La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3445 commentaires – Dernier ajout le 14/05/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

11 février 2009

Le besoin de discipline personnelle

On m’a enfin fourni des extraits du fameux discours de Chari devant les ZIC, prononcé à Manapakkam le 10 janvier. Tout cela confirme ce que je disais, sinon plus. Chari voit la SRCM se scinder en 240 missions. S’il pouvait faire son autocritique, il la ferait, mais c’est plus facile pour lui de faire porter les raisons de l’échec à ses abhyasis : "Avons-nous vraiment fait quelque chose durant ces soixante dernières années ?"

A l’heure où Don publie l’exemple du Centre-in-charge de la SRCM sur l’Ile Maurice qui évalue le coût de son job de "travailleur spirituel" (sic) à 50 000 US$, le message de Chari sur la discipline interne n’est pas du luxe (http://4d-don.blogspot.com/2009/02/sahaj-marg-preceptor-wants-to-be-paid.html ) .
Encore que cela ne gène peut-être pas Chari qu’un de ses sbires se fasse rémunérer pour propager le Sahaj Marg…

Le cauchemar de Chari s’intitule : The need for personal discipline. Voici d’abord la version originale en anglais, puis ma traduction approximative en français…

Alexis


"We have been very carefully selecting people to be preceptors, but more and more I find that in an anxiety to fill the panel saying in Gujarat, or in Andhra Pradesh or in Punjab, we are recommending people who would not be normally acceptable. This is one main cause of indiscipline. They don’t work, so we have a full list of preceptors running into thousands, and I don’t know whether even half of them are really working. (…) with two thousand six hundred preceptors, we should be able to grow without more preceptors (…).It should not be necessary for me to make two preceptors a day, continuously every day. It only means — I mean I could understand it if I see the quality rising. But like the recent incident in Nagpur: a preceptor manhandling an abhyasi; the classic case of Kanpur which has been a thorn in Babuji’s flesh ever since I joined the Mission. Kanpur was always a problem. It continues to be a problem. Why? What is wrong that these places do not change? There are other centres I don’t want to mention. Bombay centre: I don’t see any growth. We have so many preceptors there (…).Small centres have been literally blackmailing the organization by buying among themselves the land, and then saying, “You have to accept this now,” without permission, without approval. It is a very serious legal problem. Who is going to manage this?
You know, sometimes in my nightmares I see the Mission breaking up, and there will be two hundred and forty Shri Ram Chandra Missions: Haldoi, one; Gorakhpur centre, another Mission; Tiplur in Maharashtra. We have had a problem in Thrissur centre in Kerala state. Serious disciplinary problems — people refusing to go to a place for satsangh. It’s easy to say, “You are no longer abhyasis.” They will start a new centre, and you will have one more group sitting by itself. Karnataka started this unhappy episode. We have several groups in Karnataka, all claiming to be Babuji’s favourite centres — not with the Mission (…).Discipline has to be instilled from the beginning. I know nowadays preceptors give sittings to new abhyasis, you know, helter-skelter: one in the morning, one in the evening, next tomorrow morning, and they are abhyasis. They are not spoken to, they are not told about the Mission. They are not explained the philosophy, nor are they told what are the disciplinary requirements. That is why the Mission is growing so fast (…) So I wonder what has been my failure, that this is the result of the Mission today. (…) Let us come to the physical problems: non-attendance, linguistic chauvinism, you know. And during presence in the satsangh, half the people with their eyes open, cell phones ringing even here in Manapakkam. And when I have spoken two or three times, they put it on vibration mode, and when their thigh vibrates, they just look at it to note the number and… I know this is happening. I know it is happening in every centre (…).So discipline has to be personal. Each person has to be disciplined. It’s not enough to have a police force acting, you know. It is not enough (…).So, you see, discipline is the order of the day. Otherwise, you know what happens when there is uncontrolled growth of cells in the human body: it is cancer. And cancer means death, as we all know. If our organization is growing like that, as I seem to think it is, it is a cancerous growth: unguided, unprincipled, disobedient. (…) Too many of us are just sitting quiet, saying that Babuji’s will will prevail but Babuji has said his will can prevail only when we execute his will. When he passed away and I had to take charge, we have seen how much his will prevailed: when all the preceptors of those times refused to obey his nomination, and many had to be sacked out of hand. And many left because they were not approving what I did. There was every chance that when I became the President, this Mission would disintegrate, because there were powerful preceptors from Babuji’s times. (…)We have now to exercise discrimination even when admitting abhyasis, because I find there is no discrimination. We are happy to have one more abhyasi. But is he of any value to the Mission? Will he add value to himself or herself? (…) I don’t want more and more land holdings without money to build ashrams. I mean, I am surprised that we have land in so many places where there are only twenty abhyasis, fifteen abhyasis — under pressure. (…) So you see, you must think of the Mission as a whole: not of Maharashtra or Gujarat or Uttar Pradesh (…) And there are some states of India which are very difficult to penetrate. They have their own cultural chauvinism, their own linguistic chauvinism. Even their saints are sacred — better than other saints! Sahaj Marg would appear not to have done anything except to put whitewash on the skin. Have we penetrated deep enough? Have we made human beings [into] human beings, or does Sahaj Marg still consist of Maharastrians and Bengalis and Malayalis and Tamilians?
Recently I had the case of a centre where there are several communities, all Hindus. One community has twenty members, and they said, “We want a preceptor from our community.” And this demand was sent to me by the preceptor. I was shocked! It’s like saying Jats must have a Jat preceptor, Brahmins must have a Brahmin preceptor. I mean, where are we going? What is the direction in which Sahaj Marg is moving? (...) Have we really done anything at all in all these fifty years, sixty years that the Mission has been there? "

