La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3445 commentaires – Dernier ajout le 14/05/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

21 juin 2010

Matérialisme spirituel

Michael a fait partie de la Shri Ram Chandra Mission de 1979 à 1988 aux Etats-Unis, où il a été nommé très vite précepteur, avant de démissionner et de la quitter en raison des pratiques et jeux de pouvoirs auxquels il assistait dans le cercle rapproché (innercircle) du maître.

Voici ses dernières réflexions sur la spiritualité et ses dérives (à retrouver sur http://innercircleofsrcm.blogspot.com/ ).

Le vide fait partie de la réalité, beaucoup font semblant de ne pas le voir, d’autres l’instrumentalisent à des fins religieuses ou pseudo-spirituelles. Ces individus se disent formateurs spirituels, maîtres auto proclamé, saints ou gourous, et ils profitent de la peur du vide ou d’un sentiment d'insignifiance des gens pour les tromper. Ils affirment avoir obtenu une condition spirituelle et offrent à leurs disciples l'espoir d'atteindre le même état. Ce matérialisme spirituel est infiniment plus trompeur que notre abject monde matérialiste. Ce matérialisme spirituel est alimenté par les mêmes désirs que ceux que le matérialisme ambiant convoite, sur des choses matérielles (volonté de puissance, désir d'être important, satisfaction de soi). Il permet de justifier des actions et des comportements qui ne pourraient être justifiés ou excusés autrement. Il engendre des guerres, détruit des familles, il est cause de malhonnêteté et de tromperie. Il peut même être utilisé pour justifier la violence ou pour prendre la vie d'un autre être humain.


SPIRITUAL MATERIALISM
As SRCM and its offshoot organizations experience turmoil and disputes amongst its most senior members and leaders, it brings into question the founding principles of the organization and the meditation practice itself.
The Buddhist monk Chogyam Trungpa wrote the book "Cutting Through Spiritual Materialism in 1973 that inspired me in my early spiritual practice prior to my introduction to SRCM. Having gone through the SRCM experience for over 10 years and having yet another nearly 20 years since my departure to process that experience, I have had lots of time to develop some thoughts of my own on the subject of Spiritual Materialism. While my article on my other blog is not specific to SRCM, it seems a timely subject given the current circumstances that SRCM finds itself in.
The physical reality we perceive has its foundation on emptiness or void. Science provides some validation of this in claiming that our universe has a significant component that is empty and never changing - the void of space, the singularity. Out of this void exists an ever changing creation. Atomic particles are in fact vibrations churning in an empty void of space. In this process, matter and energy exist. We perceive this matter/energy individually and collectively to be our world, our universe, our existence.
A similar thing exists in the realm of the spirit and mind. A stillness or never changing aspect exists, over which churns a constantly changing and evolving series of thoughts, emotions and memories. Many of us are entrenched in this existence and choose not see the void.
Some of us perceive the void in our existence and experience depression or struggle to grasp the meaning of life. Fewer still simply embrace the experience for what it IS.
Is it possible that our physical existence is in fact a holographic illusion that resides in an empty void? Does all that we achieve and suffer cease to exist for us when we die? Regardless of the answer, while we are alive, this existence is everything to us - it IS what it IS. We can choose to live in it or create an illusion to avoid seeing it for what it IS.
One's Spiritual Journey could be said to be the interaction of our internal spiritual existence with our external universe. We can choose to experience reality and interact with it directly. Alternatively, through the power of will and deception, we can create our own reality. We can bring others into our sphere or influence to experience it with us and establish a collective perception of reality, or possibly even a collective illusion.
It could be said that we are all on an Infinite Journey, or at least that Journey lays before us if we choose to embrace it. We can either invent a reality for ourselves or choose to experience it for what it IS. The latter requires that we proceed on the Journey experiencing the universe for exactly what it is, without embellishments, without fantasy, without creating myths about what it might be or where it comes from.
It is the experience of the mundane nature of reality that compels us to embrace the void and embark on the Infinite Journey rather than stay static in a self or collectively created illusion. It is from this perspective that one can experience the true wonderment of creation and embrace infinite nature of our journey - to experience a Creation that continually blossoms, dies and blossoms again in the stillness of the void.
When one proceeds on this Journey of light, one must also embrace the shadow that falls on the path. One must either choose to embrace the void, embrace the emptiness, or live in fear and trepidation of it. A common experience for Infinite Journeyers is confronting the mundane experiences of depression, disillusion and emptiness. It becomes essential for the Journeyer to cease creating false realities or fantasies.
Unfortunately the creation of fantasy and illusion is a common trait of practitioners of religions and spirituality. This "Spiritual Materialism" is infinitely more deceptive than abject worldly materialism. At least worldly materialism is based on what we all commonly experience with our collective physical senses. Spiritual Materialism is based on faith in myths and concepts that cannot perceived directly. It is fueled by the same desires that cause one to covet material things - the desire for power, the desire to be important, self gratification. It is very often driven by fear of the void, emptiness or feelings of meaninglessness.
Spiritual Materialism allows one to justify actions and behavior that otherwise cannot be justified or excused. It spawns wars, destroys families, causes dishonesty and deception. It can be used to justify the abuse or taking the life of another human being.
Spiritual Materalism is often practiced by spiritual trainers, masters, self proclaimed saints or gurus in their promotion of goal based spiritual practices. They claim to have achieved great spiritual conditions and offer their disciples the hope of achieving the same.
An analogy might be that of a car mechanic who claims to have created the most advanced automobile and insists that all should entrust him to make their cars equally advanced. Like the car mechanic and his customers, neither the guru nor the disciple spends much time embarking on any journey of their own. Instead they pontificate endlessly about achieving spiritual perfection and speculate whose spiritual condition is the highest. Money and souls are exchanged for the privilege of achieving great spiritual heights. Meanwhile the Infinite Journey awaits as they covet and worship the Guru's spiritual condition wishing it was their own.
Automobile owners have the choice of having a pristine automobile on display in a covered garage for all to see. Alternatively they could risk getting their precious car dented or dirty and embark on a fabulous road trip to see the wonders of the world.
Similarly, our spirit/soul has the choice of remaining stationary to achieve what is perceived as a perfect spiritual condition as opposed to actually embarking on the Infinite Journey. While the Soul on the Infinite Journey might not appear to be the most pristine or impressive to the outside observer, it is on the Journey none the less.
Comparing higher or lower spiritual conditions is on par with judging whether the the music of a virtuoso musician, in all its technical splendor, is more moving to the Soul than a simple folk melody played by an uneducated musician. The Soul is moved by the music, not the technical prowess of the musician. The folk musician, having experienced life's journey more completely might just convey more than the virtuoso whose lived a sheltered life and only knows their instrument and nothing else.
This Journey begins when one chooses to see the world around them for what it is, not what they want it to be. On this Journey one experiences how one's actions impacts the world around them. This ever unfolding interaction between the Soul and the universe is in fact the Infinite Journey. It is not based on illusion or myth, but on experience and interaction. It is neither higher, lower, more evolved or less evolved. It simply IS.
Michael

6 commentaires:

Alexis a dit…

Matérialisme spirituel... ou spiritualité matérialiste ?

