La Shri Ram Chandra Mission n'est pas la seule organisation à proposer des méthodes de méditation. La transmission dont elle est si fière se traduit souvent par un asservissement qui fait perdre tout repère et isole inéluctablement l'individu de son environnement.
La Shri Ram Chandra Mission a été classée comme secte dans un rapport parlementaire français. Avant d'adhérer, informez vous !

438 articles – 3445 commentaires – Dernier ajout le 14/05/2017

“Take criticism seriously, without anger or sadness. Use it for correcting yourself, and welcome it.”
Kamlesh Patel (1/04/2015)

11 février 2013

Le culte de Kasturi a-t-il commencé ?

ENGLISH TRANSLATION

Alexis dévoile les efforts des partisans de Kasturi pour faire vivre son souvenir depuis sa mort. Mais s’agit-il pour autant d’un culte à sa mémoire comme il l’imagine, ou bien ne s’agit-il pas plus simplement de la volonté de conserver pour la postérité son expérience et sa sagesse spirituelles ?

Kasturi, une sainte Illuminée ?

Sœur Kasturi est décédée le 22 février 2012. Deux mois plus tard, ses partisans inauguraient le website www.saintkasturi.org (29 avril 2012). Le 7 octobre, ils célébraient le 86ème anniversaire de sa naissance. L’organisation dénommée Divine Shri Babuji Maharaj - Saint Kasturi Memorial Trust fonctionne à plein régime : « Tout comme Babuji Maharaj était un exemple vivant de son Maître Lalaji Maharaj, sœur Kasturi était un monument érigé à la mémoire de Babuji ».
Le culte de Kasturi se met en place quoi qu’en dise Denise Mincet (de son vivant, Kasturi ne voulait pas qu’on célèbre son anniversaire à grande échelle… car seul Babuji agit et elle était noyée dans Son amour !). Le culte se met en place, vite… très vite même ! Trop vite ? Chacun se fera son idée…

Kasturi Chaturvedi est née le 26 septembre 1926 à Lakhimpur (District de Kheri, Uttar Pradesh). Troisième enfant de Ram Das Chaturvedi (avocat) et de Bhagavati Devi, qui eurent 5 filles et 2 fils. Son oncle ML Chaturvedi était juge au tribunal de grande instance de Allahabad. Son père est décédé en1965, sa mère en 1978.
Kasturi a vécu à Lakhimpur jusqu’en 1960, puis chez son frère aîné à Bareilly jusqu’en 1965, chez son frère cadet à Modinagar jusqu’en 1975, puis à Lucknow jusqu’à la fin de sa vie. En 1982, la famille achète une maison à Lucknow où Kasturi demeure avec sa plus jeune sœur (Kesar), son frère cadet (GD Chaturvedi) et sa famille, jusqu’au 22 février 2012 où elle s’éteint.
Son premier contact avec Babuji date du 3 janvier 1948, quand celui-ci vient chez elle. Son voyage spirituel commence aussitôt sous la direction de Babuji. Celui-ci lui confère la condition spirituelle de sainte le 27 octobre 1953, il la nomme précepteur le 7 novembre 1953. Le 29 août 1955, Babuji lui écrit : «Vous vous êtes dissoute en moi, vous n’êtes plus la Kasturi à qui vos parents ont donné naissance». Le 15 septembre 1964, il écrit : «Vous avez atteint la condition Divine». Kasturi entre dans la Région centrale le 15 septembre 1967, elle pénètre dans la condition de Béatitude le 28 juin 1968. Le 2 mai 1975, elle écrit : «Il me semble que quelqu’un m’a fait traverser l’océan infini (Anant Sagar)».

Kasturi est venue en France en 1977 à la demande de Babuji. Il la considérait comme sa fille spirituelle. Elle était l’exemple – la preuve, la démonstration concrète – que Babuji pouvait amener un être humain jusqu’à l’Ultime en une fraction de vie. Babuji lui a demandé de conserver leur correspondance pour la postérité, car elle constitue une description très précise des différentes étapes du voyage spirituel de Kasturi jusqu’à l’Ultime.
N’hésitez pas à parcourir cette correspondance, composée de plus de 900 courriers entre 1948 et 1975, surtout de Kasturi. Denise Mincet, franco-canadienne, en a déjà traduit 3 volumes en français sur les 5 que compte Anant Yatra (Voyage dans l’Infini). De nombreux autres textes sont aussi disponibles en anglais sur le website.

N’en déplaise à Elodie, Kasturi croit que Babuji est la Personnalité spéciale descendue sur terre pour faire évoluer l’humanité à la demande de la nature. On n’est pas très éloigné des absurdités de Whispers…
N’en déplaise à Michael, leur correspondance est la parfaite démonstration que la Voie spirituelle est toute tracée, avec un chemin unique qu’il faut gravir pas à pas. Il existe donc bel et bien une Hiérarchie spirituelle des saints selon le niveau atteint. A condition de croire à tout ce fatras, évidemment…
On notera cependant une évolution du nombre des lettres de Babuji à Kasturi, tout comme de leur contenu, au fil du temps. Nombreuses et axées sur l’évolution spirituelle de Kasturi dans les années 50, elles se raréfient ensuite et traitent de plus en plus d’aspects matérialistes (organisation, propriété, etc.), notamment dans les années 70. Influence de Chari ?
Qui était-il ? Who was He ? autre ouvrage de Kasturi nous présente un Babuji christique révélé par un Lalaji Jean le Baptiste, adi guru (celui qui connaît la technique divine pour faire descendre l’Ultime sur terre sous forme d’incarnation). Babuji, incarnation terrestre de l’Ultime ! Comme Jésus Christ, fils de Dieu et incarnation de la Sainte trinité…

Alors Kasturi, une sainte aveuglée par l’amour ? Une Jeanne d’Arc des temps modernes ? Une sainte Illuminée ?
Dans tous les cas, l’Illuminée a déjà ses aficionados…

Alexis
Liens :

- Site officiel : SaintKasturi.org
- Le blog d’Ek abhyasi : LalajiBabujiKasturi

2 commentaires:

Alexis a dit…

@ Elodie & tous,
Petit extrait de la lettre 61 de Babuji à Kasturi (9/10/49) :
Vous avez écrit, « ma condition présente est comme celle qui existait quand j’ai commencé la pratique ». Il y a un aperçu de « Cela » en elle, mais le développement de la condition dans sa forme complète est encore à venir. C’est encore très loin de ce que je veux. Il s’agit d’une condition « Divine ». Quand une telle condition vient à maturité, on appelle l’homme un « Saint », et quand elle vient dans sa forme véritable on appelle l’homme « Param Saint1 ». Cette condition est comme celle d’un cadavre (d’un mort vivant). Durant sa vie même, l’être humain voit la mort se dérouler, et après avoir mûri en cela, le stade de la « Libération » de la vie est atteint, et la graine est semée. A ce stade, on peut appeler l’être humain, un être humain, mais avant cela, l’être humain est juste comme une bête.
Les thèmes que tu reproches à Chari et Whispers sont déjà présents en 1949...

Alexis a dit…

De Chari à Ichak Adizes en décembre 2012 :
“I trust my master, Babuji Maharaj and not God as according to Sahaj Marg, God has no mind and he created the universe and his role is done with that creation. The beings who are guiding the destiny cannot work by themselves but they need a medium on earth like a master, through whom they work.”
En clair, Chari dit qu’il fait plus confiance à son maître Babuji qu’à Dieu. Parce que le rôle de Dieu est maintenant terminé : il a créé le monde, mais il n’a pas d’esprit. C’est maintenant le tour des êtres qui guident le destin et ceux-ci ont besoin d’un médium pour faire le travail à leur place, comme le maître sur la terre.
Bref, après Dieu, voici venu le temps des « êtres qui guident le destin » et de leur médium spirite, Chari (ou Babuji ?)…