La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3447 commentaires – Dernier ajout le 10/06/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

17 juillet 2007

La structure spirituelle d'enseignement

Christian revient ici une nouvelle fois sur la structure spirituelle de la chaîne d'enseignement du Sahaj Marg, au travers d'une comparaison entre l'ISRC et la Shri Ram Chandra Mission de Chariji.
Celles-ci génèrent des pyramides organisationnelles dont on ne dira jamais assez à quel point elles pervertissent le système initial.
Elodie
L'ISRC théorise ainsi la structure spirituelle de la chaine d'enseignement : Aspirant-Instructeur-Babuji-Dieu.
Je discute cette structure une fois de plus, car je prétends que Babuji ne devrait y figurer ni comme intermédiaire, ni comme but ("Le Maitre" pour désigner dieu et Babuji, et ainsi créer de la confusion, comme à la SRCM).
Si on présente Babuji comme intermédiaire : il faudrait admettre que sa conscience n'était pas du plus haut niveau.
Si on le présente comme but : il faudrait admettre que le but du Sahaj Marg n'est pas Dieu mais Babuji, et donc vendre l'enseignement pour ce qu'on en a fait, à savoir un culte de la personnalité.
Or, puisque Babuji est présenté comme ayant atteint la rienté sous l'influence de son instructeur, de sa propre aspiration, et de la grace divine, celà signifie qu'il aurait atteint un niveau où il n'y a pas de différence spirituelle entre lui et Dieu (Babuji parle uniquement d'une différence nominale, ce qui parait faible pour justifier la création d'un chainon supplémentaire : il dit en même temps que le but est la fusion totale avec dieu, pas avec lui).
J'ai bien sûr ma petite idée, et je prétends que la seule structure correcte est : Aspirant-Instructeur-Dieu.
Toute autre structure résulte d'une altération de la voie, et conduit à terme à l'imaginaire et à la religion, non à la réalité.
Babuji se trouve dans la chaine parce qu'il y a été placé par ses disciples : comment justifier autrement leur prise de position au sommet de l'échelle sociale?
Celà a aussi un sens personnel pour les plus sincères de ces anciens disciples : il s'agit de préserver leur relation avec leur maitre, leur attachement et leur dévotion.
Pourtant, l'intégrer à l'enseignement est aussi une forme subtile d'égoisme : il s'agit de leur relation personnelle avec leur maitre, comment celà peut-il être institutionnalisé?
Ca n'a aucun sens pour ceux qui arrivent après la mort de Babuji.
La conséquence est de piéger les nouveaux dans l'imaginaire des anciens, c'est-à-dire de leur faire perdre de vue le vrai but, de les embrouiller.
Les avantages de la structure de l'ISRC par rapport à celle de la SRCM sont:
a) que la chaine de successeurs ne se continue pas à l'infini.
b) que la structure reste simple et ainsi, qu'elle ne perd pas son efficacité formatrice avec l'augmentation du nombre d'Aspirants.
Lorsque la surface à la base de la pyramide augmente, la distance entre l'instructeur (sommet de la pyramide) et la base (Aspirant) augmente. Il devient alors nécessaire d'ajouter des niveaux dans la structure pour maintenir le contrôle de l'organisation et de la base.
C'est mathématique et c'est obligatoire. Ne pas le faire aboutirait au chaos.
On a donc 3 structures possibles :
1) Aspirant-Instructeur-Dieu
2) Aspirant-Instructeur-Babuji-Dieu
3) Aspirant-Précepteur-Full précepteur-Centre en charge-blablabla-Successeur-Chari-Babuji-Lalaji-Dieu
Babuji qui enseignait la simplicité comme une des qualités premières de la Nature et de la vie spirituelle : à votre avis? Dans quelle structure a-t-il fait son parcours? Ni 2) ni 3), ces deux structures qu'on nous vend aujourd'hui, mais 1).
La structure 1) est la seule valable pour la réalisation de Dieu.
Elle est universelle.
Elle demeure éternelle pour l'Aspirant, que celui-ci soit réalisé ou non, et que son Instructeur soit vivant ou non.
Seul le contenu (acteurs) change à chaque génération.
La filiation est donc historique, non fonctionnelle.
La structure 2) représente déjà une déviation : c'est la semence d'une religion.
La structure 3), ce n'est même pas la peine de s'étendre, n'a pour objet qu'elle-même.
Actuellement dans sa phase de stabilisation, elle va devenir toujours plus uniquement occupée à se perpétrer.
La structure 3) est une religion déjà en place.
Les Sufis pratiquent la structure 1) uniquement, mais pas que les Sufis : toutes les spiritualités vivantes.
Tous les disciples de Babuji qui ont développé autre chose ont dévié.
Pour 3) il n'y a plus rien à faire.
Pour 2), une clarification des concepts et des positions est nécessaire.
Que l'ISRC décide de la faire ou non reviendra à choisir la cohérence ou la rejeter.
Le choix est clair : imaginaire ou réalité.

18 commentaires:

Elodie a dit…

"Lorsque la surface à la base de la pyramide augmente, la distance entre l'instructeur (sommet de la pyramide) et la base (Aspirant) augmente. Il devient alors nécessaire d'ajouter des niveaux dans la structure pour maintenir le contrôle de l'organisation et de la base."
Je cite à nouveau cette phrase de Christian car elle me paraît fondamentale pour l'explication d'une grande part des dérives de la SRCMtm de Chariji.

A l'origine, avec Lalaji et Babuji, alors qu'il y avait encore peu d'abhyasis, il n'y avait nul besoin de précepteurs. Lalaji et Babuji faisaient office d'instructeur.

le nombre grandissant d'aspirants spirituels a obligé Babuji a déléguer une part de son rôle d'instructeur, d'où les full précepteurs. La relation simple entre Maître instructeur et aspirant s'est dotée d'un intermédiaire.

Avec le temps, l'importance de la SRCMtm s'est encore accrue et, comme le dit Christian, le nombre d'intermédiaires n'a plus cessé de croître.

D'une relation directe et personnelle "Maître-disciple", on est passé à un éloignement monstrueux entre les deux. Là où il n'y avait nulle hiérarchie, se sont imposés quantité d'échelons intermédiaires qui composent la pyramide actuelle. Tant et si bien que la SRCMtm prévient maintenant les simples aspirants qu'ils ne pourront peut-être pas approcher leur Maître Chariji lors des cérémonies de son 80ème anniversaire.

Cette distanciation des deux extrèmes de la pyramide (l'aspirant à la base et le Maître au sommet) génère aussi naturellement une adoration-fascination du premier envers Chariji. Ceci facilite la "déification" du Maître.

Les précepteurs, à l'origine chargés de l'instruction, sont si nombreux que l'enseignement devient variable et sa qualité douteuse. Ces "instructeurs" cherchent plus à profiter de leur ascendant sur les simples aspirants pour approcher leur Gourou qu'à enseigner.

La distance grandissante entre la base et le sommet amène les uns et les autres à tenter de gravir le plus d'échelons possibles pour approcher Chariji et bénéficier de ses grâces.

Une fois à proximité du Maître, l'abhyasi parvenu dans les hauteurs de la pyramide hiérarchique se grise de sa position, de l'influence et de la puissance que les autres lui confèrent, simplement parce qu'il est auprès de Chariji. Cet aspirant, sans doute de haute qualité spirituelle au départ, grisé par son pouvoir, devient alors un parvenu hautain et désagréable.

Voilà me semble-t-il ce que génère cette pyramide spirituelle, fruit de la croissance de la SRCMtm.

Affectueusement,
Elodie

Anonyme a dit…

Salut Elodie,

je me permets de revenir sur le point suivant. Tu dis:

"Je suis une aspirante et, maintenant, c'est moi qui choisi mes propres instructeurs."

En se laissant enfermer dans la SRCMtm, on a tous choisi.

"Plus jamais je n'aurais aucun Maître."

Je pense qu'un maitre est nécessaire. Aller au-delà du point 4 nécessite une attitude d'abandon, tandis qu'aller au-delà du point 3 implique une attitude de dévotion. Dans la mesure où Chari ne suscite ni l'une ni l'autre chez beaucoup de gens, il faut bien qu'ils comprennent quelles seront les limites de leur progrès - probablement le point 2, le point 3 pour les plus fanatiques. Une relation de confiance et de respect mutuel est nécessaire pour générer de l'amour, afin que la relation aspirant-instructeur remplisse son but comme ce fut le cas pour Babuji. Si tu te positionnes de cette manière, il faut que tu sois consciente des implications et que tu choisisses en conséquence.

"Cela renvoie à la servitude, tandis que l'instructeur, on peut le choisir un temps, en changer, le garder ou l'abandonner pour un autre."

Oui, il y a tout un chemin à parcourrir avant d'arriver au portail. Mais dans ton affirmation précédente, tu as fermé la porte à la partie la plus intéressante.

Cricri

Anonyme a dit…

"Les précepteurs, à l'origine chargés de l'instruction, sont si nombreux que l'enseignement devient variable et sa qualité douteuse."

C'est fort dommage que Peter qui a été précepteur à la SRCMtm ne prenne pas le temps de nous expliquer en quoi le préceptorat est bidon. On ne peut pas jeter la pierre aux précepteurs. S'il y en a d'abominables (chers abhyasis, ne vous gênez surtout pas pour les envoyer chier ou pour en changer, et écrivez au maitre pour lui expliquer que même sa sélection est foireuse), il y a aussi des perles d'une extrême valeur, mais ont-ils les moyens d'aider les gens à progresser? Je suis convaincu que non.

"Une fois à proximité du Maître, l'abhyasi parvenu dans les hauteurs de la pyramide hiérarchique se grise de sa position, de l'influence et de la puissance que les autres lui confèrent, simplement parce qu'il est auprès de Chariji."

Tout à fait, et Chari qui a bien compris comment fonctionne l'âme humaine use et abuse de cette faille pour manipuler les gens. Relisez le témoignage de Michael sur son blog, c'est on ne peut plus éloquent - un témoignage sur des faits qui remontent à 20 ans, donc ça ne date pas d'hier.

Je voulais ajouter une chose par rapport à l'organisation de la chaine d'instruction: Chari est dans le vrai quand il parle de la notion de maitre vivant. Par contre, il se plante quand il fait du maitre vivant autre chose qu'un instructeur. Il se fera bientôt tirer les oreilles par Lalaji et Babuji !

Ils se plantent donc aussi sur ce point à l'ISRC. C'est probablement une conséquence logique de leur positionnement réactionnaire par rapport à la SRCMtm: il fallait fonder le dogme pour expliquer pourquoi ils refusent un successeur à Babuji. Idem pour la SRCM shahjahanpur.

Le cricri

Anonyme a dit…

Au fait, je voulais te demander comment ont évolué les stats de lecture de ton blog ?

Elodie a dit…

Bonjour Cricri (et merci d'avoir signé, c'est plus agréable),
Je suis parfaitement d'accord avec toi. J'avais effectivement choisi d'aller à la SRCMtm. C'était ma propre démarche et je me dois de l'assumer. Je regrette seulement l'attitude de ses responsables à qui je faisais confiance, par trop grande naïveté, ce que je n'aurais jamais du faire.

Les attitudes de dévotion et d'abandon sont nécessaires pour progresser spirituellement, c'est vrai. Le problème est d'accorder sa confiance. Chariji et ses sbires m'ont démontré par l'exemple qu'accorder sa confiance ne doit durer qu'un temps - très court. En permanence il faut réévaluer les choses pour vérifier si notre confiance est bien ou mal placée. Rien n'est jamais acquis définitivement, y compris avec un Maître spirituel. tant pis pour moi si je n'arrive pas à progresser au delà des points 2 ou 3 dans ces conditions. C'est le prix à payer pour rester libre, et surtout en accord avec moi même sans être abusée.

Je pensais pouvoir accorder cette confiance les yeux fermés à un "maître spirituel". Il n'en est rien. Ces individus soi-disant spirituels ne sont que des hommes comme les autres, avec les mêmes défauts (griserie et abus de pouvoir). Dans ces conditions je leur refuse le qualificatif de "spirituel".

Les mots ont un sens. Maître rime avec esclave et servitude. Je leur préfère les mots instructeur et élève. Le "maître vivant" a vite fait de dériver vers une sorte de Dieu vivant et ses sbires (full prefect, etc) vers ses saints. a moins qu'il ne s'agisse d'un empereur avec ses généraux.

Dommage que je ne m'en sois pas aperçue plus tôt. Il m'aura fallu l'expérience SRCMtm pour m'en rendre compte. Maintenant, c'est fini. Je n'ai plus d'illusions.

Affectueusement,
Elodie
PS : la fréquentation de ce blog a diminué après les révélations sur l'histoire du Sahaj Marg. Elle tourne autour de 5 à 600 visites par mois. Je vous ferai un récapitulatif plus détaillé en novembre après un an d'utilisation du compteur.

Anonyme a dit…

Salut Elodie,

Oui, les mots ont un sens: suivre une voie implique en effet de se soumettre, à la fois à l'enseignement et à l'enseignant, non pas pour en devenir esclave, mais pour se laisser guider et recevoir. Plutôt que Maitre-Esclave, il faudrait donc revenir à l'idée plus noble de Maitre-Disciple. Chari a même souillé cette notion, car ce qu'il fait de ses lions spirituels invertis en moutons par la grâce du maitre, c'est des esclaves, pas des disciples. Les gens, à son contact, deviennent moins que des humains: ils ne sont plus que des choses fanatisées.

Pareil pour moi: j'avais accordé ma confiance. J'ai laissé Chari remplir le rôle pour lequel il se présentait très naivement, sur la base du ressenti incroyable que j'avais eu en le rencontrant, sur la base de mon expérience de la transmission et de la vie spirituelle que celà générait, et sur la base des dires des uns et des autres, qui jouent une grande part dans le formattage social, l'ancrage et l'instauration d'une croyance inébranlable. De plus j'avais eu la chance de joindre la mission avant que ça ne soit un super-marché, donc je restait sur un souvenir positif et en sortir était d'autant plus difficile.

Je me disais ces temps que l'acte de foi ultime dans le divin serait, sachant pertinamment que Chari est limité, abuse et déconne complètement, de lui accorder sa confiance les yeux fermés. Peut-être que je me mets à délirer à cause du soleil Californien?

Je me demande souvent comment Chari se sent quand il est seul face à sa conscience. Il n'est pas con, il s'est sûrement rendu compte que ce qu'il a créé est une monstruosité qui ne remplit pas le rôle qu'elle était censée remplir. Il a trahi, non seulement ses disciples, son maitre, mais aussi la promesse qui était faite à l'humanité. Quelle pression a-t-il subi pour en arriver là? C'est aussi à ce point que je doute que les pressions n'aient été qu'internes.

Cricri.

Anonyme a dit…

PS: Je me disais aussi que l'institution de recherche de la SRCMtm n'est même pas foutue de faire le travail d'analyse critique que nous avons fait sur les blogs.

On peut dire qu'on a fait leur boulot. Car s'ils avaient travaillé correctement, ils auraient déterminé les points problématiques et permis d'éviter le désastre.

Le but de cette institution est-il de blanchir des fonds ou de trouver une justification à tous les blablas ("enseignement") de Chari?

Cricri

Anonyme a dit…

La SRCMtm implémente un programme de sélection génétique dirigé par Chari (mariages): celui-ci chercherait-il à créer le surhomme?
http://www.srcm.org/literature/recent.speeches/070202_Tiruppur.jsp

"(...) abhyasis should marry amongst each other, so that in two or three generations we have an exploding Sahaj Marg population. The population already prepared genetically because parents are both people who are meditating, people who have learnt to cultivate their souls, people who have learnt the art of communicating with their inner selves, which is God, in silence, in happiness, in blessedness. Hopefully, these children will form the core groups of emerging Sahaj Marg societies everywhere in this world."

Méditer induirait donc des mutations génétiques?

La Nature est eugénique, les sociétés humaines également, mais hypocritement (de nombreux filtres existent). Je ne suis pas surpris de trouver ce genre d'idées chez un brahmane, issu d'une société qui reconnait pour les avoir codifier socialement, les différents courants génétiques qui la composent.