Alexis a dit…

Les bons comptes font les bons amis

Lalaji est né le 4 février 1873, Babuji le 30 avril 1899 et Chari le 24 juillet 1927. Nous sommes en 2010 et nous avons fêté le137ème anniversaire de la naissance de Lalaji (2010 – 1873 = 137), le 111ème anniversaire de la naissance de Babuji (2010 – 1899 = 111). Et les abhyasis s’apprêtent à fêter le 84ème anniversaire de la naissance de Chari (2010-1927 = 83 !!!). Comprenne qui pourra…
L’an passé, on nous a dit qu’en Inde, on ne comptabilisait pas les années de la même façon qu’en Occident. OK, mais pourquoi le décompte ne s’opère pas de la même manière pour Chari (à l’indienne) ou pour Lalaji et Babuji (à l’occidentale) ? S’il devait y avoir un Occidental parmi eux, mon choix aurait porté sur Chari, pas sur Babuji ou Lalaji…
La SRCM est fâchée avec les chiffres ! 84 ou 83 ans ? On n’est pas à une année près. La spiritualité ne va pas s’embarrasser de mathématiques. Voilà ce qu’on risque d’entendre cette année. Certes, ce n’est pas faux ! Mais les comptabilités SRCM et SMSF sont-elles aussi spirituelles que le décompte des années de Chari ? Là, je frémis…
La confusion a commencé en 2007. On fêtait alors en grande pompe les 80 ans du Grand Patron, mais une tout autre petite musique serinait déjà doucement 81, et même chose en 2008. Puis la révolution en 2009, c’était 83 ans et il n’était plus question nulle part de 82 ! Chari avait pris deux ans en une seule année…
Pourquoi soudain vouloir vieillir Chari un peu plus vite ? A ce compte là, il aura 90 ans en 2016, neuf ans après son 80ème anniversaire. On fêtera le centenaire de sa naissance en 2026, un an plus tôt qu’avec le décompte initial.
Quand la SRCM compte ses sous, il n’est plus question de spiritualité, elle sait parfaitement compter. Alors, tout cela finit par paraître assez bizarre ! Il y a une bonne raison derrière tout ça. Quelle est-elle ? Qu’est-ce que cela cache donc ?
Qu’y a-t-il donc de si important en 2016 ? La France organise l’Euro 2016, les Jeux olympiques d’été auront lieu à Rio de Janeiro et ce devrait être aussi le premier vol spatial habité pour l’Inde. Et en 2026 ? 250ème anniversaire de la Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique et 23ème Coupe du monde de la FIFA.
Il va falloir mieux chercher…

Alexis a dit…

Le Sahaj Marg est une spiritualité terriblement matérialiste ! Sartre et Camus ont déjà tout écrit sur l’être humain face au néant ou à l’absurde. Dommage que la plupart des gens ne se sentent pas assez grands pour assumer cette totale liberté et absence de sens, d’où leur besoin pathologique que savent si bien exploiter les religions et spiritualités de tous poils. C’est leur fond de commerce…
Cela dit, si le SM est une spiritualité terriblement matérialiste, c’est aussi et surtout à cause des abhyasis. Ils veulent soigner leur angoisse avec n’importe quelle technique de bien-être, pourvu que les résultats soient immédiats. Voilà bien des gens totalement immergés dans leur époque : immédiateté, technique, résultat ! Rien que du matérialisme de bas étage auquel on ajoute le mot spirituel pour faire bon effet…

Anonyme a dit…

Un piège parfait.

Je ne connais pas Michael mais ses propos sont d’une rare pertinence soulignée par ses 10 ans à la srcm . Son texte intégral mériterait bien une traduction en français, mais j’aurais du mal à vous le servir correctement.
Depuis des millénaires l’humain a toujours été confronté aux difficiles rapports à sa finitude.
Il s’est donc engouffré dans des croyances, s’est inventé des dieux, des religions et autres sectes mystiques qui offrent des réponses propres à rendre l’idée de la mort plus supportable.
Après tout, si cela peut aider à vivre, admettons qu’elles aient une bonne raison d’être !

