La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3447 commentaires – Dernier ajout le 10/06/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

29 mai 2009

De l'intimidation mêlée d'admiration

Dans son discours du 17 avril 2009, le président de la Shri Ram Chandra Mission parle de sa "première exposition au Gourou" [comprenez Babuji]. Il nous dit que les abhyasis éprouvaient "de l'intimidation mêlée d'admiration", mais qu'on ne la trouve plus aujourd'hui, sans doute "à cause du confort que nous avons aujourd'hui dans nos ashrams". Il ajoute : "Le confort a toujours été l'ennemi d'une vraie vie spirituelle.", et plus loin "Cela m'a amené à croire que la civilisation est l'ennemie de la spiritualité." ou encore "nous pouvons presque dire que la connaissance est le diable."

A la lecture de ce discours, je crois comprendre qu'il souhaite, comme il regardait Babuji avec un sentiment d'intimidation mêlée d'admiration, que les abhyasis d'aujourd'hui le regardent lui aussi avec ce même sentiment d'intimidation mêlée d'admiration, et qu'il s'offusque que ce ne soit pas le cas. Il devrait s'interroger sur les véritables raisons de cette absence de respect au lieu d'en rejeter les causes sur le confort, la civilisation et la connaissance. Après tout, c'est lui le premier responsable du confort que l'on peut trouver dans les ashrams.

Ennemi, ennemi, ennemi… A l'écouter, la spiritualité n'aurait que des ennemis. Ce soi-disant Maître spirituel est incapable de s'exprimer autrement que par des évocations guerrières, comme s'il n'était que le vulgaire général d'une armée en déroute ? Mène-t-il une croisade ou un djihad ? N'a-t-il pas d'autres expressions pour parler des freins que rencontre la spiritualité dans le monde actuel ?

Il y a des personnalités qui imposent le respect, comme Babuji ou sœur Kasturiji, d'autres non. Ce sentiment de respect, d'intimidation mêlée d'admiration, émane directement de ces grandes personnalités. Le président de la SRCM devrait s'interroger sur son propre comportement, au lieu d'accuser le confort, la civilisation et la connaissance.

Elodie

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Elodie...

Tu dis (parlant de Chari) : N'a-t-il pas d'autres expressions pour parler des freins que rencontre la spiritualité dans le monde actuel ?Pour moi, ma spiritualité n'a pas rencontré de "freins" mais mon "dégoût" pour la "spiritualité" de Chari et des businessmen qui ne savent rien que le profit, le confort, les produits, les dévelopements, etc... a augmenté quand j'ai rencontré Chari, parce qu'il était tellement l'opposé de Babuji et de mon idée de la SPIRITUALITE!

Humilité vs arrogance, simplicité vs confort, la pratique vs le commerce, etc.

Pour Chari la SRCM semble avoir été une armée pour envahir le MONDE! Pour la Spiritualité ou pour le commerce? Le language indique que c'est plutôt pour le dévelopment, le commerce, et un militarisme nationalisme sans excuses et sans regrêts.

Chari voulait simplement envahir le MONDE! La raison sera le sujet de discussions pour bien des années.

Don

Mèredadepte a dit…

Le maitre qui charie des wagons de conneries est en fait un homme d'affaires spirituelles qui sait vendre son négoce pseudo religieux.
Quant a sister arnaque elle est trés bien décrite sur le blog de Shashwat.
Quel est le lien entre Chari et les rebelles tamoouls? Les finance-t-il réellement?

Alexis a dit…

Phé… No… Mé… Nal !

31 mai 2009 ! Une date à graver dans le marbre. Chari se remet enfin en question. Chari fait son autocritique. Du jamais vu !

"(…) And perhaps it is my fault that I have permitted timings to be changed (…). We have made the mistake of not obeying Babuji's principles where he said, "I want quality, not quantity." I believe that somewhere along the way in the past forty five years, this mistake was made by me first, that we started thinking of numbers and not quality so that today we have a great deal of numbers and not much quality (…). It is sad, because now when we converted the time to Nine AM for satsangh on Sundays, people take it very easy, you know (…). Therefore I am bringing some changes as of today, officially. Sunday satsangh will be at 7:30 am wherever we may be, whether we are in the Himalayas, or in America, or in the deserts. 7:30 am without fail. There will be no breakfast, no tea, nothing served before satsangh. At 9 am, we will have what's called brunch, which is something like - you know - breakfast and lunch, in between! It will be adequate. There will be limited service of food, in quantity. There will be no second service, no second helping (…).Please remember the ten maxims, originally called the Ten Commandments, is for our benefit (…).Therefore, make this your personal rule for your personal life, that every day you read the ten maxims once, understand it, and follow it. And to help you to do this, the Mission is regulating its own daily schedule. 7:30 AM for Sunday Satsangh, 5:30 or 6:00 in the evening. Brunch at 9:00, before that nothing. High tea at 3:00, between meals, nothing (…)."

Chari reconnaît qu'il a laissé se développer la quantité au détriment de la qualité et qu'il en est le premier responsable. Dommage qu'il en reporte les conséquences sur les seuls abhyasis.

Anonyme a dit…

Mèreadepte...

Pourquoi ton nom est-il lié au CIAOSN?

Es-tu membre de ce département? Y travailles-tu? Est-ce ton bouleau? As-tu la permission de te servir de ce nom et de parler pour ce groupe "anti-sectaire" ?

Pourrais-tu nous éclairer sur ta connection avec CIAOSN?

...et "sister arnaque", c'est qui? Shashwat?

Don...