La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3444 commentaires – Dernier ajout le 25/03/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

17 décembre 2012

Une expérience inoubliable ?

ENGLISH TRANSLATION

Modeste contribution à un débat compliqué sur l’intensité éminemment subjective du ressenti procuré par la méditation.

Notre monde occidental est trépidant et stressant, il exige toujours plus de notre part, il nous lessive et nous vide de notre substance. Or chacun, à un moment ou à un autre de sa vie, aspire au calme et à la sérénité. Paradoxalement, l’hyper matérialisme de nos sociétés nous ramène inexorablement vers la quête de sens et la recherche spirituelle. Dans ce contexte, les techniques de développement personnel voient un boulevard s’ouvrir à leurs pieds.

La méditation a le vent en poupe, elle aide à gérer le stress quotidien, elle donne accès à un relatif mieux-être, à défaut d’un total bien-être. Techniquement, elle consiste à se relaxer et faire le vide intérieur, s’ensuit alors mécaniquement un sentiment de calme et de plénitude que quiconque peut atteindre avec un petit peu de pratique. Le ressenti de cette expérience est généralement très positif.

Un peu plus poussée, la méditation s’accompagne de sentiments très variables tels que celui d’être traversé par une spirale d’énergie, des sentiments d’une joie infinie, d’amour, de paix et de compassion ou de visions mystiques, paranormales ou magiques, d’extase. Puis elle procure le sentiment d'une présence ou d'une vérité universelle. On parle alors parfois d’éveil de la conscience, d’états transcendants ou d’états altérés de la conscience. Ces expériences semblent bel et bien réelles pour les personnes qui les vivent, mais chacun les interprète de manière personnelle, selon sa culture ou son système de croyances.

L’Occident s’est emparé de cette technique ancestrale, comme il le fait pour toute chose, c’est-à-dire goulûment, avidement. Les mouvements spirituels se sont ainsi développés depuis l’Orient vers l’Occident avec un grand succès. Chacun d’entre eux tente d’expliquer en quoi sa méthode est spécifique et meilleure que celle de son voisin, si possible unique au monde. Mais le bouddhisme, l’hindouisme et le soufisme proposent ces techniques depuis toujours ou presque.

Babuji a créé la méthode du Sahaj Marg vers 1945, une technique simplifiée et accélérée issue du Raja Yoga, grâce à un guide qui accompagne le chercheur spirituel dans sa méditation sur le cœur et lui transmet l’énergie divine. Bien qu’ils s’en défendent, les abhyasis de la SRCM colportent l’idée que cette méthode est unique, la meilleure, celle qui procure l’expérience spirituelle la plus intense le plus rapidement. Pour eux, le Sahaj Marg constitue LA voie spirituelle par excellence.

Lalaji, le prédécesseur et maître déclaré de Babuji, disait que c’est le maître (guide spirituel) qui fait tout le travail une fois que le disciple s’est abandonné entre ses mains. Chari, le successeur autoproclamé de Babuji, dit que le précepteur est au service du maître, il est son canal pour toucher des milliers d’abhyasis et leur transmettre l’énergie divine. Mais avec plus de 3 000 précepteurs, parfois nommés par téléphone au bout de quelques jours de pratique, la qualité du canal s’est considérablement appauvrie, parfois tarie. Aujourd’hui, la plupart des adeptes de la SRCM n’éprouvent ou ne ressentent rien de plus que ce procure n’importe quelle autre technique de méditation.

Au Sahaj Marg, la méditation procure donc un sentiment de mieux-être, c’est un fait indéniable, même si son intensité est très variable. Quand le guide spirituel est bon (maître ou précepteur), l’intensité du ressenti est forte et marque durablement les esprits. A la SRCM, on a coutume de dire que c’est dû à la qualité de la transmission, sous entendu grâce aux qualités spirituelles du guide. Mais ne serait ce pas dû plutôt au préjugé favorable de l’abhyasi envers son guide, ceci instaurant une confiance préalable propice à un abandon plus total, et donc d’emblée à un résultat plus intense ? Quand le ressenti est ainsi très intense, on a coutume de dire à la SRCM qu’on s’est approché de la Région centrale, de la fusion avec le Divin, un Saint Graal que l’on fait miroiter à tous. Il est brandi comme l’objectif ultime, indéfini parce qu’indéfinissable, mais à la portée de tous puisque les full précepteurs montrés en exemple l’ont soi-disant atteint.

Plus le ressenti est intense, plus la phase de descente qui le suit l’est aussi, tout comme dans l’usage de stupéfiants. L’adepte de la SRCM passe ainsi d’une phase de plénitude à une phase d’abattement et de dépression sévère en un cycle permanent que la SRCM a coutume d’expliquer par la réouverture de blessures inconscientes que tout être humain porterait en lui.

Quand l’intensité du ressenti est faible ou qu’elle n’est pas à la hauteur des attentes, on a coutume de dire à la SRCM que l’adepte était dans une mauvaise condition : amour pour le maître insuffisant, nettoyage ou travail sur le caractère insuffisants, etc. La coutume de la SRCM culpabilise alors l’adepte parce qu’il n’aurait pas fait assez d’efforts pour être dans la bonne condition.

Pour ma part, j’ai médité à la SRCM seule et avec deux précepteurs principaux. Le premier était imbu de sa personne et m’horripilait, je n’ai jamais rien ressenti d’autre avec lui qu’un sentiment de rejet non maîtrisable. J’ai tout fait pour en changer et découvert un second précepteur que j’avais choisi parce que notre contact était bon, mais il n’était apparemment pas un très bon canal vu que je n’ai jamais été transportée. Mais que n’ai-je pas entendu alors quand je tentais d’expliquer dans mon centre mon faible ressenti, le groupe m’a renvoyée à ma condition, mon manque de travail sur moi-même, j’étais la seule responsable, coupable. Il m’est arrivé épisodiquement de méditer avec d’autres précepteurs lors de rassemblements et, ô miracle, là tout se passait bien, l’expérience était merveilleuse. Depuis mon départ, je continue de méditer seule et parfois aussi avec des guides qui n’ont rien à voir avec la SRCM. J’ai vécu des expériences de toutes intensités, depuis rien jusqu’au merveilleux, seule comme accompagnée.

Le Sahaj Marg offre donc une prestation gratuite du même ordre que les autres techniques de méditation, mais contrairement à nombre d’instituts de développement personnel, la SRCM livre cette technique accompagnée d’un mode d’emploi contraignant et inévitable, d’une grille de décryptage directement issue de son système de croyances. A la SRCM, on ne peut méditer selon le Sahaj Marg sans adopter sa culture et sa philosophie, et celle-ci explique aussi bien l’absence de ressenti que ses intensités les plus fortes ou ses moments de dépression. Elle fournit aussi bien la méthode que les clés d’interprétation des échecs et des succès, ne laissant rien dans l’inconnu pour ne jamais laisser l’adepte seul réfléchir sur son expérience. Pratiquez cette méditation avec un autre système de croyances, un autre cadre de lecture, et vous parviendrez à de toutes autres conclusions que celles que vous impose la SRCM.

Généralement, l’expérience méditative est donc au rendez-vous, même si son intensité peut varier, échec et succès sont expliqués. En revanche, son aspect spirituel est moins évident, il est affaire de croyances. La SRCM a coutume de dire qu’il s’agit de la transmission de l’énergie divine du maître vers l’adepte, parce qu’il faut méditer sur l’amour du maître et son souvenir constant. Une véritable quête spirituelle consiste à partir à la recherche de son Dieu intérieur par l’introspection et la méditation. A la SRCM, il s’agit d’un Dieu extérieur dans le meilleur des cas, du maître ou du précepteur plus vraisemblablement. A chacun sa quête du divin.

Je sais pertinemment que je vais en hérisser plus d’un avec de tels propos. Je n’ai sûrement pas fait tout le tour du sujet, j’en suis bien consciente. Je ne prétends pas détenir LA vérité, ceci constitue MA vérité en cet instant. A chacun la sienne, le débat est plus que jamais ouvert.

Michael a souvent des avis que j’apprécie énormément parce qu’ils m’aident à réfléchir et progresser. Je serais très heureuse d’avoir sa contribution sur ce sujet précis de l’expérience spirituelle. C’est un appel à contribution, merci à 4d-Don de lui relayer ma demande s’il ne lit pas ces lignes.

Elodie

24 commentaires:

Elodie a dit…

Bonjour à toutes et tous,
Voici donc lancé le débat que vous réclamiez haut et fort, lâchez vous.
Entre temps, 4d-Don a répondu à Fabrice dans 2 nouveaux commentaires postés sous mon précédent message, n'oubliez pas de les lire.
Fabrice disait : "Autrement dit, avoir 2 bras, 2 jambes et le cerveau le plus élaboré chez les mammifères ne suffit pas à faire de nous des êtres humains."
Je ne lui ai pas répondu, accaparée par la préparation de mon message ci-dessus, je me permets donc maintenant de lui dire que j'avais parfaitement compris ce qu'il cherchait à nous dire, qu'il le confirme ici de manière étonnante.
Je regrette seulement q'il ne s'aperçoive pas à quel point ses propos sont choquants.
Bien affectueusement,
Elodie

fabrice a dit…

Salut, Elodie, salut à tous,
Il est inexact de dire que la qualité de la transmission varie d'un précepteur à l'autre, comme il est inexact d'affirmer que les full précepteurs ont atteint la région centrale.
Il est en revanche tout à fait vrai qu'un précepteur provisoire ou full, puisse être gentil, agréable, disponible, à l'écoute ou à l'inverse, désagréable, imbu de sa personne, expéditif, etc...ce qui dans ces cas de figure est fort dommage pour eux.
Il faut simplement comprendre que les abhyasis comme les précepteurs sont en chemin pour leur transformation et que cela passe obligatoirement par le travail sur le caractère. Il appartient à chacun de travailler dessus sans relâche afin d'éliminer au fur et à mesure tous les obstacles qui empêchent l'Amour de couler vers les autres.
La dessus le Maître ne peut rien. c'est un travail personnel qui requiert notre volonté.
On trouvera donc toute sorte de personnes au sahaj Marg, comme dans toutes les religions et autres pratiques spirituelles. Chacun vient avec ses acquis et ses tares qu'il soit abhyasi ou abhyasi-précepteur.

