La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3444 commentaires – Dernier ajout le 25/03/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

13 mai 2009

La Mission fête la Famille

La Shri Ram Chandra Mission poursuit sa collaboration avec le Département de l'information des Nations unies. Le 15 mai, elle fêtera la Journée internationale de la Famille.

Il est vrai que les familles des abhyasis n'apprécient guère cette organisation plus ou moins ésotérique et sectaire, mais il est bien rare qu'elles interrompent toute relation avec le membre de leur famille. Au contraire, elles cherchent à conserver des contacts.

A l'inverse, les abhyasis détruisent souvent leur cellule familiale. Leur principale préoccupation est d'amener l'ensemble de leur famille à la Mission. Les récalcitrants sont écartés, les conjoints abandonnés.

Où est l'intolérance la plus forte ? Cela n'empêche pas la SRCM de célébrer la famille, elle n'est pas à une contradiction près. Les abhyasis devraient commencer par balayer devant leur porte.

Croyez moi, je sais de quoi je parle.

Elodie

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis tout a fait d'accord avec toi. SRCM et la Famille ne sont pas "compatibles" sauf si tous les membres de la famille veulent tous faire parti de la SRCM... sinon, s'est la DIVISION de la famille et la séparation. Les Precepteurs et la Mission et Chari, essayent d'entre-marrier les abhyasis... et pas de façon "honnête"

L' ONU devrait etre mis au courant!

Don

Alexis a dit…

Toujours à propos de l'ONU et de la SRCM...

Les actions de la SRCM concernent "la promotion de la tolérance, la paix et la fraternité universelle par la prière".En plus de la journée de la famille (thème SRCM : la famille universelle), il est prévu cette année de fêter la journée de la jeunesse (12 aout), la journée de la paix (21 septembre) et la journée des enfants (20 novembre).

Chaque abhyasi doit informer au moins 20 personnes de son entourage qui ne sont pas encore abhyasisL'UNDPI doit être informé à l'avance des manifestations SRCM, puis reçoit un rapport, avec liste des participants...

Alexis a dit…

Il n'y a pas que la SRCM qui profite de son statut d'ONG associée au DPI. Voici ce qu'en dit le tout nouveau tout chaud rapport de la Miviludes, Mission interministérielle française de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.

Extrait du rapport 2008 de la Miviludes (pp 53-54) in Stratégies d’influence à l’international en 2008 : l’exemple des agissements de la mouvance sectaire à l’ONU

Amalgame, confusion entretenue et effets d’annonceLe système onusien est d’une grande complexité pour le grand public qui n’en retient guère que le rôle – la promotion d’idéaux comme la paix dans le monde, le développement et le respect des droits de l’Homme – ainsi qu’un logo aisément identifiable. Toute référence à l’ONU est un gage de respectabilité et certains mouvements n’hésitent pas en user, voire pour certains, à en abuser.

Il en est ainsi de la revendication du « statut consultatif » comportant lui-même plusieurs catégories qui « hiérarchisent » les ONG affiliées. Ce statut ne doit pas être confondu avec « l’association d’une OING avec le Département de l’information des Nations unies », qui permet seulement d’accéder aux locaux de l’ONU, de recevoir des informations mais en aucun cas de participer aux conférences.

À ce titre, l’exemple de Friends of United Nations cité dans le rapport 2006, une OING connue pour avoir participé à des actions en France aux côtés de la scientologie, est instructif. Sur son site Internet, cette organisation qui affiche un logo dont le visuel plagie sans complexe celui de l’ONU, se présente, à juste titre, comme « associée au département de l’information publique des Nations unies » (DPI). Cela peut ainsi laisser croire qu’elle bénéficie du prestigieux statut consultatif et qu’elle est incorporée au système des Nations unies alors que la simple association au DPI ne le lui permet nullement. Mais qui est capable de faire la différence, à part les spécialistes de ces questions ? Les lobbies sectaires le savent et ils jouent sans scrupule de cette complexité.