"Nous avons soigneusement choisi les gens pour être précepteurs, mais de plus en plus je trouve que, dans le souci de compléter la liste, dans l'État du Gujarat, de l'Andhra Pradesh ou au Penjab, nous recommandons des gens qui normalement ne seraient pas acceptables. C'est l'une des principales causes de l'indiscipline. Ils ne travaillent pas, et nous avons donc une liste de milliers de précepteurs, mais je ne sais pas si la moitié d'entre eux travaillent vraiment (...) Avec deux mille six cent précepteurs, nous devrions être en mesure de nous développer sans autres précepteurs (...) Il ne devrait pas être nécessaire pour moi de faire deux précepteurs chaque jour, en continu tous les jours. Cela signifie seulement - je veux dire, je pourrais comprendre si je voyais la qualité en hausse. Mais, comme le récent incident à Nagpur: un précepteur frappant un abhyasi; le cas classique de Kanpur, qui est une épine dans la chair de Babuji depuis que j'ai rejoint la Mission. Kanpur a toujours été un problème. Il continue à être un problème. Pourquoi? Quel est le problème dans ces endroits qui ne changent pas? Il existe d'autres centres, dont je ne veux pas parler. Le centre de Bombay : je ne vois pas de croissance. Nous avons tellement de précepteurs là (...). Les petits centres ont littéralement fait du chantage à l'organisation en achetant des terres, et ensuite en disant: « Il faut accepter cela », sans autorisation ni approbation. Il s'agit d'un très grave problème juridique. Qui va gérer cela ?
Vous savez, parfois, dans mes cauchemars je vois la Mission se fragmenter, et puis il y aura ensuite deux cent quarante Shri Ram Chandra Mission: une à Haldoï, une autre mission au centre de Gorakhpur, à Tiplur dans le Maharashtra. Nous avons eu un problème au centre de Thrissur, dans l’état du Kerala. De graves problèmes de discipline - des personnes refusant d'aller à un endroit pour le satsangh. Il est facile de dire: « Vous n'êtes plus abhyasis ». Ils vont lancer un nouveau centre, et vous aurez un groupe qui se réunit tout seul. Le Karnataka a commencé ce malheureux épisode. Nous avons plusieurs groupes au Karnataka, tous prétendent être le centre préféré de Babuji – en dehors de la mission (...). La discipline doit être inculquée dès le début. Je sais que de nos jours, des précepteurs donnent des sittings aux nouveaux abhyasis n’importe comment : un le matin, un dans la soirée et le suivant le lendemain matin, et les voilà devenus abhyasis. On ne leur a pas parlé, on ne les a pas informés sur ce qu’est la mission. On ne leur a pas expliqué la philosophie, on ne leur a pas dit quelles sont les règles de discipline. C'est pourquoi la Mission grandit de plus en plus vite (...) Alors je me demande quel a été mon échec pour que cela soit le résultat de la Mission d’aujourd'hui. (...) Arrivons-en aux problèmes physiques : la non-fréquentation, le chauvinisme linguistique, vous savez. Et au cours du satsangh, la moitié des personnes ayant les yeux ouverts, les téléphones portables qui sonnent même à Manapakkam. Et quand j'en ai parlé deux ou trois fois, ils sont passés sur le mode vibreur, et quand ça vibre contre leur cuisse, ils jettent un regard pour noter le numéro... je sais que ça arrive. Je sais que ça arrive dans tous les centres (...). Donc, la discipline doit être personnelle. Chaque personne doit être disciplinée. Il ne suffit pas d'avoir une force de police, vous savez. Ca ne suffit pas (...). Donc, vous voyez, la discipline est à l'ordre du jour. Sinon, vous savez ce qui se passe quand il y a une croissance incontrôlée de cellules dans le corps humain : c’est le cancer. Le cancer signifie la mort, comme nous le savons tous. Si notre organisation grandit comme ça, comme je le pense, il s'agit d'une croissance cancéreuse : non guidée, sans principes, sans obéissance (...) Un trop grand nombre d'entre nous sommes simplement assis tranquilles, en disant que la volonté de Babuji prévaudra mais Babuji a dit que sa volonté ne saurait l'emporter que si nous exécutons sa volonté. Quand il est décédé et que j'ai dû prendre sa suite, nous avons comment sa volonté a prévalu : lorsque tous les précepteurs de l'époque ont refusé d'obéir à sa nomination, et beaucoup ont dû être renvoyés. Et beaucoup sont partis parce qu'ils n’approuvaient pas ce que je faisais. Il y avait toutes les chances que cette mission se désintègre lorsque je suis devenu le président, car il y avait des précepteurs puissants du temps de Babuji. (...) Nous devons maintenant faire preuve de discrimination lors de l'admission des abhyasis, parce que je trouve qu'il n’y a pas de discrimination. Nous sommes heureux d'avoir un abhyasi de plus. Mais a-t-il de la valeur pour la Mission ? Va-t-il ajouter de la valeur pour lui-même ou elle-même ? (...) Je ne veux pas de plus en plus de terres sans argent pour construire des ashrams. Je veux dire, je suis surpris que nous ayons des terres dans de nombreux endroits où il y a seulement vingt abhyasis, quinze abhyasis - sous la pression (...) Donc, vous voyez, vous devez penser à la Mission dans son ensemble : pas celle du Maharashtra ou celle du Gujarat, ou de l'Uttar Pradesh (...) Et il y a certains états de l'Inde qui sont très difficiles à pénétrer. Ils ont leur propre chauvinisme culturel, leur propre chauvinisme linguistique. Même leurs saints sont sacrés - meilleurs que les autres saints ! Le Sahaj Marg semble ne pas avoir fait quoi que ce soit, sauf à mettre du lait de chaux sur la peau. Avons-nous pénétré assez profondément ? Avons-nous créé des êtres humains à partir les êtres humains, ou bien le Sahaj Marg est-il encore composé de Maharastris, de Bengalis, de Malayalis et de Tamouls?
Récemment, j'ai eu le cas d'un centre où il y a plusieurs communautés, toutes hindoues. Une communauté a vingt membres, et ils ont dit: «Nous voulons un précepteur de notre communauté ». Et cette demande m'a été envoyée par le précepteur. J'ai été choqué ! C'est comme de dire les Jats doivent avoir un précepteur Jat, les Brahmanes un précepteur Brahmane. Je veux dire, où allons-nous ? Est-ce la direction dans laquelle va le Sahaj Marg? (…) N’avons-nous vraiment rien fait du tout depuis cinquante ans, soixante ans que la Mission est ici ? "