Mais la srcm se distingue tout particulièrement par le détournement des bons effets ressentis de la méditation, car il est vrai que méditer fait du bien.
La srcm pose un contenu, une explication qui enferme les abhyasis dans une illusion qui se transforme dans le temps en certitude.
L’intensité de la pratique (méditation, cleaning et prière quotidiennes, satsang 2 fois par semaine, sitting à volonté et autres rituels séminaires et célébrations..) soumet l’abhyasi à une overdose permanente qui lui fait perdre ses repères et le déconnecte de la réalité de la vie. Le processus est implacable, insidieux, sournois et d’une efficacité remarquable.
La pensée unique s’impose dans un processus addictif implacable, le piège est parfait.
Les méditants libres soulignent qu’il faut faire attention à ce sur quoi on médite car on « devient » ce sur quoi on médite.
En méditant sur les préceptes et doctrines de la srcm, l’adepte aura beaucoup de mal à se soustraire à l’emprise du gourou, véritable incarnation du divine, à conserver son libre arbitre, bref son identité, sa liberté, son intégrité, son autodétermination.
La border line se transgresse insensiblement vers un état de zombi… « tel un cadavre dans les mains de l’employé funéraire » (cf . Mon Maître by Chari).
Ceci posé, revient la fatale question de la liberté de choix de chacun !
J’avance que l’on a tous le doit de se faire avoir mais à aux conditions expresses de le savoir et de le vouloir.
Combien d’abhyasis l’ont su et l’on voulu ?
Que les adeptes récents qui visitent ce blog se ressaisissent : l’issue de leur cheminement à la srcm est fatale, et leur salut résolument dans la fuite.
Courage !

Martin

Alexis a dit…

(suite et fin)
Des prédictions apocalyptiques
Mais Catherine Lauret ne fait pas qu’envoyer des louanges à Chari. Elle ne tient pas le même discours selon qu’il s’agit d’un message à paraître dans les whispers ou qu’elle s’exprime face à une poignée d’Anglais dans l’enceinte de l’ashram de Manapakkam alors que Chari en est absent. D’un côté c’est flagorneries et compagnie, de l’autre elle oublie volontairement Chari.
Ainsi, c’est ce qu’elle fait en annonçant aux anglais qu’elle sera le prochain représentant spirituel et qu’elle ouvrira le nouveau chemin (new way) du Sahaj Marg. Et elle ne s’arrête pas en si bon chemin puisqu’elle leur annonce aussi l’imminence d’une guerre nucléaire entre la Chine et l’Europe, au cours de laquelle le Royaume-Uni sera totalement détruit, et cela dès 2010.

Et elle n’est pas la première à se prêter à ce genre de délires apocalyptiques. Babuji, dans son livre "Reality at dawn", disait déjà : « Le monde, en ce moment, traverse une étape critique (…). Je présente aux lecteurs un aperçu du monde à venir, selon ma vision (…).La chaleur du soleil a diminué progressivement depuis quelques temps, et ce peut être un problème pratiquement insoluble pour les scientifiques, car il est possible que dans quelques temps la vie sur terre devienne impossible (…). En conséquence du bouleversement en cours, des changements radicaux surviendront et la nouvelle structure du monde sera tout à fait différente de celle que nous voyons aujourd'hui. Le destin de la Grande Bretagne sera malheureux. Une portion du pays, sa partie sud, s'enfoncera dans la mer. Une énergie volcanique, à l'état latent, est à l'œuvre au cœur de Londres et le moment venu elle explosera sous forme d'éruption volcanique. Le Gulf Stream changera de cours et le pays deviendra très froid. Le destin de l'Europe sera aussi du même ordre. De petits pays cesseront d'exister. L'avenir de la Russie est bien noir. Elle ne peut pas survivre (…) Quant à l'Amérique elle est en danger imminent de perdre ses richesses et il se peut qu'à l'avenir elle soit presque réduite à la pauvreté (…) L'inde regagnera sa gloire d'antan et elle s'élèvera au premier plan (…) Une civilisation fondée sur le spiritualisme surgira en Inde et deviendra finalement la civilisation mondiale. »

Pauvre Angleterre ! Eruption volcanique ou conflagration nucléaire, son avenir est bien sombre aux yeux des tenants du Sahaj Marg…
Plus le temps passe, plus le discours des dirigeants du Sahaj Marg se fait apocalyptique.

