La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3444 commentaires – Dernier ajout le 25/03/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

4 septembre 2016

Quand le Sahaj Marg se métamorphose en Heartfulness



Deux articles d'Alexis sur les évolutions récentes du Sahaj Marg parus cet été :


Les récentes évolutions de Heartfulness renforcent encore le grand écart de Kamlesh Patel avec le Sahaj marg de Chari.

Nouvelle Donne, entre changement et continuité
Inspiré de l’enseignement spirituel syncrétique de Lalaji, Babuji a créé la SRCM et la méthode du Sahaj marg. Cet illuminé paranoïaque a permis de les répandre depuis le nord jusqu’au sud de l’Inde, en s’empressant de couper les ponts avec le soufisme.
Chari, son successeur controversé, a implanté la Mission sur le reste du monde. Cet homme en colère s’est imposé dans l’adversité pendant plus de 30 ans par un règne autocratique sur une structure opaque et repliée sur elle-même, en un mot… sectaire !
Daaji Kamlesh Patel semble plus apaisé et plus ouvert, prenant le contrepied des pratiques antérieures. Dès son discours d’intronisation, il utilise son droit d’inventaire pour placardiser Chari et les pratiques courtisanes de ses adeptes.
Quand Chari verrouillait la communication, ce gourou 2.0 se répand sur les réseaux sociaux. A l’opacité et au sectarisme, il oppose l’ouverture au grand public d’un mouvement rebaptisé Heartfulness.

Révolution copernicienne ?
D’un mouvement organisé autour d’un leader autoritaire entouré de ses courtisans, Kamlesh Patel le transforme en inversant la hiérarchie. Les adeptes passent au service des nouveaux venus, tout puissants. Les précepteurs, chevilles ouvrières mais aussi premiers courtisans, chutent de leur piédestal. Ubérisés par l’appli Sahaj Connect, ils doivent offrir un service anywhere anytime aux nouveaux arrivants.
Kamlesh Patel préfère les Communicants aux Courtisans, et impose de nouvelles castes de Champions, coachs et entraîneurs. Il met la structure SRCM/SM désormais obsolète au service des nouveaux venus du mouvement Heartfulness, moyennant une communication digne du XXIème siècle, au vocabulaire totalement rénové, lisse et aseptisé…

Séduire à tout va, peu en importe le prix… et les compromissions !
Cette ouverture, ne nous leurrons pas, n’a qu’un objectif : séduire le plus grand nombre ! D’un mouvement confidentiel (100 à 600 000 adeptes selon les sources), Patel tente de le développer comme s’il s’agissait d’une nouvelle petite start-up qui monte, qui monte...
Mais désireux de plaire au plus grand nombre, hésitant entre méditation et spiritualité, le mouvement Heartfulness n’a plus guère de spécificités. Comment se démarquer de la concurrence sans rebuter personne ? Par son histoire ? sa/ses médium(s) ? son égrégore ?
D’autant que le marché est déjà bien encombré ! Celui de la méditation et du yoga est pléthorique ; celui des gourous indiens très mature : Amma, Baba Ramdev, Sri Sri Ravi Shankar et Art of Living, Maharishi Mahesh Yogi et la Méditation transcendantale…
Alors, comment leur reprendre des parts du marché ? Kamlesh Patel réinvente le prosélytisme à sa façon, il sera jugé sur ses résultats…



Les récentes évolutions de Heartfulness renforcent encore le grand écart de Kamlesh Patel avec le Sahaj marg de Chari.

Le mot spirituel qui dérange…

Omettre tout ce qui gêne pour faire de nouvelles recrues
Présenter Heartfulness, sans faire fuir, pour convaincre. Avec Heartfulness, Kamlesh Patel a montré qu’il était prêt à (presque) tout pour séduire de nouveaux arrivants.
Our spiritual movement is growing. Many new opportunities for expansion are opening up. : “Be examples of Sahaj Marg : (…) If the life of an abhyasi is not exemplary, when newcomers look at such people, then there is a tragedy. You see, The Hierarchy would like to step up the pace in bringing people towards Sahaj Marg, but if abhyasis are not behaving properly, if their behaviour falls short of the expectation, then newcomers will leave and this will create a bad example. ” (Kamlesh Patel, le 28/04/2016)

En voici un nouvel exemple (le 15 /05/2016 à Vrads Sande, au Danemark) :
Q : We have always said that Sahaj Marg is a spiritual path. Sometimes we feel that when we use the word ‘spiritual’ it is a block for many people to start Heartfulness. Is it okay not to use that word?
KDP: I think this concept has always been badly understood. I would say that Sahaj Marg is just the path; it is just a journey. I would not call it a spiritual path. When we describe this system as a ‘spiritual path’ we are actually belittling the system.


Dire que « le Sahaj Marg est un chemin spirituel » empêche certains d’adhérer à Heartfulness à cause du mot ‘spirituel’, déclare quelqu’un ; qu’à cela ne tienne lui répond Patel, « le Sahaj Marg est juste le chemin, ce n’est qu’un voyage ».
Y a-t-il une limite à ses compromissions ? Il faut croire que non !