5 commentaires:

Anonyme a dit…

what is the source of this information ? anything which can be uploaded on internet!!

this particular information will help a long way, if we also have a source from where it is coming.

Can we have some internet location from where to read this speech, from srcm website or someone who is still associated with SRCM.

Shashwat

Alexis a dit…

@ Shashwat
Je suis sûr de mon informateur. A ma connaissance, ce texte n’est pas (encore) sur internet…

@ Don
Avant, les ennemis de la spiritualité, c’était nous les bloggers. Mais cette fois, Chari dit qu’ils sont à l’intérieur de la SRCM. C’est différent…

Ce qui est amusant, c’est que Chari se met à douter de la réussite du Sahaj Marg. Alors comment accorder sa confiance aveugle et obéir sans penser si même le chef commence à douter ? En clair, si Chari veut que ses troupes obéissent aveuglément, il est condamné à ne pas douter ou à ne pas reconnaître qu’il doute ! Un sacré cercle vicieux….

Alexis a dit…

En gros, le gourou est condamné à l'infaillibilité (cela rappelle le Pape des catholiques). donc, s'il y a échec, ce sera toujours la faute des autres, celle des ennemis de l'extérieur comme hier ... ou comme aujourd'hui celle des abhyasis !

Anonyme a dit…

Alexis...

Est-ce que le texte de ce discours de Chari, de Jan. 10, 2009, a été édité ou censuré par quelqu'un? Il y a beaucoup de (...)

As-tu le texte au complet?

Ce texte n'apparaitra probablement pas sur le site SRCM à la vue de tous, mais il sera probablement disponible aux précepteurs avec "mot de passe"....

Don..

Alexis a dit…

@ Don,
C'est moi qui ait choisi les extraits les plus intéressants (près de 50%), le reste étant de peu d'intérêt...