Alexis a dit…

Les médiums et l’Apocalypse

Entre rêve, cauchemar et réalité
En janvier 2009, Chari déclare qu'un cancer ronge la Mission de l'intérieur et qu’elle est menacée de désintégration. Dans ses cauchemars, il la voit éclater en 240 petites missions. En décembre, Catherine Lauret annonce à des abhyasis anglais qu’Ajay Kumar Bhatter ne succèdera jamais à Chari. Puis en février 2010, Kasturi se livre à son tour à des prédictions, devant des abhyasis français : « Très prochainement il [Chari] sera déchu, et la vérité éclatera, Babuji est au travail ! »

Entre capacité médiumnique, rêve et cauchemar, désir ou réalité, ils ont tous la prétention de mieux connaître l’avenir que le commun des mortels. Il n’y a là aucun détracteur du Sahaj Marg, tous ces individus en sont d’éminentes personnalités. Et c’est pourtant le chaos qu’ils décrivent pour leur mouvance.
Tout cela a commencé avec l’édition en 2005 de "Whispers from the Brighter World". Les premiers messages posthumes de Babuji que contient ce livre datent de la fin des années 90 et sont adressés à Chari par l’intermédiaire d’un médium, Catherine Lauret. En 2009, Chari annonce la sortie d’une nouvelle série de douze Whispers, à raison d’un volume par an, soit un joli pactole à venir. Présentés comme la Bible du Sahaj Marg, ces messages sont surtout un panégyrique à la gloire de Chari. La médium sait caresser son Chari dans le sens du poil ! Les soi-disant whispers de Babuji sont un ramassis de flatteries et de flagorneries où l’adulation de Chari atteint son paroxysme.

De tous temps, on fait parler les morts au Sahaj Marg. Lalaji causait à Babuji, Babuji cause à Catherine, et bientôt Chari causera à Catherine ? C’est bien agréable, cela permet d’arranger la réalité, de la plier à sa volonté et de faire oublier ce que l’on veut…
A ce titre, le whisper du jeudi 1er février 2001 à 8 heures est un modèle inoubliable de la "technique médiumnique", véritable monument dans l’anthologie de la désinformation :
« Nos lois ne sont pas faciles à comprendre pour les humains. Nous ne réglons pas les affaires terrestres à votre manière. Une fois de plus, ma fille, ne te laisse pas gagner par le doute. Ta capacité médiumnique n’est pas en cause dans cette histoire. Vous devez vous adapter à notre discours et à nos formules, dont vous ne pouvez pas comprendre le sens profond.
Ne vous fiez pas à des propos qui peuvent vous induire en erreur. Ils sont à décoder par mon fils, alors, ne vous laissez pas impliquer émotionnellement dans les aléas des affaires de la Mission. Elles se règlent au rythme de la vie, en tenant compte du perpétuel jeu des humains – changeant et peu fiable.
Nous devons envisager toutes les possibilités et laisser venir les événements en essayant de les influencer favorablement. Il y a des miracles, mais il n’y a pas de miracle permanent. La vie sur terre a ses règles auxquelles on ne peut se soustraire. Des péripéties de ce genre ne manquent pas dans l’histoire de la Mission. » etc., etc. signé Babuji
Babuji parle à Catherine un langage qu’elle ne peut comprendre. C’est Chari seul qui peut les décoder, ce qui ne l’empêche pas de les vendre un très bon prix à tous ses abhyasis, sans le moindre élément de décodage, mais en les incitant vigoureusement à en lire un peu tous les jours. C’est donc normal qu’ils ne comprennent rien à cette Bible du Sahaj Marg ! S’ils croient y comprendre quelque chose, rien n’empêchera Chari de leur dire un jour qu’ils l’ont mal interprété si ça l’arrange. Et les contradictions, s’il y en a, ne sont qu’apparence puisque cela se passe autrement dans le Monde lumineux…