre instable, surtout quand on exploite les peurs ambiantes et qu’on offre des mythes avec des réponses simples (et simplistes) aux problèmes complexes de notre monde.

Anonyme a dit…

L’effet de groupe ou égrégore entraîne une désindividuation de ses membres. Par métaphore biologique, ils deviennent les cellules d’un organisme plus vaste… et perdent toute autonomie. C’est la perte de la conscience de soi. Entre l’hyper-individualisme et l’égrégore, n’y a-t-il pas une place pour autre chose ?