C'est une idée intéressante, et elle existe chez tous les peuple, y compris ceux qui viennent pleurnicher chez nous en nous traitant de racistes. Il n'y a probablement que chez les Européens, brainwashed par une idéologie autodestructrice post national-socialiste - que je me plait à appeler mondial-socialisme (c'est l'opposé du national-socialisme, c'est toujours du socialisme, c'est toujours aussi totalitaire, et c'est toujours aussi catastrophique) -, que ces aspects "agricoles" sont déniés.

Il n'empêche, il y a plus de mémoire dans les cellules que ce que les lois Européennes nous autorisent à penser. Or, la Nature se fout bien des lois humaines: elle reprendra ses droits le moment venu, et probablement qu'en Europe, on se mordra les doigts de les avoir baffouées.

Cricri

Elodie a dit…

Bonjour Cricri,
L'institut de recherche de la SRCMtm n'est pas une force critique. C'est un outil de propagande. Le Sahaj Marg Research and Training Institute actuel n'a plus rien à voir avec le SMRI créé par le Docteur Varadachari. Ses membres font partie de l'inner circle de Chariji. Ils ont commencé par un rapprochement de la psychologie et du Sahaj Marg avec Ferdinand Wulliemier (cf. Alexis), puis du Yoga avec le Sahaj Marg pour finir par élaborer toute une prose à destination de nos enfants (le VBSE dont parle souvent 4d-don).

Les transferts financiers, eux, c'est via les fondations Sahaj Marg spiritualité.

Affectueusement,
Elodie

Anonyme a dit…

C'est grave mais intéressant: Ces dérives sur une petite organisation sont les mêmes qui existent dans toute institution.

Le fait, aussi, que dans une petite institution où la force du Peuple pourrait permettre de maintenir la trajectoire (car il est plus facile de se faire entendre), soit impossible, te laisse imaginer les dérives institutionelles dans les états, dans le super-état européen, et dans le supra-état mondial.

Les révolutionnaires ont de beaux jours devant eux, car il y a du taff pour des siècles.

Je me demande juste comment il est possible de maintenir une ligne droite et ferme.

Les institutions sont infiltrées par des nazes et ça péclote total: Le monde est vraiment pourri.

Cricri

Anonyme a dit…

Bonjour
Je voudrais avoir des renseignements sur cette organisation. Est ce que s'est une spiritualité ou une secte ? Ma fille fréquente Shaj Maarg et je crains pour son équilibre.
Merci de m'aider.
Monique

Elodie a dit…

Bonjour Monique,
Ta question est bonne, la réponse beaucoup plus délicate, puisqu'on navigue en permanence entre les deux. Spiritualité très limitée par rapport aux effets d'annonce, tendances sectaires plus ou moins prononcées. Je te conseille de lire ce blog attentivement pour te faire ta propre idée.
Affectueusement,
Elodie

Anonyme a dit…

Merci de votre réponse. J'ai bien essayé de lire votre blog mais c'est très long et il n'y a pas de résumé.
Ma fille est partie en Inde il y a trois semaines dans un ashram je ne sais ou et je n'ai aucune nouvelle. Elle est jeune (24) et fragile (dépressions, tentatives de suiicide). Je me fais beaucoup de soucis et je crains le pire au contact de cette secte.
Que puis-je faire ? Et puis maintenant il y a ces inondations dont on parle à la TV.
Monique

Anonyme a dit…

Salut Monique

La Sahaj Marg, nee d'une spiritualite Sufisme, a ete envahi par des hommes d'affaires hindous et est maintenant plus du "spiritualisme" que de la "spiritualite" avec des messages par une medium anonyme francaise (Un livre a vendre pour 250.00 US-Whispers from the Brighter World).

Le Sahaj Marg pretend etre un Raja Yoga (le roi des Yoga...le yoga de l'esprit), mais ce yoga a ete modifie pour le Sahaj Marg ou l'obeissance au Gourou et a la Mission est "primaire".