“I have been trying to find better words than ‘God’ and ‘Divine Light’ to appeal to the world of non-believers, because nowadays the idea of Heartfulness and the idea of the presence of Divine Light, of God, seem to be at odds. Non-believers also like to meditate, and they also feel good, but they do not like to depend upon the base of Divine Light. (…) What words can we use for these concepts, which will appeal to those who are not religious in their approach? Please think over this” (le 17/05/2016)
Les incroyants n’aiment pas dépendre d’une ‘Lumière divine’, qu’à cela ne tienne !

Les Champions détrônent les précepteurs :

Serve to Deserve, Learn to be a certified Heartfulness Champion for free
Sur le website de Heartfulness http://olc.heartfulness.org/ on peut lire :
Champion

Individuals who want to lead a group of interested co-workers, students or friends in Heartfulness Relaxation & Meditation practices may apply for certification as a Champion. The authorized Facilitators of Heartfulness Institute will sign up the champion candidates.

Once certified, Champions will be able to lead the group with guided relaxation, meditation and rejuvenation practices. Champions will be trained by these Facilitators, who will also act as mentors.

Examples include Yoga studio owners, Corporate Wellness ambassadors, Partners at retreat centers (ex. Esalen institute)

Coach

Experienced Meditators of Sahaj Marg Meditation System may get themselves certified as a Coach. Usually these are Facilitators, who help conduct Heartfulness sessions at various organizations. This certification will help them open more opportunities and develop a comprehensive understanding of how to conduct the workshops effectively, support seekers and mentor the Champions.

Trainer

Preceptors of Sahaj Marg Meditation System may get themselves certified as a Trainer. This certification will help them open more opportunities and develop a comprehensive understanding of how to conduct the workshops effectively, support seekers, mentor the Champions and support the Coaches in Group meditations.

Bienvenue aux champions ! Après leur ubérisation, voilà les précepteurs rhabillés pour l’hiver…

Alexis

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Sur https://www.facebook.com/practiceheartfulness/ : “When a Detroit factory started a company wide meditation program : absenteism fell by 85%, productivity rose 120%, profits increased 520%” (https://www.facebook.com/practiceheartfulness/photos/a.1119535048072445.1073741828.1069649746394309/1414759138550033/?type=3&theater )

Ah les réflexes des adeptes de Heartfulness ou du Sahaj Marg ont la vie dure. Il est toujours question de productivité et de profit !

Et pourtant, Babuji dans un whisper du 30 novembre 2002 critique les hommes et la recherche du profit : « (…) Les hommes restent des enfants(…). Ils se trompent lourdement, leurs jeux sont néfastes et destructeurs. Ils satisfont leur ego, leur volonté de puissance qui est insatiable. Ils détruisent et polluent sans vergogne, ils saccagent et ensuite s’enorgueillissent de leurs découvertes. Les mises en garde sont sans effet, la raison ne veut rien entendre, seul compte le profit. (…) »

Claude

Claude a dit…

Quand la médium nous abreuve de lapalissades… parce qu’elle n’a rien à dire !
« (…) Pourquoi ne pas imaginer un monde meilleur où tous les êtres humains pourraient s’épanouir à tous les niveaux (…) » - Whisper de Babuji du 2 décembre 2015

Elodie a dit…

Bonjour à toutes, tous,
Après Claude, je vous livre moi aussi deux autres extraits des whispers. Message classique : l'homme court à sa perte, il n'est pas assez sage. Suivi d'un autre où il nous dit que de toute façon on n'y peut rien et que d'autres se chargent de régler nos problèmes.
Mais alors, à quoi bon le Sahaj Marg ?
Affectrueusement,
Elodie

Whisper de Babuji du 24/08/2016 : « (…) l’homme n’est pas assez sage pour décider de son destin, il ne cerne pas la réalité dans ce qu’elle est vraiment. (…) »
Whisper de Babuji du 15/11/1999 : « (…) Le sort de l’humanité n’est pas entre vos mains. Vous pouvez diriger votre vie dans les détails, mais dans les grandes lignes, les faits qui se produisent vous laissent souvent impuissants à les maitriser. Pour l’essentiel, abandonnez-vous au Divin, à votre Maître, à vos Maîtres. (…) »

Alexis a dit…

Engouement pour une gourou indienne : Amma,l’empire du câlin

Claude a dit…

Whisper de Babuji du 17 novembre 1999 à 8h00 :
« Oui, notre propos d’hier peut s’élargir au racisme. Quoi de plus triste, à cette époque où les hommes croient la civilisation à son plus haut niveau, [que] de voir les êtres se déchirer pour des différences de races, des ethnies sacrifiées parce qu’elles dérangent !
Quand verrons-nous la sagesse régner sur la Terre et les hommes se respecter, quelle que soit leur couleur de peau ? (…) »


Quand il s’agit des autres, Babuji/médium prône l’anti-racisme, mais quand il s’agit de choisir une épouse pour son fils, tous ses beaux discours s’envolent : relisez « Le teint de la belle-fille de Babuji était-il assez clair ? » sur http://srcmsmproject.blogspot.fr/2012/01/le-teint-de-la-belle-fille-de-babuji.html