La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3444 commentaires – Dernier ajout le 25/03/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

4 octobre 2010

Un Babuji, deux Babuji et même trois

Ram Chandra de Shahjahanpur est loin d'être le seul Babuji. Vive les confusions.
D'après Alexis, le surnom affectueux de Babuji Maharaj a été attribué à deux autres grands disciples de Lalaji, Shyam Lal Saxena et Shyam Bihari Lalji.
English translation


Elodie

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Élodie,

Bravo pour ce relookage réussi !
De quoi redynamiser l'attraction de ton blog et bonifier les résultats de ton travail.
Merci de ta persévérance,
Affectueusement,

Martin

Alexis a dit…

@ Elodie,
Sympa ! Ca change...

Anonyme a dit…

je suis tombé presque par hasard sur votre blog ça fait quelques jours. très intéressant, très bien. félicitations pour le contenu. je préfère aussi sa nouvelle presentation
j’ai aussi fais un tour sur the world from another dimension, le blog de votre copin anglais. capitalism sprituel, ça m’a attirée. le sujet me plait
il y a un bon article, je sais pas si vous connaissez, BUSINESS OF THE GODS en anglais evidement. on y parle pas de votre gourou mais de plusieurs autres hindous, c’est un peu pareil, je vous donne le lien
http://www.tehelka.com/story_main31.asp?filename=Ne300607Business_Of_the.asp
LéA

Elodie a dit…

A lire sur le blog de 4d-Don, la lignée de Lalaji et le Sahaj Marg ici

4d-Don a dit…

Léa...

Merci pour le liens...

Je vais lire "Business of the Gods"...

L'information nous Libère!!

Don

Alexis a dit…

@ Léa,
Le Business des dieux, ça sonne encore mieux que le Capitalisme spirituel ! J’aime bien aussi les notions de Supermarché religieux et Libre marché spirituel, utilisés par les sociologues pour parler de la nouvelle scène des spiritualités globalisées…
Encore qu’il s’agit plutôt du business des gurus que celui des dieux. Et l’Inde est une formidable usine à fabriquer des gurus, pas seulement Chari…
Dommage qu’il ne figure pas dans le Palmarès du Tehelka. Il ne leur arrive pas à la cheville, c’est vrai, mais il n’est pas si mauvais que ça !
D’après Tehelka en 2007, Amma c’était 90 millions US Dollars de chiffre d’affaires et un empire de près de 270 millions US dollars (j’ai traduit les Rs crores en USD, c’est plus parlant pour moi). Le fils de Babuji estimait la valeur de la SRCM autour de 200 millions USD en 97.
Mes propres estimations aujourd’hui sont de 15 à 45 millions de chiffre d’affaires et d’un patrimoine de 150 à 450 millions. Ca va du simple au triple, mais c’est pas négligeable.
Le Guru Chari n’est pas si mauvais ! La spiritualité, c’est vraiment un bon business…

LéA a dit…

All right alexis sur la “formidable usine à fabriquer des gourous”, l’expression est super, mais je suis pas sure qu’elle est de toi, je crois l’avoir déjà entendue. Son coté kapitaliste est recent, faudrait pas oublier que l’inde a toujours fabriqué des gourous en chaine et de tous temps. Sauf que les bons gourous sont rarissimes comme ils l’étaient avant. Dans la tradition orientakle, le gourou est le guide spirituel d’une poignée de disciples, il vit simplement, ne demande pas d’argent et s’occupoe vraiment de leur progres spirituel.
En clair, un bon gourou a peu de disciples pour pouvoir les guider sérieusement, il ne racole pas les clients et il ne prétend pas que la voie est facile et rapide, au contraire il eessaie de les dissuader pour les mettre à l’épreuve.
Tout le contraire de votrre gourou chari comme de ceux qui sont dans l’article

Elodie a dit…

Bonjour à toutes et tous,
Merci de vos encouragements pour la nouvelle mise en page du blog et bienvenue à Léa.
J’ai beaucoup apprécié ce que tu dis sur ce que doit être un bon guru. Voilà des choses évidentes qu’on oublie un peu vite et qui méritaient d’être rappelées :
- il ne cherche pas les clients
- il s’occupe vraiment de ses disciples
- il ne dit pas que c’est facile et rapide, bien au contraire
Babuji disait «Je te dis qu'il est préférable de n'avoir pas de guru du tout plutôt que d'en avoir un mauvais. Sans un vrai Maître, il se peut que tu ne progresses pas, mais cela vaut mieux que de régresser avec un mauvais guru.»
Bien affectueusement,
Elodie

Alexis a dit…

Bien vu Léa, j'ai lu cette expression quelque part et elle m'a beaucoup plu, je l'ai donc retenue et du coup je l'utilise.
Suis aussi d'accord avec Elodie sur la voie facile & rapide : sahaj marg = voie naturelle, sahaj marga = voie facile !
Babuji proposait déjà une méthode soi-disant FACILE en 1945, alors qu'on voit bien que rien n'est moins vrai...

Anonyme a dit…

Les grandes religions d’antan s’éteignent alors les Gourous prolifèrent dans un monde sans Dieux ni repères. L’époque leur profite à plein, c’est un boulevard qu’ils ont devant eux.