Mon ex-epouse de 35 ans fait parti de cette "secte" et a tout laisse pour suivre cet "gerant d'industrie" dit "gourou" qui apres avoir ete refuse la presidence du groupe aux Indes, a ete en Californie (via Santosh, president de Lotus Hotels de Austin au Texas) et enregistre le groupe aux USA en 1997. La bataille pour le control des immeubles du groupe est en Cour Supreme des Indes...

La famille du fondateur Babuji, accuse Chari du "crimes" sur leurs sites anglais:
http://courtnic.nic.in/supremecourt/temp/ac661900p.txt
http://tmtindia.blogspot.com/2007/01/justice-should-be-for-all-not-only-for.html
(voir les commentaires de Navneet, petit fils de Babuji et le President de Sahaj Marg, Shahjahanpur.

Lisez attentivement l'hisoire du Sahaj Marg d'Alexis et notez qu'au Sahaj Marg de Chari, on fait cible sur les enfants (l'ecole/pensionnat Lalaji Memorial OMEGA School...LMOS) Pourqui OMEGA?? et on vise aussi les femmes, qui ne peuvent pas etre "maitres" mais qui sont les "boucs emissaires" dans leurs "Missions Etrangeres"...

Les gouvernements de France et Belgique ont le Sahaj Marg sur leurs "listes" de "Sectes Nuisible"

Bonne Chance...Faites vos recherches et decidez pour vous memes.

Vincent est Belge:
http://lesahajmargadetruitmafamille.blogspot.com/

4d-don

Elodie a dit…

Bonjour Monique,
Il y a de fortes chances que votre fille soit partie à Tiruppur (Tamil Nadu) pour fêter les 80 ans du maître Chariji, comme beaucoup d'autres abhyasis. elle ne devrait plus tarder à rentrer.
Affectueusement,
Elodie

Anonyme a dit…

Bonjour
j'ai pris le temps de lire beaucoup de choses sur vos blogs et cela m'affole complètement.
Loin de me rassurer, je vois qu'il y a des psys qui profitent de leur métier pour envoyer leurs malades dans la secte, d'autres qui se prétendent psys sans avoir rien étudié. Et je n'ai toujours aucune nouvelle de ma fille !
Monique

Alexis a dit…

United Nations International Youth Day

Dimanche 12 août avait lieu la journée internationale de la jeunesse. Célébrée par la SRCM ® dans au moins deux lieux, à Ahmedabad (Gujarat) et Bangalore (Karnataka), d'après la presse indienne.

A cette occasion, la SRCM ® a montré quel public l'intéresse vraiment en Inde : la jeunesse dorée des classes privilégiées, puisqu'elle s'est adressée uniquement aux étudiants des grandes écoles.

Son message : spiritualité ? éducation ? Non, non, vous n'y êtes pas du tout ! C'était le leadership…

Le thème exact était "Living purposefully and developing internal and external leadership qualities". En vrac, les sujets des débats ont été "un leader idéal", "la nécessité de développer des qualités de leadership", ou "les traits caractéristiques du leader".

En Europe, après la journée des Nations unies du 10 décembre, la SRCM ® fourbit ses armes pour préparer la Journée internationale de la Paix du 21 septembre. Il ne semble pas y avoir eu d'autres événements entre deux, et l'essentiel reste de comptabiliser le nombre de participants…
aydyhxh

Anonyme a dit…

Ma fille est rentrée. Elle est allée fêter l'anniversaire du gourou comme vous l'aviez dit ! Mais qu'est ce qu'ils lui ont fait ??? ELLE EST DEVENUE COMPLETEMENT FOLLE !!! Au début tout allait bien. Elle était radieuse et ravie de son séjour en Inde. Je croyais à un miracle. On m'avait transformé ma fille. Sauf qu'elle ne répondait pas à aucune de mes questions sur la secte. Et puis il y a 3 jours elle est devenue soudain hystérique. Elle m'a dit qu'elle allait retourner se marier là bas ! qu'on lui avait présenté quelqu'un pour L'EPOUSER !!!. Maintenant elle s'enferme dans sa chambre. Elle ne désserre plus les dents. Elle déprime à nouveau. Mais qu'est ce qu'ils lui ont fait là bas ? QUI SONT CES GENS ?
Monique