La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3447 commentaires – Dernier ajout le 10/06/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

16 août 2011

Réflexions autour d'un suicide

ENGLISH TRANSLATION

J'ai obtenu plus de détails sur le contexte du suicide d'Eugenyi auprès d'un ami commun qui l'a rencontré quelques jours avant le drame.
Certains points sont factuels. D'autres sont hypothétiques.

Synthèse des faits tels qu'ils m'ont été rapportés:
1) Eugenyi s'adonnait de manière excessive et passionnée à la pratique de la méditation - plusieurs heures par jour. C'était donc un bon abhyasi selon les standards de Chari tels qu'ils transparaissent de ses discours, puisqu'Eugenyi prenait en compte la pression à l'urgence d'évoluer spirituellement et la pression à pratiquer assidument et sérieusement telles que distillées par l'agent Chari dans ses discours manipulatoires.
2) Environ 4 ans avant son suicide, Eugenyi avait commencé à perdre pied avec la réalité. Le phénomène s'était amplifié pour se manifester par des hallucinations diront les uns, par la capacité à exister consciemment dans le monde astral et à y avoir toute sorte d'expériences à volonté rapportait Eugenyi. Eugenyi qui avait toujours eu la faculté d'autoanalyse, d'autocritique, et d'autodérision, n'était plus capable de prendre du recul par rapport à ses expériences mentales, même sous l'impulsion d'une source extérieure (amis et proches).
3) Eugenyi a été rejeté par la communauté d'abhyasis de la SRCMtm (Minsk, Belarus) lorsque son état psychiatrique a été avéré. Il semble que ce rejet était le fait de directives provenant des étages supérieurs de la pyramide de contrôle.
4) C'est ce rejet par une communauté qu'il avait côtoyée pendant 15 ans (soit un peu moins de la moitié de sa vie), qui était devenue tout pour lui, qui était associée au sens de sa vie comme moyen pour l'atteindre, qui l'a plongé dans une profonde dépression aboutissant à cet acte d'autodestruction. Il faut rappeler combien (i) la pratique suivie à la SRCMtm fragilise l'individu en le rendant hyper-sensible, (ii) l'endoctrinement mental explicite et implicite subi à la SRCMtm abolit l'intelligence discriminative de l'individu, et (iii) l'absolutisme (donc l'excès) transpire de chaque composante de la SRCMtm sous l'influence mégalomaniaque de son président.
5) La méthode qu'Eugenyi a employé pour se donner la mort ne lui laissait aucune chance de s'en sortir. Ce n'était donc pas un appel à l'aide (tentative de suicide ratée, c'est-à-dire aboutissant à un suicide effectif en dépit d'une volonté de ne pas réellement se donner la mort) mais la manifestation de son désarroi absolu (saut de son appartement situé au 10è étage).

Spéculations explorées au cours de discussions:
1) Certains ont prétendu qu'Eugenyi était initialement psychologiquement fragile et que la pratique de la méditation sur un terrain psychologique prédisposé avait déclenché la crise, de la même manière que la consommation de cannabis est connue pour déclencher la schizophrénie chez les adolescents prédisposés. Si cette hypothèse était vraie, il ne se serait pas écoulé 10 ans (approximativement) avant que les expériences spirituelles d'Eugenyi ne se transforment en hallucinations ou phénomènes apparentés. De tels effets seraient apparus plus rapidement, après seulement quelques mois de pratique, tout comme la décompensation psychotique se produit rapidement après la prise de cannabis chez un adolescent prédisposé à la schizophrénie, et non 10 ans après. Avec une telle latence, la pratique suivie/subie par Eugenyi ne peut avoir été un déclencheur. C'était donc probablement plutôt une cause.
2) Une hypothèse alternative est que la pratique de la méditation sans guidance spirituelle appropriée (c'est-à-dire sous la conduite d'un incapable spirituel comme Chari ou ses sous-fifres décérébrés) a provoqué un chaos mental chez l'abhyasi, qui s'est amplifié sans possibilité de correction (absence de guide) sous l'effet de l'intensité de la pratique. Il est indéniable qu'avec un guide spirituel approprié, ou à tout le moins s'occupant correctement et responsablement de ses abhyasis, un individu développant ce type d'égarement aurait été reconduit dans la voie du Soi. L'échec de la SRCMtm sur cet individu était évidemment une mauvaise publicité pour une organisation prédatrice, expansionniste, et cancéreuse, mais aussi une source potentielle de doute dans les rangs de ses adeptes, donc de fragilisation interne. Pour ces deux raisons stratégiques, les meneurs de la secte se devaient de faire disparaître la source de rappel à la réalité comme ils l'ont systématiquement fait avec toute source de réflexion, de dissidence, ou tout simplement de vérité. Le rejet d'Eugenyi par la secte est directement responsable de la crise qui s'en est suivie.
3) La réaction excessive de l'abhyasi révèle la puissance de l'emprise mentale de la secte sur l'individu: la secte est tout, l'individu endoctriné qui est rejeté par la secte n'est plus rien. Le désespoir qui en découle le conduit à préférer s'autodétruire au lieu de chercher à reconstruire sa vie pour poursuivre sa quête. Même cette possibilité n'existe plus. L'endoctrinement mental imprimé sur l'individu par la Sri Rahhh-javapala Chari Mi-Sion tm est donc d'une efficacité redoutable et, à présent on peut le dire, potentiellement mortelle.

Utile ou non pour Eugenyi ?
Utile ou non pour ceux qui s'y adonnent ?
Joignez le futile à l'agréable: prenez Eugenyi avec vous dans vos prières.

Cricri
--
Le blog de Cricri sur la SRCMtm
http://srcmtm-fr.blogspot.com/

Aucun commentaire: