La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3447 commentaires – Dernier ajout le 10/06/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

19 mars 2006

Désobéir courageusement

Spiritualité : changer nos attitudes
Le travail sur le caractère : Mort de rire !
Pour commencer, la terminologie semble inexacte, puisque ce n’est pas un travail sur le caractère qui doit être réalisé, mais un travail sur les attitudes. Le caractère ne peut être changé, alors que les attitudes oui. Du changement d’attitude découle immédiatement un changement de condition. Aussi, il est important de prendre conscience de ses attitudes et des mécanismes personnels qui les influencent, pour mettre en place de nouvelles habitudes et ne plus s’en soucier. Les maximes devraient être expérimentées dans cette direction. D’ailleurs, l’une d’elles pointe aussi du doigt l’importance de développer des attitudes qui induisent naturellement de la spiritualité en l’autre, preuve qu’un être spirituel n’est pas une créature autiste uniquement préoccupée par elle-même, mais est positivement intégrée socialement.

La manière dont les choses sont présentées au Sahaj Marg concernant ce « travail sur le caractère » ressemblerait presque à un travail psychologique. Or, en l’absence d’une méthodologie véritable, et en l’absence d’une aide professionnelle extérieure à soi pour briser sa propre subjectivité, je me demande toujours comment on peut faire autre chose que du nombrilisme, ou autre chose que de s’enfermer toujours plus en soi-même. Ne serait-ce que le simple examen des postulats théoriques qui fondent le « travail sur le caractère » selon le Sahaj Marg, et la dimension égocentrique de cette démarche saute aux yeux :
Tout ce qui nous arrive pointe du doigt un aspect de notre nombril – qu’il faut s’attacher à réformer en commençant par une « prise de conscience ».Tout ce que l’on perçoit, surtout si c’est un point négatif, est de la projection. Psychologie à 2 balles.
Il n’y a aucun problème à l’extérieur, jamais, car tout ce qui est à l’extérieur est à l’intérieur.

Aussi, l’expression de toute critique, surtout si elle concerne le Sahaj Marg, entraîne les bons conseils de nos « frères et sœurs » (formatage par le groupe), afin de réorienter notre attention vers nous-mêmes pour comprendre pourquoi cela nous fait réagir (autoformatage) – en vérité aussi, pour détourner notre attention des problèmes réels. Cette logique débile en arrange plus d’un, bien sûr, car elle a aussi l’avantage de permettre aux plus délirants de ne jamais être remis en cause dans leur pratique du pouvoir sur autrui.

Une parenthèse sur l’usage institutionnalisé, vomitif, creux et hypocrite, de la terminologie « frères et sœurs » : « J’appelle en général les membres de la Mission « frères et sœurs », mais je pense que ce n’est pas tout à fait approprié. Je devrais employer des mots tels que « mon cœur » ou « mon âme » (…) » - Babuji, Œuvres complètes t2, p.149, éd. de 1993.
Vous vous rendez compte du sens réel ?
Une vraie méthodologie avec un vrai professionnel
Expliquez-moi comment se regarder le nombril 24h/24 a-t-il jamais aidé quelqu’un à progresser spirituellement ou à transformer son caractère ? Par contre, faire un VRAI travail avec une VRAIE méthodologie et un VRAI professionnel serait préférable. Toutefois, les abhyasis reçoivent la consigne de ne pas suivre une autre « voie » - comme si d’aller chez le médecin était une voie -, et lorsqu’ils le font, ils peuvent subir des pressions de la part des précepteurs, visant à les faire abandonner leur démarche parallèle. La raison, tout à fait compréhensible, est qu’en cas de décompensation, la mission ne veut pas être tenue pour responsable. Bonne foi, mauvaise foi ? Mon cœur balance. L’argument est valable et à considérer, mais le fait qu’il soit valable offre aussi une bonne excuse (par exemple, pourquoi ne pas faire signer une décharge légale ?). Je ne peux qu’inciter les abhyasis, qui sont aussi des individus adultes, à avoir foi en le Maître et à désobéir courageusement. C’est leur vie et ils n’en ont qu’une. Avec la méthode de « travail sur le caractère » suivie au Sahaj Marg, non seulement ils perdent leur temps inutilement, mais aussi, ils se détraquent mentalement chaque jour un peu plus.

D’ailleurs, puisque le Sahaj Marg regorge de psys, pourquoi ces gens n’influencent-ils pas le débat plus en profondeur ? Sont-ce des charlatans, ou sont-ils hallucinés par leur idéologie ?

Pour développer correctement les attitudes, il peut être nécessaire à certaines personnes de résorber d’abord des aspects psychologiques problématiques, et seul un pro valable peut les aider dans ce sens. Les en empêcher est criminel.

Évidemment, l’intelligentsia a aussi peur que l’individu regagne le contrôle de lui-même en prenant conscience du mensonge, celui qu’il se raconte aussi bien que celui qu’on lui raconte. Dans le premier cas, il pourrait découvrir que sa quête n’est pas spirituelle et quitter la mission : très bien. Dans le deuxième cas, il pourrait causer des remous dans la mare aux canards. Personne n’aime côtoyer les casses-délires, et ils sont plus d’un à en avoir fait les frais.

Or, si tout allait bien au Sahaj Marg, les discours du Maître auraient une autre coloration. Mais encore une fois, vu la forme qui a été donnée à la mission sous son impulsion, comment les choses pourraient-elles aller bien ? Il y a de quoi être aigri par son propre échec, qui est aussi le notre.

Christian

14 commentaires:

4d-don a dit…

Bonjour a tous et toutes.

Note….Lalaji considerait trois choses necessaires pour etre saint: (1) problemes de sante constants, (2) la rigueur financiere, and (3) nindak — etre critique par le monde. Alors nous sommes en train d’aider Chari a devenir Saint Chari, comme Babuji le voulait. Ca peut prendre plus d’une vie.

Au moin protegez les enfants

Puisque je ne suis plus un “serf “, et que je n’obeis plus, ni ne donne mon argent our mon temps a Chari ou au Sahaj Marg, mais aux pauvres et a Dieu directement, j’ai boucoup de temp a devouer pour ameliorer mon sort et le sort de ma societe.

Dans mes recherches sur le Sahaj Marg,, contrairement a ce que disait Babuji, et Lalaji, le “management team” a fait cible sur les enfants avec un curriculum que je pense etre une autre example de la mentalite de control du Sahaj Marg. Ils appellent leur curriculum “value based spirituality”. Ce curriculum est maintenant dans une centaines d’ecoles aux Indes, y inclus le Lalaji Memorial Omega School.

Voici en anglais, des sections que vous, qui leur donnez vos sous, avez finance et dorenavant sont “responsables” et devront repondre avec votre karma ou des “samskaras”. Dieu est juste. Chari n’est pas Dieu. Vos yeux sont maintenant ouverts. Vous pouvez voir le curriculum au site SMRTI, avec un mot de passe, car ils le cachent maintenant. J’en ai fait copie.


Class 2
For Kids from 5 to 7years old according to SMRTI Value based Spirituality

I LOVE MY FRIENDS!

Objectives
 Be friendly and not quarrelsome.
 Show your love for your friends by sharing in their joys and sorrows.
 Only people who love us and care for us criticize us by pointing out our mistakes. We must take the criticisms in the right spirit.

A way to begin
 Tell them the story of Krishna and his friend Sudama. Since most of the children may be familiar with this story, ask them questions in between or deliberately make a mistake to see how attentive they are!
 Tell them the story of how Krishna helped Arjun fight the Kurukshetra war. When Arjun declined from fighting the war because all his relatives were lined up against him. Krishna, who was Arjun’s best friend, advised Arjun and reminded him of his duties. This was how the immortal verses of Gita were born.
 The two stories show what a good friend Krishna was. He helped when it was necessary but also criticized when it was needed. Let the children understand that God, who is our best friend, does the same way. He helps us when we need his help. When we do something wrong, He reminds us of it too!

Krisha and Sudama:
http://www.urday.com/sudama.htm

Note par 4d-don…Ils semblent vouloir repeter l’hisotire et la moralite “hinduiste” de Arjun qui a fait la guerre contre sa famille et sa “parente” par destinee. …..Est-ce une preparation pour les enfants de se “separer" de leur famille en obeissant au Maitre. On peut raisonner qu’aux Indes, avec les Musulmans et le Chretiens qui sont toujours a la conquete avec leur proselytisme, que les “Indous” doivent preparer leur enfants a combattre les envahisseur et les traitre dans leur familles. Mais le Sahaj Marg n’a donc aucune autre solution que la guerre? Et introduire ca dans un curriculum pour petits enfants? Le Sahaj Marg n’est donc pas une voie de paix? Le Dieu du Sahaj Marg est devenu comme le Dieu des Chretiens et des Musulmans qui se mele directement dans les affaires des hommes avec des croisades et des “bombardier suicides”. C’est du fondamentalisme. Eventuellemet, toutes religions ont leur messagers de Dieu, soit les pretres, les amims ou les gurus. Ils ne savent pas ce qu’ils font.

CHAPTER I - GOD AND GURU

 Ask them—“Are you afraid of your friends or do you love them? Do your friends help you or leave you when you are in trouble? If you think of God as your friend, will you be afraid of Him or will you love Him? As your friend, will He help you or leave you? What will you do to show your love for Him?” Discuss this point.

 Tell them that teachers are our Gurus at school. Without their help it will be difficult to learn things. We will learn better if we respect and love our Gurus. Parents act as Gurus at home.

Story 2 - Do you know that in the olden days there were no schools as we have them today? There were teachers who lived in their ashrams. They were highly respected and students would go to them, stay with them for a few years, serve them in every way and learn from them. At the end of their study period they would offer something as their Guru Dakshina. The following story is about a boy who was eager to learn from a guru.
Jathila was the son of a poor widow. He wanted to study with a guru who lived across the forest but he was scared to go alone. His mother told him not to be scared and to call out for brother Gopal. Jathila believed in her and called out Gopal’s name when he went into the forest. Soon a cowherd appeared before him and asked him what he wanted. When he learnt about Jathila’s fears he told him not to be afraid and that he would help him. Everyday Jathila would call out to Gopal and with his escort, cross the forest. Soon the school term came to an end and Jathila was in a fix what to give his teacher as Guru dakshina. Gopal solved this problem by giving him a pot of curd. When the teacher tasted the curd, he found it so sweet and tasty that he wanted to know from where Jathila had got it. When Jathila narrated who had been helping him all these days, the teacher realized that innocent Jathila’s escort was no one else but God himself!

Note de 4d-don: Voyez-vous le danger ici. Les enfants ne separent pas le myth et la realite comme les adultes. Ils croient au Pere Noel et autres fantaisies. Les pedophiles savent ca. Il faut proteger nos enfants de se fier aux etrangers, meme ceux qui sont vetus en Guru Indous on en “Stetson Blancs “ a la Hollywood de Georges Bush.

Si vous pouvez changer ce curriculum, au moins vous aurez protege les enfants en leur enseignant de se servir de leur raison et leur povoir personel, afin de ne pas devenir victimes, et pas les enseignement irresponsables des "morts vivants" du Sahaj Marg.
Quand on se fait chasser par un ourse, il n'est pas necessaire de courir plus vite que l'ourse mais seulement plus vite que nos copains. Vous les aurez aussi sauve de la desesperation que vous et plusieurs dans le Sahaj Marg resentez quand vos idols vous trahissent ou vous abusent. Demandez au Monsieur qui a perdu sa famille et lisez encore des souffrances sur Invertendo.com. Je ne pense pas que vous avez le pouvoir. Au Canada, Chari a pouvoir legale dans la societe SRCM Canada. (4 directeurs Canadiens et 7 directeurs etrangers (Indiens, et USA).
Les pauvres et simples qui
travaillent chez MacDonald ne
decident pas du menu et des degradations morales et environementales causes par le “management team”….Bonne Chance!…

Il faut en rire parce que c’est pas drole…. (un Acadien-isme)
On ne fait pas la guerre avec le Diable, on en rie!
Le Sahaj Marg est devenue un Chemin Immorale qui dit se rendre a la Moralite.
A la Machiavelli…ou Invertendo…

PS Ce n’est pas les iles Cayman mais l’ile Maurice qui les attirent.
4d-don.

Christian a dit…

Comment le Sahaj Marg a perdu son âme

Trop de compromis ont été faits pour tenir une promesse dans laquelle on nous a enfermés. L’essentiel est graduellement passé au second plan, le but premier de la mission a été perdu de vue par les pratiquants, l’entraînement spirituel s’est mis à ressembler à un gavage d’oie, le prosélytisme à fait rage sous couvert de transparence, la lourdeur administrative a impliqué toujours plus de bénévolat, et finalement, les activités commerciales et immobilières sont devenues monnaie courante. Bref, le professionnalisme a parfumé le Sahaj Marg toujours plus en profondeur, détournant toujours plus l’énergie des pratiquants vers d’autres horizons que le propos initial. Aujourd’hui, le SM n’est plus qu’une machinerie infernale, aveugle et impersonnelle, jetée sur sa lancée, un empire à l’éthique douteuse, dont le comportement paraît contraire aux principes de la vie spirituelle, privilégiant la quantité de ses adhérents pour pouvoir se répandre comme une pandémie.
Souvenez-vous de ce qu’était le Sahaj Marg !
Il fut un temps où l’on venait avec exaltation au Sahaj Marg, par faim et soif de divin. C’était une époque d’innocence, pleine d’aventure et d’humanité. On y apprenait à vivre un chemin de lumière, à se retrouver ensembles dans la présence divine qui nous aspirait. Les plans mégalomaniaques étaient encore sous forme d’impressions latentes, un vrai bonheur. L’argent que l’on nous demandait et que nous donnions de bon cœur correspondait aux frais réels, et nous n’avions pas pour préoccupation d’acquérir des ashrams à tour de bras, de financer des écoles, et de développer le commerce sous prétexte de faire rayonner la mission dans le monde, sous prétexte que l’argent est un moyen. Un moyen, oui, mais pour servir quel but ?
Comment tout cela a-t-il pu disparaître ? Où sont passées nos valeurs ?
Si le profil de la population qui fréquentait le SM a changé, ce n’est pas innocent. Ce remplacement a pu avoir lieu grâce à un efficace processus d’autosélection des individus, simple, implacable, mécanique, graduel, donc discret et invisible, exploitant le turnover permanent des pratiquants pour permettre le déploiement de l’agenda. Avec ce roulement, l’adaptation des valeurs : 20 ans en arrière, le scandale actuel aurait abouti à un tollé général. Aujourd’hui, c’est presque normal. À part quelques contestataires ici et là, qui seront purgés d’une façon ou d’une autre, personne ne dira rien. Personne ne dira rien parce que le système a été structuré de manière à conduire l’individu à douter de lui-même, ce qui est on ne peut plus pratique pour les dirigeants : pas de vagues, tout baigne. Si on peut douter de sa perception et de sa compréhension, surtout dans l’optique d’un travail sur soi pour progresser, doit-on douter de son bon sens ? Encore faut-il en avoir. Je connais même des précepteurs de Babuji sur lesquels le brainwash à répétition a fini par produire son effet. Ils sont convaincus que les choses sont bien comme cela, car elles suivent le cours nécessaire de l’évolution, le Maître ayant un plan qui nous échappe. Pourtant tout est suffisamment clair aujourd’hui pour que quiconque voie. L’évolution devrait certainement avoir une autre direction si le SM se destine à rester une école spirituelle. Ce qui se perd maintenant le sera pour toujours, et ça n’est pas seulement vrai du temps qui passe.

En général, un abhyasi en désaccord avec la politique de la mission préfèrera se taire plutôt que d’exprimer son avis (de plus, la dissidence est un signe d’égo TREEES mal vu), et il partira si la situation lui devient intenable (« c’est bien la preuve qu’il ne cherchait pas vraiment le divin, sinon il serait resté » ; « personne ne chasse personne » ; « c’est bien la preuve qu’on n’est pas une secte puisque les gens peuvent quitter le mouvement lorsqu’ils le souhaitent », etc.). Car s’exposer frontalement est impensable. On ne peut aller contre la volonté suprême, le risque étant de ne jamais « atteindre le but » (qui est ?...). Il s’agit bien d’une menace implicite, réelle ou imaginée : qui vous guidera si vous êtes rejeté par le Maître pour avoir porté un jugement sur son œuvre et sa vision, lui qui est le seul sur terre à connaître la totalité du chemin et à pouvoir vous donner les accès ? Vous serez seul, à jamais, perdu. Ignorance entretenue. Terrorisme.
N’oubliez quand même pas que vous avez toute latitude pour vous exprimer, puisqu’en théorie, le Sahaj Marg n’est pas une secte. Double langage : oser penser le faire et l’œil de Moscou fronce déjà son unique sourcil dans notre esprit, tandis que passer à l’acte dans un moment d’égarement peut causer de réelles difficultés pour poursuivre son entraînement spirituel au sein de la mission. Absence totale de manipulation mentale ?
De plus, le dégoût et le sentiment de trahison que l’abhyasi ressent sont tellement importants qu’ils lui servent de sanction, et que son adhésion à la mission finira par tomber d’elle-même. D’illustres personnages ont ainsi disparu du devant de la scène, écœurés, en Suisse comme ailleurs. Dommage que les abhyasis dans ce cas soient légions, et que la responsabilité de leur fuite leur soit attribuée, soi-disant « parce qu’ils n’ont pas été capables de voir le Maître où il est », « parce qu’ils n’avaient pas suffisamment foi dans le Maître » pour être aveugles, ou « parce qu’au Sahaj Marg, on respecte les décisions de chacun ». S’il y a du vrai dans certains cas, par pitié du bon sens. Qui a les chiffres de cette comptabilité morbide, de cette hécatombe, sur la base desquels appuyer la réflexion ?
D’ailleurs, les gens devraient cesser de s’imaginer que ce destin tragique n’est pas pour eux. Croyez-vous que ceux qui ont quitté le SM, parfois après des décennies, n’ont pas été sincères, n’ont pas cru de toute leur âme, n’ont pas accordé leur confiance ni offert leur cœur ? Pouvait-il s’agir de simples malentendus ? Demandez-vous donc comment et pourquoi ils en sont arrivés là. Peut-être s’imaginaient-ils des choses ? Et qui ne le fait pas ? À quand votre tour ?

Étant donné le coût extrême pour l’individu d’une prise de conscience sur l’état des lieux (une trahison et un deuil, ce n’est quand même pas rien à gérer), il est plus économique de se mentir à soi-même, et pour faciliter cela, il vaut mieux s’organiser collectivement. C’est ainsi qu’au fil du temps, les toxines (idées, individus) s’accumulent dans le système, et que celui-ci, malade, court désormais à sa ruine… Or, personne ne semble accorder d’importance au fait que cette dynamique interne a deux effets pervers qui contribuent fortement à nuire à la mission elle-même.
1. Premièrement, le Sahaj Marg, à cause de son odeur nauséabonde, ne peut convenir qu’à une infime partie des chercheurs spirituels, catégorie mouche, les autres prenant peur à raison ou s’en accommodant comme ils peuvent. Or, tel n’était pas le souhait du fondateur.
2. Deuxièmement, la mission se révèle incapable de fixer des individus normaux sur le long terme, impliquant que l’arbre échoue tout simplement à produire des fruits, à part quelques fruits véreux.

Je clos mon cycle d’interventions sur votre Blog. J’espère que ces textes seront lus profitablement : faites-les connaître (je m’étonne quand même du peu de réactions, les gens ont-ils peur de s’exprimer ?). Mon but est d’amener les abhyasis à s’interroger sur les routines dans lesquelles l’individu et le groupe se sont enfermés au cours du temps. Ces routines nous éloignent de plus en plus de l’enseignement magnifique que nous ont transmis Lalaji, Babuji et Chariji. Cet enseignement est subtil, difficile à comprendre et à vivre réellement. Il nécessite d’ouvrir les yeux et d’y voir clair. Il nécessite de comprendre le sens des choses, caché et profond. Il nécessite de se poser des questions plutôt que de chercher des réponses. Il nécessite beaucoup d’attention et beaucoup de bon sens.

Christian

Krys a dit…

Bonjour Christian, bonjour à tous et toutes,
C'est la folie ! Il y a une semaine ou 2, si j'avais lu le dernier message de Christian, ma réaction aurai été de claquer la porte de ce blog. Mais là rien ne va plus !
Finalement nous n'avons pas rédigé de lettre car les autres ne l'ont pas voulu, mais nous avons questionné notre précepteur après le sitting de Dimanche. Ce qu'il nous a répondu me scie encore les pattes. Christian avait tout deviner à l'avance.
C'est normal que tout coûte plus cher maintenant. C'est parce qu'il faut aider Chariji à développer la Mission ! Il ne faut pas être "égoïste", nous ne travaillons pas que pour nous mais pour aider notre Maître à changer l'humanité. Nous n'y arriverons jamais si nous restons si peu nombreux. Il faut que la Mission soit connue partout dans le monde et pour cela il faut qu'elle soit visible. C'est pour ça qu'il faut construire des ashrams, des écoles, … et donc ça coûte beaucoup d'argent.
C'est n'importe quoi ! On dirait les croisés qui partent à la conquête de l'Islam…
J'en ai marre ! Tellement marre ! J'ai cru dans le SM, mais qu'est ce qui l'en reste ?
Je ne sais pas si Inès et son Centre ont eu le même genre de réponse…
Je n'en peux plus... On s'est fait avoir.
Qu'est ce qu'il veut Chari ? Je lui faisait encore confiance, mais alors là…

Fraternellement
Krys

Alexis a dit…

Bonjour Christian,
J' ai lu vos messages attentivement au fur et à mesure et sans intervenir. Mais, d'après ce que vous dîtes, il semble que celui-ci soit le dernier de la série. Alors je me permets de vs demander en quoi vs n'êtes pas tjs d'accord avec moi.
Pour ma part, je partage à peu près ts les sentiments que vs avez exprimés. Il n'y a guère que sur la méthode d'enseignement que je n'ose me prononcer, n'ayant pas votre pratique. Pour le reste, j'adhère totalement. Je n'aurais même pas osé aller aussi loin que vs, notamment en ce qui concerne les médecins.
Cordialement
Alexis

Inès a dit…

Bonjour Christian!

J'ai bien lu ton texte et suis de tout coeur avec toi, même si je n'aurais pas eu les mêmes mots pour cela.
Cette culpabilisation que tout abhyasi a s'il ose critiquer, s'il ose s'exprimer ou s'il ose... penser à partir est intolérable.

Je suis d'accord avec ton analyse dans une autre partie de ce blog sur le grand écart pour ce qui est du travail sur le caractère: je fais moi-m^eme un travail psy depuis des années et je suis très contente de le faire car il m'a permis de déblayer des choses que le SM ne m'avait pas permis de déblayer.

Je suis d'accord avec toi sur l'analyse du sens, de l'éthique, du:"Ils ont perdu l'Océan" que citait déjà Babuji il y a bien longtemps..., car aujourd'hui j'ai envie de pleurer en voyant où nous en sommes arrivés...

Bref, tout ça est bien alarmant et ce blog commence à révéler combien le malaise est profond parmi les pratiquants du Sahaj Marg.

Voilà; retournons aux sources, évaluons nos objectifs, n'ayons pas peur de ce que notre coeur nous dicte et OSONS!

Bien à toi et à tous les autres lecteurs

Inès a dit…

Re-bonjour à tous et une petite réponse à Krys.

Bravo pour votre courage dans votre Centre, hélas la réponse ne me surprend pas...Au moins tu en as eu le coeur net.

Dans notre Centre, voici en gros le résumé de la visite du responsable de zone venu répondre à notre lettre collective:

- Vous ne connaissez pas les plans divins (donc du Maître), genre "pauvres hères", les raisons vous échappent...
- C'est l'expression de votre ego
- Celui qui n'est pas d'accord, peut partir mais c'est à lui-même qu'il fera du mal (peut-être l'expression de : "hors l'église, point de salut"?!)
- Faut pas exagérer, on ne vous demande pas encore 75% de votre salaire!(sans rire?!...)
- Il y a tjrs possibilité de négocier (ah bon?!...)
- C'est pour le bien-être de la Mission...
- Enfin, l'essentiel n'a pas été un dialogue mais un monologue, genre: vous n'avez rien compris...

Depuis, je sais qu'il y a des abhyasis qui ont recherché la même méthode débarrassée des scories du business; voir:www.imperience.org, où il semble possible (comble d'impertinence!) de poser ttes les questions et il paraîtrait même, (incroyable )qu'on obtient des réponses...

Je vais dire comme Christian, que c'est bientôt la fin de mes interventions, puisque je viens de quitter la Mission aujourd'hui...

On ne peut pas faire le grand écart très longtemps... après ttes ces années d'abbhyas, ça n'est pas rien mais j'assume enfin!

Voilà...
Bonne lecture à tous et à bientôt... de vous lire!

4d-Don a dit…

Salut Christian

Merci pour ta logique et ton "esprit" courageux, qui n'est certe pas mort mais bien vivant....

J'espere que tu retrouve ton chemin et qu'il t'apporte vers le Divin ou nous aboutirons tous si il y a veritablement "une fin". Je crois que c'est un voyage eternel et sans fin mais qui en est certain excepte les "fondamentalistes"? Nous, notre civilation, arrivons finalement au debut. Nous ne sommes plus de enfants mais devenons rapidement adultes avec toutes ses decisions et ses responsabilites....

Bonne Chance et Dieu te Benisse..Ce n'est pas la fin mais le commencement!

4d-don

Krys a dit…

Félicitations pour ta leçon de courage Inès

Je constate que ton responsable de zone tient le même discours que mon précepteur. C'est langue de bois et compagnie ! A pleurer…
Par contre je ne sais pas si j'aurai la force de quitter le Sahaj Marg comme tu le fais. Ce n'est quand même pas si facile que ça. Il reste des choses très positives qu'on ne trouve nulle part ailleurs.
J'ai déjà entendu un peu parler de scission de la SRCM même si c'est tabou. Est-ce que c'est ton Imperience.org ? a tu pris contact avec eux ? Est ce qu'il y a d'autres abhyasis de ton centre qui partent avec toi ?
Bon courage pour l'avenir et merci pour tout.

Fraternellement
Krys

Alexis a dit…

Bonsoir Inès,
Quelques mots sur ce que je sais d'Imperience…
Imperience est le Centre de recherche et d'entraînement de l'Institute of Sri Ramchandra Consciousness (ISRC).
L'ISRC a été créé par Sri K.C. Narayana en août 1991.
Narayana est le fils du très célèbre et remarquable Docteur en philosophie K.C. Varadachari (1902-71). Ce dernier était un véritable abhyasi et un ami fidèle parmi les fidèles de Babuji qu'il avait rencontré en 1953. Il avait créé le Sahaj Marg Research Institute (SMRI) en 1967, vague ancêtre de l'actuel SMRTI de Chari.
Narayana a d'ailleurs occupé le poste de directeur du SMRI en 1989, juste avant de quitter la Shri Ram Chandra Mission.
La grande spécificité de l'ISRC et de Narayana par rapport à la Shri Ram Chandra Mission est de ne se reconnaître qu'un seul Maître éternellement présent, à savoir Babuji. Chari n'y a donc pas sa place.
Subsidiairement, le Sahaj Marg y est remplacé par le Satyapad Marg (true path ou vrai chemin). Mais je ne pense pas que cela change grand-chose. Et la méthode d'enseignement est appelée PAM (Pranahuti Aided Meditation). Toutes choses de peu d'importance puisqu'ils disent véhiculer l'enseignement de Babuji.
A ma connaissance, ils ne sont actifs qu'en Inde et aux Etats-Unis. Ils ne doivent pas être bien nombreux.
Jusqu'à présent, Sri K.C. Narayana, l'ISRC et Imperience ont toujours refusé de répondre à mes questions sur leur différend avec la Shri Ram Chandra Mission. Ce qui ne signifie rien de particulier en soi, vu que je ne me suis jamais présenté comme abhyasi ou futur abhyasi. Et leur absence de réponse est aussi une manière d'éviter d'avoir à critiquer la concurrence.
Narayana et son équipe sont-ils aussi intègres que son père ? Je n'en sais rien. Dans tous les cas, je fais confiance à votre jugement. Vous nous avez largement démontré que vous aviez gardé votre libre arbitre au sein de la Shri Ram Chandra Mission, même s'il vous en a beaucoup coûté…
Bon vent… et tenez nous au courant !
Alexis

Christian a dit…

Bonjour Alexis,

comme je disais, je ne suis pas fondamentalement un anti-Chari, et c'est en ça que notre point de vue diverge. Mon but n'est pas de monter les gens contre lui pour qu'ils aillent voir ailleurs, mais de faire la part des choses.

Je fais la distinction entre l'homme, avec sa nature spécifique de commercial, et ce qu'il incarne, qui le dépasse complètement, qui lui a été transmis et qu'il doit retransmettre.

C'est un Maître, je n'en doute pas. Je n'ai jamais rencontré d'être ayant atteint un stade de réalisation spirituelle aussi avancé. Hélas, c'est un homme de pouvoir, indéniablement vu ce qu'il crée autour de lui.

Christian

Christian a dit…

Merci 4d-Don. Je reste en ligne !

Alexis a dit…

Babuji, cité par Chari dans Mon Maître disait en son temps :
«Je te dis qu'il est préférable de n'avoir pas de guru du tout plutôt que d'en avoir un mauvais. Sans un vrai Maître, il se peut que tu ne progresse pas, mais cela vaut mieux que de régresser avec un mauvais guru.»

Christian a dit…

Bonjour Alexis,

merci pour ton message. tu vois que tu n'es pas si en-dehors du SM que tu prétends: comment pourrais-tu connaitre tous ces détails sinon?...

je ne pense pas avoir régressé. en presque 20 ans de pratique, j'ai retiré énormément du SM. certainement, par contre, j'aurai progressé plus vite avec qq1 d'autre, notamment s'il y avait une relation humaine. mais j'ai aussi confiance en ma bonne étoile.

Christian

ZIGLIARA Monique a dit…

POUR QUE VIVE LE SAHAJ MARG

Mon cher Christian, d'abord Bravo pour cette rubrique. Je me présente Monique Zigliara de Nicer, abbyasi depuis I8 ans et depuis 2 ans en recul du groupe de Nice pour des raisons personnelles et spirituelles. Je continue personnellement ma recherche spirituelle en me connectant directemenyt avec nos Maitres. Je puis t'assurer que personne n'entrave ma liberté de pensées et d'actions. Il n'y a que moi que mon Maitre Intérieur qui sont concernés.
J'ai bien pris connaissance avec tous les commentaires et je suis entièrement d'accord avec ce qui est dit à propos de ce que l'on peut percevoir à l'EXTERIEUR. C'est exactement Cela. Il n'y a RIEN à enlever ni à y rajouter. Par contre en ce qui me concerne Je suis totalement persuadée que cette dégradation , ces dérives nous incombent à TOUS - SANS EXCEPTION -IL y a d'un coté ceux qui FONT Mus par des EGOS avides de pouvoirs et d'éloges et de l'autre coté Ceux qui NE FONT PAS, les Timorés, les Laches, les frileux. Au Milieu Il reste ces fameux TIEDES dont parle La BIBLE
"Parce que vous n'êtes ni chauds ni froids, je vous vomirai par ma bouche"
C'est la Nature Humaine § un Moment donné J'ai eu un Immense Problème . Je n'aarivais pas à comprendre POURQUOI à l'EXTERIEUR je ne voyais aucun exemples Dignes d'Eloges même Parmi les plus Anciens (3O à 4O ans de pratiques) ni parmi les plus Représentatifs à part bien entendu du MAITRE mais IL est si Loin et puis c'est le Maitre - Cela était très frustrant car J'avais besoin de croire à un futur plus Lumineux. Cela était pour moi une vraie enigme qui devint un grave problème car l'être humain à besoin de croire et d'espèrer et à l'extérieur il n'y avait que des ames tristes, malades, perturbées pleines de peurs, de doutes, de coeurs perclus de rhumatismes et d'esprits bloqués par l'arthrose

Et àlors la grace. Après un sitting du Maitre à 21 heures le Vendredi J'ai reçu une Révélation , une Lumière qui m'a permise de poser un autre Regard sur les choses et sur les Gens et à changer toute Ma Vie et m'a permis de continuer tranquillement Mon Chemin spirituel. J'ai ZAppelé cette Merveilleuser Expérience "PASSER à TRAVERS LE MIROIR "
Mon cher Frére je te raconterai cette expérience lors d'un prochain Message. Pour aujourd'hui c'est suffisant. Toutes mes amitiés Monique