A propos de tes ressentis Elodie, il est incorrect d'établir un lien entre la force ou l'intensité du ressenti avec la réalité de la transmission ou du nettoyage. les ressentis sont une chose, les mécanismes d'une transformation profonde et durable, une autre chose.
Quand on construit une maison, pendant plusieurs semaines on ne voit aucun mur sortir de terre, normal, le travail n'est pas visible au dehors, il s'effectue sur les fondations. Dira t'on qu'il ne se passe rien sur le chantier?
Nous savons tous, que plus l'édifice est haut, plus les fondations doivent être profondes.
les ressentis varient d'une personne à l'autre, pour prendre mon exemple, en 15 ans de pratique assidue je n'ai pratiquement jamais eu ni visions ni expériences mystiques pourtant j'ai toujours ressentis que je progressais, et je continue à progresser.
je t'invite Elodie à lire ou relire la littérature du Sahaj Marg, notamment les livres de Babuji Maharaj.
Au fur et à mesure que nous avançons vers la source, nos ressentis deviennent de plus en plus subtiles pour pratiquement disparaitre complètement. Normal, nous avançons vers la "rienté". Il ne nous reste que notre "anubhava shakti", perception intuitive pour se faire une idée de notre condition.
En recherchant l'expérience, le ressenti, nous allons dans la direction opposée; puis nous nous plaignons que le sahaj marg ne fonctionne pas.
s'il fonctionne sur une seule personne sur 1 million cela signifie qu'il fonctionne et qu'il faut s'intéresser aux éléments qui ont permis la réussite de cette personne.
fabrice

Elodie a dit…

Bonjour Fabrice,
Lalaji ne parlait pas de la nécessité d’un travail sur le caractère, seulment de l’abandon du disciple dans les mains de son maître. Après, le travail venait du maître uniquement. Mais il est vrai que Lalaji et Babuji n’ont pas grand-chose en commun.
Il me semble que le caractère du précepteur et la nature de sa relation avec l’abhyasi ont eu importance déterminante, peut-être pas dans la transmission, mais au moins dans la qualité de la méditation. C’est un élément de base indispensable.
J’ai quelques doutes sur la qualité du mécanisme d’une transmission profonde et durable qui doit supprimer tous les obstacles qui empêchent l'Amour de couler vers les autres quand après 15 ans de pratique tu affirmes qu’une partie de l’humanité ne mérite pas sa dénomination d’être humain. Je n’ai aucun doute sur ta bienveillance à notre égard, la nature de nos échanges en est une belle démonstration, mais la véritable sagesse serait de l’étendre à l’humanité tout entière.
Visions et expériences mystiques sont des expériences liées à la méditation, le Sahaj Marg n’a pas le monopole de la méditation, les ressentis varient effectivement d’une personne à l’autre, d’une méthode à l’autre.
« Si le Sahaj Marg fonctionne sur une seule personne sur 1 million cela signifie qu'il fonctionne et qu'il faut s'intéresser aux éléments qui ont permis la réussite de cette personne », certes. Mais s’il ne fonctionne pas toujours, il serait aussi judicieux de s’interroger sur les éléments qui favorisent ces multiples échecs, sans en limiter la responsabilité aux seuls abhyasis.
Bien que baignée depuis l’enfance dans la culture spirituelle du Sahaj Marg, la seule transformation profonde que j’ai connue m’amenée à le fuir. J’étais peut-être de nature trop rebelle et tout ce que l’on voudra, mais je crois que cela devrait amener à réfléchir sur certains échecs de la méthode, quand tout a priori semblait favorable.
Or la SRCM n’aime pas beaucoup l’introspection, sauf celle de ses adeptes.
Bien affectueusement,
Elodie

4d-Don a dit…

Élodie...

Tu n'es pas (et nous ne sommes pas) la seule à ne pas courber la tête au spiritualisme et au matérialisme qu'est devenue le Sahaj Marg de Babuji depuis le schisme de Chari ...

Parmi ceux et celles qui, baignés dans la culture Sahaj Marg, ont essayé(e)s de suivre le "spiritualisme" du schisme de Chari avec sa Mediume Anonyme, et ses messages (whispers) de l'haut dela, et ses "égrégores", on trouve la seule Sainte du Sahaj Marg (selon Babuji), Kasturi, les enfants de Babuji, les petit-enfants de Babuji, K.C. Narayana (ISRC), fils du Dr. Varadachari, et plusieurs des anciens precepteurs et preceptrices de Babuji ... Je me souviens aussi du témoignage de Madeleine ...

http://4d-don.blogspot.ca/2006/12/defection-of-old-abhyasis-in-europe.html

Don...

Ajoutons aussi, les precepteurs qui avaient de l'influence dans le groupe de Chari, que l'on connait et qui participent à ces discussions (Michael, Frank).
Frank était le ZIC (Zonal-in-Charge) pour la Hollande et Michael faisait parti du Commité de Publication aux USA.


Fabrice a dit…

Salut Elodie,
ici, nous rentrons dans le vif du sujet, et il s'avère qu'il est important de connaître son sujet. Si tu veux ouvrir le débat Elodie, soit consciente que:
- La connaissance de l'enseignement de Lalaji, de Babuji et de Chariji est capitale, tout comme le sont:
- la connaissance de la méditation dans son mode de fonctionnement,
-les mécanismes de la psyché humaines dans ses manifestations les plus déroutantes:(exaltation, dénis, peurs, aveuglement dans un sens ou dans l'autre, expression de bonne ou mauvaise foi, interprétation, transformation, travestissement d'idées et d'opinion, etc...
-la connaissance du système Sahaj marg c'est à dire sa finalité telle qu'est est exposée, les éléments qui composent la pratique individuelle et le mode d'emploi de chacun d'entre eux:Cleaning, méditation, prière, dix maximes (travail sur le caractère), souvenir constant, lecture de condition et tenue du journal, les sitting individuels et de groupe (satsangh); mais aussi l'articulation et la synergie qui donne à l'ensemble la cohérence qui a présidé à son élaboration.

Ce débat ouvre la porte à une véritable analyse entre personnes averties, expérimentées et disposant d'une solide culture spirituelle.

Je relève beaucoup approximations et d'erreurs dans ta connaissance de l'enseignement des Maîtres comme le fait archi connu que Lalaji Maharaj ne séparait absolument PAS spiritualité et Moralité qui est une des facettes du travail sur le caractère. Voici une de ses citations:
“Aussi haut que puisse s’être élevée une personne sur le plan spirituel, si cette personne est immorale, le souffle de la spiritualité ne l'a, selon moi, même pas effleurée !"

Lire la suite sur le commentaire suivant

Fabrice a dit…

Suite et fin du commentaire de Fabrice

Et une autre:
"Il y a une chose que j’aimerais dire à chacun encore et encore, c’est que chaque chercheur devrait modeler sa condition morale. On ne devrait prononcer aucun mot désagréable, ni commettre d’action déplaisante envers quiconque. Tout en ayant ces deux choses à l’esprit, on devrait s’appliquer à améliorer son comportement. Ceci est le principe de base. Je suis plutôt un amoureux de la moralité que de la spiritualité."

Concernant la méditation, c'est une erreur de penser que "le caractère du précepteur et la nature (?) de sa relation avec l'abhyasi ont une importance déterminante sur la qualité de la méditation", à moins que l'abhyasi médite sur la qualité de sa relation avec le précepteur qui se trouve être son mari ou sa femme ou peut importe, avec qui il vient de se disputer par exemple.
Il faudrait mieux s'expliquer tranquillement avec cette personne, revenir sur le BUT proposé par le Sahaj marg et LES ATTENTES qui m'animent, faire un bilan constructif pour rapprocher mes attentes du but proposé, se regarder avec compassion et amusement puis faire un cleaning n'est ce pas?
Méditer ne permet rien d'autre que d'explorer notre condition intérieure.
Celle-ci n'est pas figée, elle peut être modifiée dans un sens comme dans l'autre (ce qui l'élève, ce qui l'abaisse, l'alourdit.
Au sahaj Marg, c'est le fruit de plusieurs éléments: la pratique, le travail sur le caractère, la volonté d'aller de l'avant et la grâce du Maître. Quoi que dise tous les livres sur ce sujet à la mode, qui présentent la méditation comme La voie vers la sérénité. Oui, mais sans nettoyage, c'est impossible!

Enfin, la fin de ton message lève en partie le voile sur un trait de ton caractère: le côté Rebelle qui a ses bons et mauvais cotés. peut-être faut-il chercher par là aussi !
En fin de compte, le débat tant réclamé tourne au dialogue et c'est tant mieux.
c'est un débat technique et de fond qui n'est pas sans risque pour toi et pour l'avenir de ton Blog.
Il est fort possible qu'un débat de fond n'intéresse personne parce qu'il est beaucoup plus facile de juger ce qu'on ne connais pas, que d'essayer de comprendre le sahaj marg avec un esprit ouvert et rigoureux. mais cela demande de le connaître et pour le connaître il faut le pratiquer sincèrement sur une longue période. Qui est prêt à cela?
fabrice

Elodie a dit…

Bonjour à toutes et tous,
Une remarque pratique : blogger limite la taille des commentaires à 4096 caractères.
Ne vous sentez pas bridé, il suffit de fractionner votre réponse en autant de commentaires que nécessaire.
Ce n'est pas très agréable, mais c'est la seule solution possible.
Bien affectueusement,
Elodie

frank waaldijk a dit…

bonjour fabrice. tu dis:

"il est beaucoup plus facile de juger ce qu'on ne connais pas, que d'essayer de comprendre le sahaj marg avec un esprit ouvert et rigoureux. mais cela demande de le connaître et pour le connaître il faut le pratiquer sincèrement sur une longue période. Qui est prêt à cela?"

bon, je l'ai pratiqué sincèrement pendant 12 ans, `avec un esprit ouvert et rigoureux'. ça devrait suffir, je crois. en plus, je connais très bien les enseignements des maîtres du sahaj marg.

après tout cette experience, je conclus que le sahaj marg n'est qu'une religion. avec la différence importante que le sahaj marg nie qu'il s'agit d'une religion...

dans ce que tu écris, je reconnais les mêmes pièges dont j'ai fait une analyse profonde sur mon blog.

je t'invite a lire mon blog pitfalls of spirituality.

comme tu di toi-même: "il est beaucoup plus facile de juger ce qu'on ne connais pas, que d'essayer de comprendre"

bien cordialement, frank

Anonyme a dit…

Moralité et spiritualité !

En tant que simple « victime collatérale » de la SRCM tm, et adepte de ce blog « rebelle » depuis de très longues années, je m’invite au « débat de fond », car j’ose penser que les questionnements liés à la moralité et à la spiritualité peuvent être appréhendés sans passer par la case « sahaj marg ».

Elodie, Fabrice te prévient que si tu veux ouvrir ce débat, tu dois être consciente que la connaissance de l’enseignement des maîtres est CAPITALE, tout comme celle de la méditation, de la psyché humaine, de la pratique et rituels ….. « MAIS AUSSI L’ARTICULATION ET LA SYNERGIE QUI DONNE(nt) A L’ENSEMBLE LA COHERENCE QUI A PRESIDE A SON ELLABORATION !!!!!!!!!!!!!
Tempi pour moi si je ne saisis pas le sens de cette dernière partie de la phrase, mais je trouve que l’injonction de ces conditions à l’ouverture du débat souligne des prédispositions peu favorables au dialogue.
Si sahaj marg signifie « voie naturelle », pourquoi est-il aussi compliqué d’en appréhender le sens ?

Moralité et Spiritualité.

La moralité se définit comme « un ensemble des règles d'action et des valeurs qui fonctionnent comme norme dans une société. »
C’est sur le plan de la morale, au sens défini ci-dessus, que l’état français a identifié la SRCMtm en tant que secte car elle contrevient aux principes moraux édictés par La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Ces règles varient sensiblement d’une société à l’autre et se pose aussi la question, jamais évoquée, des conséquences de la transgression culturelle, entre l’orient et l’occident, sur la « psyché » des abhyasis occidentaux.

Par exemple, peut-on considérer « moraux » des préceptes de la SRCMtm sur l’obéissance
tel que la sublime Chari( Salient Feature n°4), dont voici quelques pépites :
- « Aussi voyez-vous, le succès n’est pas du à l’éducation, ni à l’application, ni à la pratique, c’est seulement l’obéissance qui finalement reste le premier et seul facteur de notre développement spirituel »
- « L’obéissance doit être totale… Il l’a dit, donc je dois le faire »
- « Le développement de cette attitude renforce l’attachement au Maître et commence à développer chez le disciple un sentiment de totale dépendance au Maître. »
- « si vous réfléchissez à ce que le Maître dit, vous êtes déjà sur le chemin de la destruction…. Il ne m’appartient pas de penser, seulement d’obéir. »
- « Là où il n’y a pas d’obéissance, il ne peut jamais y avoir de foi »
- « Nous devrions être comme le chien qui est simplement heureux d’être aux pieds du maître et de regarder son visage…Nous devons avoir l’attitude du chien, l’amour pour le Maître, la foi dans le Maître, l’obéissance au Maître. C’est ce qui est attendu qu’un abhyasi ait. Nous devons devenir comme nous étions le chien parfait devant lui. Il mange quand il lui donne sa nourriture. Le chien parfait mange seulement quand le maître le nourrit »
J’en passe et des meilleures…et note une contradiction avec les propos de Fabrice : ce n’est donc pas l’expérience et la pratique qui comptent mais la seule obéissance au maître qui prévaut.

Martin
Voir la suite sur le commentaire suivant

Anonyme a dit…

Il n’y pas l’ombre d’un doute à qualifier ces propos de scandaleusement immoraux.

Et si Lalaji prétend : “Aussi haut que puisse s’être élevée une personne sur le plan spirituel, si cette personne est immorale, le souffle de la spiritualité ne l'a, selon moi, même pas effleurée !"… il porte un coup fatal aux aptitudes spirituelles revendiquées par chari.

Dans ces conditions, il est difficile de prétendre que la SRCMtm puisse contribuer au progrès spirituel des ses adeptes !
Elle peut néanmoins le faire croire, et elle y réussit, en adoptant les archétypes qui fondent les religions dans une perspective collective : croyance, enseignement, hiérarchie, rituel, devoirs, culpabilisation … et les inconvénients qui vont avec : abus de pouvoir, de confiance, fausses promesses, division, sanction, exclusion, extrémisme…

Heureusement que les « rebelles » résistent dans une démarche spirituelle individuelle, libre et responsable, bref plus naturelle…

Elodie, je note avec tristesse la menace de Fabrice :
« c'est un débat technique et de fond qui n'est pas sans risque pour toi et pour l'avenir de ton Blog. »
Elle en dit long sur son égarement…et sa méprise sur ta clairvoyance.

Joyeux Noël !

4d-Don a dit…

À toutes et Tous ...

... et la culpabilité commence déja!! La même grossière tactique qui nous à fait fuire le Sahaj Marg depuis que le gang de Chari s'est introduit dans le petit groupe de méditation de Babuji. C'est a dire, ceux d'entre nous qui sont seulements séparés, et qui ne sont pas MORTS ... La tension au Sahaj Marg!!

J'avais des amis (précepteurs et abhasi) qui sont morts de maladies que les médecins appellent des maladie de "tension".... "attaque de coeur" et le "stroke"... En pratiquant la relaxation du Sahaj Marg??

... et maintenant, Élodie est "rebelle" et Don est en "colère".

Et Fabrice?

Son arrogance et son ignorance, son égoisme? Si on le remarque, il n'en voit rien des ses propres fautes, (péchés?) seulement celles des autres ... Comme Chari et les autres "illuminés", il ne veut pas qu'on pointe du doigt mais lui, il pointe à deux mains et dix doigts ... mais seulement pour nous sauver ou nous libérer!! ;-)

Leurs Spiritualisme (ils recoivent des messages des MORTS) qu'est le Sahaj Marg(tm) de Chari, il obéit et/ou l'ignore!! Fabrice n'est pas présentement chez-lui en train de pratiquer la méditation et le cleaning, ni est-il en train de pratiquer la tolérance ni d'aimer le MONDE, (tout le monde), il est ici, et il essaie de nous faire la morale et de nous faire du prosélytisme ... Il essaie de nous vendre le produit de son Maitre, le businessman, que nous avons déja essayé et déja rejetté ... Alors, le respect et la tolérance??

Il, comme bon esclave de son Maitre, essaie de fermer nos blogs ... selon ses mots!

Il nous démontre l'immoralité et l'intolérance de son MAITRE (qui va le guider vers la GRANDE MORALITÉ, son Dieu Male, (la Nature est femelle, et Dieu est Male, selon Chari) il culpabilise et/ou il nous ignore plutôt que de s'expliquer ... Il essaie de diviser et conquérir, tout comme Chari. Il n'a aucun explication excepté l'obéissance et le FOI!! Et la ligne de vente: "essayez-le pour longtemps et vous verrez" ... Nous avons déja essayé ce PRODUIT, et nous avons déja vu ... et nous voyons encore.

C'est le même niveau de l'AMOUR du Sahaj Marg(tm) de Chari, dont plurieurs on rejetté!! Selon Kasturi, Chari fait la guerre sur le monde (les anciens précepteurs de Babuji), plutôt que de pratiquer l'UNITÉ !! Il veut controller.

Et ses précepteurs sont ses clones!!

Don ...

Elodie a dit…

Bonjour Fabrice,
Désolée, je n’ai pas eu le temps de te lire hier.
Ma première impression à la lecture de ton commentaire confirme ce que je te disais dans ma réponse précédente, la méthode et l’enseignement du Sahaj Marg ne sont jamais remis en cause, la responsabilité des échecs est toujours à chercher du côté de l’abhyasi. Ici, tu pointes mon côté rebelle, ma connaissance approximative des saintes écritures ou ma relation au précepteur. Ce n’est surtout pas la responsabilité du précepteur ou de tout autre.
Je t’accorde volontiers l’importance de la Moralité pour Lalaji, je ne suis pas ignare non plus, même si tu sais citer beaucoup mieux l’auteur dans le texte que moi. J’accorde beaucoup plus d’importance à l’esprit qu’à la lettre de la loi, c’est un autre de mes traits de caractère.
Mais ne t’en déplaise, dans l’esprit de Lalaji le rôle du guide spirituel est fondamental dans la progression de son disciple, il est à son service. Aujourd’hui les adeptes de Chari sont à son service à lui, « obéissance et service » ont remplacé l’Amour. Et là, il ne s’agit pas seulement de l’esprit de Chari, c’est aussi dans ses textes.
C’est peut-être une erreur de penser que la qualité de la relation abhyasi précepteur n’a pas d’importance. Tu as peut-être eu des précepteurs agréables et ouverts ou qui faisaient au moins l’effort de t’apporter quelque chose, et je suppose que tu te mets dans cette position lorsque tu donnes un sitting à un abhyasi. Tant mieux pour eux et pour toi.
Tu n’as donc jamais rencontré un précepteur imbu de sa personne, je ne te le souhaite pas et je ne le souhaite à personne. Je veux juste te dire qu’il est difficile de s’abandonner dans les mains de quelqu’un qui ne songe qu’à t’utiliser ou te manipuler. Ma connaissance du Sahaj Marg comporte des failles, mais tu ne connais manifestement pas non plus tous les individus qui composent la SRCM, certains n’ont aucune Moralité et sont pourtant précepteurs, Chari leur confie des responsabilités importantes aussi parfois.
A en croire Lalaji, si ces personnes sont immorales, le souffle de la spiritualité ne les a même pas effleurées. C’était bien le texte ? C’en était l’esprit j’en suis sûre. Mais pourquoi Chari les a-t-il choisies alors ?
Tout n’est pas noir ou blanc, Bon ou Mauvais, c’est aussi cela le mécanisme de la psyché humaine. Dommage que les remises en causes doivent toujours s’effectuer dans le même sens. Un peu d’humilité n’aurait pas nuit à la SRCM et à ses dirigeants, alors on n’en serait jamais arrivé là.
Excuse moi pour le ton de ces réactions à fleur de peau, mais tu touches des points encore aujourd’hui très sensibles et mon esprit rebelle reprend le dessus.
Bien affectueusement,
Elodie

Elodie a dit…

Bonjour à toutes et tous,
Bonne fin du monde aux survivalistes et surtout joyeuses fêtes de fin d'année à tous les autres.
Bien affectueusement,
Elodie

fabrice a dit…

Salut Elodie, Salut à tous,
Il en va de la spiritualité comme de la scolarité d'un étudiant. De la relation maître-disciple comme de la relation professeur-élève. L'obéissance est la condition de base, c'est l'élément qui signe la coopération de l'élève. C'est ce qui lui permet d'ouvrir son esprit et son cœur à l'apprentissage. Pourquoi donc ce qui est vivement souhaité dans la sphère profane serait décrié dans le domaine spirituel? On peut aussi choisir d'être son propre Maître...mais même dans ce cas, il faudra bien qu'à un moment l'élève en soi obéisse au Maître en soi pour amener l'élève au niveau du Maître. La situation ne sera pas aisé non plus, pour discerner le maître et l'élève c'est à dire mon Soi de mon soi! Sans devenir schizo.
Bien-sûr, certains d'entre-nous sont réfractaire à toute idée de hiérarchie même dans la sphère du savoir. Ils se trouvent bien comme ils sont...
Nous avons peur d'investir notre cœur, nous avons peur de changer, nous avons si peur d'être déçus, d'être trahis, et de souffrir. C'est comme l'élève qui a peur d'apprendre parce que la connaissance l’effraie. Oui! d'accord nous pouvons faire ce choix là (la peur) et l'assumer complètement, sans pour autant, s'en prendre au professeur. Après tout, quels outils peut bien avoir l'élève pour juger le professeur? les professeurs sont jugés par leur pairs et ceux qui sont au dessus. Et puis, la plus belle preuve de la compétence du professeur comme celle du Guru n'est-elle pas de voir les résultats de ses élèves? leur transformation? leur épanouissement?
C'est précisément pour cette raison que l'obéissance vient en premier, tout le reste en découlera. a suivre...

Anonyme a dit…

Hello Everyone!

Sorry I don't know french.

I agree with you Elodie. I would also like to thank you for sharing your experience. Thank you for your honesty.

Michael has been a big help to me too. It has taken me a long time to recover and pull my head out of their brain washing.

Frank helped me too. Reading other peoples experiences on these blogs and learning about how cults operate helped too.

These people get so crazy, they even believe P. Chari is responsible for the shape of the moon.

I was really terrified when I left. Elodie I noticed that this Fabrice person made a threat to you. He/she should be ashamed. (I would imagine that Fabrice feels threatened. Maybe his belief system is being shaken up a bit.)

There are writings in their books designed to frighten a person into believing that ones soul would be damned if they leave - that they have "taken a fall." It’s designed to frighten a person so they don’t leave. With all their talk about obedience to the master.

P. Chari has more invested in the preceptor. Preceptor is a recruiter.

In my opinion, being a preceptor is the “kiss of death.” It strengthens the person’s ego, making the person identify with the role and think they are a cut above the rest. Their system does that too. “Only the highly evolved find it.”

Their system breaks a person down, makes a person weepy and weak.

There was a time when i believed their teachings and i am sorry to say, i too believed God could be that small.

-- Triple Gem

Michael a dit…

Encore une fois, mes excuses pour la réponse en anglais:

I am troubled by any system of meditation which puts more emphasis on the experience while meditating over the experience while one is not meditating.

By far the most profound experience I have ever had while meditating was when I literally experienced no intensity - nothing! Yet, I found an essence there which is unchanging regardless of the experience. This has guided me through life in a far more profound way than any other experience.

Far too much emphasis is put on what one feels while meditating. This is akin to a tourist's experience while on a cruise ship. The food was good, the entertainment was fabulous, the weather was wonderful and the ports of call were intriguing...

But you finally have to come home and live your life - always wising to not have to live that life but be on a cruise. This is not spirituality in my view.

True spirituality may be a result of meditation, or it may not, but what it is for sure is how one conducts their life, living in the moment, embracing the infinite journey that has been laid out before them as opposed to wishing they were on some spiritually entertaining cruise ship.

This is why I like to remind us all that there is no goal, there is only the Infinite Journey that lays before us. We can either embrace the Journey here and now or avoid it and seek out meditation experiences.

As for guidance, I do not believe that a Master can do anything but offer an example as to how to live. One can only experience their Journey themselves.


Michael

Elodie a dit…

Bonjour à toutes et tous,
Un anonyme (abhyasi ?) considère qu’il y a « trop d’hostilité et de mauvaise foi sur ce blog » pour discuter sereinement de la SRCM et du Sahaj Marg.
Je ne sais pas ce qu’il s’attendait à trouver ici, mais qu’il essaie donc d’ouvrir une discussion sur le site internet de la SRCM s’il y parvient. C’est pourtant bien là-bas que tout aurait dû commencer si Chari l’avait osé.
Jusqu’à preuve du contraire et à ma connaissance, il n’y a pas d’autre espace de libre débat sur le sujet que ce blog et ceux de Cricri, Frank, 4d-Don et Michael, tous anciens abhyasis.
Bien affectueusement,
Elodie

Elodie a dit…

Bonjour Fabrice,
Derrière ta conception des relations maître-disciple et professeur-élève se cache ta vision des rapports humains, et permets moi de te dire à quel point elle me semble bourgeoise, étriquée et timorée. En filigrane, ce qui transparaît, c’est une société où les relations humaines sont gouvernées par un ordre pyramidal établi, intangible, immuable et sacré, où il est interdit de critiquer l’autorité suprême.
C’est très beau cette conception des choses où le serviteur reconnaît ainsi la légitimité de son maître. C’est aussi très naïf de croire qu’il ne se moque pas de toi par derrière. C’est la peur du changement qui caractérise l’acceptation sans limites de ce type de relation, où le roi serait encore le roi aujourd’hui.
Rappelle toi que Babuji disait que mieux vaut ne pas avoir de maître qu’un mauvais maître et qu’il faut bien le choisir. Donc dans la pensée de Babuji l’élève choisit bien son maître. Il n’y a que dans la pensée de Chari que le maître choisit ses esclaves.
Comment bien choisir ton maître s’il ne peut être jugé que par ses pairs et ceux qui sont au dessus de lui ? C’est impossible.

Enfin, suggérer que j’ai pu avoir peur, « peur d'être déçue, d'être trahie, et de souffrir », quand on connaît mon histoire familiale me laisse pantoise, quand ton seul choix fut celui d’obéir.
Bien affectueusement,
Elodie

Michael a dit…

Elodie,

I agree with you. The Master/Disciple relationship is about power. Its about a Master imposing his/her will upon the disciple. I believe that there is NO circumstance where this kind of relationship promotes spirituality. It may make the disciple have interesting experiences, but, because the relationship itself constantly affirms the disciple's inadequacy and dependence on the Master, the disciple is only delaying a direct relationship with Creator.

A better example of a spiritual guide, is someone who is not threatened by peers. Such a guide lives to promote and affirm the existence of Creator in all of us rather than creating an exclusive path to reach some "goal" which can only occur if a disciple submits to their will to the Master.




fabrice a dit…

salut Elodie,
Oui c'est beau comme tu l'écris, cet ordre des choses immuable et établi. Car effectivement il y a un Ordre des choses dans la création nous-en déplaise.
Le Maître ne se moque pas de moi par derrière. Il ne l'a jamais fait. Moi non plus je ne me suis jamais moqué de lui.

Le Maître n'est ni Maître de quiconque, ni Roi. Il se défini lui-même comme un serviteur, un balayeur. Sa maîtrise réside dans sa Maîtrise intérieure.

Ma chère soeur, au fil de nos discussions mon coeur s'adoucit au point que je n'ai ni amertume, ni colère, ni déception mais que de l'affection qui s'épanche de mon coeur. Toi aussi, ton coeur est Ô combien tendre. Que l'a-t-on malmené! Ressens-tu en ce moment même ce doux courant dans ton coeur? J'aimerais te donner tout ce que j'ai et tout ce que je suis. Si tu es disposée reçois ce doux cadeau. C'est cette merveille, cette douceur, cet harmonie qui surpasse tout en ce monde. Ouvre ton coeur à cet Amour et sois sans crainte pour toujours.
Ton frère,
fabrice

4d-Don a dit…

Michael said...

Correction to my last statement above:

I do not BELIEVE that a Master can do anything bu offer an example as to how to live...


Michael

Saturday, December 22, 2012 8:44:00 AM

fabrice a dit…

dear michael,
if A=the master,
B= the highest consciousness (god)
and c= the abhyasi.

if A=B AND
C=A
C=B simple isn't it?

Michael a dit…

Fabrice,


The a person decides to become a disciple because they believe they are separate from God/Creator. The Disciple creates a Master to follow, who re-affirms that the Disciple is separate from God/Creator:

Therefore

A = Disciple
B = Master
C = God/Creator
A can NEVER = C

Until A ceases to believe it does not = C

However,

IF A = Human Consciousness
and B = Creation
and C = Creator

Then
A = B = C

If Consciousness = Infinite
and
Time = A Construct of the Mind

Consciousness can never be greater or less than Consciousness. In the absence of Time, Consciousness simply IS!

In the context of Time, Consciousness is only what the Conscious believes it to be in that moment.

Better go back and read Lalaji's Truth Eternal...


Michael

Anonyme a dit…

(fabrice

lundi, décembre 17, 2012 :

"En recherchant l'expérience, le ressenti, nous allons dans la direction opposée; puis nous nous plaignons que le sahaj marg ne fonctionne pas.
s'il fonctionne sur une seule personne sur 1 million cela signifie qu'il fonctionne et qu'il faut s'intéresser aux éléments qui ont permis la réussite de cette personne."


Bonjour, fabrice.

Je lis avec un vif intérêt spirituel ce type d'arguments : connais-tu cette personne-sur-un-million, l'as-tu rencontré, exprime-t-elle par ce qu'elle est un témoignage probant de ce dont elle se revendique ?


Ou faut-il, très logiquement, attendre que le Sahag-Marg de monsieur Gopalachari multiplie son influence par cinq pour voir émerger dans sa Gloire le premier de ces Bienheureux ?


Parce que moi, d'ici là, je vais plaindre ceux qui auront, ainsi qu'il est en cours d'avènement dans ma maison, perdu l'amour au nom de la promesse de l'Amour.

Vu d'ici, je t'affirme que la récente Dévotion "Charismatique" de ma compagne ne fait guère plus pour "améliorer sa vie ordinaire" qu'elle ne l'a fait - jusqu'ici, je l'admets volontiers - pour celle qui l'y a amenée, abhyasi fidèle depuis deux décennies.


Vu d'ici encore, c'est un peu long.

Et puis tous ces "dommages collatéraux"...

Une spiritualité Ultime, vraiment ?