La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3445 commentaires – Dernier ajout le 14/05/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

19 janvier 2014

Sahaj Marg : le message de Chari pour la nouvelle année

ENGLISH TRANSLATION

One line is enough: ‘Don't waste time' – three words. What more is necessary?
Le message du nouvel an de Chari m’a saisie dès les premiers mots et, en poursuivant ma lecture, toutes mes impressions se confirmaient. Cela m’a fait l’effet d’une gifle ; une gifle soudaine, brusque, violente.
Ai-je donc une sensibilité exacerbée ?
Comment exprimer les sensations qui m’ont assaillie, les émotions qui m’ont parcourue ?
Comme un flash, c’est une image qui m’est apparue ; une image évidente, de plus en plus nette et précise au fil de ma lecture ; le portrait d’un homme, une image dépouillée de tout artefact ; l’homme sans fards, nu.
Le Sahaj Marg aura bientôt septante années et cela fait déjà cinquante ans que Chari arrivé en 1964 y sévit à plein temps. Les sages des temps anciens s’asseyaient pour méditer des millénaires durant, dans un contexte autrement plus favorable que le nôtre, sans toujours parvenir au but. Aujourd’hui, malgré la corruption, l’immoralité, la violence et l’avarice, les maîtres du Sahaj Marg ont rendu la pratique de la méditation si simple et facile que n’importe qui peut atteindre un objectif plus élevé que celui qu’atteignaient les sages anciens. La technique s’est même améliorée entre le temps de Lalaji et celui de Babuji, ajoute Chari.
Les sages des temps anciens étaient bien gentils, ils méditaient à longueur de temps, sans parvenir au but ni se préoccuper du temps qui passe. Heureusement, selon Chari, Lalaji et Babuji sont intervenus ; ils ont grandement amélioré le rendement du processus de la méditation - efficacité, rentabilité et productivité. Tant et si bien qu’aujourd’hui n’importe qui peut parvenir au but avant sa mort, malgré un environnement infiniment plus défavorable.
Babuji a amélioré la méthode déjà améliorée par Lalaji. On serait en droit de s’interroger sur les améliorations apportées par Chari. Après l’industrialisation textile de l’Inde au temps de Gandhi, voici venu le temps de l’industrialisation spiritualiste de Chari.
Cette image si nette, évidente, qui m’a sauté aux yeux dresse le portrait d’un capitaine d’industrie, du chef d’entreprise qu’il fut à la TTK. Cette image, c’est celle d’un homme animé d’une volonté irrépressible d’accélérer le processus méditatif, un homme qui ne connaît pas d’autres mots qu’efficacité, rentabilité et productivité.
Point n’est besoin de changer ce monde qu’il dit abhorrer, cette société dont il a si parfaitement intégré les valeurs les plus négatives, puisque la méthode est suffisamment efficace pour parvenir au but.
Cette image qui s’est imposée comme une gifle soudaine, brusque et violente, c’est celle d’un homme parfaitement adapté à notre monde contemporain, un archétype de la pensée unique occidentale, libérale, matérialiste et capitalistique.
Ai-je une sensibilité à fleur de peau lorsqu’il s’agit de Chari ?
Ce discours dresse non pas le portrait d’un maître spirituel oriental qui s’adresse à ses disciples, mais bien celui d’un capitaine d’industrie pressé de parvenir à ses fins.
Peut-être devrais-je faire preuve d’un peu plus de compassion et de bienveillance à l’égard de ce vieil homme à l’orée de sa vie ? Alors soyons indulgent, sa situation actuelle peut excuser son besoin d’utiliser à bon escient chaque minute qui passe et de ne rien remettre au lendemain. Mais encore une fois, c’est une attitude des plus matérialistes, en opposition totale aux philosophies orientales et à leur conception du temps. Quant à nous l’imposer, c’est une autre histoire.
 ‘Don't waste time' – three words.
Efficacité, rentabilité et productivité : 3 mots. Suis-je donc seule à éprouver de tels sentiments ?

Faites donc l’inverse de ce qu’il vous demande un instant. Donnez un peu de temps au temps. Prenez ce temps pour vous et relisez son message. Là, maintenant : et prenez votre temps.


Ca y est ? Vous l’avez relu ?
Suis-je vraiment de parti-pris ? Je ne vous demande pas de ME répondre, répondez y POUR VOUS, en conscience, et tirez en les conséquences. Pour vous, rien que pour vous.

Elodie

4 commentaires:

Elodie a dit…

Alexis a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "Un cadeau d’une valeur de dix millions de dollars" :

[Un petit ajout qui a son importance]
Qui est Kazmaly et que lui arrive-t-il en 2012 ?
(…)
En avril 2012, Kazmaly abandonne ses responsabilités au groupe Sheriff, il démissionne de son mandat de député au Soviet suprême, et quitte peut-être même le pays pour une destination inconnue… et Chari le nomme coordinateur de la SRCM pour la Turquie en mai, à quelques encablures de Chypre.
Juste après avoir tout quitté, il fait une donation de l’équivalent de 10 millions de dollars, en 6 versements effectués entre le 8 et le 26 juin 2012 via sa société offshore Mentor financial Ltd, à la Sahaj Marg Spirituality Foundation en Inde. A ma connaissance, précepteur du Sahaj marg depuis 2005 au moins, il est donc membre de la Shri Ram Chandra Mission depuis plus de 8 ans.
Que lui est-il donc arrivé ?

Alexis a dit…

@ Elodie,
Ah ! le rapport de Chari au temps...
Bonne réaction.
Sinon, suite de mes mises à jours : [La Mission, une organisation multinationale tentaculaire ?]

Alexis a dit…

Toujours dans l’esprit EFFICACITE, RENTABILITE, PRODUCTIVITE
Il n’y a pas que Chari à parler ainsi…
Un vieux précepteur qui a bien connu Babuji dit qu’il a adopté le système du Sahaj marg parce qu’il cherchait une pratique de méditation simple, expérimentable facilement, et qui apporte des résultats réels et tangibles.
Est-ce bien là une attitude spirituelle ? N’utilise-t-il pas plutôt des qualificatifs qu’on emploie d’habitude pour décrire le choix d’un outil de développement personnel ? Simplicité, efficacité, …
Chari vend une méthode qu’il dit simple et facile AUSSI parce que ses adeptes clients le lui demandent ! C’est le chat qui se mord la queue…
Moi qui n’y connais rien à la spiritualité, j’avais en tête des images tout autres, un style de vie et d’attitudes, l’idée que décrivait si bien Michael d’un long voyage intérieur sans fin.
Ici, qu’il s’agisse du discours de Chari ou de cette remarque de précepteur, comme le suggère Elodie, on est dans une pratique très utilitariste de la méditation, assumée mais peu revendiquée, à des fins très précises et matérielles (expérimentation, mesurabilité : résultats réels et tangibles, etc.)…
Quand le monde moderne s’empare de la spiritualité, qu’est-ce qu’il reste ?!
Sans doute pas grand-chose…

4d-Don a dit…

La spiritualité du Sahaj Marg n'est que du spiritualisme et de la "Super-naturel"... avec des fantômes et de Médium(e)s "anonymes"...

Ce un sentier pour ceux qui veulent arriver et après? C'est le siège préféré dans les nuages de la "region centrale" de leur "Brighter World"... C'est bien "Chrétien" ou "religieux" le sentier que se disait : UNIQUE??

Je suis d'accord avec toi, Élodie même si je n'ai aucune visions quand je regarde les écrits de Chari ou de Babuji... Bien que Babuji était moins "Materialiste" et était plus: philosophe